Bois Energie Magazine Green Innovation

Bois énergie : économie locale et durable

La fil­ière bois dans son ensem­ble génère près de 440 000 emplois en France pour un chiffre d’affaires de 60 mil­liards d’euros env­i­ron. La fil­ière bois énergie, elle, représente plus de 40 000 emplois directs et indi­rects en France, aux­quels on peut ajouter entre 2 000 et 30 000 emplois informels, d’après France Bois Forêt (source : fas­ci­cule Ques­tions-répons­es bois énergie, 2019, esti­ma­tion SER). Le secteur bois domes­tique en représente 75 % avec 14 000 emplois dans la fil­ière de pro­duc­tion de com­bustible bûche, 3 000 en com­bustible gran­ulé, près de 8 000 chez les fab­ri­cants d’appareils de chauffage au bois et de con­duits de fumée et env­i­ron 5 000 pour les instal­la­teurs et reven­deurs. On compte égale­ment env­i­ron 10 000 emplois dans le secteur col­lec­tif indus­triel et tertiaire.

La con­som­ma­tion de 1 000 tonnes de bois énergie cor­re­spond à env­i­ron 1,2 emploi sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

En 2016, la fil­ière présente un ratio de 179 emplois par térawattheure (TWh) pro­duit, explique de son côté le Syn­di­cat français des chaudiéristes bio­masse. Env­i­ron 50 % des emplois sont directs : il s’agit de ceux con­cernés par la chaîne de pro­duc­tion et d’exploitation des bio­com­bustibles (comme les travaux forestiers) ou de la fab­ri­ca­tion et de l’entretien des chaudières. La fil­ière repose sur un savoir-faire nation­al avec des opéra­teurs présents sur toute la chaîne de valeur. Le tis­su indus­triel français se com­pose d’entreprises sur le seg­ment des poêles, inserts, chaudières et con­duits de chem­inée pour le secteur domes­tique et, pour le secteur collectif/tertiaire et indus­triel, d’entreprises posi­tion­nées sur la fab­ri­ca­tion de chaudières bois et de sociétés qui réalisent l’exploitation des chauf­feries. Le marché total de la fil­ière bois domes­tique représente 2,8 mil­liards d’euros et celui des les secteurs col­lec­tif, ter­ti­aire et indus­triel, 1,7 mil­liard. Le recours à des instal­la­teurs qual­i­fiés RGE con­di­tionne les aides aux par­ti­c­uliers. La qual­i­fi­ca­tion des instal­la­teurs de bois énergie à tra­vers les labels Qual­i­bois et Qual­i­bat doit se pour­suiv­re. Util­isé locale­ment (les imports/exports représen­tant moins de 5 %, sou­vent aux fron­tières), le bois énergie per­met donc une économie cir­cu­laire avec la con­ser­va­tion de valeur dans les territoires.

Coût de pro­duc­tion bas

Le coût de pro­duc­tion de chaleur à par­tir du bois bûche se situe entre 47 et 74 €/MWh et entre 86 et 103 €/MW pour les gran­ulés. Dans le col­lec­tif, les chauf­feries bio­masse présen­tent un coût de pro­duc­tion allant de 64 à 110 €/MWh. Quant à la bio­masse indus­trielle, les coûts de pro­duc­tion se situent entre 48 et 73 €/MWh (Source : Pro­jet de PPE, min­istère de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire). Cepen­dant, « le coût à l’investissement est supérieur à celui des solu­tions fos­siles de référence, ce qui explique pourquoi cette fil­ière néces­site un sou­tien, nous indique le pro­jet de PPE. Il n’est pas envis­agé de baisse sig­ni­fica­tive des coûts de pro­duc­tion pour la fil­ière bio­masse aux hori­zons de la PPE. L’un des enjeux de la fil­ière est de dévelop­per d’ici à 2022 une indus­trie française des appareils de com­bus­tion plus per­for­mante pour anticiper les évo­lu­tions de la régle­men­ta­tion européenne Ecodesign14 et de réduire les coûts de pro­duc­tion des appareils les plus per­for­mants (6 et 7 étoiles). »

Au con­traire du cours des éner­gies fos­siles soumis à de très fortes vari­a­tions géopoli­tiques, mais aus­si à la spécu­la­tion, le cours de l’énergie bois est très sta­ble. Cela per­met d’anticiper sur un bud­get énergie alors que l’on prévoit de fortes aug­men­ta­tions des éner­gies fos­siles, par la con­jonc­tion d’une fis­cal­ité car­bone à la hausse et de réserves en baisse.

 

Fonds chaleur et CITE

Les aides des pou­voirs publics con­cer­nent les indus­triels et les col­lec­tiv­ités ain­si que les par­ti­c­uliers. Le Fonds chaleur lancé en jan­vi­er 2009 est un dis­posi­tif financier d’aide à l’investissement piloté par l’ADEME dans le but de soutenir le développe­ment de la pro­duc­tion de chaleur en inci­tant au rem­place­ment d’installations fonc­tion­nant à l’énergie fos­sile. Il est des­tiné aux entre­pris­es, col­lec­tiv­ités et agricul­teurs. Entre 2009 et 2017, 1 150 instal­la­tions de bois énergie ont été soutenues par ce fonds avec 765 mil­lions d’euros d’aides, rap­pelle France Bois Forêt. Cela a per­mis la pro­duc­tion de 1,7 TWh de chaleur renou­ve­lable avec un coût moyen d’aide de 3,5 €/TWh pour l’État : une aide faible et per­for­mante. Un mécan­isme de com­plé­ment de rémunéra­tion par appel d’offres a per­mis de dévelop­per des instal­la­tions de cogénéra­tion à haut ren­de­ment pour une pro­duc­tion de chaleur et d’électricité à des­ti­na­tion d’industriels ou de réseaux de chaleur.

Pour les par­ti­c­uliers, 2020 mar­que une ori­en­ta­tion du crédit d’impôt pour la tran­si­tion énergé­tique (CITE), qui va devenir une aide directe et non plus… un crédit d’impôt ! Les aides sont par ailleurs réori­en­tées vers les ménages les plus mod­estes. De plus, elles vont être fusion­nées avec celles de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), une sim­pli­fi­ca­tion bien­v­enue. Ces aides peu­vent aus­si s’ajouter à un éco­prêt à taux zéro. Le Syn­di­cat français des chaudiéristes bio­masse (SFCB) regrette cette sup­pres­sion des aides pour des ménages plus aisés, qui sont aus­si sou­vent des acteurs moteurs de la tran­si­tion énergé­tique. Il con­vien­dra de regarder égale­ment com­ment s’inscrivent les per­for­mances des chauffages au bois dans les futures régle­men­ta­tions ther­miques des bâti­ments. Par ailleurs, « les aides 2020 au bois énergie sont en hausse par rap­port à d’autres solu­tions énergé­tiques, avec une prise en compte du coût réel des instal­la­tions et des béné­fices col­lec­tifs de la solu­tion bois énergie », souligne le SFCB.

En com­plé­ment, l’ADEME a lancé un appel à pro­jets pour aider les col­lec­tiv­ités à accom­pa­g­n­er le fonds d’aide de renou­velle­ment des appareils de chauffage.

Ce fonds Air­bois vise à aider finan­cière­ment les par­ti­c­uliers pour rem­plac­er un appareil peu per­for­mant par un appareil Flamme verte 7 étoiles. Il pour­ra financer aus­si l’animation ter­ri­to­ri­ale pour des cam­pagnes de sen­si­bil­i­sa­tion et de bonnes pratiques.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.