Magazine Green Innovation Mobilité Verte Transport & Logistique

Technologies de rupture et mobilité du futur

De nou­velles tech­nolo­gies de rup­ture émer­gent dans l’industrie auto­mo­bile. Par­mi les nou­veautés très atten­dues, la 5G sera un des élé­ments clés des com­mu­ni­ca­tions pour et entre les véhicules, mais pas seule­ment. C’est une véri­ta­ble révo­lu­tion de la mobil­ité qui débute.

Les ana­lystes ont iden­ti­fié qua­tre grandes rup­tures tech­nologiques qui vont avoir des réper­cus­sions sur l’industrie auto­mo­bile. Ces rup­tures sont classées sous l’acronyme anglo-sax­on d’ACES pour autonomous, con­nect­ed, elec­tric and Shared, soit véhicules autonomes, voitures con­nec­tées, élec­tri­fi­ca­tion et mobil­ité partagée.

Hyper­con­nex­ion

À l’horizon 2030, l’ACES domin­era l’industrie auto­mo­bile. Cette muta­tion a d’ailleurs déjà com­mencé, que l’on songe aux voitures élec­triques, à l’autopartage, aux voitures con­nec­tées et aux débuts des voitures autonomes. Ce mou­ve­ment va cepen­dant s’accélérer et nous risquons de voir des boule­verse­ments aus­si impor­tants et rapi­des que ceux qui ont sur­gi au XIXe siè­cle, avec les débuts de l’aventure automobile.

L’objectif est de pro­duire des voitures totale­ment autonomes, qui com­mu­ni­queront avec les sys­tèmes routiers pour obtenir des infor­ma­tions en temps réel sur l’état du réseau, la cir­cu­la­tion sur les autoroutes, sur les routes sec­ondaires et en cen­tre-ville, les meilleurs itinéraires et les acci­dents. Les véhicules com­mu­ni­queront égale­ment entre eux pour échang­er des indi­ca­tions sur l’état des routes en fonc­tion de la météo (neige, glace, trous, etc.) ou des travaux. Dans les cen­tres-villes, cette hyper­con­nex­ion per­me­t­tra de savoir où sont situés les sta­tion­nements les plus proches avec le nom­bre de places disponibles.

Enfin, les voitures de demain auront plusieurs util­isa­teurs : la mobil­ité partagée devien­dra la règle. Les sociétés de taxi dis­poseront elles aus­si de flottes autonomes équipées de cap­teurs et de sys­tèmes d’optimisation des itinéraires en fonc­tion des infor­ma­tions sur l’état du réseau routi­er reçues en temps réel.

L’industrie auto­mo­bile con­cen­tre déjà ses efforts sur les logi­ciels et les processeurs qui com­posent les sys­tèmes de fonc­tion­nement des véhicules. L’industrie va pro­gres­sive­ment créer de véri­ta­bles écosys­tèmes en réseaux, com­posés de plusieurs acteurs (indus­triels, entre­pris­es, con­som­ma­teurs) inter­agis­sant les uns avec les autres.

Les mod­èles d’affaires seront trans­for­més par des amélio­ra­tions dans la sécu­rité des véhicules, des coûts moins élevés et une diminu­tion des effets néfastes sur l’environnement. D’autre part, ces ACES néces­siteront des investisse­ments impor­tants dans les infra­struc­tures de réseaux, les plates-formes de ges­tion de don­nées et le traite­ment des don­nées en périphérie de réseau. Dans ce con­texte, la col­lab­o­ra­tion et les parte­nar­i­ats entre les dif­férentes indus­tries seront des fac­teurs clés, gages de réussite.

Tech­nolo­gie dans le véhicule et sur les routes

La ten­dance actuelle vise à inté­gr­er tou­jours plus de fonc­tions et d’unités de com­mande élec­tron­iques dans les appareils de con­trôle et les régu­la­teurs. Les fab­ri­cants d’équipement mènent cette véri­ta­ble « offen­sive » tech­nologique pour offrir plus de sys­tèmes inté­grés et con­nec­tés d’information et de divertissement.

Ain­si, l’habitacle d’un véhicule se rem­plit de plus en plus de cap­teurs. Si cette ten­dance devrait se pour­suiv­re pour les deux ou trois prochaines généra­tions de véhicules, à plus long terme, les fab­ri­cants dis­poseront de cap­teurs beau­coup plus intel­li­gents et en plus petites quan­tités. Les coûts seront plus faibles, mais l’Internet des objets offrira un éven­tail de fonc­tions beau­coup plus large. Dans quelques années, ces cap­teurs seront capa­bles de pré­traiter des don­nées et de trans­met­tre des infor­ma­tions sur leurs actions aux unités de com­mande électroniques.

Mais la voiture ne sera pas le seul élé­ment hyper­con­nec­té. Les routes et les infra­struc­tures accom­pa­g­neront les véhicules dans ce bond tech­nologique. Des sys­tèmes et des dis­posi­tifs seront totale­ment inté­grés aux réseaux routiers, quelle que soit leur nature (autoroutes, routes sec­ondaires, avenues, rues, etc.). Caméras, moni­teurs capa­bles d’analyser les sit­u­a­tions de cir­cu­la­tion, cap­teurs rel­e­vant la tem­péra­ture et les con­di­tions de con­duite, sig­nal­i­sa­tion (tem­po­raire ou de plus longue durée) des travaux : une mul­ti­tude de paramètres sera analysée en temps réel et trans­mise aux véhicules et au sys­tème cen­tral de ges­tion routière grâce aux réseaux sans fil et aux batteries.

Dans ce con­texte, les opéra­teurs télé­coms joueront un rôle très impor­tant. Ils pren­dront en charge une par­tie de la con­struc­tion des réseaux avec un faible coût énergé­tique. Ils per­me­t­tront égale­ment une bonne cou­ver­ture grâce notam­ment à l’Internet des objets. Ils tra­vailleront en syn­ergie avec des entre­pris­es de travaux publics, des sociétés de con­struc­tion privées, les col­lec­tiv­ités et les pou­voirs publics, mais aus­si les citoyens.

La com­mu­ni­ca­tion « véhicule à tout »

L’acronyme anglo-sax­on V2X (vehi­cle to every­thing) désigne le trans­fert d’informations du véhicule à tout ce qui l’entoure et qui intè­gre d’autres types de com­mu­ni­ca­tions plus spé­ci­fiques (véhicules, infra­struc­tures et même piétons).

Aujourd’hui, il est pos­si­ble aux con­duc­teurs de sur­veiller et d’interagir avec un cer­tain nom­bre de voitures. Dans quelques années, la majorité des véhicules sera hyper­con­nec­tée. Cela néces­sit­era une plus grande capac­ité sans fil, car les véhicules com­mu­ni­queront entre eux, mais aus­si avec l’ensemble de leur envi­ron­nement, comme les infra­struc­tures routières.

D’une manière générale, les véhicules du futur auront besoin de réseaux plus dens­es, plus nom­breux et plus effi­caces, notam­ment dans les zones urbaines, avec des ban­des pas­santes plus puis­santes capa­bles de trans­met­tre un grand nom­bre d’informations, dont des vidéos.

De plus, les voitures autonomes généreront près de qua­tre téraoctets de don­nées par jour. Si ces don­nées seront en grande par­tie traitées dans la voiture, elles seront égale­ment partagées avec d’autres véhicules ain­si qu’avec les infra­struc­tures, pour une meilleure ges­tion énergé­tique. Là encore, l’explosion des don­nées mèn­era à des besoins crois­sants en ban­des pas­santes plus rapi­des et plus puis­santes, mais aus­si en bat­ter­ies au sein même des voitures.

Types de com­mu­ni­ca­tion et 5G

Les besoins en con­nex­ion per­me­t­tront deux types de com­mu­ni­ca­tion : celle basée sur le réseau et la com­mu­ni­ca­tion directe.
La pre­mière per­me­t­tra aux voitures d’utiliser les réseaux de télé­phones porta­bles pour com­mu­ni­quer avec les véhicules, les pié­tons et les infra­struc­tures situés à prox­im­ité. Cette com­mu­ni­ca­tion dite « véhicule au réseau » (V2N ou vehi­cle to net­work) béné­ficiera d’une portée supérieure aux méth­odes plus directes. La V2N utilis­era le réseau mobile des opéra­teurs avec un accès à tous les ser­vices du cloud ain­si qu’à ses mesures de sécurité.

La sec­onde per­me­t­tra aux véhicules de com­mu­ni­quer directe­ment avec leur envi­ron­nement sans pass­er par les réseaux de télé­phones porta­bles. Ce type inclut la com­mu­ni­ca­tion entre véhicules (V2V ou vehi­cle to vehi­cle) pour le partage de don­nées (sécu­rité, acci­dents, embouteil­lages, etc.), du véhicule vers les infra­struc­tures (V2I) avec des échanges d’informations (feux de cir­cu­la­tion, trans­ports col­lec­tifs, sig­naux routiers, etc.). Par exem­ple, un véhicule pour­ra adapter sa vitesse en fonc­tion d’une infor­ma­tion rel­a­tive aux feux de cir­cu­la­tion. Ce cas de fig­ure sera égale­ment envis­age­able grâce à la com­mu­ni­ca­tion directe entre la voiture et les pié­tons (V2P).

La com­mu­ni­ca­tion directe utilise le sys­tème de trans­port intel­li­gent (ITS) 5,9 giga­hertz pour les com­mu­ni­ca­tions à faible ray­on et ne dépend pas for­cé­ment du réseau de télé­phone. En revanche, ce dernier peut soutenir la com­mu­ni­ca­tion directe si celle-ci ne parvient pas à détecter un dan­ger, comme un pié­ton ou un autre véhicule.

Quel que soit le type de com­mu­ni­ca­tion, une con­nex­ion per­ma­nente est la clef pour faciliter l’autonomie et l’automatisation des voitures en cir­cu­la­tion. Dans ce con­texte, l’arrivée de la cinquième généra­tion de tech­nolo­gie sans fil, ou 5G, jouera un rôle prépondérant.

Des tech­nolo­gies pou­vant être util­isées pour la com­mu­ni­ca­tion directe ou en réseau exis­tent déjà : la 4G/LTE, les satel­lites, les DSRC (ded­i­cat­ed short range com­mu­ni­ca­tions ou com­mu­ni­ca­tions spé­cial­isées à courte portée). Mais la 5G va réduire le temps de latence et accroître la fia­bil­ité des sys­tèmes comme jamais cela n’avait été vu aupar­a­vant, notam­ment dans les domaines du partage de tra­jec­toire et des mis­es à jour en temps réel.

Un nou­v­el écosys­tème de mobilité

Pour gér­er ce flot impor­tant et con­tinu d’informations, un canal sécurisé devra agréger les don­nées générées par les véhicules et les cap­teurs routiers qui seront par la suite analysées par des sys­tèmes infor­ma­tiques dans le cloud. Plusieurs sociétés auto­mo­biles essaient déjà de bâtir des plates-formes com­munes pour for­mer des écosys­tèmes de véhicules con­nec­tés et pro­pos­er de nou­veaux services.

La mul­ti­pli­ca­tion des cap­teurs améliore les con­nex­ions et per­met égale­ment l’émergence de nou­velles appli­ca­tions et de nou­veaux ser­vices, ou l’amélioration de ser­vices exis­tants comme l’autopartage.

Ces appli­ca­tions néces­siteront de nou­velles plates-formes pour analyser des don­nées en temps réel. Elles offriront l’avantage de faire inter­a­gir l’ensemble de l’écosystème, du client au fab­ri­cant en pas­sant par les com­pag­nies d’assurance, les four­nisseurs d’infrastructures routières et urbaines, les opéra­teurs de télé­phonie mobile, etc.

Mais ces nou­veaux écosys­tèmes néces­siteront des investisse­ments énormes (des dizaines de mil­lions de dol­lars), car ils seront beau­coup plus com­plex­es au niveau des logi­ciels, des con­nex­ions et des sys­tèmes de sécurité.

Pour les géants de la tech­nolo­gie, le sys­tème ACES représen­tera d’extraordinaires oppor­tu­nités. Ils ont d’ailleurs déjà réal­isé des per­cées tech­nologiques impor­tantes, avec par exem­ple l’utilisation de plates-formes d’infodivertissement. Ces écosys­tèmes sont aus­si l’occasion de faire émerg­er des start-up qui assuré­ment s’y fer­ont une place aux côtés des grands groupes, mais aus­si des villes et des gouvernements.

Aus­si les parte­nar­i­ats entre les secteurs pub­lic et privé se mul­ti­pli­eront-ils et per­me­t­tront-ils de relever plus effi­cace­ment les défis que représen­tent déjà les tech­nolo­gies de rup­ture dans la mobil­ité. Les coûts d’investissement seront telle­ment élevés que les acteurs de ces écosys­tèmes seront oblig­és de col­la­bor­er pour assur­er de meilleurs pro­duits et ser­vices aux citoyens qui sont aus­si des con­som­ma­teurs. De plus, le flot crois­sant et con­tinu de don­nées entre les véhicules et leur envi­ron­nement néces­sit­era une régu­la­tion trans­par­ente et une sécu­rité accrue, que ce soit au niveau local (com­munes, aggloméra­tions, etc.), nation­al ou international.

Le sys­tème ACES peut être con­sid­éré comme l’avenir de la mobil­ité. À tout le moins, il en con­stitue une forme envis­age­able. Il sera rapi­de­ment soumis à de nom­breux défis à la fois financiers, tech­nologiques, tech­niques, insti­tu­tion­nels et juridiques. Il néces­sit­era en out­re des parte­nar­i­ats équita­bles entre tous les acteurs, privés comme publics. Mais de grands groupes auto­mo­biles ont déjà con­sti­tué des plates-formes de recherche avec des opéra­teurs de télé­phonie pour imag­in­er des scé­nar­ios d’anticipation. Ils tra­vail­lent égale­ment avec les autorités publiques pour prévoir des cadres régle­men­taires à ces inno­va­tions et à leurs appli­ca­tions. Le mou­ve­ment est lancé.

Image ci-dessus : L’arrivée de la 5G va révo­lu­tion­ner la mobil­ité. Cette nou­velle généra­tion de con­nex­ion sans fil sera per­ma­nente, amélior­era l’autonomie et l’automatisation des véhicules et per­me­t­tra une con­nex­ion très rapi­de et effi­cace du véhicule à tous les élé­ments qui l’entourent.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.