Magazine Biogaz

Méthanisation : qui paie le captage du CO2 ?

Pour Fran­cis Claude­pierre, prési­dent de l’Association des agricul­teurs méthaniseurs de France (AAMF) « favoris­er et péren­nis­er une agri­cul­ture durable » est un enjeu majeur de la méthani­sa­tion qui doit être pris en compte dans l’élaboration de la Pro­gram­ma­tion pluri­an­nuelle de l’énergie (PPE), comme le coût du cap­tage du CO2.

« Pour éla­bor­er la tra­jec­toire de la PPE, il sem­ble que seul le prisme du prix de l’énergie soit pris en compte, indique d’entrée de jeu Fran­cis Claude­pierre. On oppose en effet le coût du bio­méthane à celui du gaz fos­sile. Mais, d’une part, ce prix ne reflète pas le coût réel de l’énergie, celui du nucléaire ou des éner­gies fos­siles étant sous-estimé ; d’autre part, les exter­nal­ités pos­i­tives ne sont pas pris­es en compte. » Or, pour l’agriculture, les apports de la méthani­sa­tion con­stituent une occa­sion extra­or­di­naire de dévelop­per une autre tra­jec­toire agricole.

Vers une agri­cul­ture durable

Fran­cis Claude­pierre a mis en ser­vice la pre­mière unité de méthani­sa­tion en France il y a 18 ans. « Grâce à cela, nous avons pu nous lancer dans l’agriculture biologique il y a 17 ans, car la méthani­sa­tion, out­re la pro­duc­tion d’énergie, per­met d’obtenir un dige­s­tat qui con­stitue un fer­til­isant de très bonne qual­ité. Avec cet engrais qui peut être mis en place au bon moment, nous n’avons plus besoin d’en importer. Avec un pH de 8, il améliore la vie des sols sans autre apport. Sim­ple exem­ple : lors de la sécher­esse de l’an dernier, notre dige­s­tat nous a per­mis d’avoir de l’herbe pour  nos vach­es durant trois bonnes semaines de plus que nos voisins qui util­i­saient des engrais azotés liq­uides. Par ailleurs, les intrants sont con­sti­tués dans notre unité à 70 % d’effluents d’élevage (lisi­er et fumi­er de bovins) et à 30 % de résidus de l’industrie agroal­i­men­taire (issues de céréales, restes d’amidonnerie…) ain­si que de quelques hectares de cul­tures et inter­cul­tures (CIVE). Out­re la cap­ta­tion du CO2, ces CIVE per­me­t­tent d’empêcher l’érosion des sols. Nous pou­vons nour­rir les hommes, ce qui est notre voca­tion de paysans, en quan­tité, avec une nour­ri­t­ure de qual­ité en amélio­rant la bio­di­ver­sité des sols et le tout en étant économique­ment rentable ! De plus, à quel coût chiffre-t-on le cap­tage du CO2, le main­tien de la bio­di­ver­sité et la restau­ra­tion des sols ? Et sans la méthani­sa­tion, qui paiera les cou­ver­tures végé­tales inter­mé­di­aires qui per­me­t­tent de réduire les pro­duits phy­tosan­i­taires ? Les paysans, corvéables à mer­ci ? À l’AAMF, nous allons nous bat­tre pour que ces ser­vices ren­dus à l’environnement par l’agriculture soient pris en compte dans le prix de revient réel du gaz vert.

Ter­ri­toires à énergie positive

Indépen­dam­ment de la PPE, le prob­lème de la méthani­sa­tion est surtout d’ordre admin­is­tratif, car le mon­tage d’une unité néces­site de mul­ti­ples autori­sa­tions dans des domaines dif­férents : agré­ment san­i­taire, envi­ron­nement, eau, riverains, con­struc­tion, instal­la­tions classées… Une sim­pli­fi­ca­tion serait bienvenue.

À l’AAMF, nous fon­dons beau­coup d’espoir sur le bioGNV, soit en injec­tion, soit en sta­tion de bio­car­bu­rant locale en cas d’éloignement du réseau. Avec leurs gise­ments de matière, les agricul­teurs peu­vent être excé­den­taires en énergie et joueront un rôle indis­pens­able pour la mise en place de ter­ri­toires à énergie pos­i­tive. Cer­taines col­lec­tiv­ités locales en sont bien con­scientes et nous suiv­ent. Ain­si, en févri­er, nous avons signé avec la région Grand-Est une charte qui vise à fédér­er tous les acteurs de la fil­ière pour dévelop­per la méthanisation.

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.