Magazine Green Innovation

La neutralité carbone : une opportunité industrielle

L’objectif de neu­tral­ité car­bone à 2050

Pour accélér­er dans la lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique, la France et ses parte­naires européens se sont don­né un objec­tif ambitieux : la neu­tral­ité car­bone en 2050, et l’atteinte d’une baisse de 55 % d’émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rap­port à 1990. Cet objec­tif, inscrit dans la lég­is­la­tion française par la loi rel­a­tive à l’énergie et au cli­mat du 8 novem­bre 2019 et dans la lég­is­la­tion com­mu­nau­taire par le paquet « Fit For 55 » négo­cié par la France lors de sa prési­dence de l’Union Européenne en 2022, cor­re­spond au rehausse­ment des engage­ments pris par la France en 2015 dans le cadre de l’Accord de Paris voulu par le Prési­dent de la République.

L’engagement de la France et de l’Europe sur cet objec­tif ambitieux a per­mis la prise d’objectifs sim­i­laires par les autres grandes nations indus­tri­al­isées, à savoir la neu­tral­ité car­bone en 2050 pour les Etats-Unis, et en 2060 pour la Chine. Ensem­ble, le ren­force­ment de ces engage­ments doit per­me­t­tre de lim­iter le réchauf­fe­ment cli­ma­tique sous la bar­rière de 2°C, au-delà de laque­lle les dom­mages cli­ma­tiques deviendraient insup­port­a­bles pour une grande par­tie des habi­tants de la planète.

En cohérence avec l’objectif de neu­tral­ité car­bone, et avec les efforts engagés dans le cadre du paquet « Fit for 55 » porté au niveau européen, l’accélération de la lutte con­tre le change­ment cli­ma­tique est donc dev­enue une pri­or­ité nationale.

Pour l’industrie française, cet objec­tif de neu­tral­ité car­bone est un défi tout par­ti­c­uli­er, puisque les tech­nolo­gies et éner­gies fos­siles ont struc­turé son his­toire depuis la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle. L’atteinte de cet objec­tif néces­site de mod­i­fi­er en trois décen­nies des modes de pro­duc­tion et des procédés datant par­fois de plus de 200 ans. C’est un effort his­torique de change­ment en pro­fondeur des procédés de pro­duc­tion qui néces­site une coor­di­na­tion des acteurs sur tous les ter­ri­toires indus­triels et à tra­vers toutes les chaînes de valeur.

Historique­ment cen­tré sur les com­bustibles fos­siles, le monde de l’énergie évolue vers un con­tin­u­um où les vecteurs énergé­tiques seront plus nom­breux. La décar­bon­a­tion de l’industrie est égale­ment une oppor­tu­nité d’introduire une plus grande cir­cu­lar­ité dans l’économie et de val­oris­er au mieux nos ressources, tant les intrants et les pro­duits de l’industrie sont divers.

C’est aus­si une oppor­tu­nité économique : une grande redis­tri­b­u­tion des cartes de la per­for­mance indus­trielle qui favoris­era les économies les plus avancées dans la tran­si­tion écologique. La France et l’Europe font d’ores et déjà la course en tête. C’est pourquoi la tran­si­tion écologique devient la pri­or­ité de la poli­tique indus­trielle française, pour faire de la décar­bon­a­tion de l’industrie un levi­er de réin­dus­tri­al­i­sa­tion verte de notre territoire.

Une démarche de plan­i­fi­ca­tion ciblée sur les sites les plus émetteurs

Le 8 novem­bre 2022, le Prési­dent de la République a réu­ni les 50 sites indus­triels les plus émet­teurs et a défi­ni des objec­tifs et des moyens ren­for­cés en matière de décar­bon­a­tion de l’industrie, afin de répon­dre à l’urgence cli­ma­tique tout en ren­forçant notre sou­veraineté indus­trielle. Il s’agit de divis­er par deux les émis­sions indus­trielles sous dix ans et d’atteindre la neu­tral­ité car­bone en 2050, en mobil­isant la méth­ode de la plan­i­fi­ca­tion écologique.

Pour attein­dre cet objec­tif, le Prési­dent de la République a demandé que soient élaborées des feuilles de route de décar­bon­a­tion pour les 50 sites les plus émet­teurs et les qua­tre fil­ières indus­trielles les plus émet­tri­ces, et ce dans un délai de six mois. Ces feuilles de route doivent définir des tra­jec­toires de réduc­tion des émis­sions à hori­zon 2030 et 2050 en iden­ti­fi­ant les leviers, les investisse­ments néces­saires et les besoins en matière d’énergie, d’infrastructures et de financement.

Ce tra­vail doit ain­si per­me­t­tre aux entre­pris­es et fil­ières indus­trielles de plan­i­fi­er leur tra­jec­toire de décar­bon­a­tion et à l’Etat d’identifier les besoins asso­ciés à ces tra­jec­toires, d’adapter les modal­ités de sou­tien pub­lic et de plan­i­fi­er le déploiement des infra­struc­tures néces­saires. Ces feuilles de route seront pub­liées en juin prochain. Elles seront le sup­port sur la base duquel le gou­verne­ment négociera avec cha­cun de ces grands sites indus­triels des « con­trats de tran­si­tion écologique » garan­tis­sant un sou­tien pub­lic pro­por­tion­né aux efforts des entreprises.

Le Prési­dent de la République a égale­ment demandé que la décar­bon­a­tion soit plan­i­fiée par bassin indus­triel. Les émis­sions indus­trielles sont con­cen­trées autour de quelques zones, notam­ment le Nord, la val­lée de la Seine, la région de Fos, ou encore l’Alsace et la Lor­raine. Afin de trans­former les bassins les plus émet­teurs de gaz à effets des ser­res en véri­ta­bles hubs de la décar­bon­a­tion, il est néces­saire de plan­i­fi­er le déploiement des infra­struc­tures de décar­bon­a­tion à l’échelle locale, notam­ment en matière d’hydrogène, de cap­ture et stock­age de car­bone. Cela per­me­t­tra le déploiement effi­cace et à moin­dre coût de ces tech­nolo­gies de rup­ture. Cette démarche per­me­t­tra égale­ment, sous l’égide de RTE, de plan­i­fi­er à l’échelle locale le rac­corde­ment au réseau élec­trique et le ren­force­ment des capac­ités de production.

Une démarche de plan­i­fi­ca­tion par technologies

Le Prési­dent de la République a demandé que soit égale­ment prévue une plan­i­fi­ca­tion tech­nologique des tech­nolo­gies de rup­ture qui per­me­t­tent la décar­bon­a­tion pro­fonde. Cette plan­i­fi­ca­tion doit per­me­t­tre d’identifier les besoins de l’industrie, de plan­i­fi­er le déploiement des infra­struc­tures néces­saires et de définir les modal­ités du sou­tien pub­lic asso­cié à ces technologies.

Ces tech­nolo­gies de décar­bon­a­tion, piliers de la tran­si­tion écologique de l’indus­trie, sont notam­ment l’hydrogène, la cap­ture, le stock­age et l’utilisation de car­bone, le recours à la bio­masse et l’électrification. Le déploiement rapi­de de ces tech­nolo­gies à tra­vers un fort sou­tien pub­lic per­me­t­tra non seule­ment d’accélérer la décar­bon­a­tion de l’industrie française, mais aus­si de dot­er la France de fil­ières d’excellence, expor­ta­tri­ces et leader mon­di­ales, dans ces nou­veaux champs de com­péti­tion tech­nologique qui seront au cœur de l’industrie du XXIème siècle.

Le Prési­dent de la République a con­fié le 8 novem­bre 2022 au Min­istère chargé de l’Industrie et au Min­istère de la Tran­si­tion Energé­tique la tâche de pré­par­er le cadre du déploiement de ces qua­tre tech­nolo­gies clés.

• La stratégie nationale hydrogène sera refon­due sous six mois pour pren­dre en compte ce nou­v­el objec­tif pour l’industrie. L’hydrogène est en effet un vecteur majeur de la décar­bon­a­tion de l’industrie en sub­sti­tu­tion des éner­gies fos­siles, que ce soit comme réac­t­if chim­ique pour la pro­duc­tion d’acier vert, d’engrais décar­boné ou de nylon bas car­bone, ou comme vecteur énergé­tique dans des fours à flamme. L’objectif de cette nou­velle stratégie sera de dis­pos­er d’une chaîne de valeur com­plète ain­si que de qua­tre gigafac­to­ries d’électrolyseurs au meilleur niveau tech­nologique mon­di­al. Les moyens sont à la hau­teur des objec­tifs : dans le cadre du pro­jet impor­tant d’intérêt européen com­mun (PIIEC) Hydrogène, la France sou­tient des pro­jets ambitieux de con­struc­tions d’infrastructures liées à l’hydrogène pour un mon­tant de plus de 3 mil­liards d’euros. Dans le cadre de France Relance et France 2030, 4 mil­liards d’euros sou­ti­en­nent la pro­duc­tion d’hydrogène décarbonée.

• Au sein d’une stratégie nationale bio­masse annexée à la stratégie forestière et accordée avec la Plan­i­fi­ca­tion Pluri­an­nuelle de l’Energie, les ressources en bio­masse seront pri­or­isées vers les usages indus­triels qui n’ont pas d’alternatives, notam­ment pour pro­duire de la chaleur car­bone. La bio­masse est en effet un vecteur clé de la décar­bon­a­tion, que ce soit pour fournir les très hautes tem­péra­tures de com­bus­tion néces­saires à de nom­breux procédés indus­triels, ou bien comme intrant matière dans la biochimie.

• La décar­bon­a­tion entraîn­era une aug­men­ta­tion con­sid­érable de la con­som­ma­tion d’électricité pour rem­plac­er les éner­gies fos­siles dans des usages chaleur, énergie mécanique, chauffage. Cette élec­tric­ité devra être décar­bonée, bon-marché, acces­si­ble et pilotable. La Plan­i­fi­ca­tion Pluri­an­nuelle de l’Energie per­me­t­tra de quan­ti­fi­er les besoins, de plan­i­fi­er le rac­corde­ment des sites indus­triels aux réseaux et le ren­force­ment des capac­ités de pro­duc­tion électrique.

• Une stratégie en matière de cap­ture, stock­age et util­i­sa­tion de car­bone sera présen­tée sous six mois. La cap­ture du car­bone dans les fumées indus­trielles, son trans­port et sa séques­tra­tion dans des stock­ages géologiques exis­tants à grande pro­fondeur sont un levi­er majeur pour éviter l’émission dans l’atmosphère des gaz à effet de serre pro­duits par des procédés indus­triels qu’il n’est pas pos­si­ble de décar­bon­er avec les tech­nolo­gies listées précédem­ment. Cette stratégie devra inclure l’étude des gise­ments poten­tiels de séques­tra­tion disponibles sur le ter­ri­toire nation­al et à l’export.

Un sou­tien pub­lic mas­sif aux investisse­ments de décarbonation

La décar­bon­a­tion de l’industrie implique de très forts investisse­ments dans l’innovation et le déploiement des tech­nolo­gies de décar­bon­a­tion citées plus haut, pour rem­plac­er le cap­i­tal pro­duc­tif car­boné par du cap­i­tal décar­boné ayant la même pro­duc­tiv­ité. Ces investisse­ments déclenchés par le ren­force­ment des ambi­tions cli­ma­tiques nationales ont voca­tion à être soutenus par la puis­sance publique.

Avec le plan France Relance, l’Etat a d’ores et déjà mobil­isé 1,2 Md€, appor­tant un sou­tien mas­sif et rapi­de à 244 pro­jets de décar­bon­a­tion de l’industrie, déclen­chant 5 Md€ d’investissements qui doivent réduire nos émis­sions indus­trielles de — 6 %.

Avec France 2030, l’Etat investit 5,6 Md€ en faveur de la décar­bon­a­tion de l’industrie.

5 Md€ per­me­t­tront le déploiement de solu­tions de décar­bon­a­tion de sites indus­triels à grande échelle :

  • 4 M€ sou­tien­dront la décar­bon­a­tion pro­fonde des sites très émet­teurs (aciérie, chimie, ciment, alu­mini­um), clés pour notre sou­veraineté indus­trielle et qui doivent réalis­er des investisse­ments mas­sifs pour réus­sir leur tran­si­tion écologique.
  • 1 Md€ sou­tient le déploiement de solu­tions éprou­vées comme le ren­force­ment de l’efficacité énergé­tique et de la chaleur bas car­bone, dans toute la France et pour l’ensemble du tis­su industriel.
  • 610 M€ sont con­sacrés à l’innovation et au déploiement des tech­nolo­gies pour une économie bas car­bone, avec un pre­mier appel à pro­jet inti­t­ulé « Indus­trie zéro fos­sile », lancé en mars dernier avec un mon­tant de 150 mil­lions d’euros.

Si les entre­pris­es et fil­ières indus­trielles se don­nent des objec­tifs ambitieux, en phase avec les annonces prési­den­tielles, le Prési­dent de la République a annon­cé que l’Etat, dans une démarche « don­nant don­nant » de con­trac­tu­al­i­sa­tion de la tran­si­tion écologique, apporterait 5 Md€ sup­plé­men­taires à ces dis­posi­tifs de sou­tien public.

 

Source : Min­istère chargé de l’in­dus­trie, « Zones indus­trielles bas car­bone », jan­vi­er 2023.

À propos de l'auteur

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.

.