Divers Photovoltaïque / Solaire / Eolien

Le repowering : la solution nécessaire à l’atteinte des objectifs de la filière éolienne ?

Matthieu Tusch a com­mencé sa car­rière chez RES à l’issue d’études d’ingénieur en France, puis à Mon­tréal. C’est à son retour en France qu’il a débuté au sein de RES Group en tant qu’ingénieur d’études (acous­tiques, design d’installations, etc.) et qu’il a évolué vers le poste de man­ag­er tech­nique pour devenir enfin respon­s­able de pro­jets. En effet, l’entreprise a pris la déci­sion de créer des équipes cha­peautées par un ges­tion­naire de pro­jet, qui est le respon­s­able hiérar­chique inter­venant de la phase de prospec­tion jusqu’au finance­ment dudit pro­jet. C’est pourquoi Matthieu Tusch a accep­té de s’entretenir avec nous dans l’optique d’aborder un sujet d’actualité et cher à RES Group : le repow­er­ing.
 
Un mail­lage territorial
 
L’organisation du groupe RES per­met un mail­lage ter­ri­to­r­i­al du pays puisqu’il compte six équipes : deux à Paris, deux à Lyon, une à Bor­deaux et celle de Matthieu Tusch, à Avi­gnon, qui est le point d’ancrage his­torique du groupe. Il nous explique qu’étant chargés du développe­ment des pro­jets avi­gnon­nais, lui et son équipe ont été « les pre­miers à défrich­er la thé­ma­tique du repow­er­ing éolien dans la mesure où l’entreprise s’est ini­tiale­ment dévelop­pée dans le Sud. C’est dans ce cadre que nous nous sommes intéressés au site de Souleil­la-Cor­bières », sur lequel nous revien­drons par la suite.
 
Le repowering
 
Une instal­la­tion éoli­enne a une durée de vie lim­itée, qui peut être pro­longée dans cer­taines con­di­tions. Ain­si, il faut tôt ou tard se pos­er la ques­tion du renou­velle­ment des sites. Les acteurs de l’éolien, les admin­is­tra­tions et les élus locaux doivent engager des dis­cus­sions autour de sites qui ont déjà fait leurs preuves et qui, générale­ment, sont excel­lents sur le plan du poten­tiel éolien. En local, ces sites béné­fi­cient déjà d’une très bonne accep­ta­tion des riverains, d’autant plus que l’amélioration du matériel dimin­ue les nui­sances provo­quées par ces instal­la­tions. Le repow­er­ing est donc le renou­velle­ment de parcs éoliens dans une optique d’amélioration des performances.
 
Il existe trois pos­si­bil­ités de renou­velle­ment qui per­me­t­tront de recon­fig­ur­er le site : mod­i­fi­er la posi­tion ou la taille des éoli­ennes, en installer de plus grandes aux mêmes emplace­ments ou effectuer un renou­velle­ment à l’identique. Bien sûr, les autori­sa­tions à obtenir ne seront pas sim­i­laires selon le type de renou­velle­ment, ce que nous ver­rons dans un sec­ond temps.
 
Typolo­gie des renouvellements
 
Quand nous inter­ro­geons Matthieu Tusch à ce sujet, il nous explique que « le renou­velle­ment à l’identique per­met de pro­roger un site avec du matériel plus récent, mais dans la même con­fig­u­ra­tion et avec les mêmes dimen­sions. Le sec­ond type de renou­velle­ment, que l’on appelle aug­men­ta­tion d’enveloppe, con­serve les mêmes dimen­sions, mais avec une aug­men­ta­tion de la per­for­mance des machines. L’avantage, dans ces deux pre­miers cas, est qu’il s’agit d’une mod­i­fi­ca­tion non sub­stantielle, qui n’engage pas de proces­sus d’autorisation nou­velle. Il n’est donc pas néces­saire de pass­er par une enquête publique, con­traire­ment au dernier type, dans lequel le nou­veau pro­jet est totale­ment dif­férent de celui qu’il rem­place. S’il est le plus con­traig­nant, ce renou­velle­ment per­met les meilleures amélio­ra­tions tant dans le design que dans les performances ».
 
Le parc éolien de Souleilla-Corbières
 
Il s’agit tout sim­ple­ment du pre­mier parc du groupe instal­lé en 2001. Il s’agissait à l’époque du plus grand parc éolien de France, dis­posant d’un gise­ment excep­tion­nel de vent et d’une puis­sance nom­i­nale de 20,8 MW. Il est com­posé de 16 éoli­ennes de 1,3 MW, de mar­que Siemens Game­sa et fonc­tionne avec des machines qui ne sont plus pro­duites. En effet, ce parc a déjà bien­tôt 18 ans d’exploitation der­rière lui. Bien que le parc puisse tourn­er jusqu’à 2025, tant il est bien entretenu, le groupe a pen­sé qu’il fal­lait saisir l’occasion de le renou­vel­er avec des tech­nolo­gies plus récentes.
 
Ne pou­vant mod­i­fi­er les autori­sa­tions obtenues con­cer­nant l’emploi des machines (80 mètres de hau­teur max­i­mum) en rai­son des spé­ci­ficités géo­graphiques du site, RES Group s’est tourné vers le con­struc­teur Poma Leitwind, qui a une manière très inno­vante d’aborder le marché. En effet, ce con­struc­teur s’est ori­en­té vers des machines spé­ci­fiques. Matthieu Tusch nous indique qu’il sera pos­si­ble d’« adapter les tours, les rotors et [que] l’ensemble des accords sont déjà trou­vés sur le plan des autori­sa­tions et oblig­a­tions ». Il pour­suit : « Nous avons trou­vé un con­struc­teur com­péti­tif pou­vant répon­dre aux autori­sa­tions spé­ci­fiques du parc, qui de sur­croît assem­ble ses nacelles en France, dans son usine de Gilly-sur-Isère, en Savoie, où il monte égale­ment des remon­tées mécaniques, qui est une autre de ses activ­ités. RES se réjouit à ce titre de par­ticiper au tra­vers du pro­jet de renou­velle­ment de Souleil­la-Cor­bières à l’atteinte de l’ambition indus­trielle de Poma Leitwind de fab­ri­quer ses machines en France. »
 
Le pro­jet de Souleil­la sem­ble donc être un exem­ple de l’agilité de RES puisque l’entreprise a entamé sa réflex­ion il y a un an seule­ment, tout en étant présente sur qua­tre fronts : le renou­velle­ment des accords ter­ri­to­ri­aux (baux, accords avec la com­mune), l’obtention des autori­sa­tions de renou­velle­ment, la recherche d’un nou­veau con­struc­teur, et l’obtention d’un com­plé­ment de rémunéra­tion com­péti­tif à l’appel d’offres tar­i­faire éolien organ­isé par la Com­mis­sion de régu­la­tion de l’énergie en mai dernier, ouvrant ain­si la voie au finance­ment du pro­jet à venir. Il s’agit là d’un véri­ta­ble tour de force, car les équipes de RES sont par­v­enues à réalis­er entre sep­tem­bre 2017 et mai 2018 ce qui est générale­ment fait en qua­tre à six ans. Ce suc­cès est lié à la par­tic­u­lar­ité de ce pro­jet et surtout à l’obtention très rapi­de des autori­sa­tions. Ce suc­cès per­met égale­ment à RES de se posi­tion­ner sur ce marché à fort poten­tiel et d’afficher son ambi­tion de pro­pos­er ce type de ser­vice à des tiers.
 
Le cadre réglementaire
 
Ce cadre régle­men­taire déter­miné par le groupe de tra­vail de Sébastien Lecor­nu, secré­taire d’État auprès du min­istre de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire, pré­cise les trois cas exposés au début du texte. Il essaie de dif­férenci­er ce qui est sub­stantiel et ce qui ne l’est pas, dans le cadre du renou­velle­ment d’installations et « ce pro­jet a le mérite d’afficher la volon­té gou­verne­men­tale d’au moins main­tenir la capac­ité exis­tante des sites de pro­duc­tion, mais laisse égale­ment enten­dre une aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion sur ces sites » renchérit Matthieu Tusch.
 
Le renou­velle­ment de sites est une excel­lente chose et le repow­er­ing per­met à des sites exis­tants d’être opti­misés, sachant qu’ils dis­posent de poten­tiels énormes ain­si que d’une excel­lente accep­ta­tion des riverains. Cepen­dant, le dan­ger serait de s’orienter unique­ment vers le renou­velle­ment. En effet, si la stratégie est néces­saire, les tech­nolo­gies évolu­ent, les per­for­mances aus­si et nous dis­posons dans tout le pays d’un énorme poten­tiel de parcs éoliens. Ain­si, il est évi­dent qu’il faut ten­dre vers une aug­men­ta­tion du nom­bre de parcs, con­firme Matthieu Tusch : « Il est plus con­fort­able, rapi­de et moins con­traig­nant d’opter pour un renou­velle­ment. Néan­moins au vu des objec­tifs du pays et de ses engage­ments européens et mon­di­aux, on ne peut se lim­iter à cela : il fau­dra aus­si équiper de nou­veaux sites. La cul­ture du con­sen­sus au sein de l’administration et le manque de capac­ité d’arbitrage ralen­tit la fil­ière. Pour don­ner un exem­ple con­cret, si 20 avis sont con­sultés pour une demande d’autorisation, il suf­fit par­fois d’un refus pour que le pro­jet soit remis en ques­tion et aban­don­né. Cette instruc­tion va donc claire­ment dans le bon sens, il faut main­tenant être vig­i­lant à ce que des ini­tia­tives aus­si effi­caces soient mis­es en place pour faciliter les autori­sa­tions des nou­veaux sites afin d’être à la hau­teur du défi de notre siè­cle et ne pas se lim­iter, pour repren­dre les pro­pos de M. Hulot, à une poli­tique des petits pas. »
 
Vous l’aurez com­pris, l’instruction du groupe de tra­vail de Sebastien Lecor­nu, secré­taire d’État auprès du min­istre de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire, s’avère très pos­i­tive, bien qu’elle ne soit à l’heure actuelle tou­jours pas suiv­ie de textes de loi. De plus, le repow­er­ing ne résoudra pas tous les défis de la fil­ière éoli­enne et la con­struc­tion de nou­veaux sites sera néces­saire. Il fau­dra donc dans un pre­mier temps main­tenir nos capac­ités de pro­duc­tion et les sta­bilis­er puis, à court terme, les aug­menter afin d’atteindre les objec­tifs gou­verne­men­taux fixés en matière de pro­duc­tion d’énergie renou­ve­lable. De beaux défis à relever mal­gré les freins admin­is­trat­ifs à contourner… 
Pro­pos recueil­lis par Samy Ellaouzi

À propos de l'auteur

Matthieu Tusch

Matthieu Tusch

Responsable de projets au sein de RES Group.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.