Tourisme Durable

Club Med : quand vacances riment avec développement durable

GREEN INNOVATION : De quand date la prise en compte des fac­teurs envi­ron­nemen­taux et cli­ma­tiques dans la poli­tique de développe­ment du Club Méditer­ranée, et quels en sont les fondements ?

Agnès WEIL : On peut not­er tout d’abord que le Club Méditer­ranée con­stru­it depuis plus de soix­ante ans ses vil­lages avec un vrai souci de l’intégration paysagère, qui est aujourd’hui recon­nu, et en s’appuyant sur des principes de con­struc­tion locale ; or celle-ci est, par essence, bio­cli­ma­tique puisqu’elle utilise essen­tielle­ment des matéri­aux locaux, et est adap­tée aux cli­mats locaux. Il y a donc bien au Club Med une logique d’insertion « respon­s­able » dans les paysages et dans les con­traintes envi­ron­nemen­tales locales. D’autre part, le Club Med a sou­vent été con­duit à con­stru­ire ses vil­lages dans des endroits assez reculés et, par con­séquent, à pro­duire lui-même son eau et son énergie. Cette sit­u­a­tion nous a amenés tout naturelle­ment à avoir un rap­port à l’économie de ces ressources dif­férent, néces­saire­ment tourné vers des pra­tiques éco-respon­s­ables. Par exem­ple, la mise en place de sys­tèmes de traite­ment des eaux usées s’est déployée sys­té­ma­tique­ment dans nos vil­lages, dès les orig­ines du Club Med, et ce même quand la régle­men­ta­tion locale ne l’imposait pas. Nous avons intro­duit les pre­mières sta­tions d’épuration dans un grand nom­bre d’endroits (par exem­ple l’île Mau­rice) et la réu­til­i­sa­tion des eaux épurées sur place pour l’arrosage est dev­enue une pra­tique courante sur nos sites. Pour l’anecdote, en 1978, le plus grand champ de cap­teurs solaires « d’Europe » se trou­vait à la Mar­tinique, au Club Med des Bou­caniers. Car il ne faut pas oubli­er que l’accès à une nature préservée fait par­tie de la rai­son d’être du Club Med, depuis sa créa­tion. Aujourd’hui, nous avons au sein de nos vil­lages ou à l’échelon région­al des directeurs tech­niques qui font office de véri­ta­bles directeurs de l’environnement, avec des com­pé­tences extrême­ment pointues dans ce domaine.

Cela explique le bilan posi­tif du Club Med en matière de respect de l’environnement. Nous sommes actuelle­ment le seul groupe touris­tique ayant éprou­vé sur le ter­rain les trois labels sec­to­riels inter­na­tionaux recon­nus que sont l’Écolabel européen pour les héberge­ments touris­tiques (EE), Earth Check (EC) et Green Globe Cer­ti­fi­ca­tion (GGC). Ces labels spé­ci­fiques au tourisme reposent à la fois sur un niveau d’exigences de départ, mais aus­si sur l’établissement d’une démarche de pro­grès effi­cace sur les trois piliers du développe­ment durable (économique, social et envi­ron­nemen­tal), et béné­fi­cient d’une grande notoriété et recon­nais­sance à l’international. En octo­bre 2010, le Club Med a signé un engage­ment de parte­nar­i­at avec Green Globe et prend pour objec­tif de cer­ti­fi­er l’ensemble de ses vil­lages d’ici à 2015.

GREEN INNOVATION : En matière de trans­port, quelle poli­tique le Club Med adopte-t-il pour réduire au mieux ses émis­sions de gaz à effet de serre ?

Agnès WEIL : Lorsqu’on vend des voy­ages et des vacances, on est néces­saire­ment dépen­dant du trans­port et on ne peut pas raisonnable­ment du jour au lende­main s’en affranchir. Cepen­dant, il ne faut pas penser que nos clients emprun­tent majori­taire­ment des vols transcon­ti­nen­taux pour se ren­dre sur nos sites. En effet, plus de 90 % des voy­ages se font au sein de la même zone géo­graphique. Par ailleurs, les taux de rem­plis­sage des vols que nous affré­tons sont supérieurs à la moyenne, car nous entretenons une pra­tique anci­enne d’optimisation des vols. Nous tra­vail­lons avec les com­pag­nies aéri­ennes les plus effi­caces pos­si­bles en ce qui con­cerne la qual­ité, la sécu­rité et le respect des règles envi­ron­nemen­tales. Nous essayons de les accom­pa­g­n­er quand elles veu­lent pro­pos­er de la mul­ti­modal­ité : nous sommes par exem­ple le pre­mier parte­naire touris­tique de la SNCF et, his­torique­ment, nous avons tou­jours pro­posé des trains pour rejoin­dre les vil­lages de mon­tagne. Une autre piste vise à pro­mou­voir de plus longs séjours, notam­ment pour des des­ti­na­tions lointaines.

GREEN INNOVATION : Dans le domaine des éner­gies renou­ve­lables, quelles sont les réal­i­sa­tions du Club Med ?

Agnès WEIL : La part des éner­gies renou­ve­lables au sein des vil­lages du Club Med est en crois­sance régulière, avec près de 20 % de l’électricité qui est d’origine renou­ve­lable. En trois ans, nous avons réduit notre con­som­ma­tion énergé­tique par journée d’ouverture de 16 %. À titre d’exemple, nous avons réus­si à bien maîtris­er la rigueur de l’hiver en Europe de fin jan­vi­er à avril 2011 grâce à une sen­si­bil­i­sa­tion de nos équipes et une bonne adap­ta­tion des tem­péra­tures de nos équipements en fonc­tion des vari­a­tions météorologiques.

Nous ten­tons de sen­si­bilis­er et d’influencer au mieux nos parte­naires (notam­ment ceux qui con­stru­isent nos vil­lages sur place) à ces ques­tions afin que la mise en avant des éner­gies renou­ve­lables soit partagée par tous. Mais nous atta­chons égale­ment beau­coup d’importance à la ratio­nal­ité des choix tech­niques en la matière. Nous n’optons pas pour la facil­ité de solu­tions trop sys­té­ma­tiques, comme le pho­to­voltaïque par exem­ple. Dans cer­tains endroits, le « tout solaire » est davan­tage l’expression d’une approche « gad­get », mais en réal­ité sous-per­for­mante au niveau envi­ron­nemen­tal et/ou économique. Dans cer­tains domaines, nous nous appuyons sur les pro­fes­sion­nels de l’énergie pour nous apporter leur exper­tise en matière tech­nologique. C’est notam­ment le cas d’EDF en France, avec qui nous col­laborons étroite­ment afin que l’énergie qu’il nous four­nit puisse être le plus sou­vent pos­si­ble issue d’une pro­duc­tion renou­ve­lable. C’est aujourd’hui le cas pour plus de 60 % de l’électricité que nous four­nit EDF en France.

GREEN INNOVATION : La stratégie d’implantation géo­graphique du Club Méditer­ranée intè­gre-t-elle les risques à venir en matière cli­ma­tique (mon­tée des eaux, déser­ti­fi­ca­tion, oura­gans, etc.) ?

Agnès WEIL : Le Club Med a engagé ces dernières années un impor­tant tra­vail de sen­si­bil­i­sa­tion, de for­ma­tion et d’accompagnement de toutes ses équipes sur ce sujet. Nous tra­vail­lons en trans­ver­sal­ité, notam­ment avec les équipes chargées du développe­ment de nou­veaux sites touris­tiques. Si d’autres fac­teurs (tech­niques, juridiques, économiques, etc.) sont égale­ment pris en compte lors de l’implantation sur un nou­veau site, nous sen­si­bil­isons nos col­lab­o­ra­teurs aux enjeux liés à l’évolution du cli­mat, par exem­ple aux risques d’érosion. Sur ce sujet, nous nous appuyons d’ailleurs sur l’expertise externe d’une géo­graphe spé­cial­iste des ques­tions d’érosion insu­laire, qui est déjà inter­v­enue sur plusieurs de nos sites.

GREEN INNOVATION : Les risques san­i­taires liés aux change­ments cli­ma­tiques à venir sont-ils égale­ment pris en compte par le Club Med ?

Agnès WEIL : Le Club Med a tou­jours attaché de l’importance aux fac­teurs san­i­taires, aux infra­struc­tures et ser­vices de san­té disponibles autour et à l’intérieur des vil­lages, à l’information don­née aux GM (les clients) et aux GO et GE (les col­lab­o­ra­teurs de l’entreprise). Nous sommes aujourd’hui réputés pour notre exper­tise. Le Club Med a large­ment con­tribué à la démoc­ra­ti­sa­tion du tourisme et, à l’époque où il n’existait presque pas de con­seils aux voyageurs, le Club Med dis­po­sait d’une doc­u­men­ta­tion et de l’information sur la préven­tion du palud­isme, les vac­cins, etc. Nous béné­fi­cions d’un excel­lent réseau médi­cal d’expertise, avec un con­seil sci­en­tifique médi­cal et en par­ti­c­uli­er des médecins spé­cial­istes des mal­adies trop­i­cales et infec­tieuses. À chaque fois que nous nous implan­tons sur un nou­veau site, la pre­mière chose que nous regar­dons, c’est le tis­su médi­cal aux alen­tours et les éventuels risques san­i­taires. Il s’agit là d’un fac­teur déter­mi­nant pour toute implan­ta­tion sur un site à l’étranger.

Dans de nom­breuses mers chaudes, on assiste à la raré­fac­tion de la faune et de la flo­re sous-marine (dis­pari­tion des coraux et de la bio­di­ver­sité, appari­tion d’espèces exogènes inva­sives, etc.).

GREEN INNOVATION : Arrivez-vous à suiv­re et à anticiper ces phénomènes ? Pou­vez-vous en mesur­er l’impact économique sur vos activités ?

Agnès WEIL : Comme ont pu mal­heureuse­ment le con­stater la plu­part des plongeurs dans le monde, les milieux sous-marins qu’on a con­nus il y a vingt ans se sont sou­vent sen­si­ble­ment dégradés. Le Club Med est un avant-poste priv­ilégié pour observ­er ce phénomène. Nous pro­je­tons de met­tre en place un suivi à long terme de cer­tains phénomènes, en axant dans un pre­mier temps nos obser­va­tions sur le suivi d’érosion des plages, afin de nous nous per­me­t­tre de com­par­er la sit­u­a­tion avec celle que nous observions il y a dix ans. Tra­vailler sur un suivi de l’état des récifs coral­liens pour­rait égale­ment être envis­agé. Mais heureuse­ment, nous avons encore de très nom­breux sites qui per­me­t­tent de très belles explo­rations sous-marines.

Pour chaque vil­lage du Club Med, nous réal­isons des études d’impacts envi­ron­nemen­taux, en matière hydrologique, etc. Nous faisons égale­ment inter­venir de nom­breuses sources externes d’analyse et d’expertise. En matière de bio­di­ver­sité, nous avons par exem­ple réal­isé des mesures très pré­cis­es et très com­plètes sur un site pilote. Sur les zones les plus sen­si­bles, des bio-éval­u­a­tions vont per­me­t­tre d’étudier des sit­u­a­tions sur la durée, de met­tre au jour des dérives éventuelles et de pren­dre, si néces­saire, des mesures cor­rec­tives à la con­ser­va­tion des espèces. Mais la seule présence d’un vil­lage du Club Med con­stitue sou­vent l’assurance, pour le site con­cerné, qu’il sera pro­tégé. Ain­si, au Brésil, l’un de nos vil­lages pro­duit lui-même son élec­tric­ité par énergie hydraulique, au sein de cen­taines d’hectares de forêt pri­maire. En Malaisie aus­si, le Club Med est situé sur des hectares de forêts trop­i­cales pri­maires, par­faite­ment con­servées depuis trente ans grâce à notre implan­ta­tion et à notre souci de l’environnement, alors qu’aux alen­tours la déforesta­tion va bon train, pour cul­tiv­er le palmi­er à huile en particulier…

GREEN INNOVATION : Avez-vous enreg­istré un impact sig­ni­fi­catif de tels phénomènes sur la fréquen­ta­tion de vos villages ?

Agnès WEIL : Ce n’est pas fla­grant. Mais nous avons quelques sites dont l’exploitation a dû cess­er du fait d’une dégra­da­tion du milieu. Aux Bahamas, par exem­ple, un site a dû fer­mer, non pas du fait de phénomènes naturels, mais à cause de fac­teurs humains : il s’agissait d’un endroit de rêve qui s’est peu à peu cou­vert de con­struc­tions. Et au bout de quelques décen­nies, le vil­lage s’est retrou­vé enchâssé entre plusieurs zones de con­struc­tion. Il avait totale­ment per­du son âme et cela nous a mal­heureuse­ment con­duits à cess­er son exploita­tion. On peut imag­in­er que des fac­teurs envi­ron­nemen­taux cri­tiques nous amè­nent un jour à une telle sit­u­a­tion (éro­sion, pol­lu­tion, risques cli­ma­tiques, etc.). Mais, nous n’en sommes pas encore là. À l’inverse, nous essayons de con­tribuer à amélior­er l’état de cer­tains sites qui ont subi ou risquent de subir des dégra­da­tions, par exem­ple à Mar­rakech, où nous accom­pa­gnons les efforts de la Fon­da­tion Mohammed VI pour l’environnement qui mène un gros tra­vail de réha­bil­i­ta­tion de la Palmeraie, pour ren­dre à ce site sa splen­deur et sa luxuriance…

À propos de l'auteur

Agnès Weil

Agnès Weil

Directrice du développement durable du Club Méditerranée.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.