Biogaz Magazine Biogaz

Métiers variés : quels emplois en biogaz ?

Le secteur du biogaz crée des emplois sur des postes très var­iés, les pro­fils recher­chés allant du niveau bac à bac + 2/3 pour les tech­ni­ciens et bac + 5 en ingénierie. Mais la fil­ière recrute aus­si des per­son­nes ayant une expéri­ence dans le secteur. Pour ce qui est des recru­teurs, les très grandes entre­pris­es côtoient les PME et les start-up, sans oubli­er les entre­pris­es du monde agricole.

En moyenne, chaque instal­la­tion d’une unité de méthani­sa­tion génère une dizaine d’emplois indi­rects pour sa mise en œuvre, de l’étude à la réal­i­sa­tion. Par ailleurs, trois ou qua­tre emplois directs sont créés par instal­la­tion. Ces emplois sont liés à l’exploitation et à la main­te­nance (voir schéma).


Des emplois variés

Ce secteur étant rel­a­tive­ment nou­veau, les métiers spé­ci­fiques sont par­fois mal con­nus. Mais ils sont pérennes et local­isés sur tout le ter­ri­toire à prox­im­ité des sites de méthani­sa­tion. Pour bien com­pren­dre quels types d’emplois sont con­cernés, il est néces­saire de revenir sur les dif­férentes étapes d’un pro­jet de méthani­sa­tion. La mise en œuvre de l’unité tout d’abord néces­site les étapes suiv­antes : études et ingénierie, génie civ­il et VRD, équipements, pose des équipements… ; ensuite, l’exploitation et l’entretien requièrent ges­tion des intrants et des cul­tures (des CIVE, cul­tures inter­mé­di­aires, aux cul­tures ali­men­taires util­isées comme gise­ment en méthani­sa­tion) ; et enfin la main­te­nance. D’après l’étude GRDF « L’exploitation et la main­te­nance des unités de pro­duc­tion de biogaz », ces deux secteurs représen­tent d’ores et déjà env­i­ron la moitié des emplois directs de la fil­ière à l’échelle nationale. La ges­tion des CIVE ne représente que peu d’emplois à l’heure actuelle (env­i­ron 150), car elles ne con­cer­nent qu’une faible part des intrants pour les exploita­tions exis­tantes. Chaque étape requiert des com­pé­tences et pro­pose des postes très dif­férents. Petit panorama :

• Études et ingénierie. Situés en amont, les postes con­cernés ici sont nom­breux : chef de pro­jet, coor­di­na­teur, chargé d’études et d’ingénierie, ingénieur procédés et méth­odes, biol­o­giste et chimiste, développeur, ingénieur com­mer­cial. Les entre­pris­es qui recru­tent pour cette phase sont les bureaux d’études, les ensem­bliers, les sociétés de développe­ment de pro­jets. Les com­pé­tences recher­chées pour les postes les plus qual­i­fiés dans les bureaux d’études, chez les développeurs de pro­jets, les con­struc­teurs et les ensem­bliers sont plutôt des com­pé­tences d’ingénieur général­iste ou ayant une spé­cial­i­sa­tion sur des sujets liés aux enjeux de méthani­sa­tion (énergie, mécanique, etc.).

• Génie civ­il, VRD, ter­rasse­ment. Cette étape de mise en œuvre de l’unité de méthani­sa­tion requiert chef de pro­jet, chef de chantier et ouvri­ers. Les entre­pris­es de BTP et de génie civ­il ont les com­pé­tences req­ui­s­es pour cette phase, celles-ci ne sont pas spé­ci­fiques à la fil­ière biogaz.

• Équipements. Les équipements qui com­posent une instal­la­tion de méthani­sa­tion sont de plusieurs ordres : cuves et toits pour l’infrastructure, pom­pes et agi­ta­teurs pour la ges­tion des intrants, équipement haute pres­sion pour la ges­tion des biogaz, matériel de détec­tion et de sécu­rité. Cela recou­vre donc de nom­breuses entre­pris­es, équipemen­tiers et ensem­bliers avec des ingénieurs, des tech­ni­co-com­mer­ci­aux et des ouvri­ers spécialisés.

• Pose des équipements. Pour la mise en place de ces équipements, chef de pro­jet, chef de chantier, ouvri­ers sont égale­ment req­uis par les entre­pris­es qui en font égale­ment tra­vailler d’autres pour le rac­corde­ment élec­trique. Les spé­cial­istes des réseaux de gaz inter­vi­en­nent aus­si pour le branche­ment et la con­nex­ion en fin de chantier.

La pro­duc­tion des CIVE est effec­tuée par les agricul­teurs, de même que le trans­port des intrants.

Pour son exploita­tion, une unité de méthani­sa­tion requiert bien sou­vent au min­i­mum une per­son­ne à temps plein et la ges­tion des CIVE peut con­duire à l’embauche de salariés agri­coles sup­plé­men­taires. L’exploitation d’une unité de méthani­sa­tion demande de bien con­naître son fonc­tion­nement, ce qui sup­pose une for­ma­tion spécifique.

Le tech­ni­cien de main­te­nance d’unités de méthani­sa­tion a un poste clé. La main­te­nance d’une unité de méthani­sa­tion demande une très bonne con­nais­sance de son fonc­tion­nement. Cela implique aus­si une for­ma­tion spécifique.

Une demande de qualification

Comme on le voit, les com­pé­tences req­ui­s­es exis­tent bien sou­vent dans des secteurs proches (traite­ment des eaux et des déchets, secteur pét­role et gaz), mais des for­ma­tions spé­ci­fiques sont sou­vent néces­saires. Les emplois du secteur biogaz sont répar­tis dans tous les ter­ri­toires et non dans de grands cen­tres industriels.

La fil­ière est dynamique et de nom­breux postes vont être à pour­voir, par­ti­c­ulière­ment chef de pro­jet, ingénieur d’études, respon­s­able d’exploitation et tech­ni­cien de main­te­nance (élec­tromé­canique, suivi biologique…). Mais ce secteur étant rel­a­tive­ment nou­veau, les métiers spé­ci­fiques sont par­fois mal con­nus. Devant le nom­bre crois­sant de deman­des de cette fil­ière dynamique et les spé­ci­ficités de cer­tains postes, les dif­fi­cultés de recrute­ment poussent la pro­fes­sion à met­tre en œuvre des for­ma­tions spé­cial­isées en for­ma­tion ini­tiale ou en for­ma­tion con­tin­ue. À décou­vrir dans ce guide.

Source : Les élé­ments de cet arti­cle sont en par­tie tirés d’une étude réal­isée par Bruno Rebelle, directeur général, Tran­si­tions ; Bap­tiste Arnaud, chef de pro­jet, Tran­si­tions ; Ari­ane Aud­i­sio, chef de pro­jet, Tran­si­tions ; Lau­rence Haeusler, direc­trice, In Numeri ; Philippe Quiri­on, directeur de recherche en économie au CNRS ; SMASH, sur la base de l’adaptation de l’outil TETE « Tran­si­tion écologique ter­ri­toire emploi » conçu par Philippe Quiri­on, jan­vi­er 2018, https://territoires-emplois.org

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.