Magazine Blue Innovation

Les océans, l’eldorado économique de demain ?

The DeeepSea Challenger as it descends on a test dive to 8000 meters.

Les rêves de richesse liés à des zones inex­plorées ont tou­jours han­té l’imaginaire des hommes. Après l’ivresse sus­citée par la con­quête spa­tiale, vient celle de la décou­verte des fonds marins. Tout comme pour l’espace, ce songe col­lec­tif océanique est porté par trois forces : le ver­tige de l’exploration, la soif de con­nais­sances sci­en­tifiques et l’espoir de retombées économiques.

On trou­ve deux façons d’envisager les richess­es poten­tielles de l’océan : d’un côté, une mer stérile, lieu du silence et du froid, illus­trée par les vers célèbres d’Homère : « Ulysse, regar­dant vers la mer infé­conde, ver­sant des pleurs » (Odyssée, Chant 1), tan­dis qu’à l’opposé, dans le mer­veilleux tableau de Bot­ti­cel­li, La Nais­sance de Vénus, la mer sem­ble offrir à l’humanité à la fois richesse et beauté. Ain­si, la vision que nous avons de la mer dans son ensem­ble peut par­fois paraître para­doxale : l’émergence d’un nou­v­el espace colonis­able sus­cite bien des con­voitis­es, mais le monde marin sera-t-il vrai­ment l’eldorado de demain ?

L’eldorado marin : sub­sti­tut ou com­plé­ment de l’eldorado terrestre ?

L’aspect financier, souligné par l’adjectif « économique », util­isé dans l’expression de « zone économique exclu­sive » (ZEE), est la notion car­di­nale de toute réflex­ion con­tem­po­raine sur l’océan. On est en droit de se deman­der pour quelle rai­son elle a été préférée à toute autre, par exem­ple « zone stratégique exclu­sive », « zone com­mer­ciale exclu­sive » ou « zone mil­i­taire exclusive ».

Il est logique de penser qu’à l’immensité de l’océan mon­di­al (360 mil­lions de kilo­mètres car­rés, soit 71 % de la sur­face du globe et surtout 1320 mil­lions de kilo­mètres cubes d’eau) doit cor­re­spon­dre une immen­sité de ressources disponibles, tant dans le domaine du vivant que dans le domaine des matières inertes. Le XXe siè­cle avait représen­té une étape fon­da­men­tale, car la fron­tière entre le con­ti­nent et l’océan a été franchie par une pre­mière ressource énergé­tique : les hydrocarbures.

Le XXIe siè­cle sera-t-il celui des min­erais sous-marins ? Nod­ules, encroûte­ments, sul­fures, ter­res « rares » (1) sont désor­mais les objec­tifs avoués de la con­quête des fonds marins les plus directe­ment acces­si­bles. Une immense palette de pro­duits d’origine marine – sel, coquil­lages, sable, pét­role et gaz, min­erais, phos­phates – font par­tie de cette panoplie. Bien d’autres ressources s’y ajoutent désor­mais, comme l’énergie directe, qu’elle soit maré­motrice ou maréther­mique. La matière vivante elle-même n’est pas étrangère à cette quête : colles, col­orants, algues, ambre gris, huile, molécules à usage phar­ma­ceu­tique ont fait ou font par­tie de l’extraordinaire cat­a­logue des ressources disponibles.

Dans cet inven­taire, il est néces­saire de faire un tri. De très nom­breuses ressources, con­sid­érées par le passé comme essen­tielles, sont main­tenant reléguées au rang d’accessoire ou de curiosité his­torique. Ain­si le sel, matière indis­pens­able pour la con­ser­va­tion comme pour l’alimentation, a per­du beau­coup de sa valeur depuis l’invention de la réfrigéra­tion. Le pour­pre tiré du coquil­lage murex (ou pour­pre de Tyr) n’a plus d’intérêt qu’archéologique. Les coquil­lages (nacre, déco­ra­tion, out­ils) n’ont plus qu’une util­ité déco­ra­tive depuis l’arrivée des bou­tons de chemise en plas­tique, même si les per­les du golfe Per­sique ou de Cey­lan gar­dent leur intérêt commercial.

Le sable pour la con­struc­tion, les graviers (en plac­ers) ont tou­jours leur intérêt, mais le com­merce du corail est sévère­ment régle­men­té. Les fanons de baleine, élé­ments indis­pens­ables pour la fab­ri­ca­tion des para­pluies et des corsets ( !) jusqu’au début du XXe siè­cle, ne sont plus qu’un sou­venir. À l’opposé et tirant son épin­gle du jeu, le pét­role a vu à la fin du XXe siè­cle son prix aug­menter à la suite des con­flits au Moyen-Ori­ent, ce qui a jus­ti­fié l’accélération des recherch­es off­shore et « deep off­shore ». Cela ne sig­ni­fie pas pour autant qu’écumer l’océan n’ait plus qu’un intérêt mar­gin­al, bien au con­traire. Reste que l’accessibilité à ces ressources n’a été pos­si­ble qu’à la faveur d’une triple révo­lu­tion, tech­nologique, sci­en­tifique et juridique.

Une triple révo­lu­tion. Une révo­lu­tion technologique

Jusqu’à l’époque con­tem­po­raine, l’homme ne s’était attardé que dans la pel­licule super­fi­cielle de l’océan, soit en apnée (2), en scaphan­dre lourd ou sim­ple­ment par la pêche ou la chas­se marine. Les vrais pro­grès sont con­tem­po­rains : la plongée « à vif », grâce à l’invention du scaphan­dre autonome (1943), fait attein­dre des pro­fondeurs de l’ordre de 80 mètres. Des mélanges res­pi­ra­toires tels que le trim­ix (oxygène, héli­um et azote) per­me­t­tent, dans des con­di­tions très dif­fi­ciles, de dépass­er les 200 mètres (les 500 mètres n’étant atteints que de façon très expéri­men­tale grâce à la médecine hyper­bare). Les plongées par engins sub­mersibles, soit pilotés, soit autonomes, ont per­mis d’atteindre en 1934 la pro­fondeur de 923 mètres (Dr William Beebe), en 1948 celle 3000 mètres (Pr Auguste Pic­card), et en 1960 la pro­fondeur extrême de 10 916 mètres (Jacques Pic­card et Don Walsh), record bat­tu très récem­ment par James Cameron (env­i­ron 10 998 mètres en 2012). Au-delà des records, ces expéri­ences ont per­mis de recon­naître la nature des fonds marins et notam­ment de décou­vrir des sources hydrother­males en 1977 et la vie qui y est asso­ciée, boulever­sant le dogme d’une vie impos­si­ble sans pho­to­syn­thèse. Une longue route reste cepen­dant à par­courir pour per­me­t­tre une exploita­tion des richess­es sous-marines pro­fondes, le froid, l’obscurité et, surtout, la pres­sion étant des obsta­cles redoutables.

Une révo­lu­tion des sci­ences pures

L’année 1968 mar­que une date essen­tielle. À la suite des travaux de Wegen­er (Die Entste­hung der Kon­ti­nente und Ozeane, 1915, théorie de la « dérive des con­ti­nents »), puis de R. S. Dietz (1961) et H. H. Hess (1962, théorie de l’expansion océanique), il revient à F. Vine & D. Matthews (1963) puis à X. Le Pichon (1968) de pou­voir restituer la chronolo­gie de l’ouverture océanique (théorie de la tec­tonique des plaques), con­fir­mant par là – tout en la mod­i­fi­ant – la théorie révo­lu­tion­naire de Wegen­er. L’océan appa­raît ain­si comme la par­tie la plus jeune de l’écorce ter­restre, s’agrandissant à par­tir des dor­sales médio-océaniques dites zones d’accrétion (3 kilo­mètres car­rés par an). Les fonds marins four­nissent la clé de la com­préhen­sion générale de l’architecture de la planète.

Géo­graphique­ment, deux secteurs recè­lent l’essentiel des ressources minérales : les zones d’accrétion de part et d’autre des dor­sales, tré­sor métallique par excel­lence, et les marges con­ti­nen­tales, dont les bassins sédi­men­taires sous-marins héber­gent les pré­cieux hydro­car­bu­res. Il s’agit de deux « provinces » océaniques fon­da­men­tale­ment dif­férentes. Si les pre­mières se situent en général en haute mer et donc en juri­dic­tion inter­na­tionale, les sec­on­des sont le plus sou­vent inclus­es dans les ZEE ; d’où des con­flits d’intérêt et de délim­i­ta­tion des fron­tières. L’incompatibilité des deux local­i­sa­tions est flagrante.

Les évents vol­caniques des dor­sales océaniques, orig­ine de sites métal­lifères, dif­fusent des eaux très chargées en sul­fures et en oxy­des, générale­ment sous forme de nod­ules, mais que les tech­niques actuelles ne per­me­t­tent pas de récolter de façon rentable par 5000 mètres de fond. Les ressources poten­tielles sont cepen­dant con­sid­érables. Les nod­ules les plus rich­es en fer­ro-man­ganèse (teneurs jusqu’à 50 %) se trou­vent surtout dans le Paci­fique nord-équa­to­r­i­al, de la Polynésie à l’Australie et au sud-est de Mada­gas­car. Les nod­ules rich­es en plomb, cuiv­re, ura­ni­um, tho­ri­um et zir­co­ni­um sont au large de l’Afrique ori­en­tale. En mer Rouge existe un gise­ment de 20 mètres d’épaisseur et de 50 kilo­mètres car­rés qui con­tiendrait 3,2 mil­lions de tonnes de zinc, 800 000 tonnes de cuiv­re, 80 000 tonnes de plomb, 4500 tonnes d’argent et même 45 tonnes d’or… Ce gise­ment étant à la ver­ti­cale des ZEE super­pos­ables de l’Égypte, du Soudan et de l’Arabie saou­dite, on imag­ine les con­flits poten­tiels qu’il sous-tend.

Pour ne pren­dre que deux exem­ples emblé­ma­tiques, 60 % des ressources mon­di­ales en mag­né­si­um, indis­pens­ables pour les alliages aéro­nau­tiques, se trou­vent en mer et les quan­tités d’hydrates de gaz naturel (HGN ou « clathrates », liq­uides dès –20°C, con­tre –163°C pour le GNL) atteignent deux ou trois fois les réserves de com­bustibles fos­siles connus.

D’autres ressources sont disponibles : de l’eau douce, ou des sources d’énergie pri­maire basées sur le gra­di­ent ther­mique et sur la récupéra­tion de l’énorme énergie dis­sipée dans les marées, les houles et les vagues. L’énergie poten­tielle d’une vague de 100 m de long et de 1 m de haut peut être estimée à 333 kilo­joules. Si la vague met une sec­onde à s’aplatir, la puis­sance dis­sipée peut être estimée à 300 kilo­watts, et à env­i­ron 6000 kilo­watts pour une vague de 2,5 mètres (con­di­tions de tem­pête) (3). Les côtes du monde les plus favorisées sont com­pris­es entre les lat­i­tudes 30° et 60° (dans l’hémisphère Sud en rai­son de la hau­teur des vagues comme dans l’hémisphère Nord par la longueur des côtes con­cernées). On con­naît notam­ment les poten­tial­ités de l’énergie maré­motrice de sites à grand mar­nage, comme Fundy Bay (entre la Nou­velle-Écosse et le Nou­veau-Brunswick au Cana­da) et la baie du mont Saint-Michel en France.

Une révo­lu­tion juridique

La con­cep­tion « naturelle » de la lib­erté d’action en mer (Grotius, Mare Liberum, 1609), où la mer est un espace ouvert aux nav­i­ga­teurs de tous les pays, fut remise en ques­tion par la con­cep­tion plus restric­tive du droit mar­itime de l’Anglais John Selden (Mare Clausum, 1635). La pre­mière doc­trine a écrasé la sec­onde durant trois siè­cles. Le chemin, long entre ces deux con­cep­tions, est jalon­né d’étapes fort significatives.

Avant 1958, l’océan n’était conçu que dans sa dimen­sion hor­i­zon­tale, se traduisant par une lib­erté absolue de com­mu­ni­ca­tion indis­pens­able aux tha­las­socraties. Le « Droit cou­tu­mi­er de la mer » res­ta donc inchangé de 1625 à 1958. Après 1958–1960, l’océan acquiert une dimen­sion ver­ti­cale et donc un vol­ume dans lequel les ali­ments, l’énergie, les min­erais pren­nent une place essen­tielle. La lib­erté d’exploitation des mers est alors sérieuse­ment écornée. Enfin, les muta­tions s’accélèrent entre 1965 et 1974 par l’élargissement des eaux ter­ri­to­ri­ales. L’océan Mon­di­al est amputé d’une grande par­tie de sa sur­face, des détroits stratégiques sont con­trôlés par les États riverains et cer­tains pays devi­en­nent inca­pables de sur­veiller un domaine immense.

La Con­férence de Cara­cas (1974–1982), dite « de Mon­tego Bay », mit un terme à ces con­flits océaniques en créant qua­tre zones mar­itimes : une mer ter­ri­to­ri­ale large de 12 milles (4), une zone con­tiguë de 12 milles sup­plé­men­taires, une ZEE (200 milles) réservée à l’État lim­itro­phe et une exten­sion pos­si­ble à 350 milles. Ain­si, les États se sont appro­priés l’Océan, autre­fois vierge. Mais la vir­tu­al­ité de la pos­ses­sion n’en est-elle pas plus patente ? Faute de moyens d’intervention effi­cace con­tre toute main­mise illé­gale, les États ne sont-ils pas aus­si dému­nis que Géronte dans les Fourberies de Scapin ? « Géronte :  — Va‑t’en Scapin, va‑t’en dire à ce Turc que je vais envoy­er la jus­tice après lui. / Scapin : — La jus­tice en pleine mer ? Vous moquez-vous des gens ? (5) »
Sous le triple coup de boutoir de la géo­physique, de la tech­nolo­gie et du droit, la con­cep­tion immuable de l’Océan vole en éclats, tan­dis que s’effondrent les bar­rières tan­gi­bles qui sem­blaient – aux yeux des hommes – les con­di­tions de sa sta­bil­ité éter­nelle. Mais le résul­tat est là : de nou­veaux eldo­ra­dos sont nés, qui attisent l’appétit des États et des institutions.

L’élargissement de la notion d’eldorado

Aux modes clas­siques d’enrichissement à par­tir du milieu marin, comme la pêche, la chas­se, l’exploitation minérale, vien­nent désor­mais s’ajouter notam­ment le com­merce mar­itime (dont la con­teneuri­sa­tion a décu­plé la pro­gres­sion) et les travaux d’infrastructures néces­saires à l’économie immatérielle (avec par exem­ple l’extension des fibres optiques par les deux pas­sages du Nord-Ouest et du Nord-Est). Mais l’un des eldo­ra­dos marins les plus emblé­ma­tiques actuelle­ment est con­sti­tué par les molécules pro­tégées par brevet. En effet, des molécules chim­iques récem­ment décou­vertes sont issues d’organismes marins qui ont la par­tic­u­lar­ité d’être mous, frag­iles ou lents et donc inca­pables de sur­vivre sans une pro­tec­tion chim­ique invis­i­ble, à l’instar de la tra­bec­té­dine, molécule issue d’un tunici­er (Ecteinascidia turbina­ta) util­isée dans les traite­ments anti-tumeurs et qui a reçu une autori­sa­tion de mise sur le marché en 2007 (molécule doré­na­vant syn­thétisée). La plu­part de ces nou­velles molécules sont d’une part d’un très faible ren­de­ment (de l’ordre de moins d’un gramme, par­fois de quelques mil­ligrammes par tonne dans l’organisme marin) et d’une com­plex­ité extrême, ce qui en rend la syn­thèse sou­vent très ardue. Out­re ces molécules à usage phar­ma­ceu­tique pour traiter des mal­adies graves, on peut évo­quer l’utilisation mas­sive des algues pour la cos­mé­tique qui en font l’une des richess­es les plus promet­teuses des fonds marins.

Enfin, les fron­tières mar­itimes insti­tuées par la con­ven­tion de Mon­tego Bay ont créé un eldo­ra­do pour les activ­ités illé­gales. Comme le note Cyrille P. Coutan­sais (6), l’adage « Les con­tre­bandiers ont besoin de fron­tières » est plus que jamais per­ti­nent. Établir des fron­tières mar­itimes revient à engen­dr­er la con­tre­bande et est donc un moyen de créer des richess­es par­al­lèles. De même qu’Al Capone affir­mait sans rire que l’industrie du crime dopait l’économie améri­caine, le rôle économique de la pira­terie con­tem­po­raine est mis au jour par cer­taines sit­u­a­tions. Par­fois, les pirates ne font que prof­iter des oppor­tu­nités offertes par le nou­veau droit de la mer. Atta­quer un bâti­ment à la lim­ite des eaux inter­na­tionales, puis se réfugi­er dans les eaux ter­ri­to­ri­ales d’un État en fail­lite devient une pra­tique courante dans les zones sen­si­bles comme le golfe de Guinée ou le détroit de Malac­ca. Mais d’autres moti­va­tions peu­vent s’y ajouter : ain­si, le long de l’upwelling de Soma­lie, secteur très pois­son­neux et illé­gale­ment pil­lé par des flottes étrangères, une des mis­sions avouées des pirates serait d’assurer la sécu­rité et les revenus de leurs nationaux. La fli­buste serait-elle la réponse la plus appro­priée à la créa­tion d’eldorados de demain ?

Face à cette men­ace, l’action des États peut au con­traire élim­in­er la pira­terie et œuvr­er pour un com­merce mar­itime sûr, lui-même source d’autres formes de richess­es. Comme quoi, il est plus facile de désir­er l’eldorado que d’en bâtir les fondations.

Notes

(1) On nomme ter­res « rares » un groupe de 17 oxy­des métalliques aux pro­priétés voisines, oxy­des issus du scan­di­um (Sc, 21) et de l’yttrium (Y, 39) ain­si que des 15 « lan­thanides » (lan­thane, céri­um, praséodyme, néodyme, prométhéum, samar­i­um, europi­um, gadolin­i­um, ter­bium, dys­pro­sium, holmi­um, erbium, thuli­um, ytter­bium, lutécium).

(2) Comme les « femmes-pois­sons » japon­ais­es (les Ama), pêchant les huîtres per­lières, tra­di­tion main­tenue à peu près intacte jusqu’à nos jours.

(3) Marine, 210, jan­vi­er 2006, p. 29–35.

(4) Cette pre­mière zone est la con­créti­sa­tion de la théorie « Imperi­um ter­rae finiri ubi fini­tur armo­rum potes­tas » (un pays ne peut établir de juri­dic­tion exclu­sive sur des zones mar­itimes que dans la mesure où celles-ci pou­vaient être défendues depuis le lit­toral – autrement dit jusqu’à une portée de canon), Van Bynker­shoek, 1737.

(5) Molière, Les Fourberies de Scapin, Acte II, Scène 7.

(6) Cyrille P. Coutan­sais, Géopoli­tique des océans. L’Eldorado mar­itime, Ellipses, 2012, 240 p.

Légende de la pho­to ci-dessus : Image tirée de Deepsea Chal­lenge 3D, film doc­u­men­taire dans lequel le réal­isa­teur cana­di­en James Cameron entre­prend d’être le pre­mier homme à plonger en soli­taire au fond de la fos­se des Mar­i­annes, le site con­nu le plus pro­fond de la croûte ter­restre, dans lequel il a établi en mars 2012 un record de pro­fondeur en soli­taire à 10 898 m de fond. S’il ne s’agissait que de la sec­onde fois qu’un homme descend à cette pro­fondeur max­i­male, c’est parce que le coût de ce type d’opération est très élevé. Aujourd’hui, très peu d’hommes sont descen­dus en dessous des 4000 m et plus de 75 % de ces zones très pro­fondes restent inex­plorées. Par­al­lèle­ment, les pro­fondeurs des océans nous restent incon­nues à 95 %. (© The Walt Dis­ney Com­pa­ny France)

À propos de l'auteur

André Louchet

André Louchet

Professeur émérite de géographie à l’université de Paris-Sorbonne, auteur notamment de La planète océane (Éd. Armand Colin) et de l’Atlas des mers et océans (Éd. Autrement).

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.