Biogaz Magazine Biogaz Politiques & Hauts Fonctionnaires Territoires & Stratégies

Les ambitions régionales

Chefs de file de la tran­si­tion énergé­tique, les régions pren­nent à cœur cette respon­s­abil­ité. Cer­taines se sont fixé des objec­tifs plus ambitieux encore que ceux défi­nis par les lois et autres PPE. Entre pacte et plan cli­mat, rapi­de retour sur un déploiement du biogaz en région.

La région Bre­tagne vient de sign­er en sep­tem­bre son pacte gazier, dix ans après le pacte élec­trique. L’objectif de ce pacte est d’optimiser l’exploitation, de struc­tur­er la fil­ière et d’atteindre 10 % de la con­som­ma­tion bre­tonne de biogaz en 2025, pour une région qui compte déjà 70 cogénéra­teurs (411 GW) et 11 unités d’injection (128 GW) en service. 
 
Un pacte gazier
 
Mais, pour la région, ce développe­ment doit être fait pour un usage durable, pour plus d’autonomie et en préser­vant nos sols. Elle a donc signé ce pacte avec plusieurs acteurs majeurs du ter­ri­toire comme l’AAMB (Asso­ci­a­tion des méthaniseurs bre­tons), les syn­di­cats départe­men­taux d’énergie (pôle énergie), GRDF, GRTgaz, l’ADEME et l’État. L’objectif est de mobilis­er tous les acteurs du ter­ri­toire et d’obtenir des garanties d’origine 100 % « Breizh ». Enfin, si les ori­en­ta­tions sur les garanties d’origine le per­me­t­tent (voir pages 21–22) ! La région Pays de la Loire, en sa qual­ité de chef de file sur la tran­si­tion énergé­tique, avait arrêté fin 2016 sa feuille de route tran­si­tion énergé­tique 2017–2021, con­sti­tuée de 52 actions regroupées en cinq axes, par­mi lesquels le développe­ment des éner­gies renou­ve­lables pour tripler la pro­duc­tion d’ici à 2021 (aujourd’hui env­i­ron 11 % de la con­som­ma­tion d’énergie finale), et en par­ti­c­uli­er le bois énergie et la méthani­sa­tion, et le développe­ment des motori­sa­tions alter­na­tives avec notam­ment comme objec­tif de devenir la pre­mière région en matière de motori­sa­tions alter­na­tives d’ici à 2021. Ain­si, aux côtés de GRTgaz et de GRDF, elle avait annon­cé en févri­er 2018 son engage­ment pour attein­dre une con­som­ma­tion de 30 % de biogaz d’ici à 2030 sur son ter­ri­toire. L’objectif est de dévelop­per tous les usages du gaz, dans tous les secteurs (rési­den­tiel, ter­ti­aire, indus­trie, mobilité…).
 
Plan cli­mat-énergie
 
La région Hauts-de-France a adop­té en 2017 une Stratégie régionale cli­mat-air-énergie (pour la péri­ode 2017–2021) dans laque­lle la fil­ière de méthani­sa­tion est recon­nue comme ayant un fort poten­tiel. En com­plé­ment, la sig­na­ture par la région de deux man­i­festes en parte­nar­i­at avec de nom­breux acteurs régionaux (CRCI, GRDF, GRTgaz, ADEME, SEM Énergie HDF, Cham­bre régionale d’agriculture…), dont l’un en 2017 pour le développe­ment du bioGNV et l’autre, dès 2016, pour faire de cette région la pre­mière région européenne d’injection du bio­méthane. Un col­lec­tif d’acteurs, le CORBI, œuvre depuis 2014 au développe­ment du bio­méthane injec­té en région Hauts-de-France. Plus de 80 unités y sont en fonc­tion­nement à cette date, dont 12 en injec­tion. Au vu des capac­ités enreg­istrées dans le reg­istre nation­al et auprès de GRDF et GRTgaz, 18 unités devraient fonc­tion­ner pour la fin de l’année et 40 pour la fin 2020, pour une pro­duc­tion de plus de 1 TWh, ce qui cor­re­spond aux objec­tifs inscrits dans le man­i­feste région­al de développe­ment de la méthani­sa­tion signé en 2017. Au total, ce sont 120 pro­jets qui sont iden­ti­fiés et devraient voir le jour dans trois ou qua­tre ans. 
 
En Île-de-France, qui compte une grande par­tie de ter­ri­toires ruraux, Jean-Philippe Dugoin-Clé­ment, vice-prési­dent chargé de l’écologie, du développe­ment durable et de l’aménagement, s’est lui-même impliqué dans le développe­ment de la méthani­sa­tion jusqu’à aller à la ren­con­tre des por­teurs de pro­jets sus­cep­ti­bles d’être sub­ven­tion­nés, comme nous avons pu le voir sur deux sites en Seine-et-Marne, dans le but de mieux cern­er les impli­ca­tions et obsta­cles et de véri­fi­er la cohérence du pro­jet avec les objec­tifs de la région. La région Île-de-France et la direc­tion régionale Île-de-France de l’ADEME vien­nent de clore un six­ième appel à pro­jets com­mun visant à dévelop­per la méthani­sa­tion en Île-de-France. L’objectif est d’accompagner tech­nique­ment et finan­cière­ment de nou­veaux pro­jets fran­ciliens, présen­tant les meilleures per­for­mances envi­ron­nemen­tales, énergé­tiques et économiques afin d’accroître la pro­duc­tion d’énergies renou­ve­lables sur le ter­ri­toire fran­cilien en lien avec les objec­tifs du Sché­ma région­al cli­mat-air-énergie (SRCAE) et de la loi sur la tran­si­tion énergé­tique. Pour la région, c’est égale­ment la tra­duc­tion con­crète de la mise en œuvre de sa nou­velle stratégie régionale énergie-cli­mat, votée en juil­let 2018 par les élus régionaux. Cet appel à pro­jets vise à soutenir l’émergence d’installations de méthani­sa­tion, qu’elles soient à la ferme, ter­ri­to­ri­ales, indus­trielles ou en sta­tion d’épuration, grâce à la méthani­sa­tion des gise­ments issus des activ­ités agri­coles, mais aus­si des biodéchets issus des activ­ités économiques ou des ménages, des indus­tries ou des sta­tions d’épuration.
 
En décem­bre 2017, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a lancé un plan cli­mat ambitieux, « Une COP d’avance ». Com­posé de 100 actions con­crètes, ce plan a mobil­isé 400 mil­lions d’euros en 2018. L’accompagnement des pro­jets de méthani­sa­tion sur le ter­ri­toire pour une région neu­tre en car­bone en fait par­tie. Dans le cadre de la tra­jec­toire neu­tral­ité car­bone, inscrite dans le plan cli­mat-énergie et votée en 2018, la région PACA s’est don­né comme objec­tifs pour la méthani­sa­tion : 260 MW instal­lés en 2030 et 570 MW en 2050, soit la con­struc­tion d’environ 330 unités de méthani­sa­tion d’ici à 2030, quand la région en compte encore très peu.
 
Charte méthani­sa­tion
 
Dans la région Grand Est, ter­ri­toire pio­nnier de la méthani­sa­tion agri­cole, le poten­tiel de développe­ment de la fil­ière méthani­sa­tion est par­ti­c­ulière­ment sig­ni­fi­catif, avec un gise­ment glob­al mobil­is­able à l’horizon 2030 qui avait été estimé dès 2013 à 7 600 GWh d’énergie pri­maire par l’ADEME. À tra­vers sa « Charte pour le développe­ment de la méthani­sa­tion en Grand Est », signée en début d’année, la région con­sid­ère la méthani­sa­tion comme un enjeu majeur autour des ques­tions agroal­i­men­taires, envi­ron­nemen­tales, énergé­tiques et d’innovation et souhaite ain­si regrouper tous les acteurs dans cette démarche. La struc­tura­tion de cette fil­ière en pleine expan­sion néces­site l’implication de toutes les par­ties prenantes afin d’accompagner une dynamique impor­tante et de faire de la méthani­sa­tion un véri­ta­ble atout de développe­ment durable du ter­ri­toire Grand Est. Réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre, traite­ment des déchets organiques, aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion locale d’énergie de source renou­ve­lable, diver­si­fi­ca­tion des activ­ités économiques sont autant d’avantages au déploiement de la méthani­sa­tion sous ses dif­férentes formes : agri­cole, ter­ri­to­ri­ale et industrielle.
 
Les sig­nataires ont souhaité con­firmer leur engage­ment mutuel pour un développe­ment vertueux, raison­né et har­monieux de la méthani­sa­tion sur le ter­ri­toire de la région Grand Est autour de grands principes étab­lis dans une charte. Avec les objec­tifs d’œuvrer à l’établissement d’une fil­ière pérenne ten­ant compte des prob­lé­ma­tiques envi­ron­nemen­tales, économiques et agri­coles ; de con­tribuer à la créa­tion d’outils tech­niques, financiers et d’accompagnement afin de favoris­er l’émergence de nou­veaux pro­jets ; de struc­tur­er la fil­ière et d’accompagner son développe­ment en se bas­ant sur les com­pé­tences respec­tives de chaque acteur dans une logique de coopéra­tion ; d’éviter les con­flits d’usages des ressources et la con­cur­rence entre les sources d’approvisionnement.
 
Aujourd’hui, la région Grand Est est en train d’élaborer sa stratégie régionale de développe­ment de la méthani­sa­tion. Biogaz Val­lée par­ticipe aux groupes de tra­vail qui ont réu­ni les acteurs du ter­ri­toire afin d’enrichir la réflex­ion. Des bureaux d’études ont été mis­sion­nés pour accom­pa­g­n­er la région. L’ensemble des acteurs de la fil­ière de la région (mais aus­si de la France entière) seront présents les 13 et 14 novem­bre 2019 lors de la 7e Con­ven­tion d’affaires du biogaz et de la méthani­sa­tion à Troyes, organ­isée par Biogaz Val­lée (voir page 46).
 
MéthaN’actions et Ambi­tions Biogaz
 
Le développe­ment de la méthani­sa­tion est encour­agé en Nou­velle-Aquitaine via MéthaN’actions. Ce dis­posi­tif piloté par la région et l’ADEME Nou­velle-Aquitaine est ani­mé par les réseaux agri­coles (Fédéra­tion régionale des coopéra­tives d’utilisation de matériel agri­cole et Cham­bre régionale d’agriculture) afin d’accompagner les pro­jets et de fédér­er les acteurs sur tout le ter­ri­toire, dont le Club des injecteurs de bio­méthane Nou­velle-Aquitaine et Vienne Agri Métha. On compte dans la région 35 unités en ser­vice pour 550 000 tonnes de bio­masse traitées et 200 GWh d’énergie pri­maire pro­duite, et 100 pro­jets sont en cours de développe­ment. Là encore, c’est un tra­vail entre tous les acteurs qui prof­ite à la filière.
 
En Auvergne-Rhône-Alpes a été signée mi-2019 « Ambi­tions Biogaz 2023 », une charte pro­mue par la région pour un développe­ment vertueux et coor­don­né de la méthani­sa­tion. Des acteurs comme AURA-EE (Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Envi­ron­nement) et l’AFG (Asso­ci­a­tion française du gaz) Cen­tre-Est y jouent un rôle opéra­tionnel. Auvergne-Rhône-Alpes dis­pose d’atouts solides pour réus­sir ce pari. Tout d’abord, le gise­ment de déchets fer­mentesci­bles est impor­tant : il a été estimé selon le Sché­ma région­al bio­masse (fin 2018) à env­i­ron 12 mil­lions de tonnes de matière brute mobil­is­able, à 90 % agri­cole. La charte vise à mobilis­er sur les dix prochaines années des acteurs présents sur toute la chaîne de valeur en région : bureaux d’études spé­cial­isés, équipemen­tiers de la méthani­sa­tion et de la val­ori­sa­tion du biogaz, etc. La sig­na­ture de cette charte répond à une ambi­tion de développe­ment s’inscrivant dans la durée. Elle vise en effet une mobil­i­sa­tion des acteurs de la méthani­sa­tion sur les dix prochaines années, en cohérence avec le Sché­ma région­al bio­masse. En ten­ant compte des échéances de la pro­gram­ma­tion pluri­an­nuelle de l’énergie, les parte­naires se sont donc fixé comme objec­tifs, à l’horizon 2023 :
– 180 unités en ser­vice fin 2023 (con­tre 90 fin 2018), soit 90 unités de plus en cinq ans ;
– 1 075 GWh injec­tés dans le réseau de gaz fin 2023 (con­tre 120 fin 2018), soit 955 GWh supplémentaires ;
– 480 GWh val­orisés par cogénéra­tion fin 2023 (con­tre 300 fin 2018), soit 180 GWh de plus.

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.