Magazine Green Innovation Photovoltaïque / Solaire / Eolien

Quelles politiques publiques pour soutenir les énergies renouvelables ?

La Con­férence des Nations unies sur les change­ments cli­ma­tiques, la COP26, s’est con­clue mi-novem­bre avec l’engagement à financer l’action cli­ma­tique à hau­teur de plusieurs mil­liards de dol­lars, à pro­mou­voir la dura­bil­ité envi­ron­nemen­tale et à aban­don­ner pro­gres­sive­ment l’utilisation du char­bon. Le Con­seil de la tran­si­tion énergé­tique de la COP26 a acté l’objectif de dou­bler les investisse­ments dans les éner­gies vertes d’ici à 2030.

L’urgence de ces ques­tions a été soulignée par John Ker­ry, émis­saire améri­cain pour le cli­mat, qui a qual­i­fié la COP26 de « meilleur et dernier espoir » d’éviter les pires con­séquences du change­ment climatique.

Toute­fois, les effets des poli­tiques publiques sur la créa­tion et la dif­fu­sion des inno­va­tions sont, de longue date, sujets à débat. Com­ment faut-il pré­cisé­ment dépenser l’argent public ?

Dans nos recherch­es, nous nous sommes attachés à étudi­er cette ques­tion, en analysant plus par­ti­c­ulière­ment les moyens de stim­uler au mieux l’innovation et la dif­fu­sion des éner­gies renou­ve­lables, au regard des don­nées de 15 pays européens.

Trois pos­si­bil­ités

Sup­posons qu’un pays, l’Allemagne par exem­ple, dis­pose de 200 mil­lions d’euros à inve­stir pour pro­mou­voir l’adoption de sys­tèmes util­isant des éner­gies renou­ve­lables, comme les pan­neaux pho­to­voltaïques. Ce bud­get pour­rait être affec­té de dif­férentes manières.

Pre­mière option : le gou­verne­ment pour­rait octroy­er des inci­ta­tions fis­cales aux entre­pris­es qui investis­sent dans l’innovation, c’est-à-dire dans la recherche et le développe­ment de solu­tions plus effi­caces des­tinées à être com­mer­cial­isées et, poten­tielle­ment, adop­tées. Mais une telle option de « coup de pouce tech­nologique » (« tech­nol­o­gy-push ») pour­rait ne porter ses fruits qu’au bout de quelques années, une fois la nou­velle tech­nolo­gie dévelop­pée et commercialisée.

L’Allemagne pour­rait égale­ment utilis­er cette enveloppe pour vers­er des aides aux foy­ers prêts à installer des sys­tèmes pho­to­voltaïques déjà disponibles sur le marché et garan­tir un tarif avan­tageux sur la réin­jec­tion dans le réseau du sur­plus d’électricité pro­duit – ce que l’on appelle les tar­ifs garan­tis de rachat (une stratégie que l’Allemagne a d’ailleurs mise en œuvre). Ce mécan­isme de « trac­tion par la demande » (« demand-pull ») favorise logique­ment les tech­nolo­gies en place, déjà présentes sur le marché, et n’encourage pas néces­saire­ment l’innovation rad­i­cale, qui ne serait disponible qu’au bout de quelques années.

Ou, troisième pos­si­bil­ité, le gou­verne­ment pour­rait décider de stim­uler l’économie glob­ale, par exem­ple en bais­sant les tax­es, en par­tant de l’hypothèse que plus un pays est riche, plus il est dis­posé à adopter des solu­tions util­isant des éner­gies renou­ve­lables, en par­ti­c­uli­er si elles sont plus chères que les tech­nolo­gies util­isant des com­bustibles fos­siles. (Si l’on veut faire un par­al­lèle au niveau indi­vidu­el, on peut dire qu’il est peu prob­a­ble que les con­som­ma­teurs investis­sent dans un véhicule élec­trique cher s’ils ne dis­posent pas d’un cer­tain niveau de revenus.)

Con­juguer divers­es mesures

Pour com­pren­dre quelle option serait la plus effi­cace, nous avons analysé des don­nées sur les éner­gies renou­ve­lables de 15 pays européens sur une péri­ode de 13 années. Nous avons étudié dans quelle mesure l’investissement en R&D, les poli­tiques publiques et le pro­duit intérieur brut par habi­tant se réper­cu­taient sur la dif­fu­sion des éner­gies renou­ve­lables (la part des éner­gies renou­ve­lables dans l’énergie élec­trique totale) et l’innovation (mesurée par le nom­bre de brevets déposés dans ce domaine).

Nos con­clu­sions ont large­ment con­fir­mé nos hypothès­es : la mise en place d’incitations fis­cales pour les entre­pris­es qui investis­sent dans la R&D stim­ule l’innovation rad­i­cale, tan­dis que des inter­ven­tions plus en aval, comme les tar­ifs garan­tis de rachat, encour­a­gent l’utilisation des tech­nolo­gies disponibles.

En effet, le pro­gramme de tar­ifs de rachat actuelle­ment appliqué par l’Allemagne, l’un des pre­miers en Europe, a entraîné des change­ments struc­turels per­ma­nents dans l’industrie de l’énergie. L’impulsion ini­tiale a aidé le secteur des éner­gies renou­ve­lables à gag­n­er en rentabil­ité, à un point tel que, lorsque l’Allemagne a récem­ment bais­sé ses tar­ifs de rachat, le marché des éner­gies renou­ve­lables n’a glob­ale­ment pas été touché.

Il est à not­er que nous avons con­staté qu’un PIB par habi­tant élevé ne se réper­cute pas de manière sig­ni­fica­tive sur l’innovation, mais a bien un effet posi­tif sur l’adoption des sys­tèmes disponibles sur le marché.

Nous recom­man­dons donc aux pays d’appliquer une approche mul­ti-facettes dans leur poli­tique et leurs investisse­ments en faveur des éner­gies renou­ve­lables : créer des marchés de niche avec des poli­tiques basées sur la demande, tout en sou­tenant la R&D afin de financer la crois­sance du marché à la fois à court et à long terme. Les décideurs poli­tiques ne doivent par ailleurs pas nég­liger l’importance du niveau de richesse et de la crois­sance du PIB.

Il con­vient cepen­dant d’interpréter nos travaux de recherche avec une cer­taine pru­dence dans la mesure où la cor­réla­tion entre les poli­tiques mis­es en œuvre et la dif­fu­sion des éner­gies renou­ve­lables peut être sures­timée, comme nous l’avons indiqué dans un précé­dent arti­cle con­sacré aux lim­ites des don­nées de panel.

Nous tenons égale­ment à soulign­er que notre étude a porté sur 15 pays européens unique­ment. Néan­moins, compte tenu des dif­férences impor­tantes entre ces pays, nos résul­tats peu­vent prob­a­ble­ment être appliqués à d’autres con­textes avec un degré de pré­ci­sion raisonnable. ■

À propos de l'auteur

Andrea  Masini

Professeur associé, HEC Paris Business School.

À propos de l'auteur

Sam Aflaki

Professeur associé, HEC Paris Business School.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.