Magazine Green Innovation

Emplois et métiers de l’économie verte en 2018 et 2019

Les périmètres de l’économie verte restent dif­fi­ciles à cern­er. Pour décrire l’emploi dans ce domaine, deux approches com­plé­men­taires sont util­isées. La pre­mière estime le vol­ume d’emplois relat­ifs à la pro­duc­tion de biens et ser­vices ayant une final­ité envi­ron­nemen­tale ou par­tic­i­pant à une meilleure qual­ité envi­ron­nemen­tale. La sec­onde s’intéresse aux métiers visant à la pro­tec­tion de l’environnement ou néces­si­tant un « verdisse­ment » des com­pé­tences, sans con­sid­éra­tion de l’activité de l’entreprise dans laque­lle l’individu travaille.

Une évo­lu­tion dynamique de l’emploi dans l’économie verte

En 2019, les activ­ités de l’économie verte mobilisent près de 1,1 mil­lion d’emplois en équiv­a­lent temps plein (ETP), soit 3,9 % de l’emploi total nation­al (tableau 1). Les « éco-activ­ités », dont la final­ité pre­mière est la pro­tec­tion de l’environnement ou la ges­tion durable des ressources naturelles, con­stituent un peu plus de la moitié de ces emplois : 610 100 ETP, soit 2,3 % de l’emploi total. Les activ­ités dites « périphériques », qui par­ticipent à une meilleure qual­ité envi­ron­nemen­tale sans que ce soit leur final­ité pre­mière, mobilisent 442 000 ETP en 2019, soit 1,6 % de l’emploi total national.

Près de la moitié des emplois dans les éco-activ­ités (306 000 ETP) relèvent de biens ou de ser­vices ayant pour final­ité la pro­tec­tion de l’environnement (notam­ment pro­tec­tion des sols et des mass­es d’eau, y com­pris agri­cul­ture biologique ; ges­tion des déchets et des eaux usées). Un peu plus d’un tiers relèvent de la ges­tion durable des ressources (prin­ci­pale­ment maîtrise de l’énergie et pro­duc­tion d’énergies renou­ve­lables), tan­dis que 13 % ren­voient à des activ­ités trans­ver­sales (admin­is­tra­tion, recherche-développe­ment, ingénierie) (voir graphique 1). Entre 2004 et 2019, l’emploi dans les éco-activ­ités a aug­men­té de 53 %, con­tre + 9 % pour l’emploi total au niveau nation­al (graphique 2). Le développe­ment de l’agriculture biologique, dont l’emploi a été mul­ti­plié par qua­tre sur la péri­ode, ain­si que celui des activ­ités liées aux éner­gies renou­ve­lables et à la maîtrise de l’énergie, con­tribue le plus à cette progression.

La majeure par­tie de l’emploi des activ­ités périphériques est con­sti­tué par les trans­ports en com­mun : exploita­tion de ser­vices de trans­port, con­struc­tion de matériel roulant (loco­mo­tives, auto­bus) ou d’infrastructures (lignes fer­rovi­aires ou de tramway). L’emploi dans les activ­ités périphériques a aug­men­té de 12 % depuis 2008, prin­ci­pale­ment en rai­son des investisse­ments dans le réseau fer­rovi­aire (lignes à grande vitesse et réseau fran­cilien) (voir graphique 2).

Davan­tage de métiers qui se verdis­sent que de métiers à final­ité environnementale

En 2018, près de 4 mil­lions de per­son­nes exer­cent un méti­er en lien avec l’environnement, représen­tant 14,5 % de l’emploi, toutes pro­fes­sions con­fon­dues. Par­mi elles, 140 000 per­son­nes occu­pent un méti­er dit « vert », à final­ité directe­ment envi­ron­nemen­tale (les exploitants en agri­cul­ture biologique ne sont pas inclus dans ce périmètre) ; 41 % d’entre elles ont un méti­er lié à la dis­tri­b­u­tion d’énergie et d’eau, 36 % à l’assainissement des eaux usées et au traite­ment des déchets, les autres exerçant un méti­er lié à la pro­tec­tion de la nature ou de l’environnement. Les pro­fes­sions vertes représen­tent un poids rel­a­tive­ment mod­este au sein de l’ensemble des pro­fes­sions (0,5 % de l’emploi).

Entre 2013 et 2018, l’emploi dans les métiers verts a dimin­ué (− 4,5 % con­tre + 1,2 % dans l’ensemble des pro­fes­sions). Au-delà des pro­fes­sions vertes, 3,8 mil­lions d’actifs occu­pent des métiers poten­tielle­ment con­cernés par l’intégration des enjeux envi­ron­nemen­taux, même si les fonc­tions exer­cées n’ont pas de final­ité envi­ron­nemen­tale directe. Ces métiers dits « verdis­sants » relèvent de domaines d’activité var­iés : bâti­ment, trans­ports, indus­trie, recherche et développe­ment, tourisme-ani­ma­tion, achats, agri­cul­ture-sylvi­cul­ture, entre­tien des espaces verts. Les pro­por­tions dans lesquelles le verdisse­ment de l’économie les affecte sont très vari­ables et dif­fi­cile­ment quan­tifi­ables. L’emploi dans ces métiers a très légère­ment aug­men­té entre 2013 et 2018 (+ 0,7 %) (voir tableau 2). 81 % des pro­fes­sion­nels de l’économie verte sont des hommes. La présence des femmes varie selon le domaine d’activité ; elle est notam­ment plus impor­tante par­mi les métiers qualifiés.

 

Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.