Magazine Hydrogen+

Appel à projets ADEME

Taxi, bus, stations, les réalisations de la mobilité hydrogène sont la partie la plus visible de la filière, mais, en parallèle, l’industrie décarbonée et la filière de production sont en train de s’installer partout en France. Avec le cadre législatif mis en place – loi climat-énergie, plan hydrogène et Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) – orienté vers la neutralité carbone et le mix énergétique, l’hydrogène devient un élément de choix pour atteindre les objectifs fixés et il se répand au cœur de nos villes.
 
Volonté politique
 
Comme il était indiqué dans la PPE, « il faut être prêt à déployer des solutions françaises en métropole à l’horizon 2030-2040 et faire en sorte qu’elles participent au développement d’une filière compétitive ». Cela suppose d’améliorer les technologies de stockage massif et d’électrolyse. D’ici à 2035, il est prévu de préparer le développement et l’intégration des différentes briques technologiques de la conversion d’électricité d’origine renouvelable en gaz par la réalisation de démonstrateurs de taille suffisante.
 
Autre axe « l’hydrogène dans la mobilité », complémentaire des batteries et du bioGNV. De nombreux projets voient déjà le jour dans les territoires autour de flottes de véhicules professionnels légers. À l’horizon 2030, grâce notamment aux progrès espérés en termes de coût de l’électrolyse, l’hydrogène décarboné distribué en station devrait être à un niveau de prix compatible avec les besoins de la mobilité hydrogène (moins de 7 €/kg, soit moins de 7 € pour 100 km). Ces avantages se retrouvent surtout dans certains transports lourds (routier, ferroviaire et fluvial), pour lesquels le poids, l’encombrement et l’énergie embarquée des batteries restent pénalisants à ce jour. Ces transports lourds sont un levier majeur pour assurer des volumes d’hydrogène importants et engendrer un écosystème autonome par des économies d’échelle en permettant de déployer plus rapidement des stations de taille importante. C’est pourquoi la PPE prévoit d’inciter au développement d’une gamme de véhicules lourds non seulement routiers, mais aussi pour d’autres modes (bateaux, trains, aéronautique), et de poursuivre la logique de flottes territoriales.
 
L’hydrogène est aussi, selon la PPE « le moyen de stockage massif intersaisonnier des énergies renouvelables électriques intermittentes le plus prometteur actuellement ». Il peut être utilisé également comme vecteur de stockage soit par injection directe dans le réseau de gaz, soit par méthanation (production de méthane de synthèse).
 
Tous ces éléments permettent le déploiement et les réalisations que l’on connaît aujourd’hui.
 
À la suite du « plan hydrogène », l’ADEME a retenu 11 lauréats pour l’appel à projets « Écosystèmes de mobilité hydrogène ».
 
AUXR_H2 : La Communauté de l’Auxerrois souhaite mettre en place 5 bus électriques à hydrogène. L’acquisition d’une dizaine d’utilitaires électriques à hydrogène pour les besoins d’une entreprise de BTP régionale est également prévue.
 
DS Energhy : Dijon Métropole souhaite mettre en place une flotte de 8 bennes à ordures ménagères à hydrogène. Deux poids lourds et 14 utilitaires seront aussi déployés par les partenaires du projet. L’hydrogène sera produit localement à partir d’électricité issue de l’unité de valorisation énergétique des déchets.
 
EFFI H2 VANNES : Le syndicat Morbihan Énergies s’associe avec des partenaires privés pour investir dans une unité de production locale d’hydrogène pour des besoins industriels et différents usages en mobilité professionnelle (ambulances, véhicules sanitaires légers, taxis).
 
FÉBUS : La Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées met en place cette année des bus à hydrogène de 18 mètres. La production de l’hydrogène se fera sur place par électrolyse de l’eau.
 
HYDREOL : L’Agglomération de Chaumont lance avec ses partenaires une production et une distribution locales d’hydrogène. Des minibus, des bennes à ordures ménagères et des utilitaires légers sont visés dans un premier temps, avant l’élargissement à un réseau de quatre stations sur le territoire.
 
HYNOVAR : Dans la périphérie de Toulon, un consortium rassemblé autour de la CCI du Var porte un projet de navette maritime électrique hydrogène de 200 passagers. Les opérateurs du réseau de transports publics de la Métropole Toulon Provence Méditerranée souhaitent également faire l’acquisition de bus électriques à hydrogène.
 
HYPORT : Le conseil régional d’Occitanie et ses partenaires investissent dans une solution de production et de distribution d’hydrogène autour de l’aéroport Toulouse-Blagnac, desservant des véhicules sur pistes et des véhicules à usages urbains.
 
H2 IDF : Le syndicat d’énergie d’Île-de-France SIPPEREC s’engage avec ses partenaires dans une logistique de production d’hydrogène à partir de l’électricité fournie par le site de l’unité de valorisation énergétique de Créteil. Cet hydrogène local alimentera des bus, des utilitaires légers, des bennes à ordures ménagères ou des taxis.
 
LAST MILE IDF : Les sociétés Akuo Energy et Atawey entendent déployer 16 stations de production et de distribution d’hydrogène en Île-de-France pour alimenter 200 véhicules utilitaires et 80 fourgons à usage professionnel, dont le transport de marchandises.
 
LUZO : La communauté d’agglomération de La Rochelle souhaite valoriser une partie de la production photovoltaïque de l’écoquartier Atlantech sous forme d’hydrogène pour alimenter une vingtaine de véhicules utilitaires et des triporteurs. La location de véhicules, la livraison et les services de messagerie sont les applications visées par ce projet.
 
ZEV : Porté par le conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes et les entreprises Michelin et Engie, ce projet souhaite déployer 1 200 véhicules et 20 stations, dont 14 seront dotées d’électrolyseurs.
 
Deux autres appels à projets ont été lancés, avec des résultats qui devraient être annoncés en fin d’année. L’un concerne la production et la fourniture d’hydrogène décarboné pour les industriels, l’autre vise des projets favorisant le stockage d’électricité renouvelable dans les territoires d’outre-mer ou les zones non interconnectées (ZNI), par exemple les îles bretonnes.

À propos de l'auteur

Hydrogen+

Hydrogen+

Créée fin 2015 sous la forme d’un supplément thématique de Green Innovation, la revue Hydrogen+ est la plus ancienne et la seule publication internationale en langue française consacrée au marché de l’hydrogène, à son actualité et aux innovations de la filière. Diffusé sur les principaux salons professionnels, sur support numérique et par abonnement, Hydrogen+ constitue un outil d’information et d’influence unique de la filière hydrogène. Déploiement de la filière, mobilité, transport lourd ou encore industrie, Hydrogen+ couvre l’ensemble des sujets qui occupent la filière et se veut être un outil dédié à son développement. Hydrogen+ est par ailleurs partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principaux acteurs associatifs du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.