Magazine EcoLogistics

Les nouveaux défis de la logistique. À quoi ressemblera l’entrepôt de demain ?

La logis­tique de la grande dis­tri­b­u­tion fait face à l’énorme défi du dig­i­tal et de l’e‑commerce. L’entrepôt est dès lors devenu le cen­tre de toutes les atten­tions. Automa­ti­sa­tion, robo­t­i­sa­tion… : de nou­veaux mod­èles sont en train d’émerger. À quoi ressem­blera l’entrepôt de demain ?
 
L’automatisation des plates-formes logistiques
 
Face à l’explosion et aux per­pétuelles trans­for­ma­tions du com­merce dig­i­tal, à la den­si­fi­ca­tion des échanges inter­na­tionaux et à l’incontournable ques­tion du développe­ment durable, la logis­tique et l’entrepôt doivent s’adapter. Un grand nom­bre de sociétés ont donc décidé d’automatiser leurs entre­pôts logis­tiques, comme en Alle­magne, en Angleterre, en Suisse ou en Bel­gique. En France, ce mou­ve­ment, plus tardif, prend néan­moins de l’ampleur. Des fac­teurs fonciers (faibles coûts), mais aus­si cul­turels n’avaient pas favorisé la quête de répons­es à don­ner à la prob­lé­ma­tique de l’entrepôt et de sa ges­tion opti­male. La con­cur­rence très forte au sein de l’Union européenne, mais égale­ment dans le monde, et la recherche de gains de pro­duc­tiv­ité accélèrent cette mutation.
 
Dans ce con­texte, la ques­tion de l’automatisation des entre­pôts est au cœur de la stratégie des entre­pris­es de ce secteur. Car elles ont bien com­pris qu’automatiser l’exécution d’une tâche est essen­tiel pour la ges­tion des flux logis­tiques, pour gag­n­er en réac­tiv­ité et donc pour accroître leurs performances.
 
Plusieurs tech­nolo­gies sont à la dis­po­si­tion des entre­pris­es pour gér­er leurs entre­pôts de manière optimale.
 
L’Internet of Things (IoT) ou Inter­net des objets est une véri­ta­ble révo­lu­tion dans le secteur logis­tique. Les objets con­nec­tés sont déjà dans nos vies, nos maisons, nos voitures. Ils investis­sent main­tenant les entre­pôts. L’IoT fonc­tionne grâce à un réseau sans fil à très haut débit/performance et per­met de con­necter tous les niveaux de l’entrepôt, du back-office aux trans­ports et à son sys­tème de ges­tion (TMS). Il existe là encore plusieurs tech­nolo­gies comme la RFID (Radio Fre­quen­cy Iden­ti­fi­ca­tion) qui per­met d’obtenir des don­nées en temps réel, de con­naître l’état des stocks avec pré­ci­sion ou encore de réduire les coûts d’inventaire. Grâce à des cap­teurs de détec­tion et des balis­es Blue­tooth, les équipes peu­vent localis­er les marchan­dis­es beau­coup plus rapi­de­ment. Lorsqu’on sait qu’elles peu­vent pass­er près de 70 % de leur temps à sil­lon­ner l’entrepôt, on com­prend aisé­ment l’énorme avan­tage qu’offre cette technologie.
 
Dans le domaine de l’équipement, les avancées tech­nologiques ont été majeures, que l’on songe aux con­voyeurs, aux trans­stockeurs, aux sys­tèmes de range­ment des palettes dans de hauts racks. Le con­voyeur intel­li­gent « zéro pres­sion » per­met de lim­iter l’accumulation de pro­duits en un point pré­cis du cir­cuit. Des cap­teurs élec­triques gèrent le sys­tème et les sor­ties des pro­duits vers dif­férentes zones. Il n’y a pas d’accumulation de marchan­dis­es, car le con­voyeur fonc­tionne sur com­mande, et non en con­tinu. Le gain d’énergie et l’affaiblissement de la nui­sance sonore sont par­ti­c­ulière­ment intéressants.
 
Robots, cobots, drones… au ser­vice de l’humain
 
Depuis quelques années, le per­son­nel en entre­pôt tra­vaille aux côtés des cobots (pour col­lab­o­ra­tive robots ou robots coopérat­ifs) qui évolu­ent et coopèrent en toute sécu­rité avec les opéra­teurs humains. Plus récente que l’automatisation, cette révo­lu­tion robo­t­ique a de beaux jours devant elle. On estime en effet que son marché pour­rait attein­dre un mil­liard d’euros d’ici à 2020, autrement dit, demain.
 
Si les débuts de la robo­t­i­sa­tion ont été timides, c’est que l’utilisation des robots dans les entre­pôts a été perçue néga­tive­ment par les employés. L’idée d’être rem­placé par une machine avait alors créé un cli­mat plutôt anx­iogène. Mais les cobots offrent une pos­si­bil­ité tout à fait opposée, car ils sont d’abord et avant tout coopérat­ifs, s’inscrivant dans une per­spec­tive d’alliance et non de rem­place­ment de l’être humain.
 
Très poly­va­lents et très sou­ples d’emploi, ces robots de nou­velle généra­tion sont d’une très grande util­ité à la fois pour les ges­tion­naires, mais aus­si pour les opéra­teurs en entre­pôts : chargement/déchargement, inven­taire, kit­ting (assem­blage final per­me­t­tant des économies d’échelle et sim­pli­fi­ant les flux d’approvisionnement sur un même site). L’un de leurs nom­breux atouts est leur util­i­sa­tion pour la pré­pa­ra­tion des com­man­des. Le cobot évolue dans l’entrepôt pour effectuer le pick­ing, suivi de l’opérateur. Dès lors, grâce à leur autonomie de plus en plus grande et à la pré­ci­sion de leurs actions, ils rem­plis­sent des tâch­es dif­fi­ciles, lais­sant aux opéra­teurs celles à forte valeur ajoutée. C’est le robot qui apporte les racks de marchan­dis­es ou d’articles à l’opérateur pick­ing. C’est le fameux goods to man, c’est-à-dire que la marchan­dise va vers l’opérateur et non l’inverse.
 
Ces cobots sont sur le point d’être ren­for­cés par l’arrivée de drones équipés de scan­ners leur per­me­t­tant de réalis­er des inven­taires en con­tinu. L’avantage ? Sim­pli­fi­er la vie des opéra­teurs qui pour­ront dès lors s’atteler à d’autres tâches.
 
L’opérateur, l’humain, est bien au cœur des réflex­ions menées par les entre­pris­es logis­tiques, mais aus­si par celles qui dévelop­pent de nou­velles tech­nolo­gies. Que les esprits cha­grins se ras­surent. Il y aura tou­jours des opéra­teurs dans les entre­pôts et leurs con­di­tions seront d’ailleurs beau­coup plus con­fort­a­bles qu’aujourd’hui. C’est tout leur univers qui est repen­sé. Dimin­uer la péni­bil­ité et la dan­gerosité du tra­vail per­met d’atteindre une pro­duc­tiv­ité durable, par exem­ple en lim­i­tant les arrêts de tra­vail et donc le recours à l’intérim. Les nou­velles tech­nolo­gies vont dans ce sens. Robo­t­ique, automa­ti­sa­tion, drones, mais aus­si pro­jets d’exosquelettes, vestes con­nec­tées aux cobots, sont les out­ils qui remet­tent in fine l’humain au cen­tre des réflex­ions et des préoccupations.
 
Du cen­tre de stock­age au levi­er de compétitivité
 
L’automatisation et la robo­t­i­sa­tion s’accompagnent de solu­tions logis­tiques qui ne cessent d’évoluer pour offrir la meilleure rentabil­ité aux entre­pris­es. Les logi­ciels WMS (Ware­house Man­age­ment Sys­tem) de ges­tion d’entrepôts per­me­t­tent d’optimiser la pro­duc­tiv­ité, les mou­ve­ments, les stocks avec une infime marge d’erreur, la con­fig­u­ra­tion spa­tiale de l’entrepôt, le tri des arti­cles ou des marchan­dis­es, mais aus­si les proces­sus et les opéra­tions quo­ti­di­ennes de l’entrepôt : récep­tions des marchan­dis­es, tâch­es afférentes au stock­age, répar­ti­tion, traite­ment des com­man­des et expédition.
 
Une ges­tion opti­male de l’entrepôt assure la disponi­bil­ité des pro­duits dans un con­texte de forte pres­sion exer­cée par l’e‑commerce, tout en min­imisant les coûts liés à cette disponi­bil­ité. La ratio­nal­i­sa­tion du fonc­tion­nement de l’entrepôt per­met un règle­ment des prob­lèmes, donc une aug­men­ta­tion de la pro­duc­tiv­ité, une exé­cu­tion plus rapi­de des com­man­des, garan­tis­sant un meilleur taux de sat­is­fac­tion client. Autre­fois sim­ple cen­tre de stock­age, l’entrepôt est devenu un levi­er de com­péti­tiv­ité à part entière.
 
L’entrepôt de demain
 
Quel sera l’entrepôt de demain ? En réal­ité, il est déjà en con­struc­tion. Automa­ti­sa­tion, robo­t­i­sa­tion, amélio­ra­tion des équipements dévo­lus aux opéra­teurs : il suit au plus près l’évolution numérique et la recherche dans les nou­velles technologies.
 
Il sera très flex­i­ble et saura répon­dre à la ques­tion du délai dans le traite­ment des opéra­tions. L’objectif est bien de gag­n­er du temps, de suiv­re l’intensification des flux. Il inté­gr­era égale­ment des pro­duits et marchan­dis­es de natures, de tailles, de poids très var­iés. Il sera donc pluridisciplinaire.
 
Il sera en out­re pen­sé pour le long terme (dix ans, voire plus) notam­ment pour amor­tir l’investissement : infra­struc­tures et matériels ne peu­vent pas être obsolètes au bout de cinq ans.
 
La haute qual­ité envi­ron­nemen­tale (HQE) est déjà au cen­tre de toutes les atten­tions. L’entreprise est gag­nante économique­ment si elle prend soin de gér­er la con­struc­tion de son entre­pôt, de  bien choisir les matéri­aux util­isés et de répon­dre aux critères HQE.
 
Loin d’être rem­placé par les machines, l’humain aura plus de place et ses con­di­tions de tra­vail seront repen­sées, tout comme le cadre dans lequel il évolue : organ­i­sa­tion de l’entrepôt, lumi­nosité, sécu­rité. L’entreprise gagne à met­tre l’humain au cen­tre de sa réflex­ion, ne serait-ce qu’en ter­mes économiques.
 
L’entrepôt sera géo­graphique­ment bien situé. De taille réduite, il sera au cœur des villes et devra répon­dre aux impérat­ifs liés à la logis­tique urbaine et notam­ment au « dernier kilo­mètre ». De taille plus grande, il sera con­stru­it en périphérie des villes, dans des bassins d’emploi intéres­sants et proche des hubs de trans­porteurs. Là encore, le gain de temps sera essentiel.
 
Enfin, il pour­ra être mutu­al­isé entre plusieurs com­man­di­taires. Le partage des frais de struc­tures est un atout indé­ni­able dans les économies d’échelle.

À propos de l'auteur

Ecologistics

Ecologistics

Par la rédaction de Ecologistics.
Associant des articles d’analyse spécialisés et des entretiens de décideurs économiques et politiques, EcoLogistics est aujourd’hui la seule revue française entièrement consacrée à l’innovation dans le secteur de la logistique et du transport.

Elle traite tout à la fois de la révolution technologique des drones en matière de transport de marchandises, du stockage 4.0 et de l’intelligence artificielle comme outil d’aide à la décision logistique. La revue aborde également l’ensemble des problématiques relatives à la transition énergétique du secteur transport avec une valorisation des ENR et des moteurs innovants, tous véhicules de transport(s) confondus : GNV/bioGNV, hydrogène, électrique…

L’informatique (logiciels WMS/TMS) est également valorisée et, plus globalement, la transition numérique s’avère être au cœur de nos prérogatives.

Ecologistics est partenaire d’un grand nombre d’événements professionnels en France et en Europe (industrie, supply chain, transport, e-commerce, etc.), offrant à ses annonceurs une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.