Magazine Green Innovation

Boralex : à l’avant-garde dans les énergies renouvelables

©Boralex-SAS-Avignonet-Lauragais

Green Inno­va­tion. Boralex est un acteur majeur des éner­gies renou­velables. Son plan stratégique 2023 met notam­ment l’accent sur la diver­si­fi­ca­tion dans le solaire et le stock­age de l’énergie. Pou­vez-vous nous en dire plus ?

Éric Bon­naf­foux. Nous avons con­stru­it notre pre­mier parc solaire en 2011, à Avi­gnonet-Laura­gais. Aujourd’hui, nous avons 15 MW de solaire en ex­ploitation sur la France, notre plani­fication stratégique à hori­zon 2023 nous ori­ente vers l’accélération de notre activ­ité solaire. Nous avons rem­porté deux appels d’offres en 2020. Nous allons donc con­stru­ire en 2021 env­i­ron 28 MW à tra­vers deux pro­jets inno­vants : un pro­jet solaire sur trac­ker en Haute-Loire et un pro­jet solaire flot­tant à Pey­rolles, dans les Bouch­es-du-Rhône. Nous avons égale­ment d’autres pro­jets sur l’ensemble de la France, dont le plus gros, d’une cen­taine de mégawatts, sera instal­lé dans le Sud-Est. À l’horizon 2025, ces pro­jets aboutiront à 400 MWc en exploitation.

Nous cher­chons égale­ment à diver­sifier nos activ­ités dans le stock­age d’énergie. C’est une tech­nolo­gie d’im­portance et une exper­tise nou­velle pour laque­lle nous avons là aus­si in­nové. Il y a deux ans, nous avons ra­cheté un site expéri­men­tal situé dans la val­lée de l’Arce, dans l’Aube. Il s’agit d’un site de stock­age de 2 MW cou­plé à un parc éolien Boralex. Nous y stoc­kons de l’énergie et nous offrons une aide au sys­tème, c’est-à-dire une aide au réseau qui per­met de maîtris­er la fréquence à 50 Hz.

Pensez-vous, comme Fatih Birol, directeur exé­cu­tif de l’IEA, que le so­laire est en passe de devenir « le nou­veau roi des marchés mondiaux » ?

Je partage totale­ment ce point de vue. On s’aperçoit que le solaire a gag­né en com­péti­tiv­ité. Selon l’AIE, env­i­ron 472 GW sont atten­dus d’ici à la fin de 2027, ce qui est énorme au niveau inter­na­tion­al. La France a des objec­tifs bien réels. La PPE révisée en avril 2020 fixe, pour le pho­to­voltaïque, entre 35,6 et 44,5 GW en 2028. Il faut savoir que, fin 2019, la France était à 9,4 GW. Aujourd’hui, nous sommes au-dessus de 10 GW. L’effort reste néan­moins très impor­tant. Cela re­présente 2 GW par an d’ici à 2028 sur les cen­trales au sol. Il faut trou­ver 2 500 hectares par an.

De plus, le LCOE (lev­elized cost of en­ergy, ou la somme des coûts divisée par la quan­tité d’énergie pro­duite) du solaire était estimé en 2008 entre 550 et 590 €/MWh ; fin 2019, il est passé de 57 à 71 €/MWh ; et en 2030, on devrait être entre 37 et 47 €/MWh. On voit bien le chemin par­cou­ru et la baisse dras­tique du coût de l’énergie. Dans l’éolien par exem­ple, en 2008, on était entre 88 et 120 €/MWh ; en 2019, entre 56 et 71 € ; et, en 2032, nous serons entre 32 et 58 €. Le solaire, comme l’éolien, a gag­né la bataille de la compétitivité.

Pou­vez-vous nous par­ler des vos pro­jets solaires en cours ? Quelles sont vos méth­odes de développe­ment, alors que les marchés sont de plus en plus concurrentiels ?

Boralex fait preuve d’une implica­tion durable sur les ter­ri­toires. Nous y arrivons en invité et tra­vail­lons, en con­cer­ta­tion avec nos par­ties pre­nantes, pour y rester en voisin. Pour exem­ple, la Clé des champs qui est le pre­mier pro­jet pho­to­voltaïque, en Haute-Loire, dans la com­mune de Saint-Christophe-sur-Dolai­son, com­munauté d’agglomération du Puy-en-Velay. Sur ce pro­jet, nous avions l’appui d’associations locales et des élus. L’investissement y est partici­patif. Nous avons récem­ment levé 850 000 € de manière que les collec­tivités et les citoyens de la com­mune, de la com­mu­nauté d’agglomération et des départe­ments lim­itro­phes puis­sent être action­naires de ce parc.

À Pey­rolles, nous con­stru­isons notre pre­mier pro­jet solaire flot­tant sur une anci­enne grav­ière en eau. Le pro­jet solaire est le pre­mier volet d’un vaste plan de réha­bili­tion de la zone à l’ini­tiative de la commune.

Nous tra­vail­lons aus­si avec les ser­vices instruc­teurs. Par exem­ple, nous échangeons de façon récur­rente avec les DREAL (direc­tions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du loge­ment) de France. Lors de ces réu­nions, nous exposons nos manières de tra­vailler dans l’éolien, mais surtout dans le solaire, et nous les inter­ro­geons sur leurs attentes. L’ob­jec­tif est de par­venir au meil­leur pro­jet en ter­mes de développe­ment durable.

À propos de l'auteur

Éric Bonnaffoux

Directeur général délégué développement chez Boralex.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.