Magazine Blue Innovation

Le Togo et l’économie bleue

Blue Inno­va­tion. Le 15 octo­bre 2016, à l’initiative de l’Union africaine, les chefs d’État et de gou­verne­ment africains se sont réu­nis à Lomé, au Togo, pour un Som­met extra­or­di­naire sur la sécu­rité et la sûreté mar­itimes et le développe­ment en Afrique. Quels furent les résul­tats de ce sommet ?

Robert Dussey. Je voudrais de prime abord rap­pel­er que l’objectif affiché du Som­met de Lomé a été de rassem­bler, sous le con­trôle de l’Union africaine, les gou­ver­nants des États mem­bres, les com­mu­nautés économiques régionales, les insti­tu­tions et organ­i­sa­tions africaines et inter­na­tionales spé­cial­isées dans les ques­tions mar­itimes et con­nex­es pour dis­cuter et trou­ver des solu­tions aux maux qui minent le secteur mar­itime africain.

Au vu de cet objec­tif, les résul­tats sont très sat­is­faisants étant don­né que Lomé a accueil­li plusieurs mil­liers d’experts mar­itimes qui se sont penchés sur plusieurs ques­tions, notam­ment la lutte con­tre la pira­terie mar­itime, la pêche INN [NDLR : illicite, non déclarée et non régle­men­tée], l’économie bleue entre autres. D’importantes recom­man­da­tions ont été faites au cours de ces échanges et sont com­pilées dans les actes fin­aux du Som­met de Lomé. Ces actes con­stituent un vivi­er impor­tant de solu­tions aux dif­férents défis aux­quels le secteur mar­itime africain est con­fron­té. Le plus pré­cieux des résul­tats est bien évidem­ment la sig­na­ture à Lomé, par 33 pays, de la Charte africaine sur la sécu­rité et la sûreté mar­itimes et le développe­ment, dite Charte de Lomé. Il s’agit d’un out­il impor­tant de coor­di­na­tion de l’action des États africains dans le secteur mar­itime, le pre­mier du genre sur le continent.

Blue Inno­va­tion. Le pre­mier Forum sur l’économie bleue en Afrique s’est déroulé en juin 2018 à Lon­dres. Pensez-vous que l’Afrique prenne suff­isam­ment con­science des oppor­tu­nités que lui con­fèrent ses richess­es marines ?

Robert Dussey. L’Afrique a tou­jours con­science des oppor­tu­nités que lui con­fèrent ses richess­es marines. Cette prise de con­science a été exprimée lors du som­met de l’Union africaine de jan­vi­er 2014 à Addis Abe­ba à tra­vers l’adoption de la Stratégie africaine inté­grée pour les mers et les océans à l’horizon 2050 (Stratégie AIM 2050). Elle a été con­fir­mée à Lomé et il suf­fit de voir, pour ce faire, l’intérêt et l’engouement que les travaux ont sus­cités auprès des divers­es délé­ga­tions, experts et autres par­tic­i­pants. Le 1er Forum sur l’économie bleue en Afrique qui s’est déroulé à Lon­dres est une illus­tra­tion de plus de cette prise de con­science. Un forum qui a regroupé plusieurs experts africains du secteur mar­itime dans cette cap­i­tale mar­itime mon­di­ale pour un échange d’expériences. Avec, 38 pays dis­posant d’une façade mar­itime, l’Afrique ne peut se per­me­t­tre d’ignorer ses richess­es marines. La prise de con­science est une réal­ité et, avec l’adoption de la Charte de Lomé, nous avons les instru­ments néces­saires pour une bonne ges­tion de ces richess­es. Il reste aux États à rat­i­fi­er cette charte pour que, une fois entrée en vigueur, elle pro­duise les résul­tats escomptés.

Blue Inno­va­tion. L’émergence d’une véri­ta­ble économie bleue togo­laise con­stitue l’une des pri­or­ités de votre gou­verne­ment. Que représente ce secteur d’activité dans l’économie togo­laise ? Et quelles sont les per­spec­tives de crois­sance atten­dues en ce domaine ?

Robert Dussey. L’économie bleue con­stitue un puis­sant levi­er de développe­ment de nos États et ce secteur d’activité est bien présent dans l’économie togo­laise. Vous n’êtes pas sans savoir que le port autonome de Lomé fait par­tie des meilleurs ports en eau pro­fonde de la sous-région. Avec les dif­férentes réformes qui y ont été faites, le port de Lomé se posi­tionne aujourd’hui comme l’un des ports les plus mod­ernes du con­ti­nent africain, par lequel tran­si­tent plusieurs types de marchan­dis­es aus­si bien pour les pays voisins que pour ceux de l’hinterland. Il est donc évi­dent qu’avec tous ses atouts, le port autonome de Lomé con­tribue effi­cace­ment à l’économie du pays. Nous n’allons pas pass­er sous silence l’apport du secteur de la pêche dans cette économie. Même si ce secteur d’activité n’est pas assez indus­tri­al­isé et dévelop­pé, il four­nit 22 000 emplois, dont 15 000 directs, ce qui n’est pas nég­lige­able. En ter­mes de per­spec­tives, le gou­verne­ment, sous l’impulsion du prési­dent de la République, met tout en œuvre pour tir­er le meilleur du secteur mar­itime. En témoigne la con­struc­tion en cours du nou­veau port de pêche de Gbétchog­bé, une local­ité située à 24 kilo­mètres de Lomé. Ce nou­veau port de pêche servi­ra de base mod­erne pour les dif­férentes activ­ités de pêche et per­me­t­tra d’accroître la pro­duc­tion halieu­tique annuelle du Togo, qui est estimée à 25 000 tonnes. Par ailleurs, nous pou­vons égale­ment relever l’ouverture, à l’université de Lomé, de l’Institut des métiers de la mer qui va for­mer les étu­di­ants aux mod­ules en rela­tion avec les métiers de la mer et ren­forcer les capac­ités des pro­fes­sion­nels du secteur mar­itime. Il s’agit de met­tre à la dis­po­si­tion du secteur mar­itime des agents nationaux com­pé­tents qui pour­ront œuvr­er à son épanouisse­ment. Autant de per­spec­tives dont nous espérons voir l’accomplissement et les résul­tats à court et moyen ter­mes afin de con­sacr­er l’économie bleue comme moteur de développe­ment au Togo.

Blue Inno­va­tion. Les autorités togo­lais­es ont annon­cé le 7 sep­tem­bre 2017 la mise en place d’un fonds bleu des­tiné à val­oris­er les ressources mar­itimes du pays. Pou­vez-vous nous détailler ses grands axes ?

Robert Dussey. Le Togo a effec­tive­ment engagé la procé­dure de mise en place d’un fonds bleu des­tiné à val­oris­er les ressources mar­itimes du pays. L’objectif de ce fonds est de pro­mou­voir une économie bleue avec des ressources finan­cières suff­isantes et sus­cep­ti­bles de soutenir de grands pro­jets d’investissement dans notre pays. Il servi­ra à financer, entre autres, la préser­va­tion et l’exploitation des eaux flu­viales et mar­itimes ; la con­ser­va­tion, la ges­tion et l’exploitation durable des stocks de pois­sons et autres ressources biologiques ; la pro­mo­tion du tourisme côti­er et mar­itime ; le développe­ment des ressources humaines à tra­vers la for­ma­tion et la créa­tion d’emplois. Le fonds bleu pour­rait être con­sti­tué des ressources du Fonds pour l’environnement, du Fonds de ges­tion inté­grée des ressources en eau et des tax­es sur les activ­ités por­tu­aires. Nous comp­tons bien évidem­ment sur les finance­ments inter­na­tionaux de nos parte­naires, dont le Fonds vert pour le cli­mat ain­si que sur les dons et legs des fon­da­tions de pro­tec­tion de la nature et de l’environnement. Pour mémoire, il s’agit en réal­ité d’un fonds prévu par la Charte de Lomé en son chapitre 4. Le Togo n’a fait que com­mencer par met­tre en place les insti­tu­tions prévues par ladite charte en atten­dant son entrée en vigueur, que le gou­verne­ment togo­lais souhaite vivement.

À propos de l'auteur

S.E.M. Robert Dussey

S.E.M. Robert Dussey

Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine de la République togolaise.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.