Hydrogène Magazine Hydrogen+ Politiques & Hauts Fonctionnaires

Déploiement de la filière : l’AMI tant attendu

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a dévoilé le programme de soutien à la filière hydrogène avec de nouveaux appels d’offres qui seront lancés dès mars 2020 et notamment un appel à manifestation d’intérêt très attendu par la filière. Objectif affiché de ce grand plan d’investissement : accélérer le développement de la filière hydrogène. Actions.

Avec plus de 90 millions d’euros de financement public en 2019, le ministère annonce ces nouvelles actions pour 2020 avec la préparation d’un « pacte productif ». Après celles de 2018, le programme de soutien à la filière hydrogène en préparation vise à instaurer une dynamique territoriale ambitieuse et à permettre à l’écosystème français (industriels, collectivités, laboratoires de recherche…) de se structurer davantage, pour se positionner sur les marchés d’avenir que sont la production et la distribution d’hydrogène, tant pour l’industrie que pour la mobilité, en France comme à l’export. Il a vocation à s’inscrire dans le cadre du Pacte productif 2025 pour construire un nouveau modèle français respectueux de l’environnement pour atteindre le plein emploi. Il vient répondre également aux objectifs de la stratégie nationale bas carbone et s’appuie sur l’expérience acquise, en prolongation des actions menées dans le cadre du plan hydrogène lancé en 2018, indique le ministère.
 
Bilan 2019 du soutien à la filière
 
L’appel à projets « Production et fourniture d’hydrogène décarboné pour des consommateurs industriels », lancé en février 2019 dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA) opéré par l’ADEME, a permis de sélectionner cinq lauréats, pour un financement total de 11,5  millions  d’euros. Les cinq projets représentent cinq cas industriels différents et complémentaires : deux projets d’hydrogène fatal et trois projets de production sur site. L’ensemble de ces projets permettra de remplacer plus de 40 000 tonnes d’hydrogène carboné par un hydrogène décarboné et d’éviter l’émission de 418 000  tonnes de CO sur la durée de vie des installations (15  ans). L’appel à projets « Écosystèmes de mobilité hydrogène » lancé par l’ADEME en octobre 2018 a permis de sélectionner 20  lauréats pour un financement d’environ 80 millions d’euros, dont 10 nouveaux projets au titre de la seconde clôture. L’ensemble de ces projets permettra de déployer plus de 43 stations-service hydrogène (pour un objectif de 100 en 2023), et 158 poids lourds (pour un objectif de 200 en 2023).
 
Nouvelles actions
 
Pour soutenir la, filière le ministère annonce donc de nouvelles actions, avec tout d’abord un appel à manifestation d’intérêt (AMI) qui va permettre d’accéder aux subventions européennes. Le « Projet d’envergure sur la conception, la production et l’usage de systèmes à hydrogène » qui va être lancé d’ici à la fin du mois de janvier 2020 vise à identifier les projets structurants pour la filière hydrogène et à accélérer le développement à grande échelle de briques technologiques innovantes sur des projets industriels et d’infrastructure. Cet AMI, dont une première relève aura lieu mi-mars et une deuxième fin mai, doit permettre d’identifier des projets permettant de développer les savoir-faire industriels français et de passer la filière à l’échelle (projets de développement industriel, projets de production massive territoriaux pour les usages industrie et mobilité, projets de décarbonation massive d’usages industriels et projets structurants de mobilité…) ainsi que d’accélérer le déploiement de l’hydrogène décarboné grâce à ces solutions. Les projets les plus structurants permettant de développer l’offre industrielle pourront faire l’objet de soutien dans le cadre d’appels à projets lancés en mars 2020 ou au niveau européen, par exemple dans le cadre de projets importants d’intérêt européen commun ou du fonds innovation. Un autre AMI « Aide à l’émergence de la mobilité hydrogène dans le secteur ferroviaire », a été lancé le 21 janvier. L’hydrogène ferroviaire produit à partir de ressources renouvelables et/ou décarbonées conjugue l’absence d’émissions de gaz à effet de serre directes et celle de pollution locale, et offre la possibilité de mutualiser la mise à disposition d’hydrogène avec d’autres modes de transport. Cet AMI, doté de 22 millions d’euros, s’adresse aux autorités organisatrices des transports ferroviaires régionaux et vise à soutenir l’émergence de la mobilité hydrogène dans le secteur ferroviaire avec les trains bi-mode (électrique/hydrogène), permettant de réduire les impacts liés à la traction ferroviaire Diesel.
 
La filière doit s’impliquer
 
Le détail du programme et son financement dépendront des projets qui seront soumis dans le cadre de cet AMI. Il s’appuiera notamment, pour 2020, sur une nouvelle vague de l’appel à projets « H2 industrie » visant à soutenir l’utilisation d’hydrogène décarboné dans l’industrie ainsi que sur une nouvelle publication de l’appel à projets sur la mobilité hydrogène par l’ADEME. Une revue des entreprises à fort potentiel sera réalisée pour identifier leurs besoins en soutiens, notamment en fonds propres ou en matière de cadre réglementaire, pour accélérer leur développement ou leur changement d’échelle, annonce le ministère. Cette revue des entreprises sera menée par Direction générale des entreprises (DGE) d’ici au mois de mai. Pour en savoir plus sur le plan de déploiement de l’hydrogène : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/plan-hydrogene-outil-davenir-transition-energetique.
 
PPE et hydrogène
En parallèle des AMI, la dernière version de la PPE, parue le 20 janvier, confirme dans le chapitre « Développer les autres technologies de gaz renouvelables » le plan Hulot pour l’hydrogène, avec une pérennisation du soutien de l’hydrogène de 50 millions d’euros par pour les premiers déploiements en complément du plan d’investissement d’avenir. Par ailleurs, la loi sur l’économie circulaire a prévu que le gouvernement propose une ordonnance pour soutenir cette filière et assurer la traçabilité de l’hydrogène décarboné. Les autres technologies qui ne sont pas encore à des stades de maturité commerciale peuvent bénéficier de soutien à l’innovation dans le cadre du plan d’investissement d’avenir. La PPE pose l’objectif de 10 % d’hydrogène décarboné dans l’industrie fin 2023, avec 1 à 10 démonstrateurs en power-to-gaz, et de 20 à 40 % d’ici à 2028, avec 10 à 100 démonstrateurs de puissance. Les professionnels ont jusqu’au 19 février pour faire part de leurs remarques sur https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/programmations-pluriannuelles-lenergie-ppe.

À propos de l'auteur

Hydrogen+

Hydrogen+

Créée fin 2015 sous la forme d’un supplément thématique de Green Innovation, la revue Hydrogen+ est la plus ancienne et la seule publication internationale en langue française consacrée au marché de l’hydrogène, à son actualité et aux innovations de la filière. Diffusé sur les principaux salons professionnels, sur support numérique et par abonnement, Hydrogen+ constitue un outil d’information et d’influence unique de la filière hydrogène. Déploiement de la filière, mobilité, transport lourd ou encore industrie, Hydrogen+ couvre l’ensemble des sujets qui occupent la filière et se veut être un outil dédié à son développement. Hydrogen+ est par ailleurs partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principaux acteurs associatifs du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.