RSE

PRODURABLE place l’innovation et le partage au coeur de sa dixième édition

Green Inno­va­tion. Le salon PRODURABLE qui s’est tenu en mars dernier enreg­istre une forte fréquen­ta­tion cette année…

Cécile Colon­na d’Istria. Oui, ce résul­tat est ent­hou­si­as­mant ! Et cela, pour de nom­breuses raisons. Déjà parce que l’on voit une appé­tence crois­sante du monde de l’entreprise pour les enjeux que nous défendons depuis dix ans déjà. Et cela se matéri­alise par un nom­bre de vis­i­teurs en très forte aug­men­ta­tion puisque nous avons enreg­istré plus de 30 % de vis­i­teurs en plus en 2017. Entre 2016 et 2017, ce nom­bre est passé de 4 000 à 5 200 ! Et si l’on veut aller plus loin : en 2015,  il était de 2 500…

Un  grand motif de sat­is­fac­tion aus­si, réside dans l’appréciation pos­i­tive des nos parte­naires et de nos exposants. Ils évo­quent des moments mag­iques de con­vivi­al­ité, de qual­ité de con­tenus, de facil­ités de con­tacts. Et cela fait tou­jours plaisir pour un organisateur ! 

Green Inno­va­tion. Déjà dix ans d’existence pour ce ren­dez-vous devenu incon­tourn­able dans le secteur de la RSE ?

Cécile Colon­na d’Istria. Oui, cela fait dix ans que nous avons ini­tié cet événe­ment. Nous avons abor­dé ce salon avec des leviers de man­age­ment, de mobil­i­sa­tion, de stratégie, de busi­ness… Et cela était l’enjeu. La toute pre­mière édi­tion s’est tenue à la Grande Arche de la Défense. Par la suite nous avons rejoint le CNIT puis, en 2010 le Palais des Con­grès pour la qual­ité de ses salles de con­férences néces­saires dans le cadre de notre organisation.

Et nous nous sommes posi­tion­nés sur l’idée que le Développe­ment durable représen­tait un levi­er et, de créa­tion de valeurs. Dans notre analyse, ce développe­ment représen­tait une immense révo­lu­tion indus­trielle et économique qui se dessi­nait… Et il fal­lait accom­pa­g­n­er ce change­ment majeur à tra­vers les entre­pris­es ! Pour cela,  les ter­mes de Développe­ment durable et de RSE ont été très vite évo­qués ; je con­tin­ue tou­jours à met­tre les deux mots ensem­ble. De nos jours, de nom­breuses per­son­nes ne savent pas tou­jours décrypter la sig­ni­fi­ca­tion exacte de la RSE. Le Développe­ment durable représente l’objectif, la RSE est quant à elle la pos­ture de l’entreprise dans tout ce qu’elle peut met­tre en place pour un développe­ment respon­s­able. Et notre créneau d’origine est bien fondé sur cet axe précis.

Green Inno­va­tion. Vous affirmez donc que le Développe­ment durable est un véri­ta­ble levi­er de valeurs ?

Cécile Colon­na d’Istria. Oui, il l’est et… pour tous ! En effet, sur le plan économique et celui de la com­péti­tiv­ité,  le Développe­ment durable inté­gré au sein de l’entreprise est très dis­tin­guant, c’est un levi­er de gains de parts de marché. Le Développe­ment durable per­met d’aller au-delà de l’aspect économique et… de décou­vrir des tal­ents, de les attir­er et de les retenir. Aujourd’hui les jeunes choi­sis­sent leurs entre­pris­es en fonc­tion de l’engagement des celles-ci. 

Le Développe­ment durable est gain en terme de ver­tu. Et, je trou­ve cela fan­tas­tique ! Notre état d’esprit réside dans un mes­sage sim­ple, celui dire que cet engage­ment est une démarche de progrès. 

Certes, nous devons avancer step by step. Et comme le racon­te très bien Pierre Rah­bi lorsqu’il con­te une légende amérin­di­enne, à l’image du Col­ib­ri : il faut que cha­cun fasse sa part… La somme des actions indi­vidu­elles ou col­lec­tives doit créer une immense action glob­ale !  Il s’agit vrai­ment d’agir à son niveau et locale­ment pour des enjeux qui nous dépassent…

Green Inno­va­tion. Vous évo­quez donc  un développe­ment respon­s­able au ser­vice de l’humanité ?

Cécile Colon­na d’Istria. Oui, finale­ment le Développe­ment durable est cette sorte de bon sens avec un peu d’éthique et de ver­tu qui vous ramène à la notion qu’il ne faut abuser de rien ni de per­son­ne. L’engrenage du tou­jours plus n’est pas salu­taire, il faut finale­ment voir plus loin, plus large ! Voir plus loin en se pro­je­tant dans le temps et, plus large en pen­sant à la glob­al­ité de son activ­ité. Il s’agit donc d’avoir une vision glob­ale et non étroite dans le temps et dans l’espace.

Green Inno­va­tion. Vous avez tou­jours été portée par ces notions de valeurs et de vertu ?

Cécile Colon­na d’Istria. Je n’ai jamais été véri­ta­ble­ment écol­o­giste. Mais dans ma vie per­son­nelle, j’ai tou­jours rejeté cette notion d’abus.  Et d’ailleurs j’ai tou­jours aimé le bois, le fer… en fait des matières brutes et naturelles. Je con­somme la nour­ri­t­ure locale, et bio de temps en temps. L’artificiel ne m’intéresse pas fon­da­men­tale­ment. Au fond de moi, j’attache beau­coup d’importance à l’éthique. Et, je dirais que le Développe­ment durable tourne autour de cette éthique au plus proche de la nature. Et si nous met­tons un peu de cette éthique à toutes les sphères de la société, nous par­venons à un développe­ment souten­able, respon­s­able et respectueux de tous.

Pour accom­pa­g­n­er cette démarche : faut-il faire des lois, de la régle­men­ta­tion  ou au con­traire des incen­tives, de l’accompagnement, de la sen­si­bil­i­sa­tion ? Ce sont des voies dif­férentes, elles sont sur des modes con­traig­nants ou volontaires.

Effec­tive­ment, nous avons com­mencé par la con­trainte. Des normes ou des labels ont per­mis aux entre­pris­es de se dis­tinguer. Mais, fon­da­men­tale­ment ces normes ne suff­isent pas. Et j’ai sen­ti que l’année 2015 serait une année charnière, celle du regard des entre­pris­es sur les enjeux de ce développe­ment. Et l’on a pu con­stater que nom­bre d’entre elles se sont con­stru­ites avec l’ ADN… des valeurs sociales (ESS) ou envi­ron­nemen­tales ! Et l’agriculture bio en France a une crois­sance à deux chiffres. Le grand bas­cule­ment de l’entreprise provient de sa com­préhen­sion de l’enjeu économique à faire autrement !

Green Inno­va­tion. Quels sont les acteurs qui selon vous ont porté ce mou­ve­ment responsable ?

Cécile Colon­na d’Istria. Je crois que ce mou­ve­ment vient des petites entre­pris­es. Et, les grands ont com­pris par la suite leur intérêt économique et financier. Et aujourd’hui ces derniers sont très impliqués sur ces sujets-là. Et tout cela, car la rai­son écologique a ren­con­tré la rai­son économique comme le dit très bien Tris­tan Lecomte. Et je le ressens comme tel, il y a une sorte de syn­chro­ni­sa­tion qui s’est opérée entre les défis envi­ron­nemen­taux et soci­aux et ceux économiques et financiers.

L’ensemble des acteurs a envie de s’investir dans cette démarche pour des raisons économiques et de respect de la nature. Le monde social et financier évolue aus­si dans ce sens. De nos jours, tous les domaines d’activités sont concernés !

Le con­som­ma­teur est devenu infor­mé et soucieux de ces aspects. Et depuis plusieurs années, nous véhicu­lons ce mes­sage au cœur des métiers. L’évolution est là, elle est telle que cer­tains jeunes sont prêts à tra­vailler avec des salaires moin­dres s’ils sont en adéqua­tion avec les valeurs de l’entreprise. Et je trou­ve cela mer­veilleux !  Pour moi, tout cela propulse vers l’innovation. En fait il s’agit de faire autrement par rap­port à la façon dont nous avons tou­jours procédé. Ce néces­saire change­ment nous propulse vers l’innovation. Et le Développe­ment durable bous­cule les fil­ières, les méth­odes. Si l’on rajoute le col­lab­o­ratif (inter­net, les réseaux soci­aux), je dirais que les sociétés de l’avenir peu­vent con­stru­ire l’avenir de la société ! 

Green Inno­va­tion. La thé­ma­tique de cette année était  « Inno­va­tion et partage »…

Cécile Colon­na d’Istria. Il s’agissait de célébr­er cette dix­ième année !  Et pour moi, les deux piliers de la société sont dans ces deux mots-là. Au-delà de l’innovation qui s’opère, la notion de partage est très intéres­sante. Le thème phare de cette année était «   La nature ».  Au total 5200 pro­fes­sion­nels, 183 parte­naires 77 con­férences, 7 par­cours thé­ma­tiques, 253 inter­venants, 70 jour­nal­istes et blogueurs étaient présents. Nos Trophées,  le Baromètre Enjeux RSE, nos con­férences thé­ma­tiques très suiv­ies, autant de réus­sites et, qui seront présentes lors de la prochaine édi­tion pour laque­lle nous souhai­te­ri­ons compt­abilis­er 6 000 visiteurs…

Pro­pos recueil­lis par Marie Cornet-Ashby

À propos de l'auteur

Cécile Colonna d’Istria

Cécile Colonna d’Istria

Cécile Colonna d’Istria est présidente et fondatrice du salon PRODURABLE.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.