Magazine Blue Innovation

Cascais une ville tournée vers la mer

Cas­cais a tou­jours été ori­en­tée vers la mer. Sa géo­gra­phie – une baie rel­a­tive­ment pro­tégée et une grande diver­sité de ressources marines, notam­ment de pois­sons – en a fait un refuge naturel et un impor­tant cen­tre de pêche. Ses habi­tants se sont tou­jours nour­ris de la mer, et c’est de la mer que ce ter­ri­toire, dont le statut de ville remonte à 1402, tire son nom : des auges en bois appelées casqueiros recou­vraient autre­fois la célèbre plage de Ribeira (ou dos pescadores, « des pêcheurs »), et ser­vaient à l’infusion des coquilles et des feuilles de pis­tachiers lentisques (« arbres à mas­tic ») dont les pêcheurs se ser­vaient pour dur­cir leurs filets. Cette iden­tité locale asso­ciée à la pêche existe toujours.

Au cours des siè­cles, la côte entre Car­cave­los et le cap de Roca fut la scène d’importants événe­ments his­toriques. Des for­ti­fi­ca­tions mar­itimes – actuelle­ment l’image de mar­que de la munic­i­pal­ité de Cas­cais – furent notam­ment bâties par dizaines. Celles de la côte d’Estoril (anci­en­nement appelée côte de Saint-Antoine) étaient des élé­ments-clés des défens­es de Lis­bonne et du banc du Tage. Les dif­férents paysages de ces 30 kilo­mètres de côte per­me­t­tent aux vis­i­teurs de prof­iter à la fois des plages et de l’intérieur des ter­res, et sont un haut lieu his­torique du tourisme et du monde de la mer. Cas­cais, « Terre des rois et des pêcheurs », a fait par­tie des vacances de la famille royale por­tu­gaise dès 1870, ce qui lui a per­mis de devenir une des sta­tions bal­néaires les plus belles et les mieux équipées du pays. Au début du XXe siè­cle, la ville a vu la nais­sance d’une archi­tec­ture esti­vale à la fois exo­tique et osten­ta­toire qui fait main­tenant par­tie du pat­ri­moine et est très appré­ciée des touristes. Dans les années 1930, la région, qui por­tait alors de nom de « Cos­ta do Sol », fut reliée à Lis­bonne par la « Route mar­ginale », une route panoramique longeant la côte et per­me­t­tant de ral­li­er la cap­i­tale en 20 min­utes. Aujourd’hui encore, Cas­cais s’impose comme un havre de beauté et de tran­quil­lité aux portes de l’Atlantique.

Située sur la pénin­sule de Lis­bonne, Cas­cais est entourée par la mer à l’ouest de l’estuaire du Tage, entre Ser­ra de Sin­tra et l’océan Atlan­tique. Le vent dom­i­nant du nord-nord-ouest, qui souf­fle plus fort pen­dant l’été, rafraî­chit la sur­face de la mer, l’enrichissant ain­si en nutri­ments et per­me­t­tant le développe­ment de planc­tons et de pois­sons. C’est pour cette rai­son que la mer de Cas­cais peut se van­ter d’une grande diver­sité d’organismes et d’habitats marins. Ses vastes plates-formes rocheuses ser­vent de refuge à plus de 80 espèces – dont notam­ment des sparidés, des gob­i­idés et des con­gres. Cette bio­di­ver­sité est pro­tégée sur une longueur de deux kilo­mètres entre les plages de Parede et de São Pedro do Esto­ril et sur une dis­tance d’un quart de mille nau­tique du bord. Cas­cais pos­sède la pre­mière zone mar­itime pro­tégée du Por­tu­gal placée sous ges­tion munic­i­pale – preuve que la ville pos­sède les capac­ités tech­niques et poli­tiques req­ui­s­es pour la pro­tec­tion des océans.

Sachant que, pour con­serv­er, il faut tout d’abord con­naître, en savoir plus sur la mer de Cas­cais aura été un pari. À Cas­cais, la qual­ité de vie est insé­para­ble de celle de la mer. Suiv­ant les lignes direc­tri­ces européennes pour une stratégie de ges­tion inté­grée des zones côtières, et con­sid­érant la néces­sité de définir des poli­tiques à suiv­re en matière de pro­mo­tion de la dura­bil­ité de biens et de ser­vices et de la con­ser­va­tion d’écosystèmes aqua­tiques afin d’assurer un bon niveau écologique et envi­ron­nemen­tal, Cas­cais a mis en œuvre une étude de base qui a rassem­blé des infor­ma­tions sci­en­tifiques solides sur la struc­ture et le fonc­tion­nement de ces écosys­tèmes. Le pro­gramme « Aqua­SIG » de sur­veil­lance des côtes, par exem­ple, est en place depuis 2008, en parte­nar­i­at avec MARE, le Cen­tre pour les sci­ences marines et envi­ron­nemen­tales. Ce lien a été par­ti­c­ulière­ment fort avec le pôle de recherche du Lab­o­ra­toire mar­itime instal­lé dans le fort de Nos­sa Sen­ho­ra da Guia, qui tra­vaille dans les domaines de l’écologie et de la phys­i­olo­gie expéri­men­tale sur les con­séquences phys­i­ologiques du change­ment cli­ma­tique sur les organ­ismes marins. Cas­cais se pré­pare égale­ment à devenir une ville plus résiliente d’ici à 2030. Cet objec­tif fut unanime­ment adop­té en sep­tem­bre 2017 sur la base d’un proces­sus de plan­ning stratégique et de recherche col­lab­o­ra­tive et par­tic­i­pa­tive – le plan d’action pour l’adaptation aux change­ments cli­ma­tiques « Cas­cais 2030 » – qui iden­ti­fie 13 mesures à pren­dre inté­grant 80 actions devant être mis­es en œuvre d’ici à 2030. À par­tir de scé­nar­ios cli­ma­tiques pour la région, ce plan envis­age des mesures qui ren­dront la munic­i­pal­ité plus résiliente au change­ment cli­ma­tique. Il s’agit d’un défi de poids pour Cas­cais, un défi qui fait non seule­ment appel à la col­lab­o­ra­tion des employés de la munic­i­pal­ité, mais égale­ment à celle de ses parte­naires et de ses citoyens eux-mêmes.

La par­tic­i­pa­tion des dif­férentes com­mu­nautés locales a égale­ment servi d’outil de tra­vail à Cas­cais, étant don­né le besoin pour la com­mu­nauté tout entière de s’adapter à l’environnement afin de garan­tir la mise en œuvre de mesures sur le ter­rain. Depuis 2008, plus de 8 tonnes de boues d’épuration ont été retirées du fond de la mer par env­i­ron 1 400 volon­taires réu­nis au sein de l’initiative « Net­toyons l’Atlantique », qui rassem­ble des volon­taires pour le net­toy­age des eaux et des côtes de la baie de Cas­cais. Plus récem­ment, la déci­sion de met­tre fin à l’utilisation de plas­tiques dans la con­som­ma­tion d’eau ayant été prise, Cas­cais s’attend à retir­er de la cir­cu­la­tion un demi-mil­lion de bouteilles en plas­tique par an – assez pour rem­plir deux fois le phare de San­ta Mar­ta dans le vil­lage du même nom. Ce prob­lème est incon­testable. En ce qui con­cerne l’organisation d’événements, qui sont un élé­ment impor­tant de la vie quo­ti­di­enne à Cas­cais, la munic­i­pal­ité veut lancer le défi à des organ­i­sa­tions afin qu’elles pren­nent en compte l’environnement lors de leurs ini­tia­tives. Con­férences inter­na­tionales majeures, fêtes locales, réu­nions d’affaires, fes­ti­vals de musique, expo­si­tions ou événe­ments sportifs : toutes ont main­tenant une empreinte plus réduite.

Toutes ces ini­tia­tives sont impor­tantes pour la munic­i­pal­ité. Cette année, ayant de nou­veau accueil­li le con­grès Bio­ma­rine – le plus grand rassem­ble­ment d’entreprises dans le domaine de la biotech­nolo­gie marine –, Cas­cais s’impose en tant qu’hôte et catal­y­seur de réu­nions pour la pro­mo­tion de l’exploitation des ressources de la mer, et se donne pour objec­tif de réalis­er le poten­tiel de ces activ­ités en tant qu’une des sources les plus impor­tantes de crois­sance économique pour la munic­i­pal­ité. Cas­cais a une dimen­sion atlan­tique au sein de laque­lle son ter­ri­toire est plus large­ment assumé. Son ter­ri­toire mar­itime influ­ence son ter­ri­toire ter­restre et ses com­mu­nautés. Des pro­jets nova­teurs ont été mis sur pied à tra­vers l’agence régionale d’entrepreneuriat « ADN Cas­cais » qui, en 11 ans d’activité, a appuyé la créa­tion de plus de 320 entre­pris­es. Cer­tains pro­jets liés à la mer méri­tent d’être soulignés : le pro­jet social « Wave by Wave », par exem­ple, fut lancé par deux fous de la mer et du surf – un cham­pi­on nation­al de surf et une psy­cho­logue qui ont com­pris le pou­voir trans­for­ma­teur de ce sport, créant ain­si un pro­jet thérapeu­tique qui a méta­mor­phosé le surf en out­il de pro­mo­tion de la san­té et du bien-être men­tal, et qui a per­mis à des gens risquant d’être exclus de la société de décou­vrir cette activ­ité. Même des indus­tries comme Xhapeland, une entre­prise spé­cial­isée dans la pro­duc­tion par des tech­nolo­gies de pointe de planch­es de surf pour tous les niveaux et toutes les con­di­tions en mer. Dans le secteur aéro­nau­tique, Opti­mal Struc­tur­al Solu­tions est une référence nationale qui utilise des tech­nolo­gies spa­tiales pour des solu­tions à l’efficacité énergé­tique plus élevée grâce à la pro­duc­tion d’éléments com­pos­ites plus légers.

Pour toutes ces raisons, nous avons pour ambi­tion d’être le cen­tre du plus grand réseau inter­na­tion­al de parte­nar­i­at entre indus­tries et cen­tres de recherche dans le secteur mar­itime. Cas­cais a tou­jours vécu avec la mer, et nous souhaitons que notre ville devi­enne le moteur de dis­cus­sions sur l’environnement, le dynamisme économique, l’innovation et la compétitivité !

À propos de l'auteur

Avatar

Sara Saraiava

Responsable pour l’environnement au service de communication de la ville de Cascais.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.