Magazine Green Innovation

Dessalement de la mer : un enjeu stratégique face au manque d’eau ?

La demande crois­sante en eau dans le monde aug­mente les risques de sur­ex­ploita­tion et de con­t­a­m­i­na­tion des sources hydrauliques naturelles de sur­face et souter­raines. Face à cette insécu­rité gran­dis­sante, cer­tains pays n’ont d’autre option que de se tourn­er vers de nou­velles sources non naturelles. Dans ce con­texte, le dessale­ment d’eau de mer représente une solu­tion de plus en plus acces­si­ble face à la pénurie d’eau et au stress hydro-poli­tique. Par­al­lèle­ment, l’utilisation crois­sante de la tech­nolo­gie pose de nou­veaux défis.

L’eau douce, en tant que ressource indis­pens­able, notam­ment à des fins domes­tiques, agri­coles et indus­trielles, joue un rôle cru­cial dans la crois­sance économique et le développe­ment des États. Avec l’augmentation de la pop­u­la­tion, la demande en eau à usage domes­tique s’intensifie. Une pop­u­la­tion en crois­sance con­stante implique égale­ment plus de biens ali­men­taires à pro­duire, avec une demande gran­dis­sante dans l’agriculture et les sys­tèmes d’irrigation. Dans les régions déjà touchées par une pénurie d’eau, le change­ment cli­ma­tique devrait avoir un impact con­sid­érable, exac­er­bant encore la pres­sion sur les ressources hydrauliques. L’eau est plus que jamais une com­posante inévitable dans le cal­cul sécu­ri­taire des États.

Le dessale­ment de l’eau de mer représente une solu­tion de plus en plus acces­si­ble pour atténuer la pénurie d’eau et le stress hydro-poli­tique. Bien que le dessale­ment à grande échelle reste encore bien sou­vent le priv­ilège des pays à haut revenu, un nom­bre crois­sant d’États l’utilisent à moin­dre échelle plus ou moins inten­sé­ment. Selon l’Agence inter­na­tionale de l’énergie (AIE), d’ici à 2040, le dessale­ment devrait être 13 fois plus dévelop­pé dans les pays du Moyen-Ori­ent et d’Afrique du Nord qu’en 2014 afin de répon­dre à la demande crois­sante en eau (1). Grâce à la tech­nolo­gie, l’approvisionnement en eau ne dépend plus unique­ment des sources d’eau douce naturelles. De plus, les incer­ti­tudes sont réduites en matière de quan­tité et de qual­ité de l’eau. En con­séquence, cer­tains États, comme Israël, l’Arabie saou­dite, l’Australie, les Émi­rats arabes unis, l’Espagne et l’Algérie, ont dévelop­pé un pro­gramme de dessale­ment à grande échelle. Les ressources hydrauliques n’étant plus lim­itées, les acteurs béné­fi­cient d’une plus grande flex­i­bil­ité dans la ges­tion de celles-ci.

Une tech­nolo­gie plurielle

Il existe actuelle­ment deux tech­niques prin­ci­pales de dessale­ment de l’eau qui sont com­mer­ciale­ment viables. D’une part, les tech­nolo­gies de dessale­ment ther­mique utilisent la chaleur pour vapor­is­er l’eau douce. D’autre part, les tech­nolo­gies mem­branaires (ou de fil­trage) sépar­ent l’eau douce de l’eau de mer ou de l’eau saumâtre (2) à tra­vers une mem­brane. Aujourd’hui, les procédés de dessale­ment les plus répan­dus dans le monde sont prin­ci­pale­ment basés sur l’osmose inverse (60,0 %) – une tech­nolo­gie mem­branaire – et les tech­niques Mul­ti Stage Flash (26,8 %) – une tech­nolo­gie ther­mique (3). La fais­abil­ité de chaque procédé dépend de con­di­tions spé­ci­fiques telles que la qual­ité ou le type d’eau, le prix de l’énergie et les ressources tech­niques du pays ou de la région où l’usine est construite.

La plu­part des tech­niques de dessale­ment sont ali­men­tées au pét­role ou au gaz naturel, entraî­nant des coûts énergé­tiques élevés. Bien que la con­som­ma­tion d’énergie de la tech­nique d’osmose inverse soit inférieure à celle des tech­niques ther­miques, la con­struc­tion d’usines de dessale­ment d’osmose inverse néces­site des investisse­ments financiers ini­ti­aux impor­tants. Par con­séquent, le dessale­ment à grande échelle est encore essen­tielle­ment assuré par les pays à haut revenu qui sont en mesure de pren­dre en charge les coûts de ces instal­la­tions. Néan­moins, de petites usines de dessale­ment, par­fois à un niveau très local, sont mis­es en place et util­isées pour fournir de l’eau à quelques ménages ou com­mu­nautés dans les pays à faible ou moyen revenu. Par exem­ple, une grande par­tie des usines de dessale­ment de la région des Caraïbes utilisent le proces­sus d’osmose inverse (4). Des instal­la­tions de dessale­ment à moyenne échelle sont égale­ment implan­tées au niveau région­al ou munic­i­pal dans des pays tels que la Jor­danie ou l’Égypte.

De nom­breux challenges

Le dessale­ment est con­fron­té à plusieurs défis, notam­ment financiers et envi­ron­nemen­taux, qui sont sus­cep­ti­bles d’augmenter en nom­bre et en diver­sité au fur et à mesure que la tech­nolo­gie se généralise. La nature de ces défis peut vari­er selon le pays, le con­texte région­al et les car­ac­téris­tiques de l’eau d’alimentation. Trois élé­ments dif­férents font vari­er le coût de l’eau dessalée : le type d’eau d’alimentation (eau de mer ou eau saumâtre), la source d’énergie et la taille de l’usine. Des trois, le coût de la source d’énergie a la plus grande influ­ence sur le coût du proces­sus. Par con­séquent, la fais­abil­ité économique de la con­struc­tion d’une usine de dessale­ment dépend en grande par­tie de la disponi­bil­ité énergé­tique locale ou du coût de l’énergie.

Par ailleurs, mal­gré le besoin urgent de solu­tions alter­na­tives aux sources d’eau naturelles, la forte con­som­ma­tion d’énergie de la tech­nolo­gie, les émis­sions de CO2 et la ques­tion du rejet des déchets liq­uides (la saumure) poussent cer­tains experts à met­tre en garde con­tre le dessale­ment. Bien que le dessale­ment par osmose inverse soit présen­té par ses défenseurs comme moins éner­gi­vore et moins coû­teux que le dessale­ment ther­mique, l’augmentation de la capac­ité de dessale­ment mon­di­ale néces­site la mise en place de solu­tions durables en matière de recy­clage et d’élimination de la saumure afin de lim­iter la dégra­da­tion de l’environnement.

Dessale­ment et énergie renouvelable

Jusqu’à récem­ment, la plu­part des usines de dessale­ment se situ­aient là où les sources d’énergie fos­sile étaient disponibles en quan­tité sig­ni­fica­tive et à un prix très bas, avec seule­ment 1 % du dessale­ment mon­di­al ali­men­té par des sources d’énergie renou­ve­lable. Néan­moins, ces dernières, telles que l’énergie solaire pho­to­voltaïque ou l’énergie éoli­enne, devi­en­nent une alter­na­tive de plus en plus attrayante pour les pays impor­ta­teurs d’énergie tels que l’Inde ou la Chine, où la demande de dessale­ment est en hausse. La mise en œuvre de ces dif­férentes tech­nolo­gies dépend bien évidem­ment des sources d’énergie disponibles locale­ment. Par exem­ple, les régions arides et semi-arides pos­sè­dent de larges sources d’énergie solaire tan­dis que les com­mu­nautés côtières et insu­laires béné­fi­cient d’importantes sources d’énergie éoli­enne. De plus, l’utilisation de ces sources d’énergie alter­na­tives rend le proces­sus de dessale­ment plus com­péti­tif et plus respectueux de l’environnement.

Au Moyen-Ori­ent et en Afrique du Nord, une région car­ac­térisée par une forte iné­gal­ité en matière d’accès aux sources d’hydrocarbures, cer­tains pays, en par­ti­c­uli­er les pays du Golfe, peu­vent compter sur ces sources fos­siles pour ali­menter des usines de dessale­ment à grande échelle (5). Or, la région béné­fi­cie égale­ment d’une forte expo­si­tion au soleil et de larges espaces déser­tiques, trans­for­mant celle-ci en un lieu appro­prié pour les usines de dessale­ment à énergie solaire où la poten­tial­ité par kilo­mètre car­ré équiv­aut à l’énergie pro­duite par 1 à 2 mil­lions de bar­ils de pét­role (6). Jusqu’à présent, cette alter­na­tive aux éner­gies fos­siles reste coû­teuse, même si des pro­grès tech­nologiques sont réal­isés afin d’en réduire les coûts. De nos jours, l’Arabie saou­dite, l’Inde, le Brésil, Chypre, l’Égypte, la Jor­danie, la Turquie et d’autres pays met­tent en place des usines de dessale­ment ali­men­tées par des éner­gies renou­ve­lables. Mal­gré le recours crois­sant à ces sources d’énergies alter­na­tives, leur util­i­sa­tion implique de nom­breux prob­lèmes tech­niques, économiques et organ­i­sa­tion­nels qui empêchent actuelle­ment de créer un appro­vi­sion­nement énergé­tique con­stant. De larges sources à faible coût et des tech­nolo­gies de stock­age per­for­mantes sont néces­saires pour atténuer la nature vari­able des éner­gies renouvelables.

L’eau dessalée, un enjeu stratégique nation­al et régional 

Le dessale­ment d’eau de mer à grande échelle peut poten­tielle­ment mod­i­fi­er l’approvisionnement en eau de cer­taines régions côtières. En créant de nou­velles sources d’eau douce, il peut avoir un impact posi­tif au niveau économique, poli­tique et social d’un État. Néan­moins, sur le plan envi­ron­nemen­tal et au niveau de la coopéra­tion régionale ou inter­na­tionale, cela demande des recherch­es sup­plé­men­taires. Alors que les acteurs engagés dans le domaine de la ges­tion de l’eau s’accordent à dire qu’il faut ren­dre la tech­nolo­gie plus acces­si­ble, il est évi­dent que ces tech­nolo­gies ne rem­pla­cent pas la volon­té poli­tique, con­di­tion sine qua non pour la mise en place de solu­tions de ges­tion hydraulique durables qui, dévelop­pées de manière appro­priée, peu­vent con­tribuer à ren­forcer la sécu­rité hydraulique des États.

Dans un con­texte de ten­sions hydrauliques trans­frontal­ières, le dessale­ment pour­rait égale­ment chang­er la donne dans les années à venir. En réduisant le stress hydro-poli­tique, il pour­rait pro­mou­voir une coopéra­tion interé­ta­tique accrue. Mais en réduisant l’interdépendance entre les acteurs, une plus grande flex­i­bil­ité au niveau de l’approvisionnement en eau pour­rait au con­traire dimin­uer l’incitation à con­clure des accords de ges­tion con­jointe des ressources naturelles trans­frontal­ières. Les acteurs con­cernés pour­raient ne pas coopér­er et agir uni­latérale­ment sur la part qu’ils con­sid­èrent comme leur. Ain­si, mal­gré cer­taines bar­rières économiques et envi­ron­nemen­tales au dessale­ment à grande échelle, la tech­nolo­gie pour­rait mod­i­fi­er le pou­voir poli­tique inhérent aux acteurs riverains en amont et réor­gan­is­er les fonde­ments géopoli­tiques de l’eau.

Notes

(1) AEI, « Mak­ing fresh­wa­ter from the sun », 30 jan­vi­er 2017.

(2) L’eau saumâtre – eau de lagune, d’étendues d’eau nées de la rup­ture d’une digue mar­itime… – a une teneur en sel sen­si­ble­ment inférieure à l’eau de mer (moins de 10 grammes par litre pour la pre­mière, con­tre 35 g/l en moyenne pour la sec­onde), mais supérieure à l’eau douce, dont la salin­ité faible per­met la con­som­ma­tion. [NdlR]

(3) IRENA, IEA-ETSAP, « Water desali­na­tion using renew­able ener­gy », Tech­nol­o­gy Brief I12, mars 2012.

(4) Caribbean Envi­ron­men­tal Health Insti­tute (CEHI), The Use of Desali­na­tion Plants in the Caribbean, Phi-VI/­Doc­u­men­to Téc­ni­co n° 5, Organ­i­sa­tion des Nations Unies pour l’éducation, la sci­ence et la cul­ture (UNESCO), Mon­te­v­ideo, 2006.

(5) Green­lee et al., « Reverse osmo­sis desali­na­tion : Water sources, tech­nol­o­gy, and today’s chal­lenges », Water Research 43 (2009) 2317–2348, mai 2009.

(6) La Banque mon­di­ale, « Renew­able Ener­gy Desali­na­tion : An Emerg­ing Solu­tion to close the Water Gap in the Mid­dle East and North Africa », MENA Devel­op­ment Report, 2012.

(Arti­cle pub­lié dans Les Grands Dossiers de Diplo­matie n° 46 (Mers et océans. Géopoli­tique & géos­tratégie), Areion Group, août-sep­tem­bre 2018)

Pho­to ci-dessus : Usine de dessale­ment à Ham­bourg, en Alle­magne. (© Shutterstock/Andrea Izzotti)

À propos de l'auteur

Maureen  Walschot

Maureen  Walschot

Assistante en relations internationales à l’Université catholique de Louvain (UCL).

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.