Magazine Blue Innovation

Innovation sociale. Une croissance « bleue » par la coopération et la solidarité

En 2002, la région de la Basse-Côte-Nord, au Québec, fut frap­pée par une crise de la pêche con­séc­u­tive à la fer­me­ture de l’usine locale de crabe et de maque­reau. Pour les petites com­mu­nautés isolées du golfe du Saint-Lau­rent, la sit­u­a­tion devint cat­a­strophique. Leur exis­tence repo­sait entière­ment sur l’usine, et elles furent for­cées de chercher d’autres moyens pour sub­venir à leurs besoins. Plus de deux cents pêcheurs et employés de l’usine se retrou­vèrent au chô­mage. Par­mi ces sans-emploi, un petit groupe de femmes se mit à iden­ti­fi­er les indus­tries durables de la région qui pou­vaient être dévelop­pées. Ces irré­ductibles, avec le sou­tien d’un groupe local pour le développe­ment région­al, la Coast­ers Asso­ci­a­tion, ont fondé la coopéra­tive de sol­i­dar­ité « Les Bio­pro­duits de la Basse-Côte-Nord ».

Avec pour valeur essen­tielle la dura­bil­ité, la coopéra­tive fut conçue en tant que mod­èle pour aug­menter le savoir, les capac­ités et le lead­er­ship local par la col­lab­o­ra­tion et le parte­nar­i­at avec des inter­locu­teurs mon­di­aux. Étant don­né les déf­i­ni­tions générales de la dura­bil­ité, qui intè­grent des fac­teurs soci­aux, économiques et envi­ron­nemen­taux, la coopéra­tive s’est don­né pour tâche de créer quelque chose de durable et de pérenne fondé sur les ressources de la région. Adop­tant une approche glob­ale, elle a con­cen­tré ses efforts sur l’éducation à tous les niveaux (uni­ver­sités, lycées, cours pour adultes, col­lèges et écoles élé­men­taires), sur le ren­force­ment de réseaux de parte­naires (région­al, nation­al et inter­na­tion­al), sur l’intégration et le développe­ment de groupes d’entreprises, et sur une vision d’ensemble des act­ifs locaux et des obsta­cles au développe­ment de ressources et d’infrastructures.

La péren­nité du mod­èle de la coopéra­tive de sol­i­dar­ité « Les Bio­pro­duits de la Basse-Côte-Nord » repose sur trois piliers :

Le pili­er social : pri­or­ité aux gens

Aug­menter les savoirs et les capac­ités locales est un besoin cri­tique du développe­ment des com­mu­nautés de la région. Au lieu de se tourn­er vers l’extérieur lors de la recherche de ressources humaines qual­i­fiées, la coopéra­tive cherche à offrir des pos­si­bil­ités en matière d’éducation aux habi­tants de la région. Cela per­met aux gens d’acquérir les com­pé­tences req­ui­s­es pour l’essor de la bioé­conomie et d’ainsi créer un lead­er­ship local pour la recherche, le développe­ment d’entreprises et l’identification de parte­nar­i­ats pos­si­bles. Une des plus grandes réus­sites en la matière fut la créa­tion d’un cours à dis­tance – une maîtrise en sci­ences de l’environnement – avec l’université du Québec à Trois-Riv­ières (UQTR) pour deux jeunes de la région. Ce pro­gramme per­met aux habi­tants locaux d’être for­més aux proces­sus de bioex­trac­tion de plantes ter­restres et marines. Le mod­èle de la coopéra­tive repose sur des mem­bres dis­posant tous du même droit de vote et sur une allo­ca­tion de ses béné­fices en fonc­tion de leur con­tri­bu­tion indi­vidu­elle à la coopérative.

Le pili­er envi­ron­nemen­tal : pri­or­ité à la planète

Avec une vision de proces­sus durables de récolte de toutes les ressources locales sur terre et en mer, la coopéra­tive a étudié la région en pro­fondeur, dres­sant ain­si un inven­taire détail­lé des biores­sources ayant une valeur pour les indus­tries phar­ma­ceu­tique, cos­mé­tique et agroal­i­men­taire. Elle a égale­ment mis en œuvre une poli­tique de « zéro déchet » et a pour objec­tif de devenir une entre­prise qui utilise 100 % des pro­duits qu’elle récolte. Lorsque les algues sont récoltées, par exem­ple, elles sont envoyées à un cen­tre de traite­ment et les déchets sont util­isés pour la fab­ri­ca­tion de com­post, qui sera à son tour util­isé dans l’agriculture, ren­forçant ain­si la sécu­rité ali­men­taire et créant une économie cir­cu­laire. Nous entre­prenons égale­ment des recherch­es en vue de fab­ri­quer des embal­lages biodégrad­ables à par­tir de résidus d’algues.

Le pili­er économique : pri­or­ité à la prospérité au sein de la communauté

En tant que région septen­tri­onale rurale et isolée, la Basse-Côte-Nord fait face à de nom­breux défis soci­aux et économiques. Dévelop­per une bioé­conomie régionale requiert un solide lead­er­ship local, des mod­èles com­mer­ci­aux favor­ables et des parte­nar­i­ats mon­di­aux forts. Assur­er une exploita­tion durable et rentable des ressources locales est un des objec­tifs prin­ci­paux de la coopéra­tive au sein de ses efforts pour con­stru­ire un bio­secteur local et favoris­er le développe­ment économique de la région. Ce mod­èle économique cible le développe­ment effi­cace et respon­s­able de pro­duits phar­ma­ceu­tiques, cos­mé­tiques et agroal­i­men­taires de haute valeur, capa­bles d’assurer des béné­fices et une rentabil­ité à long terme pour la région ain­si que pour les mem­bres et parte­naires de la coopéra­tive. Celle-ci a d’ailleurs créé « 51e par­al­lèle », une mar­que de pro­duits ali­men­taires, et est actuelle­ment en train de créer une autre mar­que de pro­duits cos­mé­tiques. Ces mar­ques offrent d’importants béné­fices à ses mem­bres. Par son approche glob­ale cen­trée sur des ques­tions sociales et envi­ron­nemen­tales, la coopéra­tive cherche à assur­er sa dura­bil­ité et sa rentabil­ité. Des ini­tia­tives sociales ont un impact sur le com­porte­ment des con­som­ma­teurs et la per­for­mance des employés, tan­dis que des ini­tia­tives envi­ron­nemen­tales telles l’efficacité énergé­tique et l’atténuation de la pol­lu­tion peu­vent avoir un impact direct sur la réduc­tion des déchets.

Bâtir un réseau bioé­conomique mon­di­al sur un mod­èle local

La coopéra­tive cherche main­tenant à partager son mod­èle avec d’autres régions, et est con­va­in­cue qu’une véri­ta­ble chaîne de valeur peut exis­ter au sein d’une col­lab­o­ra­tion mon­di­ale en matière de recherche, de développe­ment et d’innovation entre régions rurales et isolées. Une recherche sci­en­tifique rigoureuse fondée sur un savoir écologique tra­di­tion­nel apportera des pro­duits régionaux « bleus » de haute qual­ité et de haute valeur à l’industrie, et des réseaux et des col­lab­o­ra­tions seront d’une impor­tance essen­tielle pour per­me­t­tre à des régions d’identifier de pos­si­bles syn­er­gies, de meilleures pra­tiques à suiv­re et des oppor­tu­nités de parte­nar­i­at. Créer des liens et con­necter des coopéra­tives bioé­conomiques peut servir de plate-forme pour rassem­bler lead­ers locaux, chercheurs, décideurs, indus­tries et investis­seurs, per­me­t­tant ain­si un développe­ment bioé­conomique sûr et assur­ant le bien-être durable de régions rurales et isolées.

À propos de l'auteur

Kimberly Buffitt

Kimberly Buffitt

Présidente de la Coopérative de solidarité des bioproduits de la Basse Côte-Nord (Canada).

À propos de l'auteur

Sheila Downer

Sheila Downer

Northern Liaison at Office of Public Engagement, Memorial University (Canada).

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.