Géopolitique de l'environnement

Les enjeux géopolitiques de la transition énergétique

Depuis 2010, la République pop­u­laire de Chine (RPC) est le pre­mier con­som­ma­teur mon­di­al d’énergie pri­maire, devant les États-Unis. L’ambitieux plan de relance de l’économie chi­noise (novem­bre 2008), comme le développe­ment d’un vaste marché de con­som­ma­teurs (en 2012, près de 20 mil­lions de véhicules neufs ont été ven­dus dans le pays), ont per­mis à la Chine de main­tenir un fort taux de crois­sance (8,2 % en 2012). Le char­bon, dont la con­som­ma­tion a plus que dou­blé entre 2000 et 2012, demeure l’énergie pri­maire prin­ci­pale­ment brûlée dans le pays.

La Chine doit répon­dre à la forte demande d’électricité (dont le pays est devenu, en 2011, le pre­mier pro­duc­teur mon­di­al), qui s’explique par la crois­sance du pays et l’urbanisation (à l’heure actuelle, seule la moitié de la pop­u­la­tion est cita­dine). Le développe­ment du parc de cen­trales nucléaires est devenu une pri­or­ité, puisque le retard du pays est fla­grant. Seuls dix-sept réac­teurs nucléaires fonc­tion­nent actuelle­ment, con­tribuant à 2 % de la pro­duc­tion d’électricité, con­tre 80 % pour le char­bon et 16 % pour l’hydroélectricité. Vingt-huit nou­veaux réac­teurs sont en cours de con­struc­tion, et la cat­a­stro­phe de Fukushi­ma n’a guère ralen­ti les pro­jets nucléaires de la Chine, où les débats publics con­sacrés à l’atome restent très lim­ités. L’Inde, qui est désor­mais le qua­trième con­som­ma­teur mon­di­al d’énergie pri­maire, partage le même intérêt pour le nucléaire civ­il. Le mod­èle de développe­ment de l’Inde suivi depuis une quin­zaine d’années, fondé sur des activ­ités à faible inten­sité de main‑d’œuvre, mais à forte inten­sité de cap­i­tal intel­lectuel (comme l’informatique ou les biotech­nolo­gies), n’est pas suff­isam­ment créa­teur d’emplois. L’Inde développe à son tour une puis­sante indus­trie, forte­ment con­som­ma­trice d’énergie, comme la sidérurgie et l’automobile. La sit­u­a­tion de l’Inde est déjà par­ti­c­ulière­ment préoc­cu­pante, puisque le pays importe 75 % de sa con­som­ma­tion en pét­role. Le pro­gramme nucléaire civ­il de l’Inde a été con­trar­ié par son refus d’adhérer au Traité de non-pro­liféra­tion (TNP). Mais depuis sep­tem­bre 2008, New Del­hi a obtenu de la part des mem­bres du Groupe des four­nisseurs nucléaires (GFN), le droit d’acheter de la tech­nolo­gie nucléaire civile sous la sur­veil­lance de l’Agence inter­na­tionale de l’énergie atom­ique (AIEA), tout en con­ser­vant son arse­nal nucléaire mil­i­taire. Une mesure qui per­me­t­tra de con­stru­ire de nou­velles cen­trales atom­iques (actuelle­ment vingt réac­teurs, mais de faibles puis­sances, four­nissent moins de 4 % de la pro­duc­tion d’électricité du pays).

Con­traire­ment aux pays émer­gents comme l’Inde ou le Brésil, les États-Unis ont une par­faite maîtrise de ces tech­nolo­gies nucléaires com­plex­es, mais depuis l’accident sur­venu dans la cen­trale de Three Mile Island en Penn­syl­vanie (mars 1979), aucun nou­veau réac­teur n’a été con­stru­it dans le pays. L’adoption par le Con­grès de l’Energy Pol­i­cy Act en août 2005 con­stitue une pre­mière inflex­ion de la poli­tique améri­caine, puisque la pri­or­ité est accordée à la pro­mo­tion des éner­gies renou­ve­lables et au développe­ment de nou­velles cen­trales atom­iques. En févri­er 2012, les autorités améri­caines ont accordé leur autori­sa­tion pour la con­struc­tion de deux nou­veaux réac­teurs dans la cen­trale de Vog­tle, dans l’État de Géorgie (cf. pho­to ci-con­tre). Mais ce pro­jet sem­ble com­pro­mis depuis la cat­a­stro­phe de Fukushi­ma, et la remise en ques­tion du pro­gramme atom­ique au Japon et en Allemagne.

Depuis juil­let 2011, les États-Unis sont rede­venus expor­ta­teurs de pro­duits pétroliers, une sit­u­a­tion inédite depuis 1949 et qui annonce de pro­fonds change­ments. La mise en valeur du pét­role issu des roches de schiste con­naît une rapi­de pro­gres­sion, par­ti­c­ulière­ment au Texas, dans l’Oklahoma et dans le Dako­ta du Nord, grâce à l’amélioration des tech­niques d’extraction. Cette nou­velle pro­duc­tion explique la diminu­tion d’un tiers des impor­ta­tions nettes de pét­role (c’est-à-dire le vol­ume des impor­ta­tions moins celui des expor­ta­tions) entre jan­vi­er 2008 et jan­vi­er 2013. Si cette évo­lu­tion se con­firme, l’Amérique pour­rait être en mesure de réduire dras­tique­ment sa dépen­dance à l’égard de l’étranger au cours de la prochaine décen­nie, et de ce fait assur­er son indépen­dance énergé­tique. Les don­nées pub­liées par l’Agence pour l’information sur l’énergie (EIA) (2) sont plutôt encour­ageantes : la pro­duc­tion améri­caine pour­rait dépass­er celles de l’Arabie saou­dite et de la Russie dès la fin de cette décen­nie. Les États-Unis devraient néan­moins con­tin­uer de porter à la région du Moyen-Ori­ent un intérêt soutenu, puisqu’elle assure un cinquième des impor­ta­tions en pét­role de l’Union européenne. Par leur présence mil­i­taire dans le golfe Arabo-Per­sique, les États-Unis garan­tis­sent la lib­erté de cir­cu­la­tion mar­itime et de fac­to con­trô­lent l’approvisionnement pétroli­er des pays asi­a­tiques, et plus par­ti­c­ulière­ment de la Chine.

Mais cette sécu­rité énergé­tique risque d’être obtenue au mépris de l’environnement. La néces­sité de créer des emplois et donc d’offrir une énergie abon­dante et bon marché amène à ignor­er les con­séquences néfastes d’une exploita­tion inten­sive des hydro­car­bu­res par le biais de la frac­tura­tion hydraulique. En Europe égale­ment, l’Allemagne et la Pologne envis­agent, mais dans un cadre régle­men­taire plus strict, d’exploiter leurs ressources de gaz non con­ven­tion­nel. La Chine s’est engagée dans la mise en valeur de ses réserves de gaz de schiste (estimées autour de 25 000 mètres cubes, soit un niveau com­pa­ra­ble à celles des États-Unis). L’absence de débats publics sur le sujet facilite cette démarche, même si de nom­breux doutes sub­sis­tent sur la capac­ité tech­nique des entre­pris­es chi­nois­es à men­er à bien de tels pro­jets industriels.

La Chine, désor­mais le deux­ième con­som­ma­teur et impor­ta­teur mon­di­al de pét­role, a vu sa con­som­ma­tion dou­bler depuis 2000. Aujourd’hui, la Chine doit importer 53 % de sa con­som­ma­tion en pét­role, une pro­por­tion qui passera prob­a­ble­ment à près de 80 % en 2030. Au début des années qua­tre-vingt-dix, les sociétés chi­nois­es priv­ilé­giaient les investisse­ments dans les zones à risques ou dans des États soumis à des sanc­tions inter­na­tionales, comme le Soudan et la Libye, afin d’obtenir des con­di­tions con­tractuelles plus avan­tageuses. Puis les groupes chi­nois ont prospec­té en Afrique, en Amérique latine et en Asie cen­trale, pour acquérir des droits d’exploitation de gise­ments d’hydrocarbures (3). Depuis quelques années, grâce au sou­tien financier des pou­voirs publics, plusieurs opéra­tions de rachat ont été effec­tuées, comme sur les entre­pris­es cana­di­ennes PetroKaza­khstan, Addax et Day­light Ener­gy, ce qui per­met d’accéder à leur tech­nolo­gie et à leurs réserves pétrolières. Ces acqui­si­tions devraient se pour­suiv­re dans les prochaines années. La hausse régulière de la pro­duc­tion de char­bon, comme de pét­role et de gaz (4), ces dix dernières années, ne fait que ralen­tir le déclin pour­tant à terme inéluctable, de ces éner­gies pri­maires. Et la mise en valeur du pét­role et du gaz non con­ven­tion­nels doit être prise avec pru­dence, tant les incer­ti­tudes sont grandes, notam­ment sur le ren­de­ment offert par les puits et les con­séquences écologiques de cette exploitation.

Une lente, mais réelle tran­si­tion énergétique

La forte pro­duc­tion d’énergie fos­sile ne doit pas mas­quer une réal­ité : l’utilisation des éner­gies renou­ve­lables pro­gresse régulière­ment. Depuis 2000, la capac­ité instal­lée d’énergie éoli­enne dans le monde a été mul­ti­pliée par près de 20, et la fab­ri­ca­tion de bio­car­bu­rants par six (mais elle demeure assurée à hau­teur de 70 % par les États-Unis et le Brésil). En Chine comme en Inde, un effort est engagé pour accroître la part des éner­gies renou­ve­lables. Une con­science écologique est en train de naître dans ces pays, longtemps unique­ment préoc­cupés par leur crois­sance économique. L’opinion publique a évolué devant l’ampleur de la pol­lu­tion et les con­séquences par­fois dra­ma­tiques de l’activité indus­trielle (nappes phréa­tiques souil­lées, rejets tox­iques dans les fleuves) et de l’urbanisation.

La Chine dis­pose de plusieurs atouts dans ce domaine. En pre­mier lieu, sa géo­gra­phie, avec de vastes déserts comme ceux du Xin­jiang ou de Gobi, qui offrent une longue durée d’ensoleillement, et des fleuves au débit puis­sant, qui s’étendent sur plusieurs mil­liers de kilo­mètres, comme le Yangt­sé. Les coûts de revient dans l’industrie per­me­t­tent aux entre­pris­es comme Sun­tech ou JA Solar, de fab­ri­quer plus de la moitié des pan­neaux solaires ven­dus dans le monde à des prix très com­péti­tifs. Pour le moment, l’énergie hydraulique assure 90 % de la pro­duc­tion d’énergie renou­ve­lable. La RPC est le pre­mier pro­duc­teur mon­di­al d’hydro-électricité – devant le Brésil – et d’énergie éoli­enne – devant les États-Unis. Après l’inauguration du bar­rage des Trois Gorges, d’autres infra­struc­tures hydrauliques sont en cours de con­struc­tion ou à l’étude. En Inde, la part des éner­gies renou­ve­lables a forte­ment pro­gressé. Le vaste lit­toral du pays (7 000 km) lui per­met d’être le cinquième pro­duc­teur mon­di­al d’énergie éoli­enne. Mais en Asie, con­traire­ment à la sit­u­a­tion au Brésil et aux États-Unis, la part des bio­car­bu­rants restera très faible dans les années à venir, du fait de la sur­face agri­cole très réduite. La Chine et l’Inde, qui comptent 37 % de la pop­u­la­tion mon­di­ale, ne pos­sè­dent que 14 % des ter­res agri­coles cul­tivables mon­di­ales, d’après les don­nées de la Food and Agri­cul­ture Orga­ni­za­tion (FAO, Nations Unies).

Une nou­velle géo­gra­phie de l’énergie 

Si la mise en valeur des gise­ments de gaz et de pét­role de schiste se con­fir­mait en Amérique du Nord et en Chine, les prix du gaz devraient sen­si­ble­ment baiss­er. Déjà aux États-Unis, sur le prin­ci­pal marché spot (5), le Hen­ry Hub, le prix du gaz est en févri­er 2013 de 3,43 dol­lars pour un mil­lion de BTU (6) con­tre 8,8 dol­lars en 2008, et un dilemme appa­raît entre les par­ti­sans d’exporter cette pro­duc­tion vers l’Europe, et ceux désireux de la con­serv­er pour offrir aux indus­triels et aux par­ti­c­uliers une énergie bon marché. Un cli­vage entre Hous­ton et Détroit. Pour l’instant, seul le pro­jet du groupe Chenière de con­stru­ire une usine de liqué­fac­tion du gaz naturel en Louisiane, a été autorisé. Les expor­ta­tions améri­caines de gaz naturel liqué­fié (GNL) ne pour­raient que con­trari­er la Russie, dont les prix du gaz restent par­ti­c­ulière­ment élevés, à cause des droits de tran­sit à vers­er à la Biélorussie et à l’Ukraine, et de son index­a­tion sur le cours du pét­role. Le prix du gaz russe s’établit autour de 10,6 dol­lars le mil­lion de BTU.

La Russie four­nit aujourd’hui de l’ordre du tiers du gaz et du pét­role importé par l’Union européenne. En dépit de cer­taines vicis­si­tudes, la Russie doit être recon­nue comme un four­nisseur loy­al, puisque l’approvisionnement en hydro­car­bu­res des Européens n’a jamais été men­acé, y com­pris lors de la guerre froide. Rap­pelons égale­ment que l’Union européenne est le pre­mier parte­naire com­mer­cial de la Russie (et lui achète près de 60 % de ses expor­ta­tions de gaz). La Russie red­oute non seule­ment l’arrivée sur le marché européen du GNL en prove­nance des États-Unis, mais égale­ment le développe­ment des gise­ments de gaz de schiste en Algérie et en Pologne, dont les réserves sont jugées promet­teuses. La Chine, qui fai­sait fig­ure de client poten­tiel pour Gazprom, préfère s’approvisionner en Asie cen­trale, par­ti­c­ulière­ment au Turk­ménistan, et met en valeur ses pro­pres réserves de gaz de schiste. Vladimir Pou­tine a été lucide en affir­mant en avril 2012, devant la Douma, que le gaz de schiste con­sti­tu­ait un « grave défi » pour le pays. La baisse des cours des hydro­car­bu­res risque de ruin­er les efforts de recon­struc­tion de la Russie, entre­pris depuis l’arrivée au pou­voir de Pou­tine en 2000. Ces évo­lu­tions pour­raient amen­er la Russie à envis­ager une coopéra­tion énergé­tique plus étroite avec le Japon. Après l’accident de Fukushi­ma, le Japon a décidé de fer­mer 48 de ses 50 réac­teurs nucléaires (7), le temps d’effectuer des mis­es aux normes de sécu­rité plus rigoureuses. L’avenir du pro­gramme nucléaire de l’archipel est encore flou, puisqu’à la fin de l’année dernière, le Pre­mier min­istre Shin­zo Abe (issu du PLD, une for­ma­tion de cen­tre droit) a promis de relancer la con­struc­tion de nou­veaux réac­teurs, mais présen­tant une meilleure sécu­rité. Une affir­ma­tion qui tranche avec les déc­la­ra­tions de son prédécesseur, qui en sep­tem­bre 2012 avait annon­cé que le pays allait fer­mer pro­gres­sive­ment ses cen­trales atom­iques dans un délai de trente ans. En atten­dant une posi­tion défini­tive, il est néces­saire de recourir aux impor­ta­tions d’hydrocarbures. La Russie, en dépit de sa prox­im­ité géo­graphique, n’est qu’un four­nisseur mar­gin­al de gaz naturel au Japon (elle cou­vre 8,5 % de ses impor­ta­tions). Une sit­u­a­tion qui s’explique par des con­traintes tech­niques (le gaz exporté vers le Japon doit être liqué­fié, ce qui néces­site la con­struc­tion d’infrastructures coû­teuses) et des raisons poli­tiques. Le con­tentieux des îles Kouriles (8) enven­ime tou­jours les rela­tions diplo­ma­tiques entre les deux États, qui n’ont pas signé de traité de paix depuis 1945. Moscou et Tokyo devraient trou­ver dans les prochaines années un modus viven­di, afin d’exploiter en com­mun les gise­ments gaziers de l’Extrême-Orient russe. L’adhésion de la Russie à l’OMC offrira égale­ment un envi­ron­nement juridique plus fiable aux investis­seurs étrangers. Le Japon pour­suit égale­ment ses recherch­es con­cer­nant les réserves de gaz issus des hydrates de méthanes, situés dans ses fonds marins.

La crise énergé­tique est sans doute à venir 

Le choc pétroli­er larvé que subis­sent les économies occi­den­tales n’est pas com­pa­ra­ble aux trois crises précé­dentes (lors de la guerre du Kip­pour en 1973, au moment de la révo­lu­tion en Iran en 1979, et lors de la pre­mière guerre du Golfe en 1990), ni dans son ampleur, ni dans ses raisons. Aujourd’hui, il s’agit non d’une crise de l’offre, mais de la demande. Pen­dant l’année 1974, au moment du pre­mier choc pétroli­er, la pro­duc­tion mon­di­ale de pét­role avait été réduite de 5 %. Or aujourd’hui, jamais la pro­duc­tion n’a été aus­si impor­tante, entre 2000 et 2011, elle a aug­men­té de 11 %, afin de suiv­re le rythme de la con­som­ma­tion mon­di­ale. Ensuite, si les cours du pét­role sem­blent attein­dre des som­mets (avec un bar­il de brent (9) à Lon­dres à 111 dol­lars au début du mois de mars 2013), ils restent com­pa­ra­bles à ceux con­statés au moment du deux­ième choc pétroli­er. En jan­vi­er 1981, le bar­il de pét­role de brent s’établissait à 38,85 dol­lars, soit en mon­naie courante, 99 dol­lars. En moyenne, en 2010, le prix du bar­il de brent s’est établi à 79 dol­lars puis à 111 dol­lars en 2011. Le poids du pét­role dans la con­som­ma­tion glob­ale d’énergie s’est aus­si réduit, per­me­t­tant d’amortir plus facile­ment le choc. En France, la con­som­ma­tion de pét­role a bais­sé d’un tiers depuis 1973.

À pre­mière vue, la hausse des cours du bar­il s’explique par la forte demande asi­a­tique, puisque depuis 2000, la con­som­ma­tion en République pop­u­laire de Chine (RPC) a aug­men­té de 100 % et de 60 % en Inde. Néan­moins, cette expli­ca­tion d’une crise due à la demande asi­a­tique n’est que par­tielle. La con­som­ma­tion de pét­role en Chine demeure encore faible com­parée à celle des pays occi­den­taux, et par­ti­c­ulière­ment aux États-Unis. Rap­portée au nom­bre d’habitants, la con­som­ma­tion en pét­role d’un Chi­nois est huit fois plus faible que celle d’un Améri­cain et près de qua­tre fois plus faible que celle d’un Français. Alors que la Chine et l’Inde comptent le tiers de la pop­u­la­tion mon­di­ale, ces deux États ne brû­lent que 15 % de la con­som­ma­tion mon­di­ale de pét­role, con­tre 43 % pour les États-Unis, le Japon et l’Union européenne, qui pour­tant ne comptent que 13 % de la pop­u­la­tion du globe.

Les ten­sions sur les cours s’expliquent par plusieurs fac­teurs fréquem­ment soulignés par les obser­va­teurs : les men­aces sur la lib­erté de cir­cu­la­tion à tra­vers le détroit d’Ormuz, proférées par l’Iran, et les sit­u­a­tions d’instabilité poli­tique au Vénézuéla comme au Nigéria. De même, des événe­ments con­jonc­turels peu­vent ali­menter cette hausse, comme les fréquents cyclones à la fin de l’été dans le golfe du Texas ou la rigueur de l’hiver en Amérique du Nord, syn­onyme de forte con­som­ma­tion de fuel. Mais un fait mérite d’être relevé : l’absence sur les marchés inter­na­tionaux, pen­dant plus de vingt ans, de l’Irak, qui détient pour­tant 10 % des réserves mon­di­ales de pét­role (au troisième rang der­rière l’Arabie saou­dite et l’Iran). En 1990, au moment de la pre­mière guerre du Golfe, l’Irak était le troisième expor­ta­teur mon­di­al de pét­role. Pen­dant vingt ans, la pro­duc­tion iraki­enne a fait cru­elle­ment défaut, puisqu’en moyenne de 1991 à 2011, le vol­ume annuel de pro­duc­tion n’a représen­té que 60 % de celui de 1989.

La sta­bil­i­sa­tion poli­tique de l’Irak devrait per­me­t­tre d’enrayer la hausse des cours du pét­role, mais cela ne sera qu’un sim­ple répit. L’épuisement des ressources mon­di­ales en hydro­car­bu­res est inéluctable, même si nul ne peut prédire sa date exacte. La hausse des cours per­met de rentabilis­er de nou­velles recherch­es, notam­ment en eaux pro­fondes comme au large de l’Angola ou du Brésil, et de dévelop­per de nou­velles tech­niques, comme le traite­ment des sables bitu­mineux (au Vénézuéla et au Cana­da). Mais l’échéance de la pénurie est sim­ple­ment retardée. La reprise économique dans les pays de l’OCDE devrait provo­quer une plus forte demande en pro­duits pétroliers et se traduire par une hausse des cours du pét­role, et le seuil des 150 dol­lars pour un bar­il de brent, atteint en juil­let 2008, être à terme franchi. Seule une impli­ca­tion des pou­voirs publics (par des mesures fis­cales des­tinées à mod­i­fi­er les com­porte­ments et par le finance­ment de la recherche) per­me­t­tra d’accélérer la tran­si­tion énergétique.

À brève échéance, de fortes ten­sions sociales dans les pays du Tiers monde sont à red­outer, car avec un fuel tou­jours plus cher, la pro­duc­tion de matières pre­mières agri­coles et leur trans­port devi­en­nent plus onéreux (le cours du blé à Chica­go est passé de 500 cents le bois­seau le 1er décem­bre 2006, à 931 dol­lars en juil­let 2012). Une infla­tion égale­ment ali­men­tée par l’évolution des modes de con­som­ma­tion dans les nations émer­gentes comme l’Inde et la Chine. Les révoltes sociales que plusieurs pays ont con­nues ces dernières années s’expliquent en grande par­tie par cette hausse du coût de la vie. Cette infla­tion du prix des pro­duits ali­men­taires a été l’un des fer­ments des révo­lu­tions dans le monde arabe à par­tir de 2011.

Illus­tra­tion : © DR

Notes

 (1) La pro­duc­tion d’énergie éoli­enne a un car­ac­tère inter­mit­tent, puisque le vent est une ressource aléatoire.

(2) World Ener­gy Out­look, 2012.

(3) Cf. François Lafar­gue, La Guerre mon­di­ale du pét­role, Ellipses, 2008.

(4) Depuis 2000, la pro­duc­tion mon­di­ale de pét­role a aug­men­té de 11 %, celle de gaz de 35 % et celle de char­bon de 63 %.

(5) Le marché mon­di­al du gaz est prin­ci­pale­ment régi par des con­trats de four­ni­ture à long terme (20 à 30 ans), dont les prix sont défi­nis de manière con­tractuelle, et les marchés spot où se négo­cient des quan­tités lim­itées de gaz pour une livrai­son à court ou moyen terme.

(6) L’unité ther­male bri­tan­nique (BTU) mesure la quan­tité d’énergie dégagée par la com­bus­tion d’un vol­ume de gaz naturel. Un mil­lion de BTU cor­re­spond à un vol­ume d’environ 28 mètres cubes.

(7) Les qua­tre réac­teurs de la cen­trale nucléaire de Fukushi­ma Dai­ichi sont quant à eux défini­tive­ment arrêtés.

(8) Les îles Kouriles sont l’objet de dis­putes entre la Russie et le Japon depuis le début du XIXe siè­cle. Par le traité de San Fran­cis­co de 1951, le Japon a renon­cé à ses droits sur les îles Kouriles, mais la délim­i­ta­tion exacte de cet archipel n’a pas été explic­itée et le texte n’a pas été signé, ni par l’URSS, ni ensuite par la Russie. Le Japon con­tin­ue de revendi­quer qua­tre îles mérid­ionales de l’archipel, qu’il désigne sous le terme de « Ter­ri­toires du Nord », les con­sid­érant comme le pro­longe­ment de l’île d’Hokkaido et non con­cernées par les dis­po­si­tions du traité de San Francisco.

(9) Le terme de « brent » désigne le pét­role plutôt léger, extrait des gise­ments de la mer du Nord.

À propos de l'auteur

François Lafargue

François Lafargue

Docteur en géopolitique et en science politique, professeur à l’ESG Management School, et co-auteur de "Perspectives énergétiques" (Ellipses, 2013).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.