Biogaz Magazine Biogaz

L’après-COVID : en attendant le plan de relance

Pour finir sur une note plus opti­miste, lorsque la ges­tion des urgences de la crise sera passée, nous serons force de propo­si­tion pour la relance. Notre fil­ière biogaz a et aura en effet un rôle clé de pro­duc­tion d’énergie locale, qui sera un atout dans la mise en place d’une indépen­dance énergé­tique et d’une créa­tion économique locale et circulaire.

La PPE sera-t-elle revue à l’aune de cette nou­velle économie, de ce « plan Mar­shall » pour redress­er notre pays (voir notre arti­cle dans ce numéro) ? Cha­cun en tout cas devra se retrouss­er les manch­es et la mobil­i­sa­tion des acteurs sera à l’image de la per­spec­tive que don­nera le gou­verne­ment. Dans la fil­ière biogaz, les volon­tés ne man­queront pas. Mais, fin avril, c’est un com­mu­niqué du Sénat qui est aus­si venu appuy­er l’importance de notre fil­ière. En effet, cer­tains séna­teurs con­sid­èrent que les éner­gies renou­ve­lables, et en par­ti­c­uli­er la méthani­sa­tion, font par­tie des secteurs stratégiques, comme le mon­tre le com­mu­niqué inti­t­ulé « Coro­n­avirus : com­ment imag­in­er l’après-crise ? Le Sénat mise sur la tran­si­tion énergé­tique comme levi­er du plan de relance ». Quant aux pro­fes­sion­nels, représen­tés par France Gaz, ils sont force de propo­si­tions con­crètes. Explication.

Propo­si­tions de la fil­ière biogaz

Alors que les prochains mois seront con­sacrés à définir notre plan de relance, France gaz renou­ve­lables (FGR) révèle le 15 juin 2020 les qua­tre propo­si­tions faites aux pou­voirs publics et issues de l’expertise des acteurs de la fil­ière bio­méthane. Au-delà du néces­saire développe­ment de la méthani­sa­tion, cette con­tri­bu­tion experte et volon­taire souligne les leviers que les secteurs énergé­tique et agri­cole sont en mesure d’activer tant sur le plan envi­ron­nemen­tal que sur le plan économique. Au pro­gramme de ces propo­si­tions con­crètes : libér­er les capac­ités de pro­duc­tion grâce à la créa­tion de 300 nou­veaux sites de méthani­sa­tion sur le ter­ri­toire nation­al ; lever la bar­rière régle­men­taire entra­vant les ges­tion­naires de réseaux dans leurs investisse­ments de rac­corde­ment ; autoris­er le mécan­isme Métha­neuf per­me­t­tant la mise à dis­po­si­tion de gaz renou­ve­lable dans les pro­grammes de con­struc­tion de loge­ments neufs ; soutenir la com­péti­tiv­ité et l’innovation du tis­su indus­triel des ter­ri­toires en faveur des objec­tifs de tran­si­tion énergé­tique et d’économie circulaire.

Propo­si­tion 1 : libér­er les capac­ités de pro­duc­tion en antic­i­pant sur l’objectif bio­méthane 2028 de la PPE

Pour sécuris­er la fil­ière en lui don­nant de la vis­i­bil­ité, mais surtout pour accom­pa­g­n­er son développe­ment, il est néces­saire d’anticiper sur l’objectif 2028 inscrit dans la PPE dès 2023 pour le bio­méthane. À ce jour, 25 TWh de capac­ités ont déjà été réservées, dont plus de 10 TWh de pro­jets dis­posant déjà d’autorisations ICPE. Seules man­quent au développe­ment de ces pro­jets à très court terme des autori­sa­tions admin­is­tra­tives. Sans réduire la qual­ité des pro­jets effec­tive­ment soutenus, une cible de capac­ité instal­lée de bio­méthane de 12 TWh en 2023 est pos­si­ble. Ain­si, la fil­ière bio­méthane con­tribuera à l’effort de relance sur la péri­ode 2020–2023. Cet objec­tif cor­re­spond à la créa­tion de 300 nou­veaux sites de pro­duc­tion qui génér­eraient immé­di­ate­ment 3 000 équiv­a­lents temps plein pour la créa­tion des instal­la­tions et 900 dans la durée, sans dépense sup­plé­men­taire d’ici à 2028.

Propo­si­tion 2 : lever la bar­rière régle­men­taire entra­vant les investisse­ments de raccordement

Il est absol­u­ment néces­saire d’accélérer les chantiers de sites de méthani­sa­tion en déclen­chant au plus vite les travaux. Pour cela, il con­vient de lever immé­di­ate­ment les con­traintes admin­is­tra­tives qui pèsent sur les ges­tion­naires de réseaux, qui sont lim­ités dans leurs investisse­ments en matière de biogaz par des entrav­es régle­men­taires. Ain­si, les opéra­teurs de réseaux se pro­posent de déclencher immé­di­ate­ment les travaux cor­re­spon­dant aux sché­mas de rac­corde­ment bio­méthane pub­liés fin mars 2020. Une ini­tia­tive con­di­tion­née au retrait du décret qui pla­fonne actuelle­ment les investisse­ments des dis­trib­u­teurs à 0,4 % du chiffre d’affaires dans le cadre du droit à l’injection.

Propo­si­tion 3 : autoris­er le mécan­isme Métha­neuf per­me­t­tant d’inclure le bio­méthane dans les futurs bâtiments

Métha­neuf est un mécan­isme actuelle­ment en cours de con­struc­tion per­me­t­tant aux pro­mo­teurs immo­biliers, aux habi­tants, mais égale­ment aux col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales de faire du bio­méthane une source d’énergie directe­ment inté­grée dans les bâti­ments neufs, notam­ment via une pro­duc­tion d’EnR au sein de l’immeuble ou encore via le finance­ment de développe­ment du gaz renou­ve­lable pour un mon­tant au moins équiv­a­lent. Pour les col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales, cela per­me­t­trait de créer des pro­jets locaux de ter­ri­toire asso­ciant pro­duc­tion et con­som­ma­tion locale d’énergie dans une logique d’économie circulaire.

Propo­si­tion 4 : soutenir la com­péti­tiv­ité et l’innovation des fil­ières gaz renou­ve­lables implan­tées dans les territoires

L’industrie française, com­posée de PME, d’ETI et de grands groupes, est mobil­is­able dans le cadre du plan de relance en lançant des appels à pro­jets com­plé­men­taires du sou­tien aux pro­jets de méthani­sa­tion, à tra­vers deux axes. D’un côté, celui de la com­péti­tiv­ité, en s’appuyant sur la dynamique enclenchée par l’AMI porté dans le cadre du CSF qui a per­mis d’identifier plus de 100 dossiers inno­vants et promet­teurs d’une mise sur le marché rapi­de. De l’autre, celui de l’innovation, en mobil­isant les nou­veaux dis­posi­tifs adop­tés dans la loi ori­en­ta­tion mobil­ité en faveur du bio­méthane non injec­té et la loi énergie-cli­mat en faveur des fil­ières biogaz inno­vantes. Ces dis­posi­tifs per­me­t­traient de faire émerg­er dans les ter­ri­toires des pro­jets et des indus­tries au ser­vice des objec­tifs de tran­si­tion énergé­tique et d’économie circulaire.

Pour Olivi­er Dauger, coprési­dent de France gaz renou­ve­lables, « plus qu’une sim­ple source d’énergie renou­ve­lable, la méthani­sa­tion est une réponse glob­ale à de nom­breux enjeux pri­mor­diaux et peut con­tribuer effi­cace­ment au plan de relance nation­al. Ces qua­tre propo­si­tions dressées grâce à l’union des exper­tis­es uniques de FGR appor­tent une réponse aux néces­saires tran­si­tions énergé­tique et agroé­cologique tout en con­tribuant à l’essor d’une véri­ta­ble sou­veraineté d’approvisionnement en gaz ».

Pour Jacques-Pierre Quaack, coprési­dent de France gaz renou­ve­lables, « la sécuri­sa­tion d’une fil­ière répon­dant aux critères d’économie cir­cu­laire et de dura­bil­ité doit devenir une pri­or­ité nationale. Mais au-delà de la sécuris­er, il est essen­tiel d’en per­me­t­tre le développe­ment, car la méthani­sa­tion est une tech­nolo­gie riche néces­si­tant de nom­breux équipements et la maîtrise de plusieurs domaines d’expertise à même de génér­er de nom­breux emplois non délo­cal­is­ables et majori­taire­ment situés en zone rurale ».

Com­mu­niqué du Sénat

Mar­di 28 avril 2020, les séna­teurs de la com­mis­sion des affaires économiques du Sénat ont audi­tion­né en visio­con­férence Julien Blanchet, rap­por­teur général de la Con­ven­tion citoyenne pour le cli­mat, sur les réper­cus­sions de la crise du coro­n­avirus sur notre poli­tique énergétique.
Cette audi­tion s’inscrit dans le cadre des travaux de suivi, con­duits par Daniel Gremil­let, Roland Courteau et Daniel Dubois, de l’impact de cette crise sur le secteur de l’énergie.

Après avoir enten­du une cinquan­taine d’acteurs de ter­rain depuis le début du mois d’avril (grands énergéti­ciens, fédéra­tions pro­fes­sion­nelles de l’électricité, du gaz et du pét­role, représen­tants de la réno­va­tion énergé­tique, des éner­gies renou­ve­lables et des bio­car­bu­rants, Com­mis­sion de régu­la­tion de l’énergie, médi­a­teur de l’Énergie, Agence inter­na­tionale de l’énergie) et relayé leurs dif­fi­cultés auprès de la min­istre de la Tran­si­tion écologique et sol­idaire, les séna­teurs ont jugé indis­pens­able d’engager une réflex­ion prospec­tive sur le devenir de notre tran­si­tion énergétique.

Aus­si ont-ils échangé hier sur le rôle de la tran­si­tion énergé­tique dans la stratégie de sor­tie de crise : pour les séna­teurs, l’accompagnement de la réno­va­tion énergé­tique, le sou­tien aux pro­jets d’EnR, la lutte con­tre la pré­car­ité énergé­tique sont autant de leviers mobil­is­ables pour relancer l’activité économique tout en atteignant nos objec­tifs énergé­tiques et climatiques.

Les séna­teurs ont rap­pelé leur vive inquié­tude quant au cap pour­suivi dans ces domaines par le Gou­verne­ment, regret­tant la dif­fi­cile appli­ca­tion de la loi « Énergie-Cli­mat », pour­tant adop­tée dans un esprit de con­sen­sus par le Sénat en sep­tem­bre dernier.

Pour Daniel Gremil­let, « six mois après l’adoption de cette loi, dont j’étais le rap­por­teur pour notre com­mis­sion, tout reste à faire : une ordon­nance a été adop­tée, une dizaine de mesures régle­men­taires pris­es, un rap­port pub­lié. La pro­gram­ma­tion pluri­an­nuelle de l’énergie et la stratégie nationale bas car­bone vien­nent tout juste d’entrer en vigueur. Il fau­dra atten­dre l’été pour que le Gou­verne­ment prenne l’ordonnance sur les cen­trales à char­bon… davan­tage encore pour celle sur l’hydrogène. C’est trop peu et trop lent ».

Les séna­teurs ont regret­té la faib­lesse des moyens budgé­taires et fis­caux mis par le Gou­verne­ment en regard de nos objec­tifs énergé­tiques et cli­ma­tiques, plaidant pour leur reval­ori­sa­tion sig­ni­fica­tive à l’occasion des prochains textes financiers.

Pour Roland Courteau, « il devient urgent de se pencher sur les dif­fi­cultés ren­con­trées par nos énergéti­ciens en ter­mes de tré­sorerie et d’investissement, de soutenir le secteur de la réno­va­tion énergé­tique, en cor­rigeant les effets de bord de la dernière réforme du crédit d’impôt pour la tran­si­tion énergé­tique et en amélio­rant les aides aux par­ti­c­uliers et aux entre­pris­es, d’accompagner les ménages en sit­u­a­tion de pré­car­ité énergé­tique, en reval­orisant le chèque énergie. Lors du dernier col­lec­tif budgé­taire, le Sénat a adop­té, à notre ini­tia­tive, plusieurs amende­ments pour soutenir les fil­ières très sin­istrées des bio­car­bu­rants : il est regret­table que le Gou­verne­ment ne les ait pas con­servés in fine ».

Enfin, les séna­teurs ont relevé que la tran­si­tion énergé­tique ne peut réus­sir sans indépen­dance énergé­tique, insis­tant sur la néces­sité de garan­tir notre sécu­rité d’approvisionnement, mais aus­si notre sou­veraineté indus­trielle, dans un secteur aus­si stratégique que celui de l’énergie.

Pour Daniel Dubois, « l’atteinte de la neu­tral­ité car­bone d’ici à 2050 néces­site un sou­tien réaf­fir­mé à la fil­ière nucléaire, qui con­tin­uera de pro­duire la moitié de notre mix en 2035, et doit donc demeur­er com­péti­tive et attrac­tive. À cet égard, la chute des prix de l’électricité, les dif­fi­cultés de la régu­la­tion et les reports d’investissements observés dans cette fil­ière ne con­stituent pas une bonne nou­velle pour le cli­mat. Une relo­cal­i­sa­tion des EnR est égale­ment néces­saire : nous atten­dons beau­coup de l’application du critère du bilan car­bone dans les futurs appels d’offres – apport séna­to­r­i­al majeur à la loi “Énergie-Cli­mat” – qui per­me­t­tra à nos indus­triels français et européens de lut­ter con­tre le dump­ing environnemental ».

Les séna­teurs pour­suiv­ront leurs travaux de suivi tout au long de la crise et for­muleront des pré­con­i­sa­tions con­crètes pour inscrire la tran­si­tion énergé­tique au cœur du plan de relance.

À propos de l'auteur

Biogaz Magazine

Biogaz Magazine

Par la rédaction de Biogaz Magazine.
Créé en 2018, le média professionnel Biogaz Magazine est rapidement devenu un support d’information et de communication de référence, consacré à l’innovation technologique et au développement de la filière biogaz, mais aussi de l’ensemble des valorisations énergétiques : pyrogazéification, méthanation, power to gas

À destination des acteurs économiques et industriels du secteur, du monde agricole et des pouvoirs publics (ministères, collectivités territoriales, etc.) Biogaz Magazine, membre du cluster Biogaz Vallée, est partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principales fédérations et organisations du secteur. La revue permet ainsi à ses annonceurs de bénéficier d'une surface de diffusion large et unique auprès d’un public cible constitué d’acteurs et de décideurs de la filière, mais également du relais nécessaire auprès des décideurs politiques, économiques et des ministères concernés.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.