Divers Photovoltaïque / Solaire / Eolien

Quel avenir pour l’autoconsommation photovoltaïque ?

Il s’agissait encore il y a quelques années d’un effet de mode, d’une forme de con­som­ma­tion isolée réservée aux écol­o­gistes et aux zones rurales privées du réseau élec­trique. Aujourd’hui, l’autoconsommation pho­to­voltaïque dépasse le cadre de l’utopie.

L’autoconsommation pho­to­voltaïque est aujourd’hui encour­agée par dif­férents acteurs, à com­mencer par le gou­verne­ment qui a récem­ment adop­té des lois pour favoris­er sa démoc­ra­ti­sa­tion. Bien que seuls 5 000 par­ti­c­uliers aient jusqu’à présent opté pour une instal­la­tion en auto­con­som­ma­tion, ce nom­bre devrait con­sid­érable­ment aug­menter dans les années à venir.

L’autoconsommation pho­to­voltaïque, un virage impos­si­ble sans volon­té politique

Lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, meilleure inté­gra­tion à l’environnement, recy­clage des com­posants, économies d’énergie… : les avan­tages des éner­gies renou­ve­lables, en par­ti­c­uli­er ceux des pan­neaux solaires, sont nom­breux. Pour inciter les par­ti­c­uliers à abor­der le virage de la tran­si­tion énergé­tique, le gou­verne­ment a pris les choses en main. En févri­er 2017, le Sénat allait dans le même sens que l’Assemblée nationale en approu­vant le texte d’un pro­jet de loi visant à encour­ager les par­ti­c­uliers et les entre­pris­es à miser sur le pho­to­voltaïque. Un pro­jet ambitieux, lancé sous l’impulsion de l’ancienne min­istre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Ségolène Roy­al, dont le relais devra être assuré par Nico­las Hulot, nom­mé récem­ment min­istre de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire. Ce pro­jet de loi établit des règles plus claires con­cer­nant l’autoconsommation d’électricité. Il oblige notam­ment les four­nisseurs à faciliter la tran­si­tion énergé­tique, définit plus claire­ment le con­cept d’autoconsommation col­lec­tive et fixe un prix d’utilisation des réseaux publics.

En mai dernier, un nou­veau pas en avant décisif a été réal­isé par le gou­verne­ment afin de boost­er l’autoconsommation d’énergie solaire. L’arrêté pub­lié le 10 mai 2017 lève d’anciennes bar­rières et ouvre véri­ta­ble­ment la voie de l’autoconsommation. Ce change­ment de mod­èle peut se résumer en un mot : décentralisation.

La décen­tral­i­sa­tion, pili­er de la tran­si­tion énergétique

Grâce au nou­v­el arrêté de mai 2017, à la loi du 26 févri­er 2017 et au décret 2017–676 du 28 avril de la même année, place au fonc­tion­nement col­lab­o­ratif en réseau. La vente inté­grale de l’énergie pro­duite, qui a per­mis au secteur de pren­dre racine, est désor­mais obsolète. L’autoconsommation col­lec­tive con­stitue aujourd’hui une solu­tion d’avenir promet­teuse, une petite révo­lu­tion dans la fil­ière énergé­tique cen­sée faire de la cen­tral­i­sa­tion une réal­ité. Con­crète­ment, il s’agit d’abandonner la pro­duc­tion d’énergie pour sat­is­faire ses pro­pres besoins au prof­it du partage de l’énergie pro­duite entre dif­férents util­isa­teurs, par exem­ple entre les com­merces d’un même quarti­er ou des pro­prié­taires vivant dans un même immeuble.

Un tel change­ment de mod­èle impose une ges­tion dif­férente. Et de ce point de vue, une des clés s’appelle Linky. Ce comp­teur com­mu­ni­quant est un boîti­er intel­li­gent qui envoie et reçoit des don­nées sans l’intervention d’un tech­ni­cien. On en dénom­bre déjà plus de deux mil­lions en France. Théorique­ment, Enedis, fil­iale d’EDF, devrait rem­plac­er d’ici à 2021 90 % des comp­teurs exis­tants par ces boîtiers intel­li­gents. La France pour­rait ain­si attein­dre l’objectif d’une direc­tive européenne datant de 2009 qui prévoit l’installation de comp­teurs com­mu­ni­cants dans huit foy­ers européens sur dix. Linky per­met la relève automa­tique de la con­som­ma­tion et une meilleure maîtrise de sa con­som­ma­tion d’énergie grâce à une puis­sance adap­tée aux besoins de cha­cun. Par ailleurs, Linky facilite les change­ments de domi­cile. Lorsqu’un nou­veau locataire emmé­nage, il ne doit pas atten­dre l’arrivée du tech­ni­cien pour avoir de l’électricité. La ges­tion à dis­tance est rapi­de et automa­tique, et générale­ment effec­tuée en moins de 24 heures.

Que dis­ent les four­nisseurs d’énergie ?

Les four­nisseurs d’énergie, avec EDF comme chef de file, se voient donc con­traints de pren­dre le train du renou­ve­lable. Un train dans lequel ils n’avaient jusqu’à présent mis qu’un pied. EDF avait, au début des années 2000, une belle occa­sion à saisir, celle de devenir le pio­nnier en déman­tèle­ment nucléaire. Mais le pre­mier pro­duc­teur d’électricité au monde a préféré laiss­er fil­er le train pour des raisons stratégiques, refu­sant d’abandonner un mod­èle bien ancré et très rentable, et s’accrochant à l’idée que le nucléaire était syn­onyme d’indépendance énergé­tique. EDF essaie main­tenant de refaire son retard. En juin 2016, l’électricien a lancé une offre pho­to­voltaïque bap­tisée « Mon soleil & moi ». Au même moment, Engie pro­po­sait un ser­vice sim­i­laire, « My Pow­er ». Les four­nisseurs d’énergie sem­blent enfin avoir com­pris qu’il était dans leur intérêt d’accompagner la tran­si­tion énergé­tique puisqu’il s’agit d’un phénomène inéluctable qui se réalis­era avec ou sans eux. Ce sera avec, quoiqu’il arrive, étant don­né que le gou­verne­ment les oblige à être de la par­tie. Cela dit, le chemin est encore long et de nom­breux obsta­cles devront être sur­mon­tés pour men­er à bien la tran­si­tion énergé­tique. Pour Enedis, une des plus grandes préoc­cu­pa­tions s’appelle le TURPE (Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité). Le prix d’acheminement de l’électricité, payé par les con­som­ma­teurs, doit être revu à la hausse au plus vite, car il ne reflète plus la réal­ité. Mal­gré une reval­ori­sa­tion récente, le TURPE reste trop peu élevé aux yeux des dirigeants d’Enedis pour amor­tir les coûts engen­drés par la tran­si­tion énergé­tique tels que le stock­age, l’intégration au réseau et l’autoconsommation. Comme nous pou­vions nous y atten­dre, la tran­si­tion énergé­tique et l’autoconsommation pho­to­voltaïque ne font que commencer…

À propos de l'auteur

Anne Lecointré

Anne Lecointré

Journaliste spécialisée

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.