Environnement Magazine Green Innovation Politiques & Hauts Fonctionnaires

Infill radars : concilier défense, sécurité et énergie renouvelable

L’énergie éoli­enne est l’une des sources d’énergie dont la crois­sance en ter­mes de puis­sance et d’installation est en pro­gres­sion con­stante. Cela est vrai dans un grand nom­bre de pays tels la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, le Roy­aume-Uni ou la France. Mais les éoli­ennes, qui ont besoin d’espace, brouil­lent les sig­naux des radars civils et mil­i­taires lorsqu’elles sont instal­lées à prox­im­ité de sites sen­si­bles. La parade ? Des sys­tèmes de radars de nou­velle généra­tion : les infill radars.

Les éoli­ennes sem­blent vic­times de leur suc­cès. Mais l’extension de cette énergie renou­ve­lable pose de sérieux prob­lèmes, car elles entrent en con­cur­rence avec des sites sen­si­bles comme les cen­trales nucléaires, les bases mil­i­taires et les sites météorologiques. En fait, elles encom­brent l’espace et provo­quent des inter­férences avec les sys­tèmes de radars util­isés par les con­trôleurs aériens, les météoro­logues et les armées.

Le risque le plus grand est l’effet dit « de masque » : un avion sur­v­ole une zone avec son transpon­deur (iden­ti­fi­ca­tion ami ou enne­mi) éteint volon­taire­ment ou non. Per­son­ne ne con­naît ses inten­tions. Seul le radar pri­maire peut le localis­er. Mais l’avion passe der­rière un parc éolien, qui le sépare du radar. Les ondes ne peu­vent se propager et l’avion est masqué par les éoli­ennes. La détec­tion peut être per­due sur de grandes dis­tances, jusqu’à 70 kilo­mètres. Lorsque l’avion sort de la zone de masque, il est de nou­veau vis­i­ble sur le radar pri­maire. Dans ce cas, la per­ma­nence opéra­tionnelle (avions prêts à décoller pour inter­cepter tout appareil poten­tielle­ment dan­gereux) aurait été déclenchée.

Les éoli­ennes peu­vent égale­ment causer une con­t­a­m­i­na­tion de la « réflec­tiv­ité ». Les pales changent en per­ma­nence d’orientation en fonc­tion de la direc­tion du vent. Elles peu­vent être détec­tées par le radar Doppler et con­fon­dues avec des objets vélo­ces. Ces sig­naux ren­voyés au radar par les éoli­ennes ne peu­vent être fil­trés et élim­inés comme le seraient les réflex­ions d’objets fix­es. Ce type de fauss­es infor­ma­tions peut induire les météoro­logues en erreur, notam­ment lors des tempêtes.

États-Unis : la coopéra­tion inter-agences

En 2014, aux États-Unis, un mémoran­dum a été signé entre plusieurs agences fédérales pour trou­ver la parade à ces prob­lèmes. Le « Field Test and Eval­u­a­tion radar mit­i­ga­tion test­ing cam­paigns » a réu­ni le départe­ment de la Défense (DoD) le départe­ment de l’Énergie (DoE), la Fed­er­al Avi­a­tion Admin­is­tra­tion (FAA) et la Nation­al Ocean­ic and Atmos­pher­ic Admin­is­tra­tion (NOAA).

Des travaux de sim­u­la­tion sont nées plusieurs options : mod­i­fi­er la taille, la forme et les matéri­aux des éoli­ennes, notam­ment les pales. L’objectif est de réduire la réflec­tiv­ité des éoli­ennes, source d’encombrement pour les radars ; de rem­plac­er les radars exis­tants par des sys­tèmes plus avancés, en réseaux, avec un fais­ceau 3D ; d’accroître le nom­bre de radars en ajoutant des infill radars dans les parcs éoliens ou autour pour accroître la cou­ver­ture des radars exis­tants. Les infill radars ont une portée moins impor­tante, mais une réso­lu­tion de bien meilleure qual­ité pour tra­quer des cibles dans des zones où les radars tra­di­tion­nels per­dent leurs signaux.

En 2012, plusieurs tests ont été menés avec des infill radars. Entre 1 000 et 2 500 éoli­ennes étaient opéra­tionnelles dans les zones tests rel­a­tive­ment larges au Texas et dans le Minnesota.

Les radars de sur­veil­lance « pri­maires » ont subi des inter­férences majeures à l’intérieur et au-dessus des champs éoliens. En revanche, les tests ont mon­tré que les infill radars, grâce à une réso­lu­tion améliorée de leur sys­tème, ont été peu affec­tés par les éoli­ennes. En somme, la détec­tion de cibles a été bien meilleure dans les parcs éoliens et au-dessus, mais égale­ment dans les secteurs les plus éloignés de ces parcs. Si les ques­tions de l’évolutivité et de l’intégration des infill radars demeurent, ces sys­tèmes ont claire­ment mon­tré leur poten­tiel. Leurs tech­nolo­gies peu­vent donc être util­isées comme out­il de réduc­tion d’interférences pour des mis­sions de sur­veil­lance de sites sensibles.

L’Écosse met en ser­vice un radar nou­velle généra­tion, la France dans l’impasse ?

L’expérience améri­caine a fait école. L’aéroport de Glas­gow a récem­ment annon­cé la mise en ser­vice d’un nou­veau type de radar. Le dou­ble sys­tème infill radar Ter­ma SCANTER 4002 réduit l’impact du parc éolien de Kype Muir (26 éoli­ennes pour une capac­ité totale de 88,4 MW), situé à 50 kilo­mètres de Glas­gow. Ce nou­veau radar peut dis­tinguer les émis­sions d’un avion de celles d’une éoli­enne. Le sys­tème Ter­ma SCANTER est per­for­mant, à tel point qu’il devrait être util­isé pour les nou­veaux pro­jets de parcs éoliens écos­sais. D’ailleurs, l’aéroport de Glas­gow a approu­vé 90 % des 495 deman­des d’élévation d’éoliennes reçues entre octo­bre 2012 et août 2016. Ces pro­jets devraient génér­er plus de 700 MW.

En France, le min­istère des Armées met régulière­ment son veto à cause des vols à basse alti­tude des avions (SEBTA ou secteurs d’entraînement très basse alti­tude), des vols d’hélicoptères (VOLTAC ou vol tac­tique) et bien sûr des radars. Il est d’ailleurs impos­si­ble d’implanter des éoli­ennes à moins de 30 kilo­mètres d’un radar mil­i­taire. Le min­istère des Armées souhait­erait éten­dre cette zone à 70 kilomètres.

L’article 141 de la loi du 17 août 2015 rel­a­tive à la tran­si­tion énergé­tique pour la crois­sance verte prévoit qu’un décret du Con­seil d’État doit pré­cis­er les règles d’implantation des instal­la­tions de pro­duc­tion d’électricité éoli­enne vis-à-vis des instal­la­tions mil­i­taires et des équipements de sur­veil­lance météorologique et de nav­i­ga­tion aéri­enne. Le min­istère de la Défense avait lancé le développe­ment d’un sys­tème dit DEMPERE (démon­stra­teur de per­tur­ba­tions des éoli­ennes sur les radars élec­tro­mag­né­tiques) pour mesur­er les con­traintes exer­cées par l’installation d’éoliennes sur l’implantation des radars de la défense. En mars 2019, le min­istère des Armées a indiqué que les résul­tats issus de DEMPERE appa­rais­saient insuff­isants pour appréci­er la représen­ta­tiv­ité de la sim­u­la­tion. Les travaux vont donc se pour­suiv­re. Pour autant, en févri­er 2019, le min­istère des Armées avait libéré 9 000 km² de zones de sur­vol qui pour­raient accueil­lir des pro­jets de parcs éoliens.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.