Photovoltaïque / Solaire / Eolien

L’industrie du photovoltaïque entre croissance et difficultés

Selon les chiffres avancés par l’Association Européenne du Pho­to­voltaïque (EPIA), en 2030, l’utilisation de l’énergie solaire per­me­t­tra de réduire l’émission de gaz à effet de serre de 1,6 mil­liard de tonnes par année. Fin 2012, l’Europe comp­tait déjà près de 7 000 000 tonnes de pan­neaux pho­to­voltaïques instal­lés. D’ici 2015, ce chiffre devrait doubler. 

Compte tenu de l’impact envi­ron­nemen­tal des éner­gies pro­duites par voie con­ven­tion­nelle et des besoins d’énergie élec­trique tou­jours plus grands, l’industrie du pho­to­voltaïque est en fort développe­ment depuis les années 1990. L’énergie solaire revient en effet moins cher que le chauffage au fuel et s’impose de plus en plus dans les régions les plus ensoleil­lées du monde. Depuis 2005, des cen­trales pho­to­voltaïques puis­santes s’installent dans les pays lead­ers du marché : aux États-Unis, en Inde, en Chine, en France, en Alle­magne ou encore au Por­tu­gal, et devi­en­nent ain­si un enjeu majeur pour le développe­ment de la fil­ière photovoltaïque.

Cepen­dant, les fail­lites récentes de plusieurs fab­ri­cants spé­cial­isés révè­lent la fragilité de ce marché. Le nom­bre des entre­pris­es ayant déposé le bilan au cours des deux dernières années (Q‑Cells, Solon, Solarhy­brid en Alle­magne, Eva­sol, Pho­towatt ou Area-France­r­am en France, Ever­green Solar et Solyn­dra aux États-Unis) est en forte aug­men­ta­tion du fait de graves dif­fi­cultés finan­cières et d’une con­cur­rence crois­sante à l’échelle inter­na­tionale, notam­ment face aux fab­ri­cants chi­nois. Les entre­pris­es alle­man­des Bosch et Siemens ont ain­si annon­cé l’arrêt de leurs activ­ités liées à l’énergie solaire.

Un marché mon­di­al haute­ment concurrentiel

En 2010, 50 % du marché mon­di­al du secteur pho­to­voltaïque était partagé par seule­ment six grandes firmes : Q‑Cells (Alle­magne), Sun­tech Pow­er, JA Solar, Tri­na Solar et Ying­ly (Chine) et First Solar (États-Unis). En 2013, plus de la moitié des cel­lules et des pan­neaux pho­to­voltaïques fab­riquées dans le monde étaient conçues et assem­blées en Chine… Face à cette sit­u­a­tion, le 4 juin dernier, la Com­mis­sion européenne rendait pub­lic la déci­sion d’imposer des mesures antidump­ing pro­vi­soires pour les impor­ta­tions de mod­ules pho­to­voltaïques en sili­ci­um cristallin et les com­posants clés (cel­lules et pla­que­ttes) en prove­nance de Chine. Selon les infor­ma­tions pub­liées sur le site de l’EPIA, même si le Con­seil représen­tant les 27 mem­bres de l’Union européenne doit finalis­er sa déci­sion au mois de décem­bre 2013, une taxe tran­si­toire de 11,8 % est d’ores et déjà appliquée depuis le 6 juin dernier sur les pan­neaux solaires importés de Chine. À par­tir du 6 août 2013, les droits de douane aug­menteront jusqu’à 47,6 %.

Un an après les États-Unis (où la taxe d’importation atteint 250 % de la valeur de marchan­dise), l’Union européenne pro­pose ces mesures de rétor­sion et compte ain­si sauver ses PME d’une fail­lite pro­gram­mée sur un marché très con­cur­ren­tiel. Selon le com­mis­saire européen au Com­merce, Karel de Gucht, cette action vise à main­tenir une con­cur­rence loyale et con­tribuer au respect des règles com­mer­ciales inter­na­tionales de l’Organisation mon­di­ale du com­merce aux­quelles l’Europe et la Chine ont souscrit. Ain­si, ces nou­velles tax­es devraient ralen­tir l’afflux des pan­neaux chi­nois excé­den­taires ven­dus à prix bradés sur le marché européen. Par­al­lèle­ment à ces mesures, l’Union européenne a lancé en juin 2013 un nou­veau pro­jet bap­tisé « MED DESIRE » (MEDiter­ranean DEvel­op­ment of Sup­port schemes for solar Ini­tia­tives and Renew­able Ener­gies), réal­isé dans le cadre du pro­gramme de coopéra­tion trans­frontal­ière. MED DESIRE vise à sup­primer les bar­rières juridiques, régle­men­taires et économiques pour con­tribuer au décol­lage de l’énergie solaire dans tout le Bassin méditerranéen.

Pour con­tre­bal­ancer les mesures pris­es par l’Union européenne, la Chine cherche égale­ment à stim­uler son marché domes­tique de l’électricité solaire. Un récent plan nation­al vise à pro­mou­voir en Chine le développe­ment des éner­gies solaires ain­si que la R&D en la matière. L’envergure des mesures pris­es par les prin­ci­pales puis­sances pho­to­voltaïques (Chine, États-Unis, Europe) mon­tre que l’industrie solaire est aujourd’hui con­sid­érée comme une ini­tia­tive stratégique que l’action publique essaie d’encadrer, de struc­tur­er et d’accompagner sur les marchés inter­na­tionaux. La pro­duc­tion des pan­neaux solaires chi­nois est ain­si sub­ven­tion­née à hau­teur de 80 % par Pékin. Des inci­ta­tions finan­cières (déduc­tions fis­cales, tar­ifs de rachats bonifiés de l’électricité pro­duite pour le réseau pub­lic, etc.) encour­a­gent l’installation de pan­neaux pho­to­voltaïques dans de nom­breux autres pays (Alle­magne, Japon, Espagne, États-Unis, Aus­tralie, etc.) sou­vent à des con­di­tions très attractives.

Le marché français du photovoltaïque

En France, mal­gré l’intérêt des acteurs publics et privés, le développe­ment du pho­to­voltaïque reste lent : d’après les don­nées pub­liées par EDF, l’énergie solaire représen­tait seule­ment 3,7 % de l’ensemble de l’électricité pro­duite en France en 2011. Fin mars 2013, on recen­sait seule­ment 271 011 instal­la­tions pho­to­voltaïques rac­cordées au réseau géré par ERDF, et 32 723 instal­la­tions restaient en attente de rac­corde­ment. Pour­tant, l’intérêt des Français envers les éner­gies renou­ve­lables aug­mente : d’après le baromètre sur les éner­gies renou­ve­lables de l’IFOP, 96 % des Français sont favor­ables à leur développe­ment. Or, si la pro­duc­tion française d’électricité pho­to­voltaïque est en pro­gres­sion, elle demeure tou­jours large­ment en retrait par rap­port aux lead­ers mon­di­aux (Alle­magne, Ital­ie, Espagne). Il en va de même face aux pays pro­duc­teurs de pan­neaux pho­to­voltaïques, la Chine, le Japon et Taïwan ayant une impor­tante longueur d’avance face à l’industrie pho­to­voltaïque française. Le rap­port de la mis­sion CGEIET/CGEDD sur l’éolien et le pho­to­voltaïque daté de sep­tem­bre 2012 chiffre ain­si le déficit com­mer­cial français dans le secteur à 1,35 mil­liard d’euros. Pour remédi­er au prob­lème, les mesures ne man­quent pas. En 2011, le gou­verne­ment français a d’abord procédé à une révi­sion des tar­ifs d’achat de l’électricité pho­to­voltaïque et à la mise en place d’appels d’offres pour les sys­tèmes de plus de 100 kW. En jan­vi­er dernier, la min­istre de l’Écologie Del­phine Batho a présen­té un plan de sauve­tage du pho­to­voltaïque français avec pour ambi­tion de dou­bler la capac­ité de pro­duc­tion dans le pays. Avec le même plan, le min­istère de l’Écologie a fait évoluer les critères d’appels d’offre pour grandes, moyennes et petites entre­pris­es afin de soutenir les pro­duc­teurs français dans un con­texte de « con­cur­rence déloyale » (selon la min­istre). L’intégration des instal­la­tions pho­to­voltaïques dans la con­struc­tion de loge­ments fait égale­ment par­tie des pri­or­ités gou­verne­men­tales. Selon l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), les appli­ca­tions pour rési­dences indi­vidu­elles (puis­sance nom­i­nale inférieure ou égale à 9 KW) et col­lec­tives (puis­sance nom­i­nale de 9 kW à 120 kW) gag­nent du ter­rain, ain­si que les appli­ca­tions sur bâti­ments ter­ti­aires et indus­triels (puis­sance nom­i­nale de 120 kW à 250 kW). Peu à peu, on avance vers la réal­i­sa­tion de l’objectif du Grenelle de l’Environnement visant à met­tre en place une oblig­a­tion de con­cevoir tous les bâti­ments neufs « à énergie pos­i­tive » en 2020, en inté­grant notam­ment le pho­to­voltaïque sur les nou­veaux pro­jets de construction.

Grâce à ces divers­es mesures, l’offre se diver­si­fie. Depuis quelques temps, EDF pro­pose aux par­ti­c­uliers des pan­neaux solaires sur-mesure inté­grés au bâti. Les par­ti­c­uliers sont égale­ment encour­agés à pro­duire de l’électricité solaire en réal­isant des investisse­ments écologiques et renta­bles. N’importe qui peut ain­si devenir pro­duc­teur de l’électricité solaire pour injecter une par­tie ou l’intégralité de sa pro­duc­tion dans le réseau. Celle-ci peut sur sim­ple demande être achetée par EDF ou par une entre­prise locale de dis­tri­b­u­tion d’électricité à un tarif d’achat déter­miné par l’État.

Cepen­dant, l’expansion à grande échelle du pho­to­voltaïque est encore freiné par un fac­teur d’ordre économique : les coûts par kW d’électricité solaire restent net­te­ment plus élevés par rap­port aux autres fil­ières con­ven­tion­nelles ou renou­ve­lables. Les recherch­es tech­nologiques per­me­t­tant des ren­de­ments plus élevés et des coûts de pro­duc­tion plus faibles restent donc une pri­or­ité pour que ce secteur puisse durable­ment se développer.

Mal­gré les mesures récentes du gou­verne­ment français, le Groupe Solaire de France, l’un des lead­ers du secteur, se dit tou­jours mis à mal par les tar­ifs bas de rachat et une boni­fi­ca­tion tar­i­faire en dan­ger. Face à cette sit­u­a­tion, David Haïun, prési­dent du groupe leader du pho­to­voltaïque rési­den­tiel en France, s’adressait le 31 mai 2013, dans une let­tre pub­liée dans la presse, à la min­istre de l’Écologie, du Développe­ment durable et de l’Énergie pour lui pro­pos­er de met­tre en place un dis­posi­tif d’autoliquidation de la TVA pour les instal­la­teurs des pan­neaux solaires résidentiels.

Quelles per­spec­tives pour l’énergie pho­to­voltaïque ?

Si la part du pho­to­voltaïque a aug­men­té ces dernières années dans la pro­duc­tion mon­di­ale d’électricité, elle demeure néan­moins très lim­itée par rap­port aux autres éner­gies renou­ve­lables. Pour attein­dre les objec­tifs de pro­duc­tion d’électricité solaire fixés pour 2030, l’Union européenne a mis en œuvre un pro­gramme de recherche pour le développe­ment tech­nologique et l’optimisation de l’utilisation des ressources ad hoc. Ce pro­gramme a pour voca­tion d’assurer la pro­mo­tion du pho­to­voltaïque auprès des investis­seurs, à favoris­er la com­mu­ni­ca­tion et le com­merce entre les pays mem­bres de l’Union dans ce domaine.

Pen­dant que les dif­fi­cultés per­sis­tent sur le Vieux Con­ti­nent, aux États-Unis et en Chine, le Japon « post-Fukushi­ma » est en passe de devenir le plus grand marché mon­di­al du solaire. Durant le pre­mier trimestre 2013, le nom­bre d’installations pho­to­voltaïques y a aug­men­té de près de 270 %. Après les trem­ble­ments de terre et les tsunamis de 2011 ayant causé la fer­me­ture défini­tive des cen­trales nucléaires et une pénurie d’électricité dans tout le pays, le gou­verne­ment japon­ais a mis en place un ensem­ble de mesures pour dévelop­per l’industrie et la pro­duc­tion pho­to­voltaïques, et prévoit un investisse­ment de 20 mil­liards de dol­lars en 2013 dans ce secteur (con­tre 11 mil­liards investis en 2012). Un marché par­ti­c­ulière­ment attrac­t­if s’ouvre du côté du pays du Soleil-Lev­ant, même si les obsta­cles pro­tec­tion­nistes (préférence pour les mar­ques nip­ponnes, cer­ti­fi­ca­tions et normes dras­tiques, etc.) risquent de restrein­dre l’accès à ce marché en plein développement.

Ain­si, pour la pre­mière fois dans l’histoire du pho­to­voltaïque, le moteur de la crois­sance de ce marché économique se déplac­era de l’Europe vers l’Asie qui con­cen­tre désor­mais 45 % de la demande mondiale.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.