Environnement Hydrogène Institutionnels Magazine Hydrogen+ Mobilité Verte Politiques & Hauts Fonctionnaires Territoires & Stratégies

Les régions misent sur l’hydrogène

© HYPE

Le déploiement des pro­jets hydrogène est encadré par des plans régionaux. 
Des acteurs locaux privés, des CCI, des acteurs publics (aggloméra­tions ou départe­ments) décli­nent ensuite leurs pro­jets. Petit rap­pel des ori­en­ta­tions actuelles et tour d’horizon des pro­jets pour chaque région.

Auvergne-Rhône-Alpes : décar­bon­er la mobilité
 
Avec son plan « Zero emis­sion val­ley » doté de 50 mil­lions d’euros, la région Auvergne-Rhône-Alpes veut déploy­er 20 sta­tions hydrogène (dont 14 dotées d’électrolyseurs) et une flotte de 1 200  véhicules. Un parte­nar­i­at public/privé est à con­stru­ire autour de majors et de start-up du ter­ri­toire. L’objectif est de pro­pos­er au marché des véhicules à hydrogène au même prix que leurs équiv­a­lents Diesel. La pro­duc­tion d’hydrogène se fera à par­tir d’électrolyse et d’énergies vertes. Objec­tifs : rem­plac­er la con­som­ma­tion de 4,3 mil­lions de litres de diesel et éviter l’émission 13 000 t de CO. On note égale­ment une pro­duc­tion indus­trielle de 150 000 m³/an à Greno­ble sur le site du CEA, lié à une sta­tion véhicule. Instal­lée dans le cadre du pro­jet Hyway par le pôle de com­péti­tiv­ité Ten­errdis, qui réu­nit les acteurs publics et privés locaux, cette infra­struc­ture représente 3,2  mil­lions d’investissements.
 
Bre­tagne : entre terre et mer
 
Le con­seil région­al de Bre­tagne se mobilise pour favoris­er l’ensemble des solu­tions néces­saires à l’accélération de la tran­si­tion énergé­tique. Par­mi elles, l’hydrogène devient de plus en plus incon­tourn­able sur de nom­breuses thé­ma­tiques comme les ser­vices aux réseaux énergé­tiques, notam­ment insu­laires, la mobil­ité ter­restre et mar­itime, le tourisme ou encore le développe­ment économique. La région peut s’appuyer sur des ter­ri­toires moteurs : Vannes, Redon, Saint-Malo (navire Ener­gy Observ­er), La Roche-aux-Fées, dont l’intérêt est gran­dis­sant pour l’hydrogène. Par­mi les réal­i­sa­tions en cours, notons la pro­duc­tion d’hydrogène et une sta­tion d’avitaillement sur le site Miche­lin de Vannes (Mor­bi­han), après une pre­mière sta­tion sur le site de Mor­bi­han Énergie. À not­er égale­ment, Ener­gy Observ­er, le pre­mier navire à hydrogène visant l’autonomie énergé­tique, dont le port d’attache est Saint-Malo. Ce navire, qui a la par­tic­u­lar­ité de pro­duire l’hydrogène à bord grâce à l’électrolyse de l’eau de mer, sans émis­sion de gaz à effet de serre ni de par­tic­ules fines, par­court les mers pour éprou­ver les inno­va­tions tech­nologiques. Cet ancien bateau de course de légende a été recon­di­tion­né en navire du futur à propul­sion élec­trique fonc­tion­nant grâce à un mix d’énergies renou­ve­lables et un sys­tème de pro­duc­tion d’hydrogène décar­boné à par­tir de l’eau de mer.
 
Bour­gogne-Franche-Comté : indus­trie et recherche
 
La région Bour­gogne-Franche-Comté est par­ti­c­ulière­ment active en matière d’hydrogène, avec un écosys­tème unique. Le con­seil région­al de Bour­gogne-Franche-Comté a fait du déploiement de la fil­ière hydrogène l’une de ses ori­en­ta­tions stratégiques. Ce déploiement s’appuie sur un socle uni­ver­si­taire (UTBM, FCLab…), un tis­su indus­triel dynamique, con­sti­tué de start-up et de grands groupes, ain­si que de plusieurs pôles de com­péti­tiv­ité et clus­ters (pôle Véhicules du futur, Apristhy…). Preuve de cet investisse­ment, de nom­breux pro­jets sont en cours autour de trois ter­ri­toires engagés : l’Auxerrois/Saint Flo­rentin, Dole et Belfort/Montbéliard. 
 
Par­mi les pro­jets et réal­i­sa­tions soulignons, pour le développe­ment, une plate­forme de test de piles à com­bustible, un lab­o­ra­toire axé sur l’hydrogène, un insti­tut de stock­age de l’hydrogène (6 mil­lions d’euros, après 2020, à Dole). En pro­duc­tion, l’usine de pro­duc­tion et de dis­tri­b­u­tion d’hydrogène de Dijon (Côte‑d’Or) est située à prox­im­ité de la cen­trale d’incinération des déchets. Pour ce qui est des usages et de la mobil­ité, notons aus­si l’acquisition de bennes à ordures ménagères, de poids lourds, ain­si que 5 bus et 10 véhicules util­i­taires pour la com­mu­nauté de l’Auxerrois (Yonne). Sans oubli­er Fau­re­cia qui crée à Bavans son cen­tre d’expertise mon­di­al sur les réser­voirs à hydrogène. Avec ce cen­tre « Clean Mobil­i­ty  », l’équipementier auto­mo­bile, asso­cié à Miche­lin, a pour ambi­tion de pren­dre le lead­er­ship des tech­nolo­gies zéro émis­sion de CO.
 
Cen­tre-Val de Loire : objec­tif 100 % EnR
 
La région Cen­tre-Val de Loire est pleine­ment inscrite dans la tran­si­tion énergé­tique. Elle développe depuis plusieurs années une vision 100 % éner­gies renou­ve­lables à l’horizon 2050. Pour attein­dre ces objec­tifs, le con­seil région­al compte sur les solu­tions hydrogène, avec le déploiement de pro­jets et sta­tions. La région dis­pose de nom­breux atouts avec une fil­ière indus­trielle bien implan­tée locale­ment et d’importantes capac­ités d’innovation et de recherche. Citons par exem­ple le démon­stra­teur Methy­cen­tre de pow­er-to-gas cou­plé à une unité de méthani­sa­tion (stock­age de sur­plus d’EnR dans le réseau gaz via l’hydrogène), et un déploiement pro­gres­sif en mobil­ité avec deux sta­tions, des véhicules util­i­taires et… des vélos.
 
Corse : pro­duc­tion et stockage
 
La Corse accueille la plate­forme de recherche Myrte (uni­ver­sité de Corse-CNRS) de stock­age d’hydrogène, cou­plée à une cen­trale pho­to­voltaïque dotée d’une pile à com­bustible pour la réin­jec­tion de l’électricité dans le réseau. Cette plate­forme, gérée par l’université de Corse et label­lisée par Capen­er­gies, est com­posée de sys­tèmes d’électrolyseurs, de stock­age d’hydrogène pour une capac­ité de 1,75 MWh et de piles à com­bustible de 200 kW. Elle est cou­plée à une cen­trale pho­to­voltaïque de 560  kW. Ce dis­posi­tif per­met de tester des solu­tions d’intégration d’énergie solaire inter­mit­tente dans le réseau par la pro­duc­tion d’hydrogène, son stock­age lors de péri­odes d’excédent de pro­duc­tion, puis la resti­tu­tion d’énergie élec­trique lors de péri­odes d’absence de ray­on­nement solaire. Le pro­jet en cours asso­cie égale­ment le CEA et Areva.
 
Grand Est : la dynamique hydrogène
 
La région a pour objec­tif de faire du Grand Est un ter­ri­toire exem­plaire en matière de tran­si­tion énergé­tique, et plus par­ti­c­ulière­ment en matière de déploiement de la pro­duc­tion et de l’usage de l’hydrogène. C’est pourquoi elle a lancé en jan­vi­er 2019 le pro­jet DINAMHYSE piloté par le pôle Véhicule du futur et qui s’appuie sur de nom­breux acteurs (Engie, CMI, Haffn­er Ener­gy,  etc.). Depuis, les réal­i­sa­tions se mul­ti­plient avec une sta­tion autonome à Chau­mont (Haute– Marne), pour ali­menter minibus, bennes à ordures et util­i­taires. Un ren­force­ment de la flotte de véhicules à hydrogène a pour objec­tif de favoris­er la con­sti­tu­tion de dix flottes cap­tives de col­lec­tiv­ités ou d’entreprises et de créer ain­si dix nou­velles sta­tions hydrogène (pro­duc­tion par élec­trol­yse et dis­tri­b­u­tion) sur le ter­ri­toire. Cette opéra­tion per­me­t­tra de posi­tion­ner le Grand Est en région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale pro­posée s’élève à 25 % du coût glob­al HT du pro­jet, avec un pla­fond de 40 000 euros.
 
La région prof­ite égale­ment du renou­velle­ment du matériel fer­rovi­aire en par­tic­i­pant au pro­jet nation­al d’expérimentation de train fonc­tion­nant à l’hydrogène, à tra­vers l’acquisition de cinq rames. Cette pre­mière expéri­men­ta­tion s’inscrit dans les objec­tifs de la loi rel­a­tive à la tran­si­tion énergé­tique pour la crois­sance verte, visant à réduire de 30 % la con­som­ma­tion d’énergies fos­siles et de 40 % les émis­sions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.
 
Hauts-de-France : hydrogène vert
 
La tran­si­tion énergé­tique et écologique engagée par la région des Hauts– de– France se matéri­alise, depuis 2013, par le pro­gramme de Troisième Révo­lu­tion indus­trielle. L’hydrogène y occupe une place cen­trale et a été iden­ti­fié comme l’un des dix grands pro­jets struc­turants, notam­ment pour faciliter l’intégration des EnR. Les pro­jets sont divers. Citons ain­si : une usine d’hydrogène vert à Dunkerque (Nord), un démon­stra­teur pow­er-to-gas GRhyd d’injection d’hydrogène dans le réseau GRDF et l’arrivée d’une ligne de bus à hydrogène, avec six bus en cir­cu­la­tion près de Lens (Pas-de-Calais), attachée à un site de pro­duc­tion à Houdain (Pas-de-Calais).
 
Île-de-France : de l’air propre
 
Pour l’Île-de-France, la qual­ité de l’air est une pri­or­ité, avec une poli­tique d’aide à l’acquisition de véhicules pro­pres. L’hydrogène, vecteur poly­va­lent, s’inscrit pleine­ment dans cette stratégie avec le déploiement de sta­tions. Des aides élar­gies aux flottes pro­fes­sion­nelles et aux taxis, lesquels ne passent pas inaperçus avec la flotte de Hype, soit 600 taxis prévus d’ici à la fin 2020. En sep­tem­bre, les nou­veaux bus à hydrogène sont égale­ment entrés en action… Pour ce qui est de l’avitaillement, on compte plus d’une trentaine sta­tions de dis­tri­b­u­tion, dont 16 en auto­pro­duc­tion pour un parc de véhicules util­i­taires et de four­gons. Enfin, la pro­duc­tion d’hydrogène est en cours sur le site de l’unité de val­ori­sa­tion énergé­tique de Créteil (Val-de-Marne) par le syn­di­cat d’énergie d’Île-de-France Sipperec.
 
Nor­mandie : pio­nnier et engagé
 
La région Nor­mandie a été pio­nnière en matière d’hydrogène. Après un parte­nar­i­at avec les sociétés Sym­bioF­Cell et Ser­fim, elle s’est engagée dans un pro­gramme de mobil­ité hydrogène nor­mand, le pro­gramme Eas-HyMob (Easy Access to Hydro­gen Mobil­i­ty) qui a com­mencé début 2016 et s’est étalé jusqu’en 2018. La région reste très active avec son plan « Nor­mandie hydrogène » sur lequel reposent les dif­férentes actions pour la tran­si­tion énergé­tique, avec un bud­get de 15  mil­lions en cinq ans. Il a été élaboré en col­lab­o­ra­tion avec plus de 90 acteurs du ter­ri­toire engagés dans le domaine des éner­gies renou­ve­lables et la préser­va­tion de l’environnement. Ce plan est l’une des pier­res angu­laires de la poli­tique régionale en faveur de la tran­si­tion énergé­tique, dont les objec­tifs prin­ci­paux sont de con­tribuer au développe­ment du mix énergé­tique, de réduire le bilan car­bone région­al et les émis­sions de gaz à effet de serre. Par­mi les réal­i­sa­tions et pro­jets, on note une usine de pro­duc­tion à Port-Jérôme (Seine-Mar­itime) de 200 MW et 28 000 t/an, un pro­jet de bateau de pêche à Cher­bourg (Manche) pour les chantiers Allais, l’utilisation de vélos à Cher­bourg et Saint-Lô (Manche), le déploiement d’au moins 15 sta­tions et de 250 véhicules.
 
Nou­velle-Aquitaine : le défi énergétique
 
Le con­seil région­al de Nou­velle-Aquitaine agit pour pro­téger et val­oris­er les richess­es des ter­ri­toires et ain­si relever les défis énergé­tiques actuels dans la plus vaste région de France. La région Nou­velle-Aquitaine s’intéresse de plus en plus à la fil­ière hydrogène, afin de relever les défis énergé­tiques de demain. Elle intè­gre notam­ment les activ­ités de son nou­veau clus­ter « Éner­gies et stock­age ». De nom­breux pro­jets mail­lent égale­ment la région : bus à hydrogène à Pau ; navette mar­itime dans le port de La Rochelle depuis 2017 ; pro­duc­tion à par­tir de solaire pho­to­voltaïque pour l’écoquartier Atlantech, tou­jours à La Rochelle, pour ali­menter une ving­taine de véhicules util­i­taires, ain­si que des tri­por­teurs ; pro­duc­tion de vélos à Biar­ritz (Pyrénées-Atlan­tiques) ; pro­jet de pro­duc­tion de PAC géantes, pour n’en citer que quelques-uns.
 
Occ­i­tanie : objec­tif 100 % renouvelable
 
Le con­seil région­al d’Occitanie a pour ambi­tion de faire de sa région la pre­mière d’Europe à énergie pos­i­tive, avec le souhait de devenir la pre­mière région 100 % renou­ve­lable d’ici à 2050. Pour cela, l’Occitanie s’appuie sur les tech­nolo­gies hydrogène, accom­pa­g­née dans leur déploiement par son agence de l’innovation et du développe­ment économique, Madeeli, en parte­nar­i­at avec l’ADEME. L’agence a notam­ment piloté une étude stratégique sur le développe­ment de la fil­ière en région. Elle a été final­isée en mars 2016 et a per­mis de dégager qua­tre axes dont l’intégration de l’hydrogène en milieu aéro­por­tu­aire. De ce con­stat est né le pro­jet HyPort, avec notam­ment la pro­duc­tion d’hydrogène et la créa­tion de sta­tions autour des aéro­ports de Toulouse-Bla­gnac (Haute– Garonne) et de Tarbes-Pyrénées (Hautes-Pyrénées). Pour ce qui con­cerne la pro­duc­tion, en plus d’une unité à Port-la-Nou­velle (Aude) par voie fer­men­taire, deux autres usines de pro­duc­tion d’hydrogène vert sont prévues pour 2030, sans compter des travaux de recherche sur les PAC. Dans le domaine de la mobil­ité, la région est égale­ment active avec un démon­stra­teur TER (trois rames pour la ligne Mon­tre­jeau-Luchon), la pro­duc­tion de bus, ainsi
que l’acquisition de véhicules lourds, légers et util­i­taires (plus de 3 000 programmés !).
 
Pays de la Loire
 
La région Pays de la Loire mise sur les acteurs indus­triels et publics et sur son ancrage mar­itime et souhaite faire de l’hydrogène un accéléra­teur de sa tran­si­tion énergé­tique, avec l’objectif de devenir la pre­mière région française pour la mobil­ité durable. Dans ce cadre, les pro­jets con­cer­nent notam­ment la pro­duc­tion renou­ve­lable d’hydrogène et le déploiement de la mobil­ité (navettes et bateaux de pêche, R&D sur la propul­sion marine…) et des usages flu­vi­aux mar­itimes et por­tu­aires (navettes, R&D sur la propul­sion marine…).
 
Provence-Alpes-Côte d’Azur : décar­bon­er indus­trie et mobilité
 
La région Sud-Provence Alpes-Côte d’Azur ambi­tionne d’être la pre­mière région française neu­tre en car­bone à l’horizon 2050. Le Plan cli­mat région­al con­sacre un volet d’actions au développe­ment du poten­tiel région­al en ter­mes d’énergies renou­ve­lables et à l’amélioration de son effi­cac­ité énergé­tique. Le développe­ment de l’hydrogène s’inscrit par­ti­c­ulière­ment dans les actions et ambi­tions suiv­antes : sou­tien aux nou­velles fil­ières éner­gies renou­ve­lables, mise en place de démon­stra­teurs hydrogène sur le ter­ri­toire, inno­va­tion pour des trans­ports décar­bonés, renou­velle­ment du parc roulant aux normes envi­ron­nemen­tales, réduc­tion de l’empreinte car­bone des entre­pris­es du trans­port routi­er et réduc­tion des nui­sances des moteurs des navires sur l’environnement. Par­mi les réal­i­sa­tions, notons le démon­stra­teur Jupiter 1000 de pow­er-to-gas à Fos-sur-Mer (Bouch­es-du-Rhône) pour le cap­tage de CO indus­triel et injec­tion d’hydrogène dans le réseau de GRTgaz et des sta­tions dans le Var, au cir­cuit Paul-Ricard, et dans la zone por­tu­aire de Toulon (pro­jet  Hyno­var). Citons égale­ment de nom­breux pro­jets en R&D, comme une navette mar­itime et des bus et véhicules util­i­taires à Toulon.

À propos de l'auteur

Hydrogen+

Hydrogen+

Créée fin 2015 sous la forme d’un supplément thématique de Green Innovation, la revue Hydrogen+ est la plus ancienne et la seule publication internationale en langue française consacrée au marché de l’hydrogène, à son actualité et aux innovations de la filière. Diffusé sur les principaux salons professionnels, sur support numérique et par abonnement, Hydrogen+ constitue un outil d’information et d’influence unique de la filière hydrogène. Déploiement de la filière, mobilité, transport lourd ou encore industrie, Hydrogen+ couvre l’ensemble des sujets qui occupent la filière et se veut être un outil dédié à son développement. Hydrogen+ est par ailleurs partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principaux acteurs associatifs du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.