Magazine Green Innovation

L’électromobilité partagée !

L’autopartage se développe en France au rythme des évo­lu­tions tech­nologiques et des change­ments de com­porte­ment des auto­mo­bilistes. C’est un bon out­il d’évangélisation de la mobil­ité électrique.

Cette pra­tique qui con­siste à partager l’usage d’une voiture entre plusieurs con­duc­teurs per­met de répon­dre aux besoins de mobil­ité à moin­dre coût par rap­port à la pleine pos­ses­sion puisque l’utilisateur souscrit à un ser­vice plutôt que d’acheter un véhicule élec­trique. Plusieurs mod­èles d’autopartage de véhicules élec­triques cohab­itent aujourd’hui : la trace directe, la boucle et le free floating.

La trace directe

En trace directe, le con­duc­teur récupère le véhicule à une sta­tion de recharge et le restitue à une autre sta­tion. Cette solu­tion néces­site une grande infra­struc­ture de recharge répar­tie de façon judi­cieuse sur l’ensemble du ter­ri­toire cou­vert par le ser­vice. Le fait que le véhicule soit rechargé à chaque sta­tion garan­tit un niveau de charge suff­isant. Toute­fois, l’opérateur doit prévoir plus de bornes de recharge que de véhicules afin de garan­tir à l’utilisateur une place de sta­tion­nement à l’arrivée. Cette for­mule est par­ti­c­ulière­ment adap­tée aux mod­èles élec­triques pour des dis­tances moyennes par­cou­rues inférieures à dix kilomètres.

La boucle (ou hub)

Dans le cas de l’autopartage en boucle, le con­duc­teur doit restituer le véhicule à la sta­tion de départ. Le hub per­met d’assurer un degré élevé de fia­bil­ité du ser­vice pour les per­son­nes habi­tant à prox­im­ité de la sta­tion. Cette forme d’autopartage est par­ti­c­ulière­ment adap­tée aux zones rurales et péri­ur­baines (voir encadré), pour des déplace­ments de 50 kilo­mètres env­i­ron et pour des loca­tions de plusieurs heures ou le week-end. L’investissement en bornes de recharge est plus lim­ité puisqu’un seul point de charge est attribué à chaque véhicule, con­traire­ment à l’autopartage en trace directe.

Le free float­ing (flotte libre)

En tant que ser­vice de partage de véhicules sans bornes de recharge ni places de sta­tion­nement fix­es, la flotte libre con­stitue le sys­tème de loca­tion flex­i­ble par excel­lence. À l’aide de leur mobile, les usagers géolo­calisent et louent les véhicules sans effectuer de réser­va­tion préal­able et les restituent à l’intérieur d’un périmètre don­né, sans se souci­er de la disponi­bil­ité d’une place de sta­tion­nement à l’arrivée. Sim­ple et économique pour l’utilisateur, l’autopartage en flotte libre est plébisc­ité par les col­lec­tiv­ités, car il ne néces­site pas l’installation d’infrastructures de recharge. L’opérateur du ser­vice doit cepen­dant déploy­er une équipe sur le ter­rain pour organ­is­er la recharge des véhicules.

La mobil­ité partagée

Au con­seil départe­men­tal de l’Orne à Alençon, 29 véhicules sont disponibles en autopartage sur dif­férents sites 24h/24, mais mutu­al­isés. Lorsque les salariés du con­seil départe­men­tal ne les utilisent pas pour leurs déplace­ments pro­fes­sion­nels, ils sont disponibles pour le grand pub­lic. Ce ser­vice d’autopartage part de deux con­stats. Dans ce départe­ment très rur­al, les habi­tants ren­con­trent le prob­lème des « derniers kilo­mètres », peu mail­lés par les trans­ports en com­mun et néces­si­tant l’utilisation d’une voiture. Comme les véhicules du con­seil départe­men­tal sont sous-util­isés, cela per­met de lim­iter les véhicules « improductifs ».

[mks_accordion]
[mks_accordion_item title=“L’écomobilité sociale et rurale”]En pleine cam­pagne nor­mande, le dis­posi­tif d’autopartage mis en place dans la com­mune nou­velle de Tinche­bray-Bocage (61) ren­con­tre un véri­ta­ble suc­cès dans un milieu rur­al où la majorité des déplace­ments se font en voiture et où il existe peu d’autres solu­tions, notam­ment en matière de trans­ports en com­mun. Qua­tre Nis­san Leaf sont mis­es à dis­po­si­tion des habi­tants pour seule­ment 8 € la journée ou 5 € la demi-journée. Un « juste milieu » entre l’accessibilité du ser­vice et le besoin d’amortir les frais de fonc­tion­nement. Comme l’explique Jérôme Nury, ex-maire de Tinche­bray et député de l’Orne, « ce tarif per­met à celui qui n’a pas les moyens de se pay­er un véhicule à longueur d’année d’emprunter une voiture de temps en temps pour aller chez le médecin ou aux Assedic. »[/mks_accordion_item]
[/mks_accordion]

À propos de l'auteur

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.