Espace partenaires Habitat Magazine Green Innovation Villes & Habitat

Le rôle du numérique dans la décarbonation du bâtiment : enjeux et impacts sur les filières

Green Inno­va­tion. Pour­riez-vous nous présen­ter la Smart Build­ing Alliance et son activité ?

Emmanuel François. L’Alliance SBA est une asso­ci­a­tion que j’ai cofondée il y a neuf ans pour accom­pa­g­n­er tous les acteurs du bâti­ment de la ville dans leur tran­si­tion numérique et envi­ron­nemen­tale, avec cette vision que le numérique allait chang­er nos modes de fonc­tion­nement et le mode d’organisation de nos sociétés avec une approche glob­ale, trans­ver­sale et non plus en silo. Nous pré­con­i­sions des solu­tions ouvertes, stan­dard­is­ées, interopérables, inter­change­ables entre elles et qui per­me­t­tent une évo­lu­tiv­ité. C’était un pari qui nous a per­mis, grâce à cette vision, de rédi­ger des cadres de référence qui guident tous les acteurs dans la dig­i­tal­i­sa­tion de leur bâti­ment ou des ter­ri­toires. Aujourd’hui, la SBA, c’est 500 mem­bres avec une très grande représen­ta­tiv­ité de tous les acteurs : des villes, des indus­triels, des énergéti­ciens, des financiers, des fon­cières, des maîtris­es d’œuvre, des maîtris­es d’ouvrage ; c’est donc très vaste.

Ces cadres de référence com­men­cent à devenir des stan­dards pour le bâti­ment et la ville intel­li­gente parce que nous allons très loin dans les déf­i­ni­tions et dans les exi­gences, notam­ment con­cer­nant l’accessibilité et la struc­tura­tion des don­nées, la con­nec­tiv­ité et l’interconnexion de sys­tèmes hétérogènes. En fait, je peux vous dire que nous sommes en train de faire faire un pas de géant à toute l’industrie dans ce domaine en lui deman­dant de pass­er à l’ère numérique non pas au pas de four­mi, mais au pas de course.

Quels sont les enjeux de la décar­bon­a­tion du bâti­ment et son impact sur les filières ?

E. F. La décar­bon­a­tion du bâti­ment est un vaste sujet et le numérique y est incon­tourn­able. Pre­mière­ment, il per­met une mod­éli­sa­tion pour savoir dès la phase de la con­cep­tion quelle sera l’empreinte car­bone du bâti­ment, à la fois dans sa con­struc­tion et dans son exploita­tion. Il est égale­ment impor­tant lors de la phase de con­struc­tion, par exem­ple dans le cas de la con­struc­tion hors site, qui n’est pos­si­ble que si l’on est capa­ble via le numérique d’industrialiser le proces­sus. Par ailleurs, nous savons qu’aujourd’hui les bâti­ments ne sont occupés que 30 % du temps ; grâce au numérique, avec des solu­tions tech­nologiques ouvertes et évo­lu­tives, on peut poten­tielle­ment aug­menter con­sid­érable­ment le taux d’occupation en les ren­dant beau­coup plus évo­lu­tifs et flex­i­bles dans les usages. Si l’on aug­mente le taux d’occupation du bâti­ment de 50 %, on réduit de fac­to le besoin en mètres car­rés dans le ter­ri­toire con­cerné, entraî­nant une baisse con­sid­érable de l’empreinte glob­ale du ter­ri­toire. C’est un dis­cours que l’on entend très peu. Dans cer­tains cas, on va pou­voir trans­former les bâti­ments, mais, dans d’autres, on va être obligé de les détru­ire, et c’est là qu’il y a toute une chaîne à pren­dre en con­sid­éra­tion, qui démarre à la décon­struc­tion. Cela veut dire être en mesure de retraiter locale­ment une grande par­tie des déchets de la décon­struc­tion, avec des éner­gies vertes de préférence, pour les réu­tilis­er ensuite localement.

Une traça­bil­ité de l’empreinte car­bone des équipements util­isés dans le bâti­ment est un sujet qui va aus­si être pro­gres­sive­ment pris en con­sid­éra­tion. Aujourd’hui, 90 %, voire plus, des équipements, comme les pan­neaux pho­to­voltaïques ou des sys­tèmes de ven­ti­la­tion, provi­en­nent de Chine. Si l’on intè­gre dans l’empreinte car­bone du bâti­ment celle du trans­port de ces équipements, elle la fera explos­er. Il devient beau­coup plus intéres­sant de les fab­ri­quer en France. Ce sont des évo­lu­tions qui sont impor­tantes, et cette décar­bon­a­tion va per­me­t­tre, en plus de réduire l’empreinte car­bone, de relo­calis­er des indus­tries dans les territoires.

Du point de vue des équipements et des infra­struc­tures, la décar­bon­a­tion a aus­si des effets impor­tants sur l’usage du bâti­ment, sur son fonc­tion­nement. Elle con­cerne notam­ment le choix des sources d’énergie, car la con­som­ma­tion énergé­tique est un point fon­da­men­tal de l’exploitation d’un bâti­ment ; c’est là que le numérique va jouer un rôle impor­tant parce qu’il va per­me­t­tre le pilotage énergé­tique, l’arbitrage sur les sources d’énergie en fonc­tion des usages, des besoins et de la disponi­bil­ité, et ce aus­si bien à l’échelle d’un bâti­ment qu’à celle d’un quartier.

Enfin, il est néces­saire de par­ler de l’empreinte car­bone du numérique lui-même, qui est un sujet impor­tant pour la SBA puisqu’elle tra­vaille sur un numérique qui soit le plus sobre et le plus durable possible.

Quels sont les travaux réal­isés par la com­mis­sion Car­bon Foot­print au sein de la SBA ?

Brahim Annour. La com­mis­sion Car­bon Foot­print, qui a été lancée récem­ment, mène des réflex­ions avec des acteurs de l’ensemble de la chaîne de valeur sur l’accélération des objec­tifs de neu­tral­ité car­bone qui font écho à la démarche entre­prise par Geci­na avec un objec­tif de neu­tral­ité car­bone en exploita­tion à l’horizon 2030.

Nous par­tons du con­stat que nous sommes dans un con­texte de trans­for­ma­tion majeure de notre envi­ron­nement. Des sujets comme la métrop­o­li­sa­tion, l’évolution des usages, l’urgence cli­ma­tique et l’ensemble des enjeux écologiques, le bien-être, le partage de ressources sont de plus en plus pris en compte par les entre­pris­es et, de ce fait, doivent être traités par cha­cune d’entre elles et par les insti­tu­tions qui peu­vent con­tribuer à établir les cadres de référence, comme la SBA.

La réflex­ion sur la décar­bon­a­tion est menée au sein de la com­mis­sion selon trois axes prin­ci­paux. Le pre­mier est celui de l’utilisation du numérique afin de réduire glob­ale­ment l’empreinte car­bone via une util­i­sa­tion intel­li­gente des dif­férentes sources de pro­duc­tion et de stock­age d’énergie disponibles à dif­férentes échelles (bâti­ment, quarti­er ou via le réseau). Le deux­ième axe de réflex­ion con­cerne l’utilisation du numérique afin d’optimiser l’analyse des cycles de vie (ACV) des matéri­aux et des équipements au moment de la con­cep­tion. En effet, le numérique devrait notam­ment per­me­t­tre un meilleur accès aux don­nées et un pilotage opti­misé des émis­sions de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie : de la phase de con­cep­tion jusqu’à la destruc­tion et la réu­til­i­sa­tion des matéri­aux en économie cir­cu­laire. Et, enfin, le troisième axe porte sur le fonc­tion­nement des équipements afin de dis­pos­er d’une ges­tion intel­li­gente de ces derniers en exploita­tion dans le but d’optimiser leur con­som­ma­tion et de fac­to leur empreinte car­bone. Ces trois axes sont traités à la lumière des usages des util­isa­teurs qui sont au cen­tre des réflexions.

Cette com­mis­sion Car­bon Foot­print réu­nit des acteurs de dif­férentes natures (indus­triels, pro­mo­teurs, pro­prié­taires, bureaux d’études, insti­tu­tion­nels) qui sont répar­tis sur le ter­ri­toire et qui inter­vi­en­nent à l’échelle d’un immeu­ble, d’un quarti­er ou de la ville. Cette pluridis­ci­pli­nar­ité des par­tic­i­pants fait la richesse des échanges, car nous con­stru­isons les réflex­ions avec des points de vue et des argu­ments assez com­plé­men­taires. Nous pen­sons qu’avec la SBA, ces acteurs ont un rôle clé dans la trans­for­ma­tion socié­tale et ter­ri­to­ri­ale en faisant évoluer les mod­èles d’activités et la manière de gér­er les actifs.

L’ambition de la com­mis­sion est de for­malis­er une pre­mière ver­sion du cadre de référence en 2022.

À propos de l'auteur

Emmanuel François

Président et cofondateur de la SBA.

À propos de l'auteur

Brahim Annour

Chef de projet R&D et Innovation, direction R&D, Innovation et RSE de Gecina. Représentant de Gecina à la présidence de la commission Carbon Footprint aux côtés d’Antoine Geoffroy, Directeur R&D et Innovation de Gecina.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.