Habitat Smart Cities Villes & Habitat

La ville intelligente, un impératif en devenir

En 2010, l’Exposition uni­verselle de Shang­hai inti­t­ulée « Une meilleure ville pour une meilleure vie » a invité la com­mu­nauté inter­na­tionale à réé­val­uer la façon dont nous vivons afin de mieux gér­er les muta­tions urbaines et mieux répon­dre aux besoins actuels et des généra­tions futures. À l’horizon 2030, les Nations unies esti­ment en effet que plus de deux per­son­nes sur trois vivront dans des villes. Celles-ci con­som­ment déjà 75 % de l’énergie pro­duite dans le monde et émet­tent près de 80 % des gaz à effet de serre (GES) alors qu’elles ne représen­tent que 2 % de la sur­face du globe. Elles sont à ce titre les pre­mières con­cernées par les dan­gers du réchauf­fe­ment climatique.

En effet, les villes ont tou­jours été des cen­tres d’attractivité où la con­cen­tra­tion des pop­u­la­tions et des activ­ités s’avère plus impor­tante qu’ailleurs. Elles sont por­teuses d’opportunités grâce à la gamme var­iée de ser­vices qu’elles pro­posent. Elles con­tribuent à l’innovation et con­stituent le pre­mier marché de con­som­ma­tion des pro­duits inno­vants. Elles dis­posent en out­re d’une bonne acces­si­bil­ité et polarisent des flux de toutes natures : marchan­dis­es, cap­i­taux et migratoires.

Dans un même temps, les villes con­cen­trent de nom­breux prob­lèmes : une gou­ver­nance et une économie durables, un habi­tat intel­li­gent, une crois­sance démo­graphique dif­fi­cile à maîtris­er, une pro­duc­tion exces­sive de déchets, de la pol­lu­tion, une sur­con­som­ma­tion d’énergie, etc. Les villes mal gérées devi­en­nent les pre­mières touchées par la crise économique et envi­ron­nemen­tale, con­duisant à des dynamiques de pau­vreté des pop­u­la­tions et de dégra­da­tion de l’environnement. Dès lors, com­ment mieux gér­er les métrop­o­les afin de réduire leur impact envi­ron­nemen­tal ? Com­ment les ren­dre plus intel­li­gentes et durables ? Com­ment les accom­pa­g­n­er dans leur muta­tion précarbone ? 

Selon l’Autrichien Rudolf Giffin­ger, expert en recherche ana­ly­tique sur le développe­ment urbain et région­al à l’université tech­nologique de Vienne, la ville intel­li­gente se définit selon six critères : l’économie, la mobil­ité, l’environnement, les habi­tants, le mode de vie et la gouvernance.

Des villes communicantes

Pour ren­dre intel­li­gent le secteur des trans­ports et faciliter les mobil­ités, les munic­i­pal­iés doivent amélior­er la qual­ité des réseaux de trans­ports en offrant un ser­vice effi­cace répon­dant aux besoins des citoyens tout en respec­tant l’environnement. L’un des défis à relever est l’intégration des dif­férents modes de trans­ports urbains dans un même et seul sys­tème à la fois effi­cace, acces­si­ble et durable. Il per­me­t­tra de dimin­uer l’impact envi­ron­nemen­tal, d’optimiser l’espace urbain et de pro­pos­er aux citadins des choix var­iés de mobil­ités répon­dant à leurs besoins. Les villes devront égale­ment dévelop­per la mobil­ité élec­trique et inté­gr­er des ser­vices inno­vants dans les trans­ports en com­mun pour une meilleure qual­ité de vie. Pour préserv­er leur envi­ron­nement, les aggloméra­tions doivent men­er des actions pour la ges­tion de l’énergie et des déchets. Elles doivent met­tre en place des sys­tèmes de récupéra­tion et de val­ori­sa­tion des déchets.

Dans le domaine de l’énergie, les villes prou­veront leur effi­cac­ité grâce à la mise en œuvre de sys­tèmes de pro­duc­tion énergé­tique locale (pan­neaux solaires sur les toits, pro­duc­tion d’énergies à par­tir de déchets, géother­mie, etc.). Elles devront égale­ment con­trôler l’urbanisation et l’habitat, en repen­sant les formes urbaines afin que les nou­velles con­struc­tions facili­tent la ges­tion de l’énergie et en réduisent la consommation. 

Pour ren­dre des métrop­o­les intel­li­gentes, il ne suf­fit cepen­dant pas de créer de nou­veaux ser­vices. Ces derniers doivent se déploy­er en syn­ergie les uns avec les autres pour une ges­tion effi­cace du ter­ri­toire cou­vert. L’utilisation des nou­velles tech­nolo­gies de l’information appa­raît à ce titre indis­pens­able au cœur de la ville de demain. Elles per­me­t­tent à l’information de l’ensemble des ser­vices urbains d’être acces­si­ble en tout point, de crois­er un très grand nom­bre de sources d’information, de les traiter en temps réel et de les faire inter­a­gir. Ain­si, le sys­tème infor­ma­tique d’une ville pour­ra con­necter, par exem­ple, l’information « traf­ic » du ser­vice trans­port et l’information « éclairage » du ser­vice énergie. Ce croise­ment d’informations per­me­t­tra de réduire l’éclairage pub­lic en con­statant un faible traf­ic auto­mo­bile. Ain­si, la munic­i­pal­ité réduira sa fac­ture énergétique. 

Des villes durables

Si une ville intel­li­gente est avant tout une ville mieux gérée grâce aux nou­velles tech­nolo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion, celles-ci ne sont cepen­dant pas suff­isantes. Le respect de l’environnement asso­cié à une ges­tion durable de l’espace pub­lic con­stitue des pier­res angu­laires à tout pro­jet de cité intel­li­gente. Les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales ont en effet la capac­ité de lut­ter con­tre le change­ment cli­ma­tique. Dans la con­ti­nu­ité des déci­sions issues du Grenelle de l’environnement, les pou­voirs publics ont incité les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales à inté­gr­er dans leur plan­i­fi­ca­tion la lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, la maîtrise de l’énergie et le développe­ment d’actions de sen­si­bil­i­sa­tion et d’accompagnement à des­ti­na­tion des acteurs locaux présents sur leur ter­ri­toire. Par leur emprise directe sur la région (via notam­ment leurs prérog­a­tives en ter­mes d’aménagement et d’urbanisme), les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales sont en effet des acteurs majeurs pour ren­dre les villes durables, et donc intelligentes.

Cer­taines ont ain­si engagé des actions dans ce but en s’associant à des acteurs privés afin de béné­fici­er d’une plus grande exper­tise dans des secteurs clés liés à l’environnement et à la maîtrise énergé­tique. C’est le cas de la vile Domène (Isère) qui a signé un con­trat de per­for­mance énergé­tique (CPE) avec le groupe Schnei­der Elec­tric, à des­ti­na­tion des bâti­ments publics. L’objectif est de rénover et de dimin­uer la con­som­ma­tion d’électricité de 14 %.

De mul­ti­ples pro­jets ont déjà vu le jour dans de nom­breuses zones urbaines à l’échelle de la com­mune ou du quarti­er pour ren­dre les villes plus durables. C’est le cas des pro­jets « éco-cité » ou « éco-quarti­er » qui ont pour objec­tif d’accompagner les grands ter­ri­toires urbains vers une société « post-car­bone » (un con­cept intro­duit en France à tra­vers notam­ment le rap­port Attali sur la libéral­i­sa­tion de la crois­sance française, et repris par le Grenelle de l’environnement dans le cadre du plan Ville Durable). Ces « écoc­ités » sont présen­tées comme les futures vit­rines de la moder­nité urbaine dont la final­ité est d’associer haute qual­ité envi­ron­nemen­tale et tech­nolo­gies de pointe dans les domaines des com­mu­ni­ca­tions et des trans­ports. Ces ini­tia­tives, qui vont dans le sens des engage­ments de la France face au change­ment cli­ma­tique, ont per­mis de renouer le dia­logue entre l’État et les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales dans ce domaine. L’État a mis en place un fonds doté d’un mil­liard d’euros, inti­t­ulé « ville de demain », en coor­di­na­tion avec la Caisse des dépôts, afin de soutenir ces pro­jets dans le cadre du pro­gramme d’investisseur d’avenir.

Le citoyen au coeur de la ville

Une ville intel­li­gente ne peut cepen­dant pas être réduite à ses seules infra­struc­tures tech­nologiques, aus­si mod­ernes soient-elles. Le cap­i­tal humain demeure au cœur de toute évo­lu­tion urbaine. Le citoyen n’est plus vu unique­ment comme un con­som­ma­teur de ser­vices mais comme un parte­naire faisant par­tie inté­grante du développe­ment de la ville. Pour par­ticiper à la dynamique urbaine, chaque citoyen doit avoir des moyens à sa dis­po­si­tion pour s’investir dans sa ville, son quarti­er. Une ville intel­li­gente est avant tout une ville qui invite ses citoyens à par­ticiper dans la plan­i­fi­ca­tion de son avenir. Elle doit assur­er une meilleure gou­ver­nance mal­gré la mul­ti­plic­ité des acteurs, qu’ils soient « tra­di­tion­nels » (admin­is­tra­teurs, amé­nageurs, four­nisseurs de ser­vices, opéra­teurs et ges­tion­naires des réseaux, etc.) ou « nou­veaux » (spé­cial­istes des tech­nolo­gies dig­i­tales par exem­ple) ; ils doivent se con­cert­er, se coor­don­ner pour organ­is­er les actions à men­er et assur­er une ges­tion durable de la ville. Le développe­ment urbain est ain­si indis­so­cia­ble du développe­ment humain (via un sys­tème per­for­mant de for­ma­tion par exem­ple). Pour ce faire, il con­vient de repenser en pro­fondeur les formes de gou­ver­nance et d’identifier de nou­veaux mod­èles économiques éco-respon­s­ables et viables sur le long terme.

Illus­tra­tion : située à 150 km de Pékin et à 40 km du cen­tre-ville de Tian­jin, l’Éco-cité de Tian­jin est un pro­jet dévelop­pé en parte­nar­i­at avec l’État de Sin­gapour. Respectueuse de l’environnement, économe en ressources énergé­tiques et s’inscrivant dans une per­spec­tive de développe­ment durable, cette ville « intel­li­gente » d’une super­fi­cie de 30 km2 devrait accueil­lir 350 000 habi­tants à l’horizon 2020 (© DR)

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.