Photovoltaïque / Solaire / Eolien Smart Cities

Blockchain : vers une révolution du secteur énergétique ?

Tech­nolo­gie dis­rup­tive révo­lu­tion­naire ou sim­ple phénomène pas­sager, la blockchain ne laisse en tout cas pas indif­férents les acteurs con­cernés, de plus en plus nom­breux. Le risque, pour beau­coup de secteurs : voir les inter­mé­di­aires dis­paraître. Appliquée au secteur énergé­tique, elle pour­rait trans­former le rap­port entre con­som­ma­tion et pro­duc­tion, et favoris­er l’intégration des éner­gies renou­ve­lables et la respon­s­abil­ité indi­vidu­elle, pour aboutir finale­ment à un mod­èle bas carbone.

Une tech­nolo­gie dis­rup­tive aux débouchés multiples

La tech­nolo­gie « blockchain », que l’on peut traduire par « chaîne de blocs » en français, est née avec le Bit­coin. Apparue en 2009, cette mon­naie virtuelle s’est rapi­de­ment imposée comme moyen de paiement dématéri­al­isé alter­natif aux solu­tions clas­siques. Une grande par­tie de son attrait réside sur le sys­tème de la blockchain qui a été créé avec lui et la sécuri­sa­tion des échanges qu’il per­met. En effet, la blockchain est une tech­nolo­gie de stock­age et de trans­mis­sion d’informations. Il s’agit d’une base de don­nées, que l’on pour­rait résumer à un livre de comptes, con­tenant l’historique de toutes les opéra­tions effec­tuées entre les util­isa­teurs depuis sa créa­tion. Elle est trans­par­ente, sécurisée et fonc­tionne sans organe cen­tral de con­trôle. Con­crète­ment, pour le Bit­coin, une base de don­nées publique traque les échanges, enreg­istre et lit chaque trans­ac­tion réal­isée au sein de son réseau, garan­tis­sant la sécu­rité de la mon­naie virtuelle et la décen­tral­i­sa­tion des authen­tifi­ca­tions. La base de don­nées que con­stitue la blockchain se veut en effet invi­o­lable et inaltérable.

Dans la pra­tique, une blockchain fonc­tionne avec une mon­naie pro­gram­ma­ble, comme le Bit­coin. Les trans­ac­tions effec­tuées sur le réseau de cette base de don­nées sont regroupées en blocs. Cha­cun de ces blocs est validé par les nœuds du réseau, appelés les « mineurs », selon divers procédés, par exem­ple une réso­lu­tion de prob­lèmes algo­rith­miques. Il est ensuite asso­cié à un horaire et s’ajoute à la chaîne de blocs : la trans­ac­tion devient vis­i­ble. Ces blockchains peu­vent être util­isés pour faire du trans­fert d’actifs, qu’il s’agisse de mon­naie, d’actions, de votes, etc. ; faire office de reg­istre, en assur­ant une traça­bil­ité ren­for­cée des pro­duits et des act­ifs ; con­stituer des con­trats intel­li­gents, à savoir des pro­grammes autonomes exé­cu­tant automa­tique­ment les con­di­tions et les ter­mes d’un con­trat, sans inter­ven­tion humaine et donc sans inter­mé­di­aire. Pour ces raisons, le con­cept de blockchain n’est pas lim­ité au Bit­coin qui l’a vu naître. Au con­traire, forts du suc­cès tech­nologique et pra­tique de cette mon­naie virtuelle, de nom­breux acteurs économiques et de l’informatique envis­agent désor­mais une général­i­sa­tion de l’usage du principe de la blockchain à de mul­ti­ples secteurs, comme la banque, les assur­ances, la san­té, les trans­ports, l’immobilier, le vote en ligne et l’énergie.

Quels change­ments pour le secteur énergétique ?

Puisque le con­cept de blockchain n’est pas lim­ité au Bit­coin, les experts se deman­dent désor­mais s’il n’est pas pos­si­ble de s’en servir pour tra­quer les élec­trons dans un réseau élec­trique. De fait, l’énergie com­porte des volets, de l’extraction à la con­som­ma­tion, sus­cep­ti­bles de ren­dre intéres­sante l’utilisation des blockchains. La péri­ode est favor­able. Alors que la pro­duc­tion à domi­cile d’électricité s’est général­isée avec l’émergence de solu­tions de pro­duc­tion renou­ve­lables décen­tral­isées, le con­cept d’autoconsommation se répand. Pour l’instant, l’option envis­agée con­siste dans l’intégration de ces out­ils dans un réseau intel­li­gent (smart grid) com­bi­nant stock­age énergé­tique et pilota­bil­ité des con­som­ma­tions pour favoris­er l’intégration de ces éner­gies renou­ve­lables inter­mit­tentes. C’est dans ce cadre énergé­tique en tran­si­tion que va s’insérer la blockchain. Demain, chaque con­som­ma­teur aura la pos­si­bil­ité de devenir un pro­duc­teur. Selon sa capac­ité de pro­duc­tion et selon ses besoins de con­som­ma­tion, il sera pro­duc­teur net ou con­som­ma­teur net. Il lui fau­dra donc trou­ver dans un cas des acheteurs, dans l’autre des pro­duc­teurs. Aujourd’hui, l’ensemble de ces trans­ac­tions est délégué aux énergéti­ciens, qui se char­gent alors d’acheminer l’électricité et de l’intégrer au réseau pour la redis­tribuer. Le pro­duc­teur domes­tique est rémunéré selon les offres en vigueur et ne se soucie pas des détails tech­niques. Avec l’intégration du con­cept de blockchain dans le secteur énergé­tique, chaque consommateur/producteur aura la pos­si­bil­ité de con­tracter directe­ment avec son voisin, de manière automa­tique et autonome, sans inter­mé­di­aire, pour s’échanger entre eux leur pro­duc­tion élec­trique. Ces échanges pour­ront se faire à des échelles naturelle­ment bien plus grandes que le quarti­er, mais le paramètre de l’acheminement et de la perte qu’il entraîne pour­rait con­stituer une bar­rière finan­cière liée à une perte de revenus poten­tielle qui devrait favoris­er le recours à l’échelle de production/consommation la plus petite.

Des avan­tages à l’horizon

Ce futur énergé­tique porté par le sys­tème de la blockchain présen­terait des avan­tages indé­ni­ables. La blockchain, en facil­i­tant les échanges de pair à pair, favoris­erait la réduc­tion des pertes énergé­tiques, et amélior­erait donc le rap­port entre kilo­wattheure pro­duit et kilo­wattheure con­som­mé. Son inté­gra­tion fourni­rait égale­ment aux smart grids l’élément facil­i­ta­teur et agré­ga­teur qui leur fait sans doute actuelle­ment défaut. De manière plus sub­tile, l’application du con­cept de blockchain à l’énergie pour­rait favoris­er la respon­s­abil­i­sa­tion indi­vidu­elle dans le rap­port à l’énergie con­som­mée et pro­duite. Il sera en effet d’autant plus intéres­sant de réduire sa con­som­ma­tion énergé­tique que sa pro­pre pro­duc­tion per­me­t­tra de gag­n­er de l’argent en retour. Les con­som­ma­teurs devenus pro­duc­teurs seront donc incités à inve­stir dans des moyens de pro­duc­tion renou­ve­lables en même temps qu’à raison­ner au max­i­mum leur con­som­ma­tion énergé­tique. Les autres avan­tages sont liés à la nature même de la blockchain : fiable, disponible, sécurisée. Pour un secteur aus­si vital que l’énergie, ces élé­ments, liés à l’absence de sys­tème nerveux cen­tral vul­nérable aux attaques infor­ma­tiques pour la blockchain, garan­tis­sent que si un nœud du réseau tombe, les autres con­tin­u­ent d’opérer, main­tenant la disponi­bil­ité et la sécu­rité de l’information.

Une appli­ca­tion énergé­tique déjà en phase de test

La blockchain appliquée à l’énergie est déjà en phase de test. L’une des pre­mières util­i­sa­tions est celle de Solar­Coin. Solar­Coin con­cerne les garanties d’origines de l’électricité renou­ve­lable. Or ces con­trats sont aux mains d’un acteur cen­tral (Pow­ernext en France). Solar­Coin donne donc un « jeton solaire » numérique pour chaque mégawattheure d’énergie solaire pro­duit. Ce jeton, qui s’échange sur un marché, facilite l’échange des garanties d’origine, avec pour ambi­tion de se pass­er d’intermédiaire. La start-up améri­caine LO3 tra­vaille aus­si sur la blockchain. Le 12 avril, à Brook­lyn, à New York, elle a per­mis, grâce à Ethereum, la vente et l’achat d’électricité entre deux rési­dents dans le cadre de son pro­jet Trans­ac­tive Grids. Depuis, l’expérience intè­gre cinq foy­ers con­som­ma­teurs et cinq foy­ers pro­duc­teurs. Trans­ac­tive Grids espère favoris­er la créa­tion de mini­com­mu­nautés énergé­tiques autonomes. Des cap­teurs enreg­istrent l’historique de la pro­duc­tion énergé­tique à un point pré­cis et l’information est immé­di­ate­ment trans­mise à la blockchain Ethereum. Enfin, en jan­vi­er, IBM et Sam­sung ont dévoilé une plate-forme, bap­tisée ADEPT, basée sur le con­cept de la blockchain, pour con­trôler les objets con­nec­tés. ADEPT utilise le logi­ciel d’Ethereum pour authen­ti­fi­er des « con­trats intel­li­gents ». Ces con­trats pour­raient être des micro­trans­ac­tions entre des appareils ménagers qui réa­gi­raient instan­ta­né­ment et de manière autonome à des change­ments sur le réseau.

Lim­ites et risques d’une tech­nolo­gie (trop) en avance

Dans un sys­tème de pro­duc­tion élec­trique très cen­tral­isé comme l’est le mix énergé­tique français, appuyé pour plus de 75 % sur la capac­ité des réac­teurs nucléaires, le risque à long terme d’une tech­nolo­gie comme la blockchain énergie réside dans la men­ace qu’elle fait peser sur le mod­èle de con­som­ma­tion et sur la répar­ti­tion des fac­tures liées aux investisse­ments dans les infra­struc­tures de pro­duc­tion et d’acheminement. Ain­si, la péréqua­tion tar­i­faire garan­tit aujourd’hui que chaque con­som­ma­teur, qu’il vive en Bre­tagne ou dans les Alpes, paie son élec­tric­ité au même prix, pour peu qu’il souscrive à la même offre. Demain, si chaque con­som­ma­teur a la pos­si­bil­ité de devenir pro­duc­teur, ce mod­èle ne sera plus viable. Les zones les plus favor­ables à la pro­duc­tion d’énergie renou­ve­lable et les con­som­ma­teurs ayant le plus de moyens financiers seront néces­saire­ment ceux qui tireront le plus de prof­it de ce nou­veau fonc­tion­nement du mod­èle énergé­tique. À l’inverse, ceux aux revenus moin­dres ou dont la local­i­sa­tion sera peu favor­able à l’installation d’énergies renou­ve­lables devront se con­tenter d’être de purs con­som­ma­teurs. Ils paieront alors leur élec­tric­ité au prix fort, même si des con­tre-argu­ments peu­vent être envis­agés, en rai­son de cer­taines économies générées glob­ale­ment. Reste qu’aujourd’hui la tech­nolo­gie n’en est pas à ce stade, notam­ment con­cer­nant les tar­ifs d’investissement. L’électricité pro­duite à domi­cile est encore bien plus chère que celle pro­duite en gros par des cen­trales nucléaires, même en prenant en compte les pertes lors l’acheminement et la dis­tri­b­u­tion finale.

Tech­nique­ment, la tech­nolo­gie doit aus­si encore s’améliorer, et être capa­ble de traiter plusieurs mil­liers de trans­ac­tions à la sec­onde, con­tre quelques dizaines aujourd’hui, d’autant que ces cal­culs ne sont pas sans impacts énergé­tiques. Enfin, la régle­men­ta­tion est incer­taine. L’idée d’un smart con­tract qui serait pro­posé dans le cadre de la blockchain demande de repenser le cadre juridique. Or, à l’heure actuelle, une mod­i­fi­ca­tion de la lég­is­la­tion ne sem­ble pas à l’ordre du jour. Axelle Lemaire, secré­taire d’État au numérique a ain­si estimé qu’« il ne faut surtout pas légifér­er main­tenant, car on ne sait pas encore de quoi on par­le ». Pour­tant, selon les experts, l’absence totale d’encadrement juridique de cette tech­nolo­gie freine l’innovation. Le gou­verne­ment français pro­pose en tout cas un cadre inci­tatif via le dis­posi­tif France Expéri­men­ta­tion, lancé à l’été 2016, dont l’objectif est de per­me­t­tre à des entre­pris­es inno­vantes de pro­pos­er une adap­ta­tion de la régle­men­ta­tion afin de pou­voir met­tre sur le marché un pro­duit nou­veau. Par ailleurs, un appel à pro­jets, dans le cadre de la phase 2 du Pro­gramme d’investissements d’avenir (PIA), est ouvert jusqu’au 5 décem­bre prochain pour faire béné­fici­er des start-up inno­vantes de finance­ments publics.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.