Hydrogène Magazine Hydrogen+

Les défis de la production d’hydrogène vert

L’Union européenne a fait de l’hydrogène l’une de ses pri­or­ités. Hors de nos fron­tières européennes, le monde dans son ensem­ble se tourne vers cette énergie aux mul­ti­ples promess­es. La France n’échappe pas à cette nou­velle règle. Le gou­verne­ment et les acteurs économiques se sont sai­sis de ce thème por­teur et à haute valeur ajoutée. Les investisse­ments sont mas­sifs. Mais quelle place pren­dra l’hydrogène dans la décar­bon­a­tion de notre planète ?

Plongés depuis plus de deux ans dans la pandémie de Covid-19 et tournés vers l’est de l’Europe où une guerre déchire l’Ukraine, nous avons quelque peu mis de côté notre com­bat con­tre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Le six­ième rap­port du GIEC (Groupe inter­gou­verne­men­tal d’experts sur l’évolution du cli­mat) vient nous rap­pel­er la réal­ité tout en indi­quant que rien n’est encore joué d’avance.

Dans le même temps, la Com­mis­sion européenne a pub­lié son plan pour le cli­mat bap­tisé « Ajuste­ment à l’objectif 55 » (réduc­tion des émis­sions d’au moins 55 % d’ici à 2030). L’Europe, mais aus­si l’ensemble du monde et notam­ment les pays les plus indus­tri­al­isés doivent chang­er leur manière de pro­duire et de con­som­mer l’énergie qui est respon­s­able des trois quarts des émis­sions de gaz à effet de serre (GES).

Or c’est dans ce con­texte d’urgence que l’hydrogène sem­ble se démar­quer comme étant une énergie décar­bonée effi­cace. Il est aisé­ment trans­portable, et son stock­age est égale­ment facil­ité par sa con­cen­tra­tion. Il peut ain­si pal­li­er les prob­lèmes d’intermittence de cer­taines éner­gies renou­ve­lables, comme l’éolien et le solaire. Il peut aus­si et surtout rem­plac­er les éner­gies fos­siles dans la mobil­ité. Enfin, il peut active­ment par­ticiper à la décar­bon­a­tion de l’industrie.

Une énergie qui impose de nom­breux défis

L’hydrogène, solu­tion mir­a­cle ? Peut-être, mais pour attein­dre l’objectif fixé par l’ajustement européen, il est indis­pens­able de sub­stituer l’hydrogène vert, pro­duit à par­tir d’énergies renou­ve­lables, à l’hydrogène gris, pro­duit avec des éner­gies fos­siles comme le gaz naturel, qui représente 95 % de la pro­duc­tion actuelle.

Certes. Mais pour attein­dre cet objec­tif, les défis à relever sont nom­breux. Car pro­duire de l’hydrogène vert sig­ni­fie aug­menter mas­sive­ment la pro­duc­tion d’électricité renouvelable.

En ter­mes de mobil­ité, la fin de la voiture ther­mique pour 2035 sonne comme le cré­pus­cule de l’« ère pétrolière ». Médias, poli­tiques, acteurs économiques et ingénieurs évo­quent de plus en plus une mobil­ité pro­pre, à l’hydrogène, pour les voitures, les poids lourds, les avions et même les paque­bots et autres navires porte-con­teneurs. Dans cer­tains secteurs, comme l’aviation, les promess­es de l’hydrogène sem­blent loin­taines, même si le pro­jet d’A380 à hydrogène d’Airbus sem­ble se concrétiser.

En revanche, pour les véhicules lourds, comme les camions et les auto­bus, l’hydrogène peut s’imposer. Il per­me­t­trait égale­ment d’augmenter con­sid­érable­ment l’autonomie de ces véhicules, qui par­courent de longues dis­tances. Le trans­port mar­itime et les ports intel­li­gents (smart ports) pour­raient égale­ment béné­fici­er de ce for­mi­da­ble élé­ment dans un avenir proche. Cette « révo­lu­tion hydrogène » a en fait déjà commencé.

Dans le secteur indus­triel, l’hydrogène pré­pare l’industrie du futur avec l’alimentation des cen­trales de cogénéra­tion pour la pro­duc­tion de chaleur et d’électricité. La France souhaite attein­dre 10 % d’hydrogène vert dans les usages indus­triels dès 2023 et entre 20 et 40 % à l’horizon 2028. Afin de ne pas pénalis­er les indus­tries européennes, l’« Ajuste­ment à l’objectif 55 » prévoit une taxe car­bone aux fron­tières de l’Union en espérant que cela poussera les grandes puis­sances indus­trielles mon­di­ales à suiv­re le mou­ve­ment bas carbone.

L’hydrogène vert est une énergie sur laque­lle il faut compter pour dimin­uer les GES. Mais atten­tion à ne pas en faire la solu­tion mir­a­cle. Il est néces­saire de bien éval­uer ses usages et surtout d’augmenter sa pro­duc­tion. En atten­dant d’arriver à des pro­duc­tions suff­isantes, la France et l’Europe devront avoir recours aux impor­ta­tions et/ou à des pro­duc­tions d’hydrogène bleu dans le meilleur des cas, voire gris. L’hydrogène est bien une énergie d’avenir pour la décar­bon­a­tion de notre planète, mais les défis tech­nologiques, économiques et poli­tiques sont encore nombreux.

À propos de l'auteur

Hydrogen+

Créée fin 2015 sous la forme d’un supplément thématique de Green Innovation, la revue Hydrogen+ est la plus ancienne et la seule publication internationale en langue française consacrée au marché de l’hydrogène, à son actualité et aux innovations de la filière. Diffusé sur les principaux salons professionnels, sur support numérique et par abonnement, Hydrogen+ constitue un outil d’information et d’influence unique de la filière hydrogène. Déploiement de la filière, mobilité, transport lourd ou encore industrie, Hydrogen+ couvre l’ensemble des sujets qui occupent la filière et se veut être un outil dédié à son développement. Hydrogen+ est par ailleurs partenaire des principaux événements professionnels en France et en Europe, ainsi que des principaux acteurs associatifs du secteur.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.