Biogaz Espace partenaires Magazine Biogaz

Olentica : suivi des COV

Suiv­re les com­posés organiques volatils (COV) sur les équipements épu­ra­toires est à la fois per­ti­nent et source d’avantages. J.-F. Després, de la SAS Olen­ti­ca qui pro­pose un suivi en con­tinu, nous en explique l’intérêt.

Les instal­la­tions de val­ori­sa­tion des déchets classées pour l’environnement (ICPE) sont soumis­es à bon nom­bre de règles qui, en par­ti­c­uli­er, lim­i­tent les rejets dans l’atmosphère de gaz pol­lu­ants. C’est pourquoi ces entre­pris­es sont équipées de sys­tèmes d’épuration de gaz dont les car­ac­téris­tiques sont régulière­ment véri­fiées sur la demande de l’administration.

Quelle méth­ode ?

De ce point de vue, l’administration four­nit une série de flux de pol­lu­ants (con­cen­tra­tion asso­ciée à un débit) à ne pas dépass­er pour respecter les engage­ments d’un arrêté pré­fec­toral. En revanche, elle n’impose aucune méth­ode, con­fi­ant cette tâche aux prestataires de ser­vices qui vont être man­datés par les exploitants. C’est sur ce point que le prestataire chargé du con­trôle des per­for­mances des instal­la­tions doit associ­er à son ser­vice une bonne dose de con­seil. En effet, la véri­fi­ca­tion du respect d’un arrêté pré­fec­toral peut être réal­isée à l’aide d’une presta­tion min­i­mal­iste, tant en tech­nique qu’en coût, per­me­t­tant d’afficher des con­cen­tra­tions et des flux respectueux des oblig­a­tions. Cepen­dant, à l’image de toute machine conçue selon un cahi­er des charges pré­cis, un sys­tème d’épuration mar­quant des déviances par rap­port au fonc­tion­nement atten­du risque, à plus ou moins long terme, de con­duire à une sit­u­a­tion prob­lé­ma­tique et coû­teuse. Le prestataire, dans le cadre du con­trôle régle­men­taire, pour­ra pro­pos­er d’analyser con­comi­ta­m­ment les gaz de sor­tie et ceux d’entrée. Il pour­ra en déduire un ren­de­ment d’abattement le ren­seignant sur l’« état de san­té » du sys­tème épu­ra­toire. Cepen­dant, ces con­trôles restent ponctuels dans le temps et, sou­vent, la tem­po­ral­ité des sources n’est pas examinée.

Suivi en continu

C’est pour remédi­er à cette mécon­nais­sance que le suivi en con­tinu des COV peut être une solu­tion intéres­sante à plusieurs titres : visu­al­i­sa­tion des vari­a­tions en entrée et en sor­tie des COV au cours du temps, déter­mi­na­tion des cycles péri­odiques (issus du procédé) et déf­i­ni­tion des lim­ites max­i­males et min­i­males des flux en entrée. Si ce suivi peut être simul­tané en amont et en aval du sys­tème d’épuration, au tra­vers de l’emploi d’un analy­seur à dou­ble entrée, les infor­ma­tions recueil­lies sont alors fonc­tion de l’abattement selon le temps et la charge. Ces suiv­is ne sont pas inscrits dans les textes régle­men­taires et ne sont donc pas demandés par l’administration. Pour­tant, les prin­ci­paux béné­fi­ci­aires en sont les exploitants qui s’assurent, à l’issue d’un suivi, d’une per­for­mance d’épuration con­duisant à deux atouts de choix : la par­faite con­nais­sance de leurs émis­sions en amont et en aval (qui peut être com­plétée par des analy­ses ponctuelles) définis­sant un cadre de fonc­tion­nement « nor­mal » ou « opti­mal » et la garantie de ne pas employ­er un sys­tème d’épuration qui fini­rait par coûter cher selon le principe que tout investisse­ment dans un objet qui ne sert pas est une pure perte.

Lorsque l’exploitant souhaite définir un cahi­er des charges pour un sys­tème d’épuration à venir, il appa­raît alors per­ti­nent qu’il se ren­seigne sur la nature des pol­lu­ants, leur con­cen­tra­tion moyenne et max­i­male. En effet, il ne faut pas con­fon­dre une con­cen­tra­tion moyenne sur plusieurs heures, par exem­ple, et une con­cen­tra­tion instan­ta­née obtenue lors d’un prélève­ment de quelques min­utes d’un échan­til­lon. La juste déter­mi­na­tion des capac­ités d’épuration reste un gage d’efficacité et d’économie. Une journée de suivi cor­re­spond en ter­mes de coût à quelques analy­ses. Il vaut mieux dépenser un peu plus avant pour ne pas avoir à dépenser beau­coup après ! 

Légende de la pho­to ci-dessus : Sché­ma­ti­sa­tion et illus­tra­tion d’un suivi en con­tinu, en entrée et en sor­tie, de laveurs à l’aide de deux analyseurs.

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.