Magazine EcoLogistics

Les défis du transport de marchandises dangereuses conditionnées en colis

Par sa nature même, le secteur du trans­port des matières dan­gereuses, y com­pris sa chaîne logis­tique, est con­fron­té à plusieurs défis (sécu­rité, envi­ron­nement, pro­duc­tiv­ité). Le trans­port des matières dan­gereuses (TMD) con­di­tion­nées en col­is est par­ti­c­ulière­ment com­plexe, notam­ment parce qu’il répond à des exi­gences qui lui sont pro­pres pour des marchan­dis­es très var­iées : bat­ter­ies au lithi­um, aérosols, pein­tures, pro­duits chim­iques en bouteilles, fûts, par­fums, pein­tures, pro­duits de piscines, feux d’artifice, muni­tions… Qu’il s’agisse de for­ma­tion, d’organisation, de com­pé­tences ou encore de con­cur­rence, les prob­lé­ma­tiques sont nombreuses.
 
En France, le TMD représente 5 % du traf­ic routi­er de marchan­dis­es (16 % du traf­ic fer­rovi­aire et 15 % du traf­ic flu­vial). Dans le monde et tous types de trafics con­fon­dus, 15 % des échanges con­cer­nent des matières dan­gereuses. Fuel pour chaudières, essence pour véhicules, bitume pour les routes, pro­duits en bouteilles, essences aro­ma­tiques, alcools forts, médica­ments pour les hôpi­taux…, tous les secteurs d’activité sont con­cernés. Pour les com­man­di­taires, les trans­porteurs et les clients, l’objectif est bien de sat­is­faire une clien­tèle très var­iée tout en garan­tis­sant la sécu­rité du pub­lic et la pro­tec­tion de l’environnement.
 
Ges­tion de la logis­tique et du risque
 
En 2016, en France, sur 174 inci­dents, 57 % rel­e­vaient du trans­port routi­er (14 % con­cer­naient le trans­port fer­rovi­aire et 27 % sont sur­venus au sein d’une ICPE ou instal­la­tion classée pour l’environnement).
 
L’objectif des entre­pris­es (mais aus­si des pou­voirs publics et du monde de la recherche) est de pro­pos­er des out­ils pour mieux éval­uer les risques et y répon­dre de manière adéquate en ayant tou­jours une vue d’ensemble et non un regard axé sur un seul type d’activités. Le défi est de taille, tant il est vrai que les entre­pris­es qui fab­riquent, utilisent ou trans­portent des matières dan­gereuses doivent faire face aux risques à chaque étape, chaque mail­lon de la chaîne logis­tique : sites indus­triels, trans­port, instal­la­tions de stock­age tem­po­raire, activ­ités de chargement/déchargement. D’une manière générale, l’objectif est de ne pas dis­soci­er la ges­tion du risque de la ges­tion logis­tique. Les choix effec­tués dans cette dernière pour des matières dan­gereuses sont inex­tri­ca­ble­ment liés à la ges­tion même du risque. C’est d’autant plus vrai pour les matières dan­gereuses con­di­tion­nées en col­is, mail­lon à part dans l’ensemble de la sup­ply chain TDM. Autrement dit, la stratégie logis­tique de l’entreprise se con­fond avec celles de la ges­tion du risque et vice et ver­sa. L’interaction doit être la règle.
 
Par exem­ple, cer­taines instal­la­tions fix­es sont ten­tées de dimin­uer leurs stocks de matières dan­gereuses. Elles aug­mentent donc les trans­ports et les risques qui y sont liés. D’autre part, il n’est pas rare de voir des entre­pris­es sous-traiter cer­taines de leurs activ­ités (le trans­port surtout) à des sociétés spé­cial­isées qui, elles-mêmes, sous-trait­ent à leur tour. Cela est par­ti­c­ulière­ment vrai pour les matières dan­gereuses con­di­tion­nées en col­is. La mul­ti­pli­ca­tion des acteurs nuit à la bonne ges­tion inté­grale de la chaîne logis­tique. Dans l’évaluation du risque, la ques­tion de la respon­s­abil­ité du ou des expédi­teurs est impor­tante, surtout lorsqu’il y a beau­coup d’intervenants.
 
La for­ma­tion des dif­férents métiers et les sys­tèmes d’information intelligents
 
Parce que les matières dan­gereuses con­di­tion­nées en col­is peu­vent être de natures très hétérogènes et se présen­ter sous dif­férents embal­lages et for­mats, leur trans­port néces­site une con­nais­sance par­faite des risques selon les pro­duits, de leur clas­si­fi­ca­tion, des dif­férentes régle­men­ta­tions en vigueur dans le pays et à l’étranger (spé­ci­fique à cha­cun des modes de trans­port : routi­er, aérien, mar­itime, flu­vial), des autori­sa­tions, ain­si que des exi­gences en matière d’emballage (cer­ti­fi­ca­tions), de manu­ten­tion (iden­ti­fi­ca­tion, éti­que­tage, dan­gers), de manip­u­la­tion (chargement/déchargement) et d’acheminement. Ce dernier point est impor­tant, car il faut notam­ment dis­pos­er de véhicules homo­logués, de matériel de pre­mière inter­ven­tion, et veiller à la bonne sig­nal­i­sa­tion et au plac­ardage des sym­bol­es. Par déf­i­ni­tion, le trans­port de ces col­is peut faire inter­venir plusieurs types de matières dan­gereuses qui appar­ti­en­nent à dif­férentes class­es, com­plex­i­fi­ant un peu plus le tra­vail des dif­férents acteurs de la chaîne. De même, la régle­men­ta­tion en vigueur con­cer­nant les poids autorisés de matières dan­gereuses doit être par­faite­ment con­nue. La for­ma­tion du per­son­nel dans l’ensemble de la chaîne logis­tique est déter­mi­nante et doit être sanc­tion­née par des tests d’évaluation. Des stages sont ain­si pro­posés par des organ­ismes agréés, qui doivent per­me­t­tre d’identifier toutes les étapes oblig­a­toires pour trans­porter par la route ce type de colis.
 
Chaque entre­prise qui est liée au TMD doit désign­er un ou plusieurs con­seillers à la sécu­rité dont le rôle est d’aider à la préven­tion (art. 1.8.3, ADR). Ces con­seillers sont des élé­ments cen­traux, car les pro­duits, très hétérogènes dans leur nature et leur clas­si­fi­ca­tion, présen­tent des fac­teurs de risques dif­férents. En out­re, l’échelle des impacts sur la sécu­rité et sur l’environnement est large. Les procé­dures à respecter sont elles aus­si vari­ables et sou­vent com­plex­es. Expédi­teur, trans­porteur, manu­ten­tion­naire, fab­ri­cant : tous les postes sont cou­verts pour une sécu­rité opti­male, d’un bout à l’autre de la chaîne. Un camion qui charge, trans­porte et fait décharg­er des col­is rem­plis d’ordinateurs, de bouteilles de par­fum ou de bri­quets n’est pas géré de la même manière qu’un autre qui trans­porte des explosifs ou des palettes rem­plies de bouteilles d’éthanol. Notons que les nou­velles dis­po­si­tions de l’ADR entreront en vigueur le 1er juil­let 2019 suiv­ant les mod­i­fi­ca­tions des régle­men­ta­tions inter­na­tionales applic­a­bles depuis le 1er jan­vi­er 2019. Le texte intè­gre notam­ment l’extension à tous les expédi­teurs de marchan­dis­es dan­gereuses de l’obligation de désign­er un con­seiller à la sécu­rité. Grâce à la for­ma­tion, à la sig­nal­i­sa­tion, aux normes des véhicules, aux con­trôles péri­odiques, au tra­vail des con­seillers à la sécu­rité et à toutes les règles qui le régis­sent, le TMD est un des trans­ports routiers qui affiche le plus faible taux d’accidents.
 
Les sys­tèmes de trans­port intel­li­gents (ITS) sont un excel­lent moyen d’optimiser la chaîne logis­tique, en par­ti­c­uli­er dans son volet trans­port, tout en maîtrisant les coûts financiers, et surtout envi­ron­nemen­taux, sans oubli­er le fac­teur déter­mi­nant de la sécurité.
 
Les trans­ferts d’informations en temps réel entre les dif­férents acteurs de la chaîne per­me­t­tent de sur­veiller de manière effi­cace le TMD. Con­duite, état du réseau routi­er, embouteil­lages, acci­dents, itinéraires, géolo­cal­i­sa­tion et con­trôle des marchan­dis­es, l’ITS est un for­mi­da­ble out­il qui per­met de gér­er au mieux les fac­teurs temps et sécu­rité, ce dernier pré­valant sur tous les autres. Bien­tôt, smartroads et Inter­net des objets (Inter­net of Things ou IoT) com­pléteront le dis­posi­tif pour une sécu­rité optimale.
 
Pour autant, si cet out­il numérique est par­ti­c­ulière­ment adap­té, il représente un coût énorme pour un petit trans­porteur et le désa­van­tage face à des con­cur­rents européens capa­bles d’absorber ces dépenses.

À propos de l'auteur

Ecologistics

Ecologistics

Par la rédaction de Ecologistics.
Associant des articles d’analyse spécialisés et des entretiens de décideurs économiques et politiques, EcoLogistics est aujourd’hui la seule revue française entièrement consacrée à l’innovation dans le secteur de la logistique et du transport.

Elle traite tout à la fois de la révolution technologique des drones en matière de transport de marchandises, du stockage 4.0 et de l’intelligence artificielle comme outil d’aide à la décision logistique. La revue aborde également l’ensemble des problématiques relatives à la transition énergétique du secteur transport avec une valorisation des ENR et des moteurs innovants, tous véhicules de transport(s) confondus : GNV/bioGNV, hydrogène, électrique…

L’informatique (logiciels WMS/TMS) est également valorisée et, plus globalement, la transition numérique s’avère être au cœur de nos prérogatives.

Ecologistics est partenaire d’un grand nombre d’événements professionnels en France et en Europe (industrie, supply chain, transport, e-commerce, etc.), offrant à ses annonceurs une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.