Magazine Blue Innovation

L’Asie centre de gravité de la pêche mondiale

L’importance prise par l’Asie dans un cer­tain nom­bre de secteurs indus­triels n’est plus à démon­tr­er. Mais s’il est un domaine dans lequel le rôle prépondérant et même moteur du con­ti­nent est absol­u­ment incon­tourn­able, c’est celui de la pêche et de l’aquaculture.

La pop­u­la­tion du con­ti­nent asi­a­tique, déjà con­sid­érable et forte notam­ment de celle des deux pays les plus peu­plés de la planète, pour­suit sa crois­sance. Ses tra­di­tions ali­men­taires sont mar­quées dans cer­tains cas par des inter­dits tra­di­tion­nels et religieux por­tant plutôt sur les pro­duits carnés. Les régimes ali­men­taires évolu­ent par ailleurs pour rejoin­dre des niveaux d’apports caloriques plus élevés, cor­re­spon­dant à la sor­tie de la pau­vreté de nom­breux pays de l’Asie émer­gente. Le con­ti­nent, depuis le Pak­istan jusqu’à la Corée, est large­ment ouvert sur des mers intérieures, comme en Asie du Nord, ou sur des océans rich­es en ressources, comme en Asie du Sud et du Sud-Est. De plus, naturelle­ment, l’un des pays asi­a­tiques les plus peu­plés depuis longtemps, le Japon, insu­laire, est l’un des pays au monde où la cul­ture de la mer, et de la pêche en par­ti­c­uli­er, est la plus ancrée.

État des lieux et mise en évi­dence du rôle glob­al de l’Asie

Les chiffres abso­lus (1) et la crois­sance, que ce soit dans les secteurs tra­di­tion­nels de la pêche ou de l’aquaculture, sont impres­sion­nants. Actuelle­ment, près de 75 % des bateaux de pêche dans le monde (env­i­ron 5 mil­lions de bateaux) sont asi­a­tiques, toutes tailles con­fon­dues, et plus de 80 % des pop­u­la­tions tra­vail­lant dans les secteurs de la pêche ou de l’aquaculture rési­dent en Asie. Par ailleurs, sur les 18 pre­miers pays act­ifs dans le secteur de la pêche, 10 sont asi­a­tiques. Les chiffres con­cer­nant l’aquaculture sont encore plus impres­sion­nants puisque 94 % des tra­vailleurs de ce secteur se trou­vent en Asie, où elle existe depuis longtemps sous sa forme tra­di­tion­nelle, indépen­dam­ment des développe­ments récents et des tech­niques nou­velles. Par ailleurs, ce sont des pro­duc­teurs asi­a­tiques qui pêchent la moitié des 100 mil­lions de tonnes de pois­sons retirées des eaux chaque année, un chiffre en cohérence avec la part que ce con­ti­nent représente dans la pop­u­la­tion mon­di­ale. Quant à la Chine, elle est à la fois le pre­mier pro­duc­teur, le pre­mier expor­ta­teur et le troisième impor­ta­teur du secteur.

Plusieurs élé­ments per­me­t­tent d’affiner ce tableau. Tout d’abord, il faut rap­pel­er qu’une par­tie de l’Asie est con­ti­nen­tale, ce qui pondère con­sid­érable­ment la cor­réla­tion entre chiffre absolu de pop­u­la­tion et influ­ence sur le secteur (les pop­u­la­tions con­ti­nen­tales représen­tant près de 10 % de la pop­u­la­tion asi­a­tique totale). Par ailleurs, par rap­port à une con­som­ma­tion moyenne mon­di­ale de 20 kg de pois­son par habi­tant, l’Asie se situe à un niveau pra­tique­ment deux fois plus impor­tant (38 kg/habitant), les pro­gres­sions de pays nou­velle­ment enrichis – tels que la Chine, une fois encore – ayant con­tribué récem­ment à l’augmentation de cet écart.

Pourquoi une telle domination ?

La plu­part des pays de l’Asie ori­en­tale ont un accès à la pre­mière zone de pêche mon­di­ale, qui se situe dans le Paci­fique nord-ouest (24 % env­i­ron de la pêche totale). Cela explique aus­si la « phy­s­ionomie » des acteurs, impor­ta­teurs et expor­ta­teurs, mais aus­si con­som­ma­teurs des pro­duits de la pêche dans le monde.

Le poids relatif encore plus impor­tant de l’aquaculture asi­a­tique s’explique à la fois par l’histoire longue, par l’histoire con­tem­po­raine et par les tra­di­tions. En effet, en rai­son du pen­chant par­ti­c­ulière­ment mar­qué des cuisines asi­a­tiques (surtout chi­noise et japon­aise) pour le « frais », l’accès aux ressources vivantes, y com­pris sur les marchés où le pois­son s’achète sou­vent sous cette forme, est priv­ilégié. C’est donc depuis très longtemps que la con­som­ma­tion de pro­duits marins ou aqua­tiques de façon générale est asso­ciée à l’aquaculture, même si la dénom­i­na­tion de l’activité elle-même est récente. L’Asie a pra­tiqué l’aquaculture (avec la présence sys­té­ma­tique de bassins d’agrément ou d’élevage, des­tinés ou non à la con­som­ma­tion des pro­prié­taires) comme Mon­sieur Jour­dain fai­sait de la prose, pour­rait-on dire plaisam­ment. L’élevage ou le main­tien en milieu de « survie » de pois­son pêché est ain­si soit une tran­si­tion entre la pêche et la con­som­ma­tion, soit une exten­sion pro­gres­sive­ment sys­té­ma­tisée de la fil­ière ali­men­taire. De grands groupes issus de l’industrie agroal­i­men­taire « général­iste » se sont dévelop­pés dans ce secteur et sont ain­si devenus les lead­ers en Asie, mais aus­si au-delà (2). L’exemple le plus fameux est assuré­ment celui du groupe d’origine thaï­landaise con­nu désor­mais sous le nom de CP, précédem­ment Charoen Pokp­hand, fondé au début du XXe siè­cle en Thaï­lande par deux frères issus de la dias­po­ra chi­noise, et ini­tiale­ment act­if dans dif­férents éle­vages, dont le porc, ain­si que dans l’alimentation ani­male. Au milieu du XXe siè­cle, la diver­si­fi­ca­tion dans l’aquaculture (éle­vage de crevettes, d’abord en Thaï­lande, puis dans des fil­iales asi­a­tiques, à com­mencer par l’Indonésie) a été un levi­er puis­sant de développe­ment pour ce groupe qui représente env­i­ron 10 % du PIB de la Thaï­lande à tra­vers ses dif­férentes activ­ités. De même, les sogo soshas [NdlR : maisons de négoce] japon­ais­es se sont intéressées au secteur de la pêche, au négoce de pois­son (rap­pelons l’existence du plus grand marché aux pois­sons du monde à Tokyo, Tsuk­i­ji), à l’aquaculture… Le groupe Mit­subishi a même lancé une offre de rachat sur le leader norvégien du saumon d’élevage, Cer­maq. La crois­sance de ce secteur reste supérieure à 7 % par an en Asie et a été très forte jusqu’en 2013, comme le mon­tre une étude impor­tante de la revue Nature (3) pub­liée à cette date. Chine, Inde, Viet­nam, Indonésie et Bangladesh représen­tent à eux seuls 80 % de la pro­duc­tion mon­di­ale aqua­cole. La Norvège, pre­mier pro­duc­teur mon­di­al de saumon, est sixième.

Les enjeux du futur pour 2030
Dans une per­spec­tive où l’approche com­mune des ressources de la planète devient une préoc­cu­pa­tion majeure et fait l’objet de con­cer­ta­tions nom­breuses et plan­i­fiées, il appa­raît évi­dent que, d’une part, les ressources mar­itimes, halieu­tiques, issues de l’aquaculture, ou d’autres pro­duits de la mer peu­vent apporter de nom­breuses solu­tions aux ques­tions de sécu­rité ali­men­taire, mais que, d’autre part, ces domaines présen­tent de nom­breuses dif­fi­cultés en matière de con­trôle, de respect des régle­men­ta­tions et d’application de quo­tas. À cet égard, les cam­pagnes de Green­peace ont mis en évi­dence depuis longtemps les infrac­tions japon­ais­es, en par­ti­c­uli­er dans la cap­ture de cétacés. Mais ce phénomène extrême­ment spec­tac­u­laire occulte des ten­dances sim­i­laires plus dis­crètes, qui font de la ressource mar­itime un enjeu majeur pour les grands équili­bres écologiques et ali­men­taires mon­di­aux. C’est pourquoi, le 25 sep­tem­bre 2015, les États mem­bres de l’Organisation des Nations Unies ont adop­té le Pro­gramme de développe­ment durable à l’horizon 2030 et les objec­tifs de développe­ment durable (ODD). Il s’agit d’un ensem­ble de 17 objec­tifs ambitieux assor­tis de 169 cibles qui doivent guider l’action des gou­verne­ments, des organ­ismes inter­na­tionaux, de la société civile et d’autres insti­tu­tions au cours des 15 années suiv­ant la pro­mul­ga­tion du pro­gramme, c’est-à-dire les années 2016 à 2030. Ayant voca­tion à devenir le cen­tre de grav­ité, dans ce domaine des ressources halieu­tiques comme dans de nom­breux autres, l’Asie tient un rôle majeur dans l’accomplissement des objec­tifs fixés par ces plans.

Main basse sur les ressources halieu­tiques : la men­ace chinoise ?

Les groupes act­ifs dans le secteur con­tin­ueront de pren­dre de l’importance, les pays sou­verains seront impliqués comme ayant large­ment droit au chapitre au titre de la sécu­rité ali­men­taire qu’ils doivent assur­er à leur pop­u­la­tion. Les « COP », con­fer­ence of par­ties, qui por­tent sur les ques­tions envi­ron­nemen­tales et surtout cli­ma­tiques ont été large­ment influ­encées par les choix, les posi­tions et les direc­tions sug­gérés et négo­ciés par les grands acteurs asi­a­tiques dans les dernières années. De même, les futures dis­cus­sions et négo­ci­a­tions sur les sujets de la pêche auront à tenir compte des impérat­ifs, des attentes, et des évo­lu­tions de la région. L’un des prob­lèmes posés par la mon­tée en puis­sance de l’Asie est en effet, encore plus que pour n’importe quel autre con­ti­nent, la com­bi­nai­son de la taille cri­tique et de l’importance rel­a­tive des pra­tiques illé­gales issues des pays asi­a­tiques. « Sur­pêche » et usurpa­tion de droits à pêch­er dans des zones éloignées sont la mar­que d’un cer­tain nom­bre d’acteurs issus du con­ti­nent asi­a­tique. La Chine n’est pas la seule, même si sa reven­di­ca­tion de sou­veraineté sur la mer de Chine du Sud et les accrochages entre « bateaux de pêche » en mer de Chine de l’Est l’ont mise sur le devant de la scène. On l’a vu en par­ti­c­uli­er avec le dif­férend sur les « Senkaku-Diaoyu­tai » – les bien nom­mées îles « de pêche » ou de « pêcheurs ». Par­mi les enjeux stratégiques nom­breux que présen­tent les domaines mar­itimes dis­putés entre pays asi­a­tiques ou revendiqués par la Chine, celui des ressources halieu­tiques pour­rait à lui seul jus­ti­fi­er ces tensions.

En out­re, à la suite d’une pro­jec­tion loin­taine japon­aise qui, his­torique­ment, était liée à des pro­duits de la mer spé­ci­fiques comme le thon rouge ou cer­taines var­iétés de mol­lusques, la pro­jec­tion chi­noise se fait depuis longtemps sen­tir bien au-delà des eaux rel­e­vant des « zones économiques exclu­sives » (ZEE, définies légale­ment comme des lieux où les pays lim­itro­phes peu­vent exercer leurs activ­ités lucra­tives) : le Paci­fique sud est large­ment exploité, jusqu’en Polynésie française, par des bateaux chi­nois. Plus que de cibler des var­iétés de pois­sons par­ti­c­ulières, la moti­va­tion de cette pêche relève de la sécu­rité ali­men­taire nationale et de la survie économique pour les entre­pris­es de pêche chi­nois­es. La carte ci-con­tre indique claire­ment les résul­tats de ces pro­jec­tions hors des eaux rel­e­vant des ZEE.

Selon les rap­ports de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et les études pub­liées dans Nature (voir carte), « les navires de pêche chi­nois ont siphon­né, loin de leurs côtes, entre 3,4 mil­lions et 6,1 mil­lions de tonnes de pois­sons par an entre 2000 et 2011. Dans le même temps, Pékin ne déclarait que 368 000 tonnes de pois­son en moyenne auprès de la FAO, c’est-à-dire douze fois moins que la réal­ité estimée par les spé­cial­istes des ressources halieu­tiques. La valeur du pois­son débar­qué de l’étranger par la Chine s’élèverait à 8,9 mil­liards d’euros chaque année. Non seule­ment la Chine sous-estimerait donc con­sid­érable­ment le pro­duit de sa pêche à l’extérieur, mais elle sures­timerait à l’inverse ce secteur dans ses eaux ter­ri­to­ri­ales – faute de sta­tis­tiques réal­istes acces­si­bles au pub­lic, les chercheurs engagés dans ce tra­vail ont recoupé les don­nées pub­liées par dif­férents pays à pro­pos de leurs pro­pres ZEE.

La préoc­cu­pa­tion chi­noise pour la sécu­rité ali­men­taire est con­nue assuré­ment, et elle s’est man­i­festée dans de nom­breux domaines d’influence. Elle est naturelle­ment assumée au niveau le plus offi­ciel et a pu con­duire, dans le passé, à des com­porte­ments d’agriculture inten­sive et à l’épuisement des sols, voire à la déser­ti­fi­ca­tion. Il serait rel­a­tive­ment aisé d’extrapoler ici ce type de com­porte­ment, qui peut appa­raître rel­a­tive­ment court-ter­miste, mais qui, comme en matière de cli­mat, peut se jus­ti­fi­er s’il asso­cie à cette ges­tion de l’urgence l’investissement, la plan­i­fi­ca­tion et l’expérimentation de méth­odes alter­na­tives per­me­t­tant de met­tre fin à ces pra­tiques. Comme dans un cer­tain nom­bre de sujets liés à la gou­ver­nance chi­noise, il n’y a prob­a­ble­ment pas d’autre choix que d’« engager les par­ties prenantes » chi­nois­es et de pren­dre au mot leur souhait de par­ticiper à la mise en place de règle­ments ; mais, comme dans d’autres domaines aus­si, et plus encore dans celui-ci, l’interférence avec des ini­tia­tives privées, typ­ique­ment axées sur la rentabil­ité, voire la survie, rend la tâche de « nor­mal­i­sa­tion » des pra­tiques chi­nois­es dif­fi­cile. Encore s’agit-il là d’un pays engagé dans un proces­sus de respon­s­abil­i­sa­tion affichée vis-à-vis des instances de gou­ver­nance glob­ale. La forte com­péti­tion fait cepen­dant crain­dre que les acteurs impor­tants qui se trou­vent en Asie ne soient encore moins « gérables » que la Chine à l’avenir. L’identification des enjeux et des objec­tifs à attein­dre d’ici à 2030, men­tion­née plus haut, aura été une étape impor­tante, con­fir­mant l’importance de ce nou­veau « cen­tre de grav­ité halieu­tique de l’Asie ». Mais le respect de ces urgences et l’efficacité des mesures de véri­fi­ca­tion et de con­trôle, voire des sanc­tions, restent les clés à trou­ver pour résoudre ces ques­tions cri­tiques des décen­nies à venir.

[mks_accordion]

[mks_accordion_item title=“Top fish­ing coun­tries and pro­duc­ers of farmed species”][/mks_accordion_item]

[/mks_accordion]

[mks_accordion]

[mks_accordion_item title=“China’s fish­ing fleet: the ocean’s new pirates?”]

[/mks_accordion_item]

[/mks_accordion]

Notes

(1) Les chiffres indiqués sont issus de rap­ports de la FAO, sauf men­tion contraire.

(2) Voir à ce sujet sur le site de l’IRASEC (http://www.irasec.com/ouvrage130) une par­tie per­ti­nente de l’étude con­cen­trée sur l’Asie du Sud-Est et réal­isée par Roland Poupon (Bangkok, avril 2016).

(3) Daniel Pauly, Ray Hilborn et Trevor A. Branch, « Fish­eries : Does catch reflect abun­dance ? », Nature, vol. 494, n° 7437, 21 févri­er 2013 (https://www.nature.com/articles/494303a).

À propos de l'auteur

Jean-François Di Meglio

Jean-François Di Meglio

Président d’Asia Centre.

À propos de l'auteur

Avatar

Camille  Mattéio

Global purchasing manager, Figesbal (groupe Ballande).

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.