Politiques & Hauts Fonctionnaires

Le développement durable au sein de l’Éducation nationale

GREEN INNOVATION : De quand date l’engagement du min­istère de l’Éducation nationale dans une poli­tique de général­i­sa­tion de l’éducation au développe­ment durable (EDD) ? Et en quoi con­siste-t-elle aujourd’hui ?

Jean-Michel VALANTIN : La pre­mière phase de général­i­sa­tion a été lancée en 2004, la deux­ième en 2007 et la troisième et actuelle en 2011. Cette général­i­sa­tion est fondée sur l’intégration des thèmes, des enjeux et des principes du développe­ment durable dans les pro­grammes d’enseignement, dans les for­ma­tions des enseignants et des per­son­nels d’encadrement, dans les démarch­es glob­ales de développe­ment durable des écoles et des étab­lisse­ments, dans la pro­duc­tion de ressources péd­a­gogiques, le tout étant soutenu par le parte­nar­i­at, aux échelles locale, académique, nationale, européenne et internationale.

Cette poli­tique éduca­tive est menée en prenant en compte les grands enjeux du XXIe siè­cle, liés, par exem­ple, aux ressources, au cli­mat, à la bio­di­ver­sité, à la crois­sance démo­graphique et urbaine, ou à l’alimentation, à la cohé­sion sociale, à la sol­i­dar­ité inter­na­tionale et au développe­ment humain. Il s’agit ain­si de for­mer le futur citoyen aux choix com­plex­es qui met­tent en jeu le développe­ment durable dans son exis­tence per­son­nelle et dans la société dans laque­lle il vit.

GREEN INNOVATION : Vous êtes Haut fonc­tion­naire au développe­ment durable du min­istère de l’Éducation nationale, à la Direc­tion générale de l’enseignement sco­laire. En quoi con­sis­tent vos mis­sions en matière d’éducation au développe­ment durable ?

Jean-Michel VALANTIN : Je suis le troisième haut fonc­tion­naire au développe­ment durable du min­istère de l’Éducation nationale. Ma mis­sion con­siste à la fois à coor­don­ner les dif­férentes dimen­sions de l’éducation au développe­ment durable au sein du ser­vice pub­lic de l’éducation, sous l’autorité du Directeur général de l’enseignement sco­laire, et à assur­er la rela­tion avec nos dif­férents parte­naires, que sont les autres ser­vices de l’État, dont le min­istère de l’Écologie, du Développe­ment durable et de l’Énergie, les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, les asso­ci­a­tions, les étab­lisse­ments publics, les cen­tres de recherche et les entreprises.

Ces parte­naires, très divers tant aux niveaux nation­al que ter­ri­to­r­i­al et local, peu­vent par­ticiper à des activ­ités de for­ma­tion, à la pro­duc­tion de ressources péd­a­gogiques, à des pro­jets d’académies ou d’écoles, de col­lèges ou de lycées. Il est très impor­tant que les pro­jets des écoles et des étab­lisse­ments sco­laires per­me­t­tent de tra­vailler avec les acteurs des ter­ri­toires, pour décou­vrir les ter­ri­toires, tout en faisant des struc­tures sco­laires des espaces d’apprentissage per­ma­nent des dimen­sions matérielles, théoriques et civiques du développe­ment durable.

GREEN INNOVATION : Quels sont les acteurs mobil­isés (et mobil­is­ables) pour dévelop­per l’EDD au sein des écoles, col­lèges et lycées ?

Jean-Michel VALANTIN : L’EDD est portée dans toutes les dimen­sions de la sco­lar­ité, de façon à ce qu’elles entrent en syn­ergie. Les pro­grammes sco­laires ayant large­ment inté­gré ces prob­lé­ma­tiques, les enseigne­ments, d’histoire-géographie, de sci­ences de la vie et de la Terre, de physique, mais aus­si les enseigne­ments des fil­ières tech­nologiques et pro­fes­sion­nelles sont de puis­sants vecteurs. Il existe aus­si de nom­breuses actions éduca­tives, comme des ate­liers sci­en­tifiques, des sor­ties sco­laires dans le cadre d’un pro­jet, par exem­ple d’étude de la bio­di­ver­sité ter­ri­to­ri­ale… Le min­istère de l’Éducation nationale promeut aus­si les « démarch­es glob­ales de développe­ment durable des écoles et des étab­lisse­ments sco­laires »qui sont fondées sur un pro­jet de développe­ment durable qui établit une syn­ergie entre les enseigne­ments, la vie sco­laire, la ges­tion et la main­te­nance de la struc­ture sco­laire tout en s’ouvrant sur l’extérieur par le partenariat.

Ces pro­jets per­me­t­tent de tra­vailler avec de nom­breux parte­naires, comme les asso­ci­a­tions locales et ter­ri­to­ri­ales, par exem­ple spé­cial­istes de bio­di­ver­sité, mais aus­si de sol­i­dar­ité inter­na­tionale. Les parte­naires du min­istère dans le cadre de l’éducation au développe­ment durable sont les autres ser­vices de l’État, les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, les asso­ci­a­tions, les étab­lisse­ments publics, les cen­tres de recherche. Dans le cadre des for­ma­tions tech­nologiques et pro­fes­sion­nelles, les entre­pris­es sont des parte­naires qui dia­loguent avec le min­istère quant à l’évolution des diplômes en fonc­tion des nou­veaux besoins induits par le développe­ment durable, comme dans le bâti­ment, le trans­port, l’énergie, l’électrotechnique, etc. Le min­istère de l’Éducation nationale est aus­si mem­bre de l’espace nation­al de con­cer­ta­tion pour l’éducation à l’environnement et au développe­ment durable.

GREEN INNOVATION : En 2011, l’Éducation nationale est entrée dans la troisième phase de général­i­sa­tion de l’éducation au développe­ment. En quoi cette nou­velle phase consiste-t-elle ?

Jean-Michel VALANTIN : La troisième cir­cu­laire pour la général­i­sa­tion de l’éducation au développe­ment durable est parue le 24 octo­bre 2011. Elle insiste plus pré­cisé­ment sur trois points qui doivent porter cette général­i­sa­tion : ren­forcer la gou­ver­nance et le pilotage au niveau académique et des étab­lisse­ments ; élargir les parte­nar­i­ats ; mieux dif­fuser les infor­ma­tions pour partager les actions mis­es en place. Elle met en avant l’importance de la trans­ver­sal­ité, en rap­pelant que l’EDD croise, par ses prob­lé­ma­tiques, les thèmes et les final­ités, la for­ma­tion du citoyen ain­si que les autres édu­ca­tions trans­ver­sales, comme le développe­ment et la sol­i­dar­ité inter­na­tionale et la santé.

GREEN INNOVATION : La Direc­tion générale de l’enseignement sco­laire (DGESCO) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) ont signé un accord-cadre pour l’éducation au développe­ment durable. Pou­vez-vous nous expli­quer en quoi con­siste pré­cisé­ment ce parte­nar­i­at et ce qu’il implique dans les étab­lisse­ments scolaires ?

Jean-Michel VALANTIN : Le min­istère passe des accords-cadres avec de nom­breux parte­naires, dont l’ADEME, afin de soutenir les actions de for­ma­tion, nationales, académiques ou locales, la pro­duc­tion de ressources péd­a­gogiques, les pro­jets péd­a­gogiques. Un parte­nar­i­at avec une agence comme l’ADEME est qua­si « naturel », car les mis­sions de sen­si­bil­i­sa­tion de l’Agence aux enjeux d’énergie, d’environnement et de développe­ment durable se croisent. Il en est de même pour les agences de l’eau, le Com­mis­sari­at général au développe­ment durable, les éco-organ­ismes comme éco folio, ou encore EDF ou la SNCF. Avec l’ADEME, nous tra­vail­lons à l’évolution des diplômes tech­nologiques et pro­fes­sion­nels, aux actions de for­ma­tions, comme PRAXIBAT, tan­dis que de nom­breux pro­jets se dévelop­pent au niveau des ter­ri­toires entre les académies, les direc­tions régionales et d’autres acteurs.

GREEN INNOVATION : Est-il envis­age­able, à court ou moyen terme, d’enseigner le développe­ment durable comme une matière à part entière dans les col­lèges et les lycées ?

Jean-Michel VALANTIN : C’est juste­ment le car­ac­tère trans­ver­sal du développe­ment durable qui implique de ne pas « l’isoler » dans une dis­ci­pline don­née, mais bien d’en irriguer l’ensemble des dis­ci­plines ain­si que les actions éduca­tives, les pro­jets d’écoles et d’établissements, les parte­nar­i­ats, etc. L’EDD doit per­me­t­tre une ouver­ture spa­tiale, par exem­ple sur les ter­ri­toires, ain­si que cog­ni­tive, aux inter­dépen­dances entre les grands enjeux con­tem­po­rains, et enfin tem­porelle, sur les emboîte­ments entre les tem­po­ral­ités cour­tes, moyennes et la longue durée.

Note :

(1) L’ADEME par­ticipe à la mise en œuvre des poli­tiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développe­ment durable. Afin de leur per­me­t­tre de pro­gress­er dans leur démarche envi­ron­nemen­tale, l’agence met à dis­po­si­tion des pou­voirs publics, des col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, des entre­pris­es et du grand pub­lic, ses capac­ités d’expertise et de conseil.

À propos de l'auteur

Jean-Michel Valantin

Jean-Michel Valantin

Haut fonctionnaire au développement durable du ministère de l’Éducation national, docteur et chercheur en études stratégiques, responsable "environment and security" de The Red (Team) Analysis Society ; auteur de "Géopolitique d'une planète déréglée. Le choc de l'Anthropocène" (Le Seuil, 2017).

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.