Biogaz Espace partenaires Magazine Biogaz

Innolab : optimisez votre méthaniseur

Com­ment pro­duire plus de vol­ume de méthane par tonne d’intrants ? Pour Inno­lab, les analy­ses biologiques tout au long du proces­sus, le test et le retour d’expériences des pré­traite­ments et des post-traite­ments, asso­ciés à une approche glob­ale, per­me­t­tent de pos­er un diag­nos­tic pour choisir les solu­tions les plus pertinentes.

Approche

La manière la plus sim­ple de réduire le coût de pro­duc­tion d’une unité de méthani­sa­tion est de pro­duire plus de vol­ume par tonne d’intrants et de réduire le coût d’exploitation de l’unité. « Pour opti­miser la pro­duc­tion d’une instal­la­tion exis­tante, nous procé­dons d’abord à une analyse de l’unité, un audit glob­al, explique Nidal Aouam­ri, respon­s­able suivi biologique d’Innolab. Nous étu­dions la con­fig­u­ra­tion du site : diges­teur, post­di­ges­teur, place disponible, pos­si­bil­ité d’ajout d’équipements (de pré­traite­ment, d’injection d’oxygène…) avec étude de la fais­abil­ité pour les intégrer.

Il faut regarder aus­si dès le départ si le poten­tiel méthanogène des intrants, qui est déter­miné dans les études de fais­abil­ité, est en cor­réla­tion avec la pro­duc­tion atten­due ; une étude de recette (et éventuelle­ment des tests pilotes) est ain­si néces­saire en amont du démar­rage. Plus la dif­férence est grande, plus le gain de pro­duc­tion peut être impor­tant. Ensuite, une détec­tion de fuites per­met de les éviter en y remé­di­ant. Cela con­duit par­fois à des gains non nég­lige­ables. Ensuite, nous procé­dons à une série d’analyses biologiques à dif­férents endroits pour suiv­re la diges­tion des matières. Tous ces élé­ments nous per­me­t­tent de faire un diag­nos­tic et de pré­conis­er les solu­tions les plus adap­tées. Ces solu­tions sont mul­ti­ples et il con­vient de bien mesur­er quel est leur intérêt en ter­mes de rap­port coût/production pour choisir les plus pertinentes.

Le choix de solutions

Par­mi les tech­niques pour aug­menter la pro­duc­tion de biogaz, le pré­traite­ment des matières est une piste intéres­sante. Il peut être mécanique avec un broy­age des pailles. Il peut être aus­si réal­isé en prédi­ges­tion avec un mélange dans la fos­se de dige­s­tat, chauf­fé ou non. La ques­tion d’une recir­cu­la­tion peut être posée. L’ajout d’un pré­traite­ment doit pou­voir s’intégrer à la con­fig­u­ra­tion et il peut néces­siter des tests à plusieurs échelles, un investisse­ment en équipements et en con­som­ma­bles (jeux de couteaux par exem­ple). Nous pou­vons aus­si, grâce à nos analy­ses, estimer les pro­duc­tions résidu­elles en post­di­ges­tion ou avec les diges­tats et prévoir des solu­tions de récupéra­tion et de recir­cu­la­tion adap­tées ou d’augmentation du temps de séjour.

D’autres tech­niques exis­tent pour aug­menter la pro­duc­tion de méthane, par exem­ple l’ajout d’additifs comme des enzymes, des oli­go-élé­ments et même des polymères. Pour sélec­tion­ner l’additif et/ou la solu­tion les plus adap­tés, nous accom­pa­gnons actuelle­ment les développeurs et les four­nisseurs dans l’optimisation du rap­port investissement/gain économique.

Enfin, une autre solu­tion con­siste à éviter l’inhibition des réac­tions de méthani­sa­tion par un suivi de la qual­ité de gaz au quo­ti­di­en. L’ajout d’oxygène pur ou la mise en place de filets de bac­téries sulfa­to-oxy­dantes en com­bi­nai­son avec l’oxygène peu­vent per­me­t­tre par exem­ple d’abattre le taux d’hydrogène sul­furé (H2S) pro­duit et ain­si d’économiser du char­bon act­if pour le traite­ment du biogaz. D’autres addi­tifs per­me­t­tent de cor­riger le mous­sage (en plus des clas­siques comme l’huile végé­tale). Là encore, un coût de con­som­ma­bles et/ou d’équipement est à prévoir.

Notre objec­tif est de pro­pos­er à nos clients, par notre approche glob­ale, la meilleure opti­mi­sa­tion pos­si­ble en mesurant le rap­port bénéfice/coût et de leur apporter des con­seils pour le pilotage. La biolo­gie des unités est com­plexe. Notre approche glob­ale per­met de savoir quelle est la meilleure méth­ode, par­mi la gamme de solu­tions, pour réduire le taux des indésir­ables ou pour aug­menter le biogaz pro­duit par exemple.

Pour les instal­la­tions en pro­jet, nous réal­isons des tests pilotes des intrants effec­tués trois fois le temps de séjour théorique dans l’étude de fais­abil­ité. Ils nous per­me­t­tent de pré­conis­er les dif­férents élé­ments (diges­teur, post­di­ges­teur, recir­cu­la­tion, pré­fos­se, addi­tifs et propo­si­tion de recette) néces­saires pour opti­miser la future unité de pro­duc­tion et voir les éventuels leviers à actionner.

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.