Automobile Deux roues Divers Institutionnels Magazine Smart Mobility Mobilité Douce Mobilité Verte Politiques & Hauts Fonctionnaires

La mobilité durable : enjeu des élections municipales de 2020

Les par­tis poli­tiques se met­tent en ordre de bataille pour les élec­tions munic­i­pales de 2020. La mobil­ité durable risque fort d’être un des thèmes majeurs de la cam­pagne, car elle est dev­enue un impératif écologique pour les villes, les ter­ri­toires et les communautés.

Mobil­ité décar­bonée, vélo, autopartage, mix énergé­tique, trans­ports en com­mun plus verts : les villes et les ter­ri­toires mul­ti­plient les offres pour réus­sir cet impératif écologique et sol­idaire qu’est la tran­si­tion énergé­tique, soutenue par le pro­jet de loi d’orientation des mobil­ités. Mais si cer­taines villes appuient forte­ment ces pro­jets et ini­tia­tives, d’autres mar­quent le pas. Dans ce con­texte, les élec­tions munic­i­pales de 2020 seront une excel­lente occa­sion de lier mobil­ité et tran­si­tion énergé­tique sur l’ensemble du ter­ri­toire national.

Mobil­ité décar­bonée et stratégie à long terme

La longue canicule de l’été 2019 a été une énième piqûre de rap­pel : la tran­si­tion énergé­tique est une néces­sité. Par­mi les secteurs les plus néfastes, le traf­ic routi­er est assuré­ment en pôle posi­tion. Telle est la con­clu­sion de l’Agence nationale de sécu­rité san­i­taire de l’alimentation, de l’environnement et du tra­vail (ANSES) que l’on peut trou­ver dans le rap­port « Par­tic­ules de l’air ambiant extérieur », pub­lié en juil­let dernier, qui mesure l’incidence sur la pol­lu­tion atmo­sphérique des tech­nolo­gies et de la com­po­si­tion du parc de véhicules auto­mo­biles cir­cu­lant en France. En somme, la mobil­ité est à la fois la cause et la solu­tion. Poussée par un élan citoyen prêt pour le change­ment de par­a­digme, la mobil­ité doit donc s’imposer dans les débats pour ces élec­tions à venir.
Or, aujourd’hui, si de réels efforts sont faits, les solu­tions apportées ne s’inscrivent pas dans un plan stratégique à long terme. Qu’il s’agisse de cir­cu­la­tion alternée, de vignette Crit’Air ou de cen­tres-villes à péages, ces mesures ne sont pas suff­isantes pour avoir un effet décisif en faveur de la tran­si­tion énergé­tique. Elles doivent en out­re com­pléter d’autres moyens qui auront un réel effet à moyen et long terme. Toute la dif­fi­culté est bien de trou­ver le point d’équilibre sous peine de voir ces ini­tia­tives aban­don­nées, comme cela a été le cas avec des ser­vices d’autopartage par exemple.

L’objectif est de pro­pos­er aux habi­tants des moyens à coûts réduits, acces­si­bles au plus grand nom­bre, quels que soient leur lieu de rési­dence, leur caté­gorie socio­pro­fes­sion­nelle, leurs revenus et leurs besoins de mobilité.

Surtout, l’objectif est bien de sor­tir de la mobil­ité car­bonée pour dimin­uer les émis­sions de gaz à effet de serre (GES) et réduire ses effets cat­a­strophiques sur la san­té. Dans le monde, le trans­port représente 24,4 % des GES. En 2015, en France, le secteur des trans­ports représen­tait 33 % de la con­som­ma­tion finale d’énergie et 30 % des GES. Par­mi les solu­tions disponibles, le véhicule élec­trique a le vent en poupe, soutenu il est vrai par les pou­voirs publics. Mais il présente de nom­breux incon­vénients. Il n’est pour­tant pas le seul mode à réduire l’empreinte car­bone. D’autres éner­gies doivent être pris­es en compte et favorisées pour un mix énergé­tique plus équili­bré (hydrogène, GNV, bioGNV). Il faut égale­ment met­tre l’autopartage en avant pour ain­si faire cir­culer moins de véhicules qui trans­portent plus de personnes.

Par­al­lèle­ment, la con­som­ma­tion d’énergie doit être mieux maîtrisée par les villes et les ter­ri­toires. L’objectif est de pass­er à 32 % d’énergies renou­ve­lables (EnR) en 2030. Par­mi elles, l’éolien dis­pose d’énormes poten­tiels et dépasse déjà le solaire avec 15 GW de puis­sance instal­lée con­tre 8,5 GW.

Vélo : l’atout maître ?

En sep­tem­bre 2014, le plan en faveur du vélo était annon­cé par le gou­verne­ment. Aujourd’hui, il pour­rait bien être un atout de choix dans la stratégie mobil­ité durable établie par les munic­i­pal­ités. Car ce plan vélo béné­fi­cie d’un finance­ment de 350 mil­lions d’euros sur sept ans pour les infra­struc­tures, pris en charge par l’État, ce qui soulage les col­lec­tiv­ités locales qui jusque-là étaient les seules à injecter de l’argent.

Par­mi toutes les mesures, le for­fait « mobil­ité durable », qui offre une aide aux salariés qui se dépla­cent à vélo pour aller tra­vailler, est très intéres­sant. Cette prime s’élèvera à 400 euros (au-delà des 200 euros actuels) par an max­i­mum et elle con­cern­era aus­si bien le secteur pub­lic que le secteur privé. En revanche, elle ne sera pas obligatoire.

L’objectif du gou­verne­ment est de porter à 9 % la part du vélo dans les déplace­ments d’ici à 2024, au lieu d’environ 3 % aujourd’hui. Cet objec­tif est réal­iste, mais à con­di­tion que l’État dépense la total­ité de l’argent alloué à ce plan, que les col­lec­tiv­ités locales con­tin­u­ent de dévelop­per et de garan­tir ce mode de déplace­ment et que les entre­pris­es entrent de plain-pied dans cette stratégie.

Toutes les villes qui ont mis des vélos à la dis­po­si­tion des habi­tants ont vu l’usage du vélo dou­bler, voire tripler. En 2015, selon les chiffres de l’ADEME, le tra­jet à vélo domi­cile-tra­vail con­cer­nait 5 % des salariés béné­fi­ciant de l’indemnité. Aujourd’hui, ce chiffre grimpe à 11 %. Le rythme est bon. Il pour­rait d’ailleurs être « boosté » par les élec­tions munic­i­pales de 2020. Car le vélo, dans ses pra­tiques sportive, de prom­e­nade ou pro­fes­sion­nelle (tra­jet domi­cile-lieu de tra­vail) sera un enjeu impor­tant dans le cadre de la mobil­ité durable, sujet dont se sont d’ailleurs emparés les Français.

Pho­to ci-dessus : Le secteur des trans­ports en com­mun est un fac­teur impor­tant pour la mobil­ité durable. Les réseaux doivent être fiables, réguliers et acces­si­bles à tous afin de garan­tir la diminu­tion du nom­bre de voitures en ville.

À propos de l'auteur

Smart Mobility

Smart Mobility

Par la rédaction de Smart Mobility.
Le nouveau média français de référence consacré au développement de la filière mobilité et des villes intelligentes (smart cities) à destination des acteurs économiques et industriels, des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales…) et des grands relais d’opinion.

Son contenu aborde la mobilité dans toutes ses composantes (automobiles, deux-roues, transports collectifs, etc.) dans une approche résolument globale qui s’articule autour de 5 piliers :

· Technologie : actualité des dernières innovations de la filière et veille technologique, étude des nouveaux concepts et de leurs supports numériques (informatique embarquée, intelligence artificielle, 5G, etc.)

· Société : étude des nouvelles pratiques de mobilité urbaine et de leur environnement réglementaire, nouveaux modes d’utilisation et de consommation des équipements de transport (autopartage, covoiturage, développement des offres d’abonnement, nouvelles offres de mobilité géographique, etc.)

· RSE : problématique du transport de personnes à mobilité réduite (personnes âgées, en situation de handicap), mobilité au sein des entreprises, etc.

· Environnement : mise en avant des énergies de demain – hybride, électricité, hydrogène, GNV et bioGNV – dans une perspective d’économie circulaire et de développement durable

· Territoires : mise en lumière des nouvelles approches durables – transport urbain/rural –, mais également des filières et pratiques innovantes misant sur les nouvelles infrastructures (smart cities, smart villages…)

Smart Mobility est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, et bénéficie d’un accord de diffusion avec les plus importants salons professionnels du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.