Environnement

L’Union de trois entreprises françaises au service de l’eau au Maroc

Située entre Rabat et la ville de Kéni­tra au Maroc, la com­mune de Sidi Taïbi et ses 30 000 habi­tants ne dis­posent d’aucune ali­men­ta­tion en eau potable. Les habi­tants utilisent en effet dif­férents puits dis­séminés dans la ville, où l’eau est par­fois chargée en nitrates issus des engrais util­isés par les exploita­tions agri­coles envi­ron­nantes. De même, l’accès à l’électricité demeure prob­lé­ma­tique pour de nom­breux habi­tants, cer­tains pos­sé­dant quelques rares pan­neaux pho­to­voltaïques à défaut de pou­voir béné­fici­er d’un réseau pub­lic d’électricité. Mal­gré ces insuff­i­sances, il a été décidé de pro­pos­er un accès à la cul­ture et à l’enseignement à Sidi Taïbi, avec la con­struc­tion du lycée Al-Annouar accueil­lant désor­mais 1 200 élèves. Mais l’établissement est isolé de tout rac­corde­ment en eau potable et en élec­tric­ité. Pour remédi­er à cette sit­u­a­tion, plusieurs entre­pris­es français­es ont don­né nais­sance à un pro­jet auda­cieux au ser­vice de ce nou­veau lycée.

La société Fir­mus, spé­cial­isée dans le traite­ment de l’eau, Belec­tric, entre­prise experte dans l’intégration de fer­mes pho­to­voltaïques, et Como­d­os, fab­ri­cant d’éoliennes (dont la société Anemoos est le dis­trib­u­teur), se sont en effet regroupés sous la houlette de la chaire Unesco « Simev » pour apporter une solu­tion rapi­de pour le lycée Al Annouar. Non rac­cordé en eau et en élec­tric­ité, ce lycée béné­ficiera d’une eau pro­pre à la con­som­ma­tion grâce à une sta­tion de traite­ment autonome qui traite l’eau du puits se trou­vant sur le ter­rain de l’établissement. Ce procédé va recevoir l’appui tech­nique de l’université de Kéni­tra qui fait par­tie du réseau de la chaire Unesco « Simev » dirigée par le pro­fesseur Louis Cot. L’université de Kéni­tra déléguera des sci­en­tifiques et tech­ni­ciens pour suiv­re de façon régulière le bon fonc­tion­nement de l’unité de pro­duc­tion et opér­er des relevés sys­té­ma­tiques pour doc­u­menter l’expérience. Le défi du pro­jet réside dans la maîtrise de toutes les tech­niques pour garan­tir la four­ni­ture quo­ti­di­enne d’une eau saine.

Les trois entre­pris­es ont donc dévelop­pé un con­cept de « mix-énergie » pou­vant répon­dre à ce besoin et plus large­ment aux besoins des pop­u­la­tions des pays en développe­ment cher­chant une solu­tion rapi­de et inté­grée pour la pro­duc­tion d’eau potable. D’ores et déjà, ce sys­tème de traite­ment d’eau autonome a mon­tré, lors de son test en con­di­tions réelles pen­dant plusieurs semaines à Béziers (France), des résul­tats opti­mums puisqu’il per­me­t­tra égale­ment, grâce au sur­plus, d’alimenter le lycée en énergie. C’est une belle prouesse tech­nique que réalisent ces trois entre­pris­es en dévelop­pant ce qui se fait de mieux dans chaque domaine : 158 pan­neaux pho­to­voltaïques de type « couche mince » et dont la puis­sance est de 23,22 kWc pour une pro­duc­tion estimée de 40 MWh, 1 éoli­enne UrWind 2.2 avec un design haute­ment effi­cace de type Dar­ius et Savo­nius qui capte des vents de toutes direc­tions ain­si que les vents tur­bu­lents dont la pro­duc­tion annuelle est estimée à 4 MWh, 1 traite­ment d’eau mem­branaire d’une capac­ité de 500 l/h, soit 12 m³ par jour qui per­met de pro­duire une eau exempte de virus et bac­téries, supérieure aux normes en vigueur.

Tous ces procédés tech­niques sont placés dans un con­tain­er requal­i­fié, isolé et cli­ma­tisé, ce qui a per­mis de le com­pléter avec un pack de bat­ter­ies pour le stock­age de l’énergie. La tech­nolo­gie sélec­tion­née repose sur des piles Gel Plomb (OPzV) cou­plées avec un sys­tème intel­li­gent qui gère l’énergie en temps réel. Ce pro­jet mon­tre la volon­té des entre­pris­es français­es de se posi­tion­ner sur le con­ti­nent africain en offrant les dernières tech­nolo­gies du marché. On peut imag­in­er des appli­ca­tions divers­es pour ce nou­veau pro­duit issu de recherch­es croisées. Les bureaux d’études des entre­pris­es étu­di­ent la pos­si­bil­ité de porter cette solu­tion dans les régions de con­flits per­me­t­tant aux camps de réfugiés d’offrir une meilleure qual­ité d’hygiène. Car si l’eau est un enjeu cru­cial en Afrique, l’énergie a tou­jours été un obstacle.

Nom­breuses sont les ONG ou les entre­pris­es privées qui sont con­fron­tées à la dif­fi­culté d’approvisionnement en énergie. La majeure par­tie des sys­tèmes en fonc­tion­nement en Afrique utilise des groupes élec­trogènes coû­teux en essence et en entre­tien. Cette nou­velle solu­tion prou­ve que les éner­gies renou­ve­lables trou­vent tout leur sens dans la pro­duc­tion d’eau potable en Afrique. La société française Anemoos, déjà présente en Afrique, se fait fort de présen­ter cette nou­velle solu­tion aux régions les plus reculées. L’accueil est très bon et les pos­si­bil­ités mul­ti­ples puisque ce sys­tème se dimen­sionne aux besoins. Anemoos a déjà présen­té cette solu­tion à dif­férents pays de l’Afrique cen­trale où l’intérêt est très vif, dans le but d’apporter à des vil­lages et petites villes de l’eau potable qui serait puisée dans des riv­ières. La demande se fait égale­ment dans l’alimentation en élec­tric­ité per­me­t­tant à ces vil­lages de dévelop­per une activ­ité économique et surtout de mon­ter des écoles du soir pour les jeunes gens ain­si que des ser­vices pour les familles. Anemoos tra­vaille déjà sur plusieurs pro­jets human­i­taires en Afrique et en Amérique latine. L’entreprise, située à Car­ros dans les Alpes-Mar­itimes, a réu­ni un ensem­ble de parte­naires sur trois axes majeurs : énergie, eau et habi­tat social. Selon Karen Mic­mach­er, respon­s­able mar­ket­ing et com­mu­ni­ca­tion d’Anemoos, le prob­lème des pays africains réside dans une triple attente : l’eau, l’énergie et l’habitat. Les besoins et les deman­des des pays con­cernés font ain­si par­tie d’un tout.

À ce titre, de nom­breuses entre­pris­es inter­na­tionales recherchent les solu­tions les plus justes, car il ne sert à rien de con­cevoir des struc­tures à l’européenne, trop coû­teuses et trop frag­iles. Ce nou­veau sys­tème de « mix-énergie » pour traiter l’eau a donc été conçu pour résis­ter à des con­di­tions dif­fi­ciles et ne néces­site que peu de main­te­nance. Le démon­stra­teur instal­lé dans ce lycée maro­cain est équipé de nom­breux cap­teurs qui per­me­t­tront par ailleurs de le suiv­re à dis­tance. À l’heure où le solaire est en crise en France, et alors que l’éolien peine à trou­ver sa place, ce nou­veau sys­tème ouvre à ces trois entre­pris­es un nou­veau marché. Le « mix-énergie » si sou­vent mis en avant par nos poli­tiques, a donc trou­vé ici une forme con­crète. Gageons qu’il servi­ra d’exemple et qu’il sera l’amorce d’une nou­velle piste pour les entre­pris­es du secteur.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.