Magazine Blue Innovation

Monaco : la passion des mers

Blue Inno­va­tion. Mon­seigneur, votre lead­er­ship sur les ques­tions marines et envi­ron­nemen­tales est aujourd’hui mon­di­ale­ment recon­nu, à tra­vers notam­ment la Fon­da­tion que vous avez créée en juin 2006. Dans ce domaine, com­ment envis­agez-vous le rôle de la Prin­ci­pauté de Mona­co pour les années à venir ?

Prince Albert II. J’ai tou­jours souhaité que l’action de Mona­co s’inscrive dans la durée afin de porter un mes­sage pérenne sur la néces­saire pro­tec­tion de notre envi­ron­nement. La Prin­ci­pauté est présente sur la scène inter­na­tionale lors des grands ren­dez-vous liés à l’environnement. Je suis fier que sa voix soit enten­due et son exper­tise recon­nue, notam­ment en matière de sauve­g­arde de l’océan. Nous devons con­tin­uer à fédér­er les éner­gies, à mon­tr­er le chemin vers un nou­veau mod­èle de développe­ment qui soit équitable pour l’homme et pour la nature. Les actions menées depuis 2006 par ma Fon­da­tion s’inscrivent dans cette per­spec­tive. Je con­tin­uerai à porter ce mes­sage en faveur de la planète et souhaite que Mona­co soit une tri­bune d’expression sur ces ques­tions envi­ron­nemen­tales, comme cela est le cas durant la Mona­co Ocean Week qui con­naît un suc­cès grandissant.

Vous étiez présent en 2017 au con­grès Bio­Ma­rine qui s’est tenu à Rimous­ki, au Québec, pour ren­con­tr­er les indus­triels et les investis­seurs de l’économie bleue. Qu’en avez-vous retiré ? Peut-on selon vous con­cili­er une vision con­ser­va­trice et les intérêts indus­triels ? En quoi ces entre­pre­neurs que vous ren­con­trez lors de Bio­Ma­rine peu­vent-ils chang­er l’avenir de notre planète ?

Ces ren­con­tres régulières avec les indus­triels lors des con­grès Bio­Ma­rine per­me­t­tent de mieux com­pren­dre les ten­dances, les inno­va­tions et les développe­ments qui amè­nent des solu­tions aux prob­lèmes de nutri­tion, de san­té et d’environnement. J’ai eu l’occasion de voir que nous pou­vions met­tre en place des sys­tèmes d’aquaculture mul­ti­trophiques respectueux de l’environnement marin. J’estime que ces ini­tia­tives coopéra­tives visant à dévelop­per les ressources marines en parte­nar­i­at avec des indus­triels s’inscrivent dans un sché­ma d’avenir. Je suis heureux de con­stater que nos amis québé­cois ont mis en place un plan d’action ambitieux pour soutenir cette économie bleue. Je gage que nos amis por­tu­gais, qui accueil­lent à nou­veau Bio­Ma­rine en 2018, rivalis­eront d’ingéniosité pour faire de leur économie bleue le fer de lance de leur développe­ment futur.

L’aquaculture a été sou­vent au cœur des dis­cus­sions lors des Mona­co Blue Ini­tia­tive. Pensez-vous que le mod­èle pro­posé per­me­t­tra de nour­rir la planète tout en préser­vant les zones côtières qui seront affectées ?

L’aquaculture est un sujet d’importance alors même qu’aujourd’hui plus d’un mil­liard de per­son­nes trou­vent leur apport jour­nalier en pro­téines dans les pro­duits de la mer. La demande émanant des pays indus­tri­al­isés ne fait que croître et avec elle la pro­duc­tion aqua­cole, tan­dis que les cap­tures de pois­sons sauvages sont rel­a­tive­ment sta­bles. Rap­pelons d’ailleurs que, depuis 2014, l’apport de l’aquaculture dans l’offre de pois­son dépasse celui de la pêche. Si l’aquaculture peut représen­ter une réponse à une demande crois­sante, celle-ci doit être mesurée et con­trôlée afin de ne pas engen­dr­er de sit­u­a­tion néga­tive. Lors de la dernière Mona­co Blue Ini­tia­tive a été mise en évi­dence la pos­si­bil­ité d’allier pro­duc­tion aqua­cole, con­ser­va­tion des espèces et aires marines pro­tégées. L’aquaculture durable est pos­si­ble, pour autant que nous nous assu­ri­ons que toutes les mesures de préser­va­tion soient bien inté­grées et les pop­u­la­tions locales impliquées.

Vous œuvrez active­ment pour le développe­ment des aires marines pro­tégées (AMP). Ne craignez-vous pas que le coût de la préser­va­tion de ces espaces en lim­ite le nom­bre, notam­ment pour les pays en voie de développement ?

C’est en créant des mécan­ismes financiers nova­teurs comme le fond envi­ron­nemen­tal pour les aires marines pro­tégées que nous assurerons le ren­force­ment des AMP exis­tantes et le développe­ment de nou­velles, pri­or­i­taire­ment dans les pays en voie de développe­ment. Aujourd’hui, les acteurs locaux sont con­scients du bien­fait de ces AMP et nous devons les accom­pa­g­n­er dans la durée. Ce fonds envi­ron­nemen­tal doit per­me­t­tre de main­tenir les écosys­tèmes en bonne san­té et ain­si génér­er des activ­ités économiques comme la pêche ou le tourisme écore­spon­s­able. Effec­tive­ment, les coûts de ges­tion récur­rents d’une AMP sont élevés, mais il faut les envis­ager au même titre que les activ­ités essen­tielles de sur­veil­lance des écosys­tèmes ou encore d’aménagement des sites. Enfin, ren­dons-nous à l’évidence, le coût de l’inaction serait cer­taine­ment bien plus élevé à long terme.

Bio­Ma­rine a lancé cette année un con­sor­tium de PME pour dévelop­per des bio­plas­tiques à par­tir d’ingrédients marins biodégrad­ables dans l’eau. Votre Fon­da­tion s’est elle-même beau­coup impliquée dans la lutte con­tre la pol­lu­tion des océans. Quel mes­sage faut-il envoy­er aux con­som­ma­teurs et à la grande distribution ?

Les chiffres sont alar­mants, cha­cun doit en pren­dre la mesure afin d’agir con­crète­ment à son niveau. Entre 8 et 10 mil­lions de tonnes de plas­tique sont déver­sées chaque année dans l’océan, dont plus de 60 % sont des embal­lages à usage unique. La plu­part des bio­plas­tiques sont encore peu recy­clés et ne sont dégrad­ables que sous cer­taines con­di­tions indus­trielles. Des con­som­ma­teurs à la grande dis­tri­b­u­tion, cha­cun sem­ble atten­dre le change­ment de l’autre. Or il faut agir vite, trou­ver des alter­na­tives durables au plas­tique par l’emploi de matéri­aux plus écologiques, dégrad­ables en con­di­tions domes­tiques, issus de fil­ières de pro­duc­tion ayant un impact réduit sur l’environnement. Il faut chang­er nos modes de con­som­ma­tion en refu­sant les plas­tiques à usage unique tout en faisant évoluer nos com­porte­ments vers le réem­ploi des matéri­aux, ou l’utilisation de pro­duits alter­nat­ifs plus durables et écologiques. Nous devons être les moteurs de ce change­ment. L’industrie et la grande dis­tri­b­u­tion doivent dévelop­per ces alter­na­tives, les met­tre à dis­po­si­tion des con­som­ma­teurs pour que la boucle soit la plus vertueuse pos­si­ble. L’autre enjeu cru­cial est de lim­iter l’arrivée des plas­tiques dans l’océan, où ils représen­tent un dan­ger pour la faune et la flo­re. Nous ne pou­vons nous per­me­t­tre d’attendre.

Pour­riez-vous nous présen­ter le pro­jet soutenu par votre Fon­da­tion auquel vous tenez le plus actuellement ?

Il n’y a pas un pro­jet auquel je tienne le plus, mais je suis heureux de la place prépondérante qu’a prise ma Fon­da­tion dans le con­cert des ONG envi­ron­nemen­tales, aus­si bien au niveau du lob­by­ing qu’il est tou­jours néces­saire de faire que sur cer­taines actions inter­na­tionales. En douze ans, l’implication de ma Fon­da­tion, aux côtés de ses parte­naires, a notam­ment per­mis d’agir pour préserv­er des espèces en voie de dis­pari­tion comme le thon rouge et le phoque moine, pour rester dans l’écosystème marin ; de faire avancer la con­nais­sance sci­en­tifique sur les ques­tions cli­ma­tiques ; de préserv­er et de restau­r­er des écosys­tèmes frag­iles à la fois sur terre et en mer ; mais égale­ment de faire avancer les négo­ci­a­tions inter­na­tionales sur l’environnement. Enfin, la tran­si­tion vers une économie décar­bonée est égale­ment au cœur des préoc­cu­pa­tions de la Fon­da­tion. Nous soutenons ain­si plusieurs pro­jets de ter­rain à tra­vers le monde favorisant l’utilisation d’énergies renouvelables.

Enfin, quels sont selon vous les trois enjeux majeurs que l’humanité aura à relever dans les dix prochaines années ?

L’humanité devra affron­ter les effets ravageurs du change­ment cli­ma­tique si nous ne par­venons pas à invers­er les prévi­sions des sci­en­tifiques. Le dérè­gle­ment du cli­mat aura des con­séquences à l’échelle de la planète, entraî­nant la dis­pari­tion d’îles, de villes, voire de pays. Les migra­tions envi­ron­nemen­tales seront de plus en plus impor­tantes et la ques­tion des réfugiés cli­ma­tiques sera alors au cœur des préoc­cu­pa­tions. Les épisodes cli­ma­tiques dévas­ta­teurs se font déjà de plus en plus nombreux.

Un autre enjeu majeur relève de l’épuisement de nos ressources naturelles. Chaque année, le jour du dépasse­ment arrive de plus en plus tôt. Au 1er août dernier, nous avions déjà épuisé tout ce que la Terre est capa­ble de pro­duire en une année. Nos modes de vie actuels imposent de trop gros sac­ri­fices à la nature, il est pri­mor­dial de nous tourn­er vers des économies durables, inno­vantes et plus équita­bles, capa­bles de nour­rir une pop­u­la­tion mon­di­ale en forte crois­sance, sans dévaster les écosys­tèmes. Enfin, les men­aces qui pèsent sur la san­té de l’océan, entraî­nant son altéra­tion et une perte de sa bio­di­ver­sité, exi­gent une grande vig­i­lance. Les activ­ités humaines met­tent en péril la planète. Un défi que nous devons relever ensem­ble est celui d’éveiller les con­sciences, pour pos­er les bases solides d’une nou­velle human­ité qui aurait appris de nos erreurs passées. Au fond, c’est peut-être cet enjeu qui sera déter­mi­nant pour ces dix prochaines années : par­venir à ancr­er la préser­va­tion de la planète comme l’un des piliers fon­da­teurs de nos sociétés. Les jeunes généra­tions doivent s’emparer de la ques­tion, avec une vision nou­velle et plus juste. Je place beau­coup d’espoir dans leur capac­ité à y parvenir.

Légende de la pho­to ci-dessus : Le 27 juil­let 2017, S.A.S. le Prince Albert II de Mona­co a don­né le coup d’envoi de la cam­pagne « Mona­co Explo­rations ». 120 ans après son trisaïeul, Albert 1er, le sou­verain moné­gasque renoue avec les explo­rations sci­en­tifiques mar­itimes. Cette cam­pagne sci­en­tifique à bord du Yersin dur­era 3 ans (2017–2020) et fera le tour du monde, per­me­t­tant l’étude de la bio­di­ver­sité marine, la mise en oeu­vre de pro­grammes de pro­tec­tion et une intense cam­pagne de médi­a­tion pour sen­si­bilis­er aux enjeux de la préser­va­tion des mers et des océans. (© Mona­co Explorations).

À propos de l'auteur

S.A.S. le prince Albert II de Monaco

S.A.S. le prince Albert II de Monaco

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.