Espace partenaires Magazine Green Innovation Mobilité Verte

La solution e‑mobilité de Screlec pour recycler vos batteries

Face au développe­ment de nou­velles mobil­ités élec­triques, Scr­elec a conçu la solu­tion e‑mobilité pour col­lecter et recy­cler les bat­ter­ies usagées des engins de la petite mobil­ité (vélos à assis­tance élec­trique, scoot­ers, trot­tinettes, skate­boards, draisi­ennes, etc.). Avec 32 000 points de col­lecte Batri­box, Scr­elec a col­lec­té en France, en 2020, 5 121 tonnes, soit 205 mil­lions de piles et bat­ter­ies. Toutes les bat­ter­ies col­lec­tées sont recy­clées et 75 % de leurs com­posants sont récupérés et val­orisés, favorisant le principe d’économie circulaire.

Green inno­va­tion. Pou­vez-vous expli­quer ce qu’est un éco-organ­isme et nous en dire plus sur l’activité de Scr­elec, l’éco-organisme que vous dirigez ?

Emmanuel Tou­s­saint-Dau­vergne. Scr­elec est un éco-organ­isme fon­da­teur de la fil­ière de recy­clage des piles et bat­ter­ies en France. Il y a plus de 23 ans, nos admin­is­tra­teurs se sont regroupés pour organ­is­er la col­lecte, le tri et le recy­clage des piles et des bat­ter­ies, dans le cadre d’un développe­ment régle­men­taire qui a incité à la créa­tion des éco-organismes.

Un éco-organ­isme est donc une struc­ture à but non lucratif d’intérêt général qui a pour mis­sion de ren­dre un ser­vice mutu­al­isé à tous les fab­ri­cants d’un pro­duit qui est con­cerné par une réglementation.

En France, le principe de la respon­s­abil­ité élargie du pro­duc­teur (REP) indique qu’un fab­ri­cant est respon­s­able de ses déchets jusqu’à ce qu’ils soient recy­clés. Il adhère très sou­vent à un éco-organ­isme qui va pro­pos­er un ser­vice de col­lecte, de tri et de recy­clage de ses déchets. Ce qui per­met en fait au déten­teur de la bat­terie (par­ti­c­uli­er ou entre­prise) de la rap­porter dans n’importe quel point de col­lecte, quel que soit le fab­ri­cant du pro­duit ; nous la récupérons et la recy­clons par la suite. L’objectif est que ce ser­vice soit entière­ment gra­tu­it : le fab­ri­cant, au moment de la mise sur le marché de la bat­terie, a déjà ver­sé une con­tri­bu­tion à un éco-organ­isme afin qu’il puisse en assur­er le recyclage.

En tant qu’éco-organisme, nous inter­venons en métro­pole et dans les départe­ments d’outre-mer, c’est-à-dire que, partout, chaque Français doit avoir accès à un sys­tème de ges­tion organ­isé de ses déchets pour éviter les pollutions.

En 2020, vous avez lancé la fil­ière volon­taire e‑mobilité. Quel est l’enjeu envi­ron­nemen­tal de cette solution ?

Cette inno­va­tion a pour but d’apporter un ser­vice à des acteurs qui recherchent des solu­tions d’élimination de leurs déchets. Autre­fois, lorsque nous étions enfants, nos trot­tinettes n’avaient pas de bat­terie. Main­tenant, elles sont élec­triques, et l’un des prob­lèmes par rap­port à ce pro­duit, qui a eu un très fort suc­cès sur le marché, est de trou­ver une fin de vie, une organ­i­sa­tion, un sys­tème pour col­lecter, tri­er et recy­cler leurs bat­ter­ies. C’est pour cela que ces acteurs se sont tournés vers nous pour nous deman­der de gér­er aus­si ce type de déchets provenant des trot­tinettes ou des vélos élec­triques. Nous avons donc répon­du favor­able­ment, en leur pro­posant le même principe, la même organ­i­sa­tion via le verse­ment d’une éco­con­tri­bu­tion. Nous nous sub­sti­tuons à eux en pro­posant un ser­vice de col­lecte partout et en assur­an­le recy­clage des déchets.

Nous met­tons gra­tu­ite­ment à la dis­po­si­tion de ces acteurs des équipements afin que l’ensemble soit géré d’une manière très sécurisée et que les déten­teurs de bat­ter­ies puis­sent nous les remet­tre en respec­tant toutes les con­signes. Pour cela, nous avons instau­ré une forte com­mu­ni­ca­tion autour de la sen­si­bil­i­sa­tion à la bonne ges­tion du point de col­lecte. Ensuite, une fois que ce point de col­lecte est créé, nous assurons l’enlèvement et la fin de vie des déchets récupérés.

Je pense qu’il est impor­tant qu’il y ait une réflex­ion sur le sujet. Aujourd’hui, la mobil­ité est un exem­ple de fédéra­tions respon­s­ables, comme la FPMM (Fédéra­tion des pro­fes­sion­nels de la micro­mo­bil­ité), qui se sont saisies du sujet. Peut-être que d’autres fédéra­tions qui déti­en­nent des bat­ter­ies dans d’autres activ­ités pour­raient aus­si anticiper ce même type de démarche. 

À propos de l'auteur

Emmanuel Toussaint-Dauvergne

Directeur général du Screlec.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.