Magazine Green Innovation

5G, IoT, intelligence artificielle, transition écologique : la troisième révolution industrielle est en marche

Dans son dernier ouvrage, La troisième révo­lu­tion indus­trielle, l’économiste, soci­o­logue et essay­iste améri­cain Jere­my Rifkin indique que nos sociétés vivent les débuts d’une nou­velle révo­lu­tion, numérique, con­nec­tée et partagée. En pointe et inter­con­nec­tés, la 5G, l’Internet des objets, l’intelligence arti­fi­cielle, les éner­gies renou­ve­lables, la mobil­ité durable, etc. Quand l’innovation tech­nologique est au ser­vice de la tran­si­tion écologique.

Sommes-nous en train de vivre la fin d’une ère ? De l’avis de nom­breux experts, la réponse est oui. Cette muta­tion touche une économie mon­di­ale qui repose sur les éner­gies fos­siles, le tra­vail à temps plein, un cap­i­tal­isme sans aucune régu­la­tion, l’organisation ver­ti­cale des entre­pris­es et une ges­tion marchande du monde. Après la vapeur, l’électricité, la troisième révo­lu­tion indus­trielle utilise (déjà) les tech­nolo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion ren­for­cées par l’explosion du numérique, de l’Internet des objets (Inter­net of Things ou IoT), de l’intelligence arti­fi­cielle et bien­tôt de la 5G. C’est une véri­ta­ble révo­lu­tion, ou plutôt muta­tion, que nous sommes en train de vivre.

Chang­er de paradigme

Dans ce con­texte, c’est tout le sys­tème qui est sur le point de bas­culer. Aux qua­tre coins de la planète, les peu­ples ont ouvert les yeux sur la cat­a­stro­phe envi­ron­nemen­tale en passe de nous sub­merg­er. Dès lors, il ne s’agit plus de s’en tenir à un strict tri des déchets, mais bien de repenser nos modes de vie dans tous les domaines : l’entreprise, nos foy­ers, notre façon de nous déplac­er, de nous chauf­fer, de nous ali­menter, de tra­vailler, de nous vêtir, etc.

L’économie elle-même est repen­sée pour être extraite du cadre strict du cap­i­tal­isme jugé dérégulé, sauvage. Ain­si, une économie col­lab­o­ra­tive, que d’aucuns jugeront « rad­i­cale », se met déjà en place. Des bâti­ments génèrent déjà leur pro­pre énergie verte, en parta­gent les sur­plus. L’objectif, à moyen terme, est de faire de ces bâti­ments des « mini­cen­trales énergé­tiques » qui créent leur pro­pre énergie, la con­som­ment, la reven­dent pour génér­er des prof­its sus­cep­ti­bles d’être réin­vestis dans les infra­struc­tures pour les moderniser.

D’ores et déjà, les avancées tech­nologiques dans le domaine de l’IoT améliorent la ges­tion énergé­tique des bâti­ments qui devi­en­nent, selon l’expression con­sacrée, « intel­li­gents ». Ain­si, de nou­velles con­struc­tions sont équipées de cap­teurs et de sys­tèmes inté­grés qui per­me­t­tent de réguler le chauffage ou la cli­ma­ti­sa­tion, mais aus­si l’éclairage. Cer­tains bâti­ments sont égale­ment équipés de pan­neaux pho­to­voltaïques con­nec­tés à un sys­tème cen­tral d’éclairage.

L’énergie, nous le savons tous aujourd’hui, est au cœur de ce nou­veau sys­tème. À l’instar de Rifkin, beau­coup imag­i­nent un « Inter­net de l’énergie » pour faciliter les échanges d’énergie entre petits pro­duc­teurs indépen­dants à tra­vers le monde. Chaque pro­duc­teur devien­dra en fait un véri­ta­ble hub énergé­tique, capa­ble de génér­er et de con­som­mer sa pro­pre énergie, mais aus­si de stock­er et de trans­met­tre les sur­plus, en les ven­dant ou en les échangeant. Chaque hub devien­dra ain­si pro­duc­teur, con­som­ma­teur et vendeur ou échangeur d’énergie.

IoT et intel­li­gence artificielle

Ce nou­veau par­a­digme économique doit repos­er sur une col­lab­o­ra­tion inté­grale, gage de révo­lu­tion socié­tale, économique et énergé­tique. Ce par­a­digme repose sur l’idée qu’il ne faut pas pro­duire ni con­som­mer plus qu’on ne peut l’assumer sur le long terme. Tel est l’adage de Rifkin. Cette troisième révo­lu­tion repose sur le lien entre les com­mu­nautés. Or, ce lien sera facil­ité grâce aux nou­velles tech­nolo­gies. Grâce à la mod­éli­sa­tion des don­nées du bâti­ment (Build­ing Infor­ma­tion Mod­el­ing ou BIM), il est pos­si­ble de sim­pli­fi­er le proces­sus de déci­sion, d’automatiser la créa­tion d’un mod­èle énergé­tique, par exem­ple en con­nec­tant l’ensemble des objets intel­li­gents pour une meilleure effi­cac­ité énergé­tique. L’IoT se retrou­ve dans les secteurs stratégiques du bâti­ment, comme les fenêtres, le ther­mo­stat, les radi­a­teurs, l’électroménager et l’éclairage. Il per­met une meilleure ges­tion de la con­som­ma­tion d’énergie, mais aus­si de repér­er les prob­lèmes et d’apporter les solu­tions adéquates.

Pana­son­ic a récem­ment présen­té au salon IFA de Berlin sa nou­velle mai­son du futur, ultra-con­nec­tée, équipée d’une mul­ti­tude de cap­teurs. Si cette mai­son est avant tout tournée vers le con­fort et l’entertainment, cer­taines tech­nolo­gies sont très intéres­santes du point de vue énergé­tique et, bien sûr, écologique.

L’intelligence arti­fi­cielle est égale­ment un out­il très per­for­mant pour la tran­si­tion énergé­tique. Les smart grids ou réseaux élec­triques intel­li­gents per­me­t­tent d’identifier les entrées et sor­ties d’énergie et surtout les points de sur­con­som­ma­tion. Le sys­tème opti­mise la dis­tri­b­u­tion d’énergie dans le réseau et per­met d’ajuster les flux d’électricité en temps réel grâce à la cir­cu­la­tion d’informations.

5G et effi­cac­ité énergétique

Avec la 5G, notre société entre dans une nou­velle ère. Cette inno­va­tion offre la pos­si­bil­ité de répon­dre à une demande des réseaux sans fil beau­coup plus rapi­de­ment et avec une plus grande capac­ité. Les télécharge­ments sont cent fois plus rapi­des et le temps de réponse, 10 à 50 fois plus court. Con­séquence : l’impact sur la con­som­ma­tion d’énergie est diminué.

La 5G va ain­si con­necter tout ce qui ne l’est pas encore. Télé­phones, voitures, camions, objets divers, villes, trans­ports en com­mun, l’ensemble de nos out­ils seront prochaine­ment inter­con­nec­tés les uns aux autres et seront donc capa­bles de partager les infor­ma­tions, en temps réel. La meilleure répar­ti­tion du traf­ic des com­mu­ni­ca­tions per­me­t­tra des gains énergétiques.

Dans les appareils eux-mêmes, les piles dureront dix ans et non deux ou trois ans comme c’est le cas aujourd’hui. Car c’est le réseau qui « fera le tra­vail », c’est-à-dire qui assur­era le traite­ment. Le télé­phone n’aura donc plus besoin d’être rechargé souvent.

La 5G per­met déjà de trans­met­tre beau­coup plus de don­nées en util­isant moins d’énergie, grâce à la focal­i­sa­tion des com­mu­ni­ca­tions, c’est-à-dire en n’émettant que dans la direc­tion du récep­teur. Mais pour cela, les infra­struc­tures doivent être repen­sées et améliorées. Car IoT et 5G seront inter­con­nec­tés, ce qui représente d’énormes oppor­tu­nités pour les entre­pris­es, les par­ti­c­uliers et les col­lec­tiv­ités. La tech­nolo­gie 5G doit donc être économique en ter­mes d’énergie tout en mul­ti­pli­ant les pos­si­bil­ités pour l’ensemble de la société. Tel est le pari de cette révo­lu­tion qui com­mence à peine.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.