Environnement Hydrogène Institutionnels Magazine Hydrogen+ Mobilité Verte Politiques & Hauts Fonctionnaires Territoires & Stratégies

Les régions misent sur l’hydrogène

© HYPE

Le déploiement des projets hydrogène est encadré par des plans régionaux.
Des acteurs locaux privés, des CCI, des acteurs publics (agglomérations ou départements) déclinent ensuite leurs projets. Petit rappel des orientations actuelles et tour d’horizon des projets pour chaque région.

Auvergne-Rhône-Alpes : décarboner la mobilité
 
Avec son plan « Zero emission valley » doté de 50 millions d’euros, la région Auvergne-Rhône-Alpes veut déployer 20 stations hydrogène (dont 14 dotées d’électrolyseurs) et une flotte de 1 200  véhicules. Un partenariat public/privé est à construire autour de majors et de start-up du territoire. L’objectif est de proposer au marché des véhicules à hydrogène au même prix que leurs équivalents Diesel. La production d’hydrogène se fera à partir d’électrolyse et d’énergies vertes. Objectifs : remplacer la consommation de 4,3 millions de litres de diesel et éviter l’émission 13 000 t de CO. On note également une production industrielle de 150 000 m3/an à Grenoble sur le site du CEA, lié à une station véhicule. Installée dans le cadre du projet Hyway par le pôle de compétitivité Tenerrdis, qui réunit les acteurs publics et privés locaux, cette infrastructure représente 3,2  millions d’investissements.
 
Bretagne : entre terre et mer
 
Le conseil régional de Bretagne se mobilise pour favoriser l’ensemble des solutions nécessaires à l’accélération de la transition énergétique. Parmi elles, l’hydrogène devient de plus en plus incontournable sur de nombreuses thématiques comme les services aux réseaux énergétiques, notamment insulaires, la mobilité terrestre et maritime, le tourisme ou encore le développement économique. La région peut s’appuyer sur des territoires moteurs : Vannes, Redon, Saint-Malo (navire Energy Observer), La Roche-aux-Fées, dont l’intérêt est grandissant pour l’hydrogène. Parmi les réalisations en cours, notons la production d’hydrogène et une station d’avitaillement sur le site Michelin de Vannes (Morbihan), après une première station sur le site de Morbihan Énergie. À noter également, Energy Observer, le premier navire à hydrogène visant l’autonomie énergétique, dont le port d’attache est Saint-Malo. Ce navire, qui a la particularité de produire l’hydrogène à bord grâce à l’électrolyse de l’eau de mer, sans émission de gaz à effet de serre ni de particules fines, parcourt les mers pour éprouver les innovations technologiques. Cet ancien bateau de course de légende a été reconditionné en navire du futur à propulsion électrique fonctionnant grâce à un mix d’énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarboné à partir de l’eau de mer.
 
Bourgogne-Franche-Comté : industrie et recherche
 
La région Bourgogne-Franche-Comté est particulièrement active en matière d’hydrogène, avec un écosystème unique. Le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a fait du déploiement de la filière hydrogène l’une de ses orientations stratégiques. Ce déploiement s’appuie sur un socle universitaire (UTBM, FCLab…), un tissu industriel dynamique, constitué de start-up et de grands groupes, ainsi que de plusieurs pôles de compétitivité et clusters (pôle Véhicules du futur, Apristhy…). Preuve de cet investissement, de nombreux projets sont en cours autour de trois territoires engagés : l’Auxerrois/Saint Florentin, Dole et Belfort/Montbéliard. 
 
Parmi les projets et réalisations soulignons, pour le développement, une plateforme de test de piles à combustible, un laboratoire axé sur l’hydrogène, un institut de stockage de l’hydrogène (6 millions d’euros, après 2020, à Dole). En production, l’usine de production et de distribution d’hydrogène de Dijon (Côte-d’Or) est située à proximité de la centrale d’incinération des déchets. Pour ce qui est des usages et de la mobilité, notons aussi l’acquisition de bennes à ordures ménagères, de poids lourds, ainsi que 5 bus et 10 véhicules utilitaires pour la communauté de l’Auxerrois (Yonne). Sans oublier Faurecia qui crée à Bavans son centre d’expertise mondial sur les réservoirs à hydrogène. Avec ce centre « Clean Mobility  », l’équipementier automobile, associé à Michelin, a pour ambition de prendre le leadership des technologies zéro émission de CO.
 
Centre-Val de Loire : objectif 100 % EnR
 
La région Centre-Val de Loire est pleinement inscrite dans la transition énergétique. Elle développe depuis plusieurs années une vision 100 % énergies renouvelables à l’horizon 2050. Pour atteindre ces objectifs, le conseil régional compte sur les solutions hydrogène, avec le déploiement de projets et stations. La région dispose de nombreux atouts avec une filière industrielle bien implantée localement et d’importantes capacités d’innovation et de recherche. Citons par exemple le démonstrateur Methycentre de power-to-gas couplé à une unité de méthanisation (stockage de surplus d’EnR dans le réseau gaz via l’hydrogène), et un déploiement progressif en mobilité avec deux stations, des véhicules utilitaires et… des vélos.
 
Corse : production et stockage
 
La Corse accueille la plateforme de recherche Myrte (université de Corse-CNRS) de stockage d’hydrogène, couplée à une centrale photovoltaïque dotée d’une pile à combustible pour la réinjection de l’électricité dans le réseau. Cette plateforme, gérée par l’université de Corse et labellisée par Capenergies, est composée de systèmes d’électrolyseurs, de stockage d’hydrogène pour une capacité de 1,75 MWh et de piles à combustible de 200 kW. Elle est couplée à une centrale photovoltaïque de 560  kW. Ce dispositif permet de tester des solutions d’intégration d’énergie solaire intermittente dans le réseau par la production d’hydrogène, son stockage lors de périodes d’excédent de production, puis la restitution d’énergie électrique lors de périodes d’absence de rayonnement solaire. Le projet en cours associe également le CEA et Areva.
 
Grand Est : la dynamique hydrogène
 
La région a pour objectif de faire du Grand Est un territoire exemplaire en matière de transition énergétique, et plus particulièrement en matière de déploiement de la production et de l’usage de l’hydrogène. C’est pourquoi elle a lancé en janvier 2019 le projet DINAMHYSE piloté par le pôle Véhicule du futur et qui s’appuie sur de nombreux acteurs (Engie, CMI, Haffner Energy,  etc.). Depuis, les réalisations se multiplient avec une station autonome à Chaumont (Haute- Marne), pour alimenter minibus, bennes à ordures et utilitaires. Un renforcement de la flotte de véhicules à hydrogène a pour objectif de favoriser la constitution de dix flottes captives de collectivités ou d’entreprises et de créer ainsi dix nouvelles stations hydrogène (production par électrolyse et distribution) sur le territoire. Cette opération permettra de positionner le Grand Est en région « pilote » sur ce type d’énergie. L’aide régionale proposée s’élève à 25 % du coût global HT du projet, avec un plafond de 40 000 euros.
 
La région profite également du renouvellement du matériel ferroviaire en participant au projet national d’expérimentation de train fonctionnant à l’hydrogène, à travers l’acquisition de cinq rames. Cette première expérimentation s’inscrit dans les objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, visant à réduire de 30 % la consommation d’énergies fossiles et de 40 % les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.
 
Hauts-de-France : hydrogène vert
 
La transition énergétique et écologique engagée par la région des Hauts- de- France se matérialise, depuis 2013, par le programme de Troisième Révolution industrielle. L’hydrogène y occupe une place centrale et a été identifié comme l’un des dix grands projets structurants, notamment pour faciliter l’intégration des EnR. Les projets sont divers. Citons ainsi : une usine d’hydrogène vert à Dunkerque (Nord), un démonstrateur power-to-gas GRhyd d’injection d’hydrogène dans le réseau GRDF et l’arrivée d’une ligne de bus à hydrogène, avec six bus en circulation près de Lens (Pas-de-Calais), attachée à un site de production à Houdain (Pas-de-Calais).
 
Île-de-France : de l’air propre
 
Pour l’Île-de-France, la qualité de l’air est une priorité, avec une politique d’aide à l’acquisition de véhicules propres. L’hydrogène, vecteur polyvalent, s’inscrit pleinement dans cette stratégie avec le déploiement de stations. Des aides élargies aux flottes professionnelles et aux taxis, lesquels ne passent pas inaperçus avec la flotte de Hype, soit 600 taxis prévus d’ici à la fin 2020. En septembre, les nouveaux bus à hydrogène sont également entrés en action… Pour ce qui est de l’avitaillement, on compte plus d’une trentaine stations de distribution, dont 16 en autoproduction pour un parc de véhicules utilitaires et de fourgons. Enfin, la production d’hydrogène est en cours sur le site de l’unité de valorisation énergétique de Créteil (Val-de-Marne) par le syndicat d’énergie d’Île-de-France Sipperec.
 
Normandie : pionnier et engagé
 
La région Normandie a été pionnière en matière d’hydrogène. Après un partenariat avec les sociétés SymbioFCell et Serfim, elle s’est engagée dans un programme de mobilité hydrogène normand, le programme Eas-HyMob (Easy Access to Hydrogen Mobility) qui a commencé début 2016 et s’est étalé jusqu’en 2018. La région reste très active avec son plan « Normandie hydrogène » sur lequel reposent les différentes actions pour la transition énergétique, avec un budget de 15  millions en cinq ans. Il a été élaboré en collaboration avec plus de 90 acteurs du territoire engagés dans le domaine des énergies renouvelables et la préservation de l’environnement. Ce plan est l’une des pierres angulaires de la politique régionale en faveur de la transition énergétique, dont les objectifs principaux sont de contribuer au développement du mix énergétique, de réduire le bilan carbone régional et les émissions de gaz à effet de serre. Parmi les réalisations et projets, on note une usine de production à Port-Jérôme (Seine-Maritime) de 200 MW et 28 000 t/an, un projet de bateau de pêche à Cherbourg (Manche) pour les chantiers Allais, l’utilisation de vélos à Cherbourg et Saint-Lô (Manche), le déploiement d’au moins 15 stations et de 250 véhicules.
 
Nouvelle-Aquitaine : le défi énergétique
 
Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine agit pour protéger et valoriser les richesses des territoires et ainsi relever les défis énergétiques actuels dans la plus vaste région de France. La région Nouvelle-Aquitaine s’intéresse de plus en plus à la filière hydrogène, afin de relever les défis énergétiques de demain. Elle intègre notamment les activités de son nouveau cluster « Énergies et stockage ». De nombreux projets maillent également la région : bus à hydrogène à Pau ; navette maritime dans le port de La Rochelle depuis 2017 ; production à partir de solaire photovoltaïque pour l’écoquartier Atlantech, toujours à La Rochelle, pour alimenter une vingtaine de véhicules utilitaires, ainsi que des triporteurs ; production de vélos à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) ; projet de production de PAC géantes, pour n’en citer que quelques-uns.
 
Occitanie : objectif 100 % renouvelable
 
Le conseil régional d’Occitanie a pour ambition de faire de sa région la première d’Europe à énergie positive, avec le souhait de devenir la première région 100 % renouvelable d’ici à 2050. Pour cela, l’Occitanie s’appuie sur les technologies hydrogène, accompagnée dans leur déploiement par son agence de l’innovation et du développement économique, Madeeli, en partenariat avec l’ADEME. L’agence a notamment piloté une étude stratégique sur le développement de la filière en région. Elle a été finalisée en mars 2016 et a permis de dégager quatre axes dont l’intégration de l’hydrogène en milieu aéroportuaire. De ce constat est né le projet HyPort, avec notamment la production d’hydrogène et la création de stations autour des aéroports de Toulouse-Blagnac (Haute- Garonne) et de Tarbes-Pyrénées (Hautes-Pyrénées). Pour ce qui concerne la production, en plus d’une unité à Port-la-Nouvelle (Aude) par voie fermentaire, deux autres usines de production d’hydrogène vert sont prévues pour 2030, sans compter des travaux de recherche sur les PAC. Dans le domaine de la mobilité, la région est également active avec un démonstrateur TER (trois rames pour la ligne Montrejeau-Luchon), la production de bus, ainsi
que l’acquisition de véhicules lourds, légers et utilitaires (plus de 3 000 programmés !).
 
Pays de la Loire
 
La région Pays de la Loire mise sur les acteurs industriels et publics et sur son ancrage maritime et souhaite faire de l’hydrogène un accélérateur de sa transition énergétique, avec l’objectif de devenir la première région française pour la mobilité durable. Dans ce cadre, les projets concernent notamment la production renouvelable d’hydrogène et le déploiement de la mobilité (navettes et bateaux de pêche, R&D sur la propulsion marine…) et des usages fluviaux maritimes et portuaires (navettes, R&D sur la propulsion marine…).
 
Provence-Alpes-Côte d’Azur : décarboner industrie et mobilité
 
La région Sud-Provence Alpes-Côte d’Azur ambitionne d’être la première région française neutre en carbone à l’horizon 2050. Le Plan climat régional consacre un volet d’actions au développement du potentiel régional en termes d’énergies renouvelables et à l’amélioration de son efficacité énergétique. Le développement de l’hydrogène s’inscrit particulièrement dans les actions et ambitions suivantes : soutien aux nouvelles filières énergies renouvelables, mise en place de démonstrateurs hydrogène sur le territoire, innovation pour des transports décarbonés, renouvellement du parc roulant aux normes environnementales, réduction de l’empreinte carbone des entreprises du transport routier et réduction des nuisances des moteurs des navires sur l’environnement. Parmi les réalisations, notons le démonstrateur Jupiter 1000 de power-to-gas à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) pour le captage de CO industriel et injection d’hydrogène dans le réseau de GRTgaz et des stations dans le Var, au circuit Paul-Ricard, et dans la zone portuaire de Toulon (projet  Hynovar). Citons également de nombreux projets en R&D, comme une navette maritime et des bus et véhicules utilitaires à Toulon.

À propos de l'auteur

Hydrogen+

Hydrogen+

Créée fin 2015 sous la forme d’un supplément thématique de Green Innovation, la revue Hydrogen+ est la plus ancienne et la seule publication internationale en langue française consacrée au marché de l’hydrogène, à son actualité et aux innovations de la filière. Diffusé sur les principaux salons professionnels, sur support numérique et par abonnement, Hydrogen+ constitue un outil d’information et d’influence unique de la filière hydrogène. Déploiement de la filière, mobilité, transport lourd ou encore industrie, Hydrogen+ couvre l’ensemble des sujets qui occupent la filière et se veut être un outil dédié à son développement. Hydrogen+ est par ailleurs partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principaux acteurs associatifs du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news.
Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.