Bois Energie Magazine Green Innovation

Filière bois : la performance énergétique

D’un côté, la filière bois réclame une utilisation accrue de bois énergie et, de l’autre, les professionnels ont développé des appareils de chauffage, des chaudières et des chaufferies au bois performants, allant jusqu’à la récupération de la chaleur des fumées pour augmenter le rendement énergétique global. Tout est donc en place pour une filière bois énergie qui s’est organisée aussi en aval.

La biomasse solide constitue la première énergie renouvelable en France : en 2016 elle représentait 80 % de la production de chaleur renouvelable. Cette filière comprend en premier lieu le bois utilisé par les ménages (appareils indépendants de chauffage de type inserts, poêles ainsi que les chaudières), dont les professionnels sont représentés entre autres par le Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB) ; ensuite, les chaufferies biomasse dans l’industrie, le collectif et le tertiaire, ainsi que la chaleur renouvelable produite par les cogénérations biomasse et enfin la part renouvelable de la chaleur produite par les unités de valorisation énergétique des déchets urbains, dont les acteurs se sont regroupés dans le Comité interprofessionnel du bois-énergie (CIBE).
 
On comptait en 2016 entre 7,3 et 7,8 millions de ménages consommant du bois (la consommation finale de bois domestique s’élevait en 2016 à 80 TWh). Par ailleurs, le Fonds chaleur a financé entre 2009 et 2016 près de 1 100 chaufferies biomasse, dont plus de 160 dans l’industrie et le reste dans le collectif. L’objectif de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est de passer de 139 TWh en 2018 à 151, voire 163 TWh en 2023, en favorisant la valorisation de la chaleur de la biomasse avant la cogénération haut rendement. D’après le projet de PPE, la filière biomasse affiche un retard plus marqué par rapport à l’objectif 2023. Ce retard est observé notamment dans les secteurs collectif et industriel où la biomasse n’a pas progressé comme attendu du fait de la baisse du prix du gaz. Dans le cadre de l’appel à projets BCIAT (Bois collectif industrie-agriculture-tertiaire) géré par l’ADEME, on constate que les industriels se tournent vers des solutions de valorisation des sous-produits de leur activité (déchets de bois…).
 
Une filière organisée
 
Le CIBE est né en 2006 avec la montée en puissance de l’utilisation industrielle et collective du bois-énergie. Il a pour champ d’intervention le chauffage collectif et industriel au bois (et aux autres biomasses lignocellulosiques), y compris la production combinée de chaleur et d’électricité, dans l’habitat et le tertiaire, les réseaux de chaleur et les entreprises industrielles. Il coordonne et accompagne les acteurs de cette filière, de la pépinière à la cendre, pour professionnaliser les pratiques, établir les règles de l’art, former les professionnels et promouvoir les chaufferies de fortes et faibles puissances auprès des décideurs publics et privés. Son action, tournée vers l’appui technique approfondi aux professionnels du bois énergie collectif et industriel, est complémentaire à celle des syndicats, fédérations et autres associations non spécifiques au bois énergie. Le SFCB a pour objectif de promouvoir le chauffage central au bois, en regroupant fabricants et importateurs de chaudières, alors que le marché a reculé récemment pour revenir aux chiffres de 2004. Le SFCB prône par exemple des mesures incitatives, une meilleure prise en compte de cette énergie dans les calculs réglementaires (pour les aides ANAH, RT…), une prime à la casse pour renouveler les anciens systèmes par de nouveaux appareils très performants et l’augmentation du Fonds chaleur. Selon le SFCB, les chaudières au bois pour l’habitat individuel permettent aux utilisateurs de gagner en pouvoir d’achat grâce à une énergie bon marché, de créer de l’emploi local et d’économiser pendant les 20 prochaines années 1,2 million de tonnes de CO2 par an, en rappelant que ce mode de chauffage valorise la filière bois.
 
Salon Bois énergie : la filière réunie
 
Le salon Bois énergie – Industrie et collectivités est l’événement de référence du secteur bois énergie pour l’industrie et les collectivités en France et il représente le plus grand rassemblement d’acteurs de la filière bois énergie, avec plus de 150 exposants et sociétés représentés venant de 10 pays européens, et 3 000 visiteurs. Conférences internationales avec traduction simultanée, rendez-vous d’affaires internationaux, visites techniques, concours de l’Innovation sont au programme de l’édition 2020 qui se tiendra au parc des expositions Euro Nantes les 29 et 30 janvier. Le Salon s’étend sur plusieurs secteurs d’activité principaux : matériels et systèmes de production de combustibles bois pour biocombustibles solides, liquides ou gazeux (bois déchiqueté, granulés, syngaz, méthanation, hydrogène…) ; production et distribution de combustibles bois (solide, liquide, gazeux) à partir de résidus forestiers, de bois en fin de vie ou de déchets de bois issus de processus industriels ; valorisation énergétique : chaudières, réseau de chaleur, cogénération et unités de trigénération ; institutions, média et services tertiaires. 
 
Eurobois : formation et numérique à l’honneur
 
Le salon Eurobois se tiendra du 4 au 7 février à Eurexpo Lyon.
Seul salon français labellisé EUMABOIS (Fédération européenne des fabricants de machines à bois), le salon Eurobois offre aux visiteurs un panel de machines pour la transformation du bois, des fournitures pour l’agencement et l’ameublement, des solution robotiques et d’automatisation, de l’outillage… Parmi les visiteurs sont attendus des agenceurs, des charpentiers, des ébénistes, des menuisiers, des menuiseries industrielles, des exploitants forestiers… À l’heure de la robotisation, de la maintenance prédictive et de la flexibilité de production, les solutions 4.0 seront à l’honneur sur toute la chaîne de valeur avec un atelier du futur. La formation, au cœur de l’avenir de la filière, ne sera pas oubliée. À noter également l’atelier maison à ossature bois.
 
Faire feu de tout bois
Le bois énergie se présente sous différentes formes. Pour ce qui concerne les particuliers, la bûche est destinée aux poêles, inserts ou petites chaudières. Il existe également des bûches de bois densifié, fabriquées à partir de sciure et de copeaux de bois non traités, présentant un faible taux d’humidité, ainsi que des granulés de bois, aussi issus du compactage de sciures. Les chaudières de plus grande taille des collectivités ou industries utilisent la plaquette forestière issue du déchiquetage de bois brut. Les appareils de chauffage équipés de traitement de fumées peuvent également utiliser des bois de classe B (panneaux, bois d’ameublement, de démolition…), ce qui permet un recyclage complet de 800 000 tonnes de bois traités en fin de vie, évitant ainsi leur rejet en déchetterie. Les autres produits ligneux sont également de plus en plus utilisés dans ces chaudières : écorces, coques de fruits, rafles de maïs, noyaux d’olives…

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.