Magazine Green Innovation RSE

Entreprise : le numérique au service de l’humain

Afin de ne pas se laiss­er dis­tancer et pour rester très con­cur­ren­tielles, les entre­pris­es se numérisent de plus en plus. Intel­li­gence arti­fi­cielle, deep learn­ing, Inter­net des objets, etc. sont des out­ils extra­or­di­naires qui facili­tent la vie de l’entreprise, per­me­t­tent de traiter des don­nées beau­coup plus rapi­de­ment, de répon­dre aux attentes des clients et de men­er de véri­ta­bles actions en faveur de la tran­si­tion énergé­tique. L’utilisation du numérique doit rester au ser­vice de l’humain et con­stituer un levi­er de développe­ment RSE.

Le 2 sep­tem­bre 2002, à Johan­nes­burg, en Afrique du Sud, lors du qua­trième Som­met de la Terre de l’ONU, le prési­dent français Jacques Chirac a pronon­cé la célèbre phrase entrée depuis dans l’histoire : « Notre mai­son brûle et nous regar­dons ailleurs […]. La Terre et l’humanité sont en péril, et nous en sommes tous responsables. »

Le con­stat était sans appel : les États, mais aus­si tous les acteurs qui com­posent nos sociétés, étaient inca­pables d’agir face à l’urgence de la sit­u­a­tion. Depuis, les choses ont heureuse­ment changé, mais le chemin est encore long. L’état du monde nous oblige à agir à tous les niveaux : privé, insti­tu­tion­nel, au sein des col­lec­tiv­ités ou des asso­ci­a­tions. Cela est égale­ment vrai dans le monde de l’entreprise. La respon­s­abil­ité socié­tale (RSE) est un out­il pour l’action. Elle est en out­re peu contraignante.

Nou­velles tech­nolo­gies, prof­its et enjeux envi­ron­nemen­taux et humains

Pour men­er à bien cette respon­s­abil­ité socié­tale, les entre­pris­es dis­posent aujourd’hui de nom­breux out­ils qui sont autant d’atouts. Les nou­velles tech­nolo­gies, l’informatique avancée, l’intelligence arti­fi­cielle (IA), l’Internet des objets, l’informatique quan­tique dans le domaine de la médecine, etc., sont des moyens pour chang­er la donne, pour offrir un meilleur envi­ron­nement de tra­vail aux salariés et, par effet ric­o­chet, à leurs familles. Ces out­ils offrent in fine un cadre de tra­vail plus humain.

Les nom­breuses cat­a­stro­phes écologiques dont l’homme est la source nous mon­trent tous les jours le rôle que peut jouer la RSE et le poids qu’elle peut pren­dre. Qu’il s’agisse des déverse­ments de pro­duits tox­iques, d’accidents d’usines, a for­tiori classées Seveso (qui rap­pelons-le, tire son nom de la ville ital­i­enne de Seveso frap­pée en 1976 par un nuage tox­ique provenant d’une usine chim­ique) ou de pol­lu­tion des mers et des riv­ières, la notion de RSE prend tout son sens. La pres­sion exer­cée par le monde asso­ci­atif, les par­ti­c­uliers, la lég­is­la­tion, donc la loi, tant au niveau nation­al qu’au niveau européen, mais aus­si par les salariés, pousse les entre­pris­es à agir de manière pos­i­tive pour l’environnement.

Mais ces actions doivent être menées de manière volon­taire, sans con­trainte. Elles doivent en out­re s’inscrire dans une vision totale­ment partagée par les dirigeants et les salariés, vision qui est une part de la rai­son d’être de l’entreprise. Cha­cun devient ain­si un acteur et les choix se font col­lec­tive­ment. On quitte la ver­ti­cal­ité pour la col­lab­o­ra­tion. Or, par­mi les out­ils dont dis­posent les entre­pris­es, le numérique et l’intelligence arti­fi­cielle jouent un rôle majeur. Selon l’analyse réal­isée par la société PWC et Microsoft et inti­t­ulée « How AI can enable a Sus­tain­able Future » (Com­ment l’intelligence arti­fi­cielle peut per­me­t­tre un futur durable), d’ici à 2030, l’IA per­me­t­tra aux futurs sys­tèmes d’être plus pro­duc­tifs pour l’économie, mais aus­si pour la nature, et ce, dans des domaines var­iés : réseaux d’énergie pro­pre, agri­cul­ture, sup­ply chain durables, pré­dic­tions météorologiques plus pré­cis­es pour anticiper les cat­a­stro­phes, etc. L’analyse estime que l’utilisation de l’IA dans des domaines envi­ron­nemen­taux représen­tera un gain de 5 200 mil­liards de dol­lars pour l’économie mon­di­ale en 2030. Par­al­lèle­ment, l’utilisation de l’IA réduira de 4 % les gaz à effet de serre (GES) en 2030, soit 2,4 giga­tonnes de CO2, l’équivalent des émis­sions annuelles com­binées du Cana­da, de l’Australie et du Japon.

Dans ce con­texte, on com­prend que ces out­ils numériques ont plusieurs rôles à jouer. Ils ne doivent pas seule­ment servir à accroître les prof­its et la pro­duc­tiv­ité, mais ils doivent jouer un rôle clé dans la pro­tec­tion de l’environnement et dans la qual­ité de vie des salariés, ces deux derniers objec­tifs étant inex­tri­ca­ble­ment liés.

L’organisation inter­na­tionale The Forum for the Future aide ain­si les gou­verne­ments, mais aus­si les entre­pris­es, à analyser leurs déci­sions d’une manière glob­ale, c’est-à-dire en inté­grant les con­séquences envi­ron­nemen­tales, sociales, humaines, et non plus seule­ment finan­cières, avec comme fil rouge, les tech­nolo­gies, notam­ment l’IA, qui inter­vi­en­nent dans chaque décision.
Tech­nolo­gies et société

Par effet miroir, l’entreprise est le reflet de la société, de son mode de fonc­tion­nement, de son organ­i­sa­tion. Cela se voit bien aujourd’hui. Et lorsqu’on regarde en arrière, vers le passé, l’évolution de l’entreprise se com­prend d’autant mieux. La struc­ture même devient plus hor­i­zon­tale et le salarié n’est plus un sim­ple « producteur ».

La nature des entre­pris­es lead­ers dans l’économie mon­di­ale a égale­ment changé. S’il s’agissait naguère des grandes indus­tries, dont le secteur auto­mo­bile représen­tait la puis­sance et la réus­site, ce sont aujourd’hui celles qui ont investi dans les nou­velles tech­nolo­gies comme Google, Ama­zon, Face­book, etc., les GAFAM ou « Big Five » et leur équiv­a­lent asi­a­tique, les BATX (Baidu, Aliba­ba, Ten­cent et Xiao­mi). Le besoin mas­sif de main‑d’œuvre a cédé la place à la quête de tal­ents, de créa­teurs. L’individu, avec ses com­pé­tences, mais aus­si sa cul­ture et son par­cours, est la véri­ta­ble valeur ajoutée de l’entreprise. L’organisation de l’entreprise a dû s’adapter avec un nou­veau par­a­digme, rai­son pour laque­lle l’aspect pyra­mi­dal a cédé la place au réseau où chaque salarié a sa part de responsabilité.

Les nou­velles tech­nolo­gies per­me­t­tent de soulager l’humain des tâch­es les plus dif­fi­ciles et répéti­tives, lui lais­sant du temps pour gér­er les tâch­es les plus impor­tantes, celles qui généreront de la valeur. Elles prévi­en­nent les risques et offrent aux salariés la pos­si­bil­ité de se for­mer, d’être con­nec­tés à l’entreprise plus facile­ment. En ce sens, ces tech­nolo­gies entrent dans le cadre de la RSE. Elles aident égale­ment à la prise de déci­sion. L’IA est totale­ment inté­grée dans l’entreprise et sup­porte le salarié. Mais atten­tion, il ne s’agit pas de le rem­plac­er, mais de le soutenir et d’éviter toute forme de désen­gage­ment des employés.

À l’externe, les nou­velles tech­nolo­gies et notam­ment l’IA, per­me­t­tent aux entre­pris­es de met­tre l’accent sur leurs clients. L’IA, au fur et à mesure de ses développe­ments, devient une part généra­trice du processus.

Glob­ale­ment, les entre­pris­es ont besoin du numérique qui est inté­gré pour les aider. Le poten­tiel est très impor­tant et chaque acteur, entre­prise, dirigeant, four­nisseur, client, salarié, peut tir­er avan­tage des nou­velles tech­nolo­gies, dans sa vie pro­fes­sion­nelle autant que personnelle.

Inté­gr­er la stratégie numérique dans la RSE

Or entre­pris­es et salariés com­pren­nent bien que cette stratégie numérique, bien qu’elle soit indis­pens­able, est elle-même généra­trice de GES, estimés à 4 % au niveau mon­di­al. Le numérique représente 16 % de la con­som­ma­tion élec­trique glob­ale. Dans ce con­texte, les entre­pris­es sont les prin­ci­pales sources de cette pol­lu­tion « immatérielle ». Chaque jour, 230 mil­liards de mails sont envoyés. Un mail avec une pièce jointe de 1 Mo équiv­aut à 20 g de CO2 dans l’air. Les spams représen­tent l’équivalent de trois mil­lions de voitures par an. Chaque mail qui n’est pas détru­it con­somme de l’énergie. Les entre­pris­es ont bien con­science de ce phénomène.

Tout com­mence au niveau des archi­tectes et des développeurs qui jouent un rôle de pre­mier plan dans la con­cep­tion des ser­vices et des pro­duits numériques. L’objectif : ren­dre ces derniers plus sobres et inclusifs.

Cela débute égale­ment par la créa­tion de ser­vices qui répon­dent réelle­ment à une néces­sité pour le client/utilisateur. Le but est d’éviter des fonc­tions éner­gi­vores sans que cela apporte de valeur ajoutée.

Les sites inter­net sont aus­si opti­misés pour des temps de charge­ment plus courts, donc moins gour­mands en énergie. Le mar­ket­ing se met aus­si au vert et un grand nom­bre d’entreprises ont décidé de lim­iter les mail­ings. Pour cela, elles utilisent des algo­rithmes de ciblage. Beau­coup d’entre elles deman­dent aus­si à leurs clients de sup­primer les mails après réception.

La ques­tion des serveurs est égale­ment au cœur des réflex­ions menées par les entre­pris­es. Des serveurs hébergés en France ont une empreinte envi­ron­nemen­tale moins forte, car moins de 10 % de l’électricité y est pro­duite avec des éner­gies fossiles.

La RSE est basée sur l’humain et le développe­ment durable. Le numérique doit être inté­gré aux enjeux socié­taux et donc être au cœur des déci­sions de poli­tique RSE dans les entreprises.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.