Divers

Que faire du gaz de schiste européen ?

La décen­nie 2010 révèle un paysage énergé­tique chao­tique, dans une Europe tenail­lée entre ses efforts de réduc­tion des émis­sions de car­bone et la décou­verte impromptue de ressources d’hydrocarbures non con­ven­tion­nels dans son sous-sol, le tout sur fond de crise économique durable, de men­aces sur sa com­péti­tiv­ité indus­trielle et de pres­sion dras­tique sur les bud­gets publics de ses États.

Pour avancer dans cette com­plex­ité, il faut tout d’abord pren­dre la mesure des efforts de tran­si­tion énergé­tique dans lesquels l’Union européenne est engagée : la vision com­mune est de dimin­uer les émis­sions de gaz à effet de serre d’au moins 80 % à l’horizon 2050 (et, d’ores et déjà, de 20 % en 2020 par rap­port au niveau de 1990). Et c’est dans ce cadre que, sans l’avoir anticipé, l’Europe se réveille très soudaine­ment dotée en ressources car­bonées, c’est-à-dire en gaz de « schiste » (ain­si qu’en pét­role de schiste, en gaz de houille…). Cette décou­verte est fon­da­men­tale­ment liée aux mou­ve­ments de fond sur le marché pétroli­er. Avec un prix du pét­role qui, en moyenne, a été mul­ti­plié par qua­tre en dix ans (de 25 à 100 dol­lars le bar­il env­i­ron), l’espace économique s’est con­sid­érable­ment élar­gi autour de nou­velles familles d’hydrocarbures pro­fondé­ment enfouis sous la terre ou sous la mer (pét­role et gaz dits « en off-shore pro­fond »), y com­pris jusque dans l’Arctique. Ces ressources ont égale­ment une grande valeur, car elles per­me­t­tent de diver­si­fi­er les lieux d’extraction, rebat­tant ain­si les cartes économiques entre pays pro­duc­teurs et impor­ta­teurs, et réduisant les risques géopolitiques.

Dans ce con­texte, en moins d’une décen­nie, les réserves poten­tielles de gaz naturel sont passées de soix­ante années de con­som­ma­tion à deux cents ans, voire davan­tage si l’on con­sid­ère toutes ses formes d’enfouissement géologique. Il est certes déli­cat, à ce stade très prélim­i­naire du débat en Europe, d’évoquer des quan­tités exploita­bles et de faire des paris économiques. L’estimation la plus opti­miste fait cepen­dant état de 17 000 mil­liards de mètres cubes de gaz, soit 10 % env­i­ron du poten­tiel mon­di­al (lui-même très incer­tain) (1) con­tre plus de 25 % pour les États-Unis. Par com­para­i­son, la con­som­ma­tion européenne annuelle est d’environ 500 mil­liards de mètres cubes, les impor­ta­tions représen­tant 40 % de ce total. Ces vol­umes enfouis dans le sous-sol européen sont insuff­isants pour entrevoir une révo­lu­tion de même portée que le boule­verse­ment en cours aux États-Unis (d’autant que les coûts d’exploitation devraient être plus élevés), mais ils pour­raient com­penser en par­tie l’épuisement des ressources con­ven­tion­nelles encore disponibles dans l’Union (aux Pays-Bas notam­ment), et réduire la fac­ture d’importation des États-membres.

Le gaz de schiste : une manne ou une malédiction ? 

Le gaz de schiste est-il com­pat­i­ble avec la tran­si­tion énergé­tique dans laque­lle s’engagent les Européens ? Pour­rait-il con­tre­bal­ancer nos impor­ta­tions crois­santes en prove­nance du Sud de la Méditer­ranée, du Moyen-Ori­ent et surtout de Russie ?

Tous les Européens n’apportent pas, pour l’heure, la même réponse à ces dif­férentes ques­tions. Tan­dis le Dane­mark, la Pologne, le Roy­aume-Uni, l’Allemagne ou encore l’Espagne ont ouvert la voie à l’exploration ou l’exploitation, la France, la Bul­gar­ie, la Tchéquie, le Lux­em­bourg et les Pays-Bas s’y sont opposés, pour l’instant tout au moins. Voir l’Europe ain­si partagée n’est pas réelle­ment sur­prenant, notam­ment parce que ce type de déci­sion est de la prérog­a­tive des États, et que les con­traintes locales sont très hétérogènes : état des mix énergé­tiques et dépen­dance aux impor­ta­tions d’hydrocarbures, néces­sité ou non de sécuris­er rapi­de­ment les appro­vi­sion­nements, état des écosys­tèmes et attrac­tiv­ité touris­tique des zones d’exploration, la sen­si­bil­ité au sujet varie d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, même. Dans des envi­ron­nements où la den­sité de pop­u­la­tion est générale­ment plus élevée qu’aux États-Unis, les craintes sus­citées par la frac­tura­tion hydraulique (seule tech­nolo­gie disponible pour l’heure) sont pour les Européens assez logiques, ain­si que les préoc­cu­pa­tions liées à l’impact en sur­face du cycle d’exploitation (organ­i­sa­tion d’une chaîne logis­tique de trans­port des matériels et du gaz, stock­age en sur­face…). Et ces lev­ées de boucliers con­tre le gaz de schiste ne sont d’ailleurs qu’une des facettes du syn­drome « pas dans mon jardin », frap­pant de nom­breux pro­jets énergé­tiques européens, même verts, comme pour les éoli­ennes… Quoi qu’il en soit, le débat pub­lic doit avoir lieu, ain­si que la recherche d’autres types de tech­nolo­gies que la frac­tura­tion hydraulique.

En lais­sant de côté ces ques­tion­nements légitimes sur l’acceptabilité des tech­nolo­gies, ten­tons d’ébaucher ici le panora­ma économique et géopoli­tique dans lequel s’inscrit cette per­spec­tive d’une exploita­tion par les Européens de leurs ressources locales en hydrocarbures.

Pour com­pren­dre ce qui se joue, il faut tout d’abord regarder vers l’Ouest, en prenant la mesure des impacts sur l’Europe de la révo­lu­tion du schiste améri­cain. Comme on le sait, aux États-Unis, l’exploitation n’a pas don­né lieu à un débat pub­lic aus­si intense qu’en France (notam­ment parce que les pro­prié­taires du sol sont égale­ment pro­prié­taires du sous-sol). L’exploitation rapi­de (et par­fois mal encadrée) a induit un prix du gaz qua­tre fois inférieur aux niveaux européens (et six fois même, rel­a­tive­ment aux niveaux asi­a­tiques) avec des retombées sur la com­péti­tiv­ité des indus­tries inten­sives en énergie. Dans une étude de 2012, la société améri­caine IHS estime que l’usage local du gaz et du pét­role non con­ven­tion­nel aux États-Unis pour­rait induire la créa­tion directe ou indi­recte de 3 mil­lions d’emplois en 2020 et 110 mil­liards de dol­lars de recettes publiques par an à ce même hori­zon (2). Par temps de crise, l’impact sur la com­péti­tiv­ité indus­trielle, de ce côté de l’Atlantique, doit naturelle­ment être scruté. L’effet sur la pétrochimie est, à ce stade, le plus notable : au lieu de pro­duire de l’éthylène à par­tir de naph­ta (dérivé pétroli­er), les indus­triels améri­cains priv­ilégient l’éthane, en prof­i­tant de la faib­lesse du prix du gaz, leurs con­cur­rents européens pâtis­sant d’un désa­van­tage de 30 à 50 % sur le pro­duit final. Ce type d’avantage pour­rait être réduit si les Améri­cains expor­taient leur gaz, ce qui aurait pour effet d’augmenter son prix intérieur et de réduire ce désa­van­tage des com­pag­nies européennes inten­sives en énergie. Mais la pres­sion est forte pour garder ce gaz dans les fron­tières nord-améri­caines et con­tin­uer à en tir­er les béné­fices par rap­port aux con­cur­rents asi­a­tiques et européens. Une com­pag­nie bri­tan­nique, Cen­tri­ca, a cepen­dant annon­cé en mars 2013 avoir passé avec l’américain Che­niere un con­trat d’achat de GNL (gaz naturel liqué­fié) sur vingt ans à compter de 2018, ce qui pour­rait amorcer des flux transat­lan­tiques de gaz.

Le gaz améri­cain a un autre impact très direct, et plus inat­ten­du, en Europe : dans la région du monde pour­tant la plus avancée en matière de tran­si­tion énergé­tique « bas car­bone » qu’est l’UE, le char­bon aura été « l’énergie-star » en 2012, ain­si que très prob­a­ble­ment en 2013. Ce sin­guli­er para­doxe s’explique par le fait que les États-Unis se trou­vent excé­den­taires en char­bon, car les pro­duc­teurs élec­triques lui préfèrent le gaz, devenu très bon marché. Ce char­bon excé­den­taire est notam­ment exporté vers l’Europe où, le prix du CO2 étant égale­ment au plus bas en rai­son de la crise, cette ressource devient plus avan­tageuse pour la pro­duc­tion d’électricité, alors même qu’elle émet env­i­ron deux fois plus de CO2 que le gaz naturel. Le cas le plus emblé­ma­tique est celui de l’Allemagne qui, tout en prenant le lead­er­ship mon­di­al de la tran­si­tion avec son « Energiewende » (tour­nant énergé­tique), assure près de 50 % de sa pro­duc­tion élec­trique en recourant au char­bon : entre 2011 et 2012, les cen­trales alle­man­des à base de houille ont vu leur part mon­ter de 18,5 % à 19,1 %, celles à base de lig­nite de 24,6 % à 25,6 % dans le bou­quet élec­trique. Cette bas­cule transat­lan­tique n’est prob­a­ble­ment que tran­si­toire, car les direc­tives européennes et la mod­i­fi­ca­tion dans la règle d’allocation des quo­tas de CO2 ten­dront à évin­cer les cen­trales à char­bon les plus pol­lu­antes d’ici à fin 2015. Mais cette « arabesque » illus­tre les effets en chaîne provo­qués par la révo­lu­tion des gaz de schiste.

L’Europe face au boule­verse­ment de la géopoli­tique des hydrocarbures 

Cette appari­tion des hydro­car­bu­res non con­ven­tion­nels porte égale­ment en germe un boule­verse­ment de la géopoli­tique des hydro­car­bu­res qui doit tenir les Européens en alerte. Vers 2030, les États-Unis pour­raient avoir acquis une qua­si-autonomie en pét­role et en gaz, à l’opposé de la tra­jec­toire suiv­ie par l’Europe. Il y a là égale­ment un sujet de réflex­ion man­i­feste, voire de grande préoc­cu­pa­tion, pour des Européens qui doivent repenser leur sécu­rité d’approvisionnement dans ce nou­veau paysage énergé­tique (3). Quelle serait l’attitude d’un parte­naire améri­cain moins préoc­cupé par ses impor­ta­tions d’hydrocarbures, notam­ment en prove­nance du Moyen-Ori­ent ? Com­ment les Européens gèreront-ils la con­cur­rence accrue pour l’accès aux ressources avec cette autre région du monde fort impor­ta­trice qu’est l’Asie ?

Ces men­aces doivent, avant toute chose, con­duire les Européens à faire des efforts con­sid­érables d’efficacité énergé­tique, pour con­tenir leurs impor­ta­tions : l’Agence inter­na­tionale de l’Énergie estime que, si de tels efforts sont réal­isés, l’Europe réduira ses dépens­es énergé­tiques de 400 mil­liards d’euros en 2035, com­par­a­tive­ment au niveau actuel. Un tel effort est indis­pens­able (chaque molécule d’énergie fos­sile non importée nous met un peu plus à l’abri des fra­cas du monde), mais ne suf­fi­ra pas à nous immu­nis­er, car du gaz, en grande quan­tité, sera néces­saire notam­ment pour équili­br­er des sys­tèmes élec­triques où les éner­gies renou­ve­lables occu­per­ont une place plus grande au fil des décen­nies (les cen­trales à gaz prenant leur relais lorsque le vent ou le soleil manqueront).

Les Européens sont donc tenus, à court ou moyen terme, de réin­tro­duire leurs ressources non con­ven­tion­nelles dans l’espace du débat sur la poli­tique énergé­tique. À cette fin, trois ques­tions per­me­t­tent de cir­con­scrire la réflexion.

Pri­mo, l’exploitation des gaz de schiste ne con­stituerait-elle pas une con­tra­dic­tion fla­grante avec l’ambition de l’UE d’une tran­si­tion énergé­tique réduisant les émis­sions de CO2 ? Non, pro­duire du gaz en Europe nous per­me­t­trait d’en importer moins, mais pas d’en con­som­mer davan­tage, car nous sommes tenus par nos engage­ments col­lec­tifs de réduc­tion des émis­sions de CO2.

Toute molécule de gaz extraite dans les fron­tières de l’Union est soumise à cet engage­ment com­mu­nau­taire de tran­si­tion énergé­tique. À l’inverse, cer­tains de nos four­nisseurs, comme l’Algérie ou la Russie, utilisent leurs recettes d’exportation pour pou­voir ven­dre chez eux le gaz à bas prix et émet­tre ain­si davan­tage de CO2… Pro­duire du gaz en Europe, en réduisant les ressources finan­cières de cer­tains de nos four­nisseurs, con­traindrait cette poli­tique de sub­ven­tion­nement local et pour­rait les con­duire à réfléchir ain­si à leur pro­pre tran­si­tion énergé­tique. Nous sommes, à nou­veau, en présence d’un para­doxe : pro­duire du gaz en Europe, c’est-à-dire dans un espace qui régle­mente ses émis­sions, plutôt que de l’importer, pour­rait con­courir à une réduc­tion des émis­sions globales…

Deuxio, l’exploitation du gaz de schiste pour­rait-elle servir la tran­si­tion énergé­tique en Europe ? Dans le con­texte des fortes con­traintes sur les finances publiques que l’on sait dans beau­coup d’États-membres, les béné­fices d’une pro­duc­tion du gaz en Europe pour­raient accom­pa­g­n­er la tran­si­tion énergé­tique : éner­gies renou­ve­lables, réno­va­tion ther­mique des bâti­ments, stock­age de l’énergie, cap­ture et séques­tra­tion de car­bone, pré­car­ité énergé­tique (qui frappe des dizaines de mil­lions de ménages européens), les chantiers à financer sont très nom­breux. La Com­mis­sion con­sid­ère que l’UE sera tenue d’engager chaque année 270 mil­liards d’euros jusqu’en 2050 pour réus­sir sa tran­si­tion énergé­tique (4). Des poli­tiques « icon­o­clastes » sont à inven­ter, en sub­or­don­nant l’exploitation des éner­gies fos­siles au ser­vice du développe­ment de celles appelées à les rem­plac­er. Des exem­ples de ces asso­ci­a­tions « con­tre nature » exis­tent : la Norvège est riche d’hydrocarbures, mais pro­duit pour­tant presque 100 % de son élec­tric­ité via son parc hydraulique (soit au niveau le plus élevé d’Europe), tan­dis que le Texas, mal­gré ses der­ricks et puits de frac­tura­tion, est le pre­mier État éolien out­re-Atlan­tique, très loin devant la verte Cal­i­fornie. Plus proche de nous, le Dane­mark, pour­tant recou­vert d’éoliennes et visant une pro­duc­tion élec­trique 100 % renou­ve­lable en 2050, a autorisé l’exploration de son poten­tiel en gaz de schiste par frac­tura­tion. Le mes­sage essen­tiel est que la bataille de la tran­si­tion énergé­tique ne doit pas être con­duite sur les lignes du front du XXe siècle…

Ter­tio, si exploiter restait dif­fi­cile­ment envis­age­able, y aurait-il néan­moins un intérêt à explor­er ? L’exploration – c’est-à-dire la réal­i­sa­tion de tests pour éval­uer le poten­tiel géologique et économique réel des ressources non con­ven­tion­nelles – a une valeur intrin­sèque, même sans engage­ment direct dans l’exploitation. Dans un monde où les pays émer­gents, Chine et Inde en tête, ont lancé une course aux éner­gies fos­siles (de même que le Japon depuis Fukushi­ma) et où, à l’inverse, les États-Unis s’orientent vers une autar­cie énergé­tique, les Européens dans leur ensem­ble ont un intérêt à faire l’inventaire des ressources disponibles dans leur sous-sol, au nom du « principe de pré­cau­tion » pour l’avenir. Leurs marges de manœu­vre dans le monde com­plexe qui s’annonce seront égale­ment fonc­tion de ces ressources qui con­stituent des « réserves stratégiques » et qu’il con­vient donc d’évaluer avec pré­ci­sion. Les Polon­ais, par exem­ple, ont décou­vert que leurs ressources étaient deux fois moins promet­teuses que prévu, en regar­dant de plus près… Autre intérêt de l’exploration en tant que telle : cette éval­u­a­tion peut con­stituer un argu­ment de négo­ci­a­tion avec nos four­nisseurs. Le gaz qui entre en Europe est large­ment lié à des con­trats de long terme indexés sur le prix du pét­role. Autrement dit, nous payons le prix d’un gaz très abon­dant au niveau mon­di­al (mais dif­fi­cile à trans­porter, il est vrai) au prix du pét­role qui est tiré vers le haut par la Chine et l’Inde. C’est ce qui con­duit au grand retour du char­bon en Europe, plus avan­tageux que du gaz que nous devons pay­er comme de l’or noir… Le gaz de schiste européen peut être l’un des élé­ments de cette négo­ci­a­tion avec nos four­nisseurs pour obtenir de meilleurs prix ou des con­trats plus sou­ples. Les ressources non con­ven­tion­nelles sont désor­mais une arme de la diplo­matie du gaz en Europe.

Notes
(1) Cf. Euro­pean Com­mis­sion, « Uncon­ven­tion­al gas : poten­tial ener­gy mar­kets impacts in the Euro­pean Union », JRC Sci­en­tif­ic and Pol­i­cy Reports, 2012.
(2) IHS, « America’s New Ener­gy Future : The Uncon­ven­tion­al Oil and Gas Rev­o­lu­tion and the US Econ­o­my », 2012.
(3) J.-M. Cheva­lier, P. Geof­fron (éd.), The New Ener­gy Cri­sis, Pal­grave McMil­lan, 2013.
(4) Com­mis­sion européenne-DG Cli­mat, Feuille de route vers une économie com­péti­tive à faible inten­sité de car­bone à l’horizon 2050, mars 2011.

À propos de l'auteur

Patrice Geoffron

Patrice Geoffron

Patrice Geoffron est professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine depuis 2002. Vice-président international de l'université de 2004 à 2007, il dirige depuis le Laboratoire d'Economie de Dauphine (LEDa) qui regroupe l'ensemble des économistes, ainsi que l'équipe énergie-climat (CGEMP) en son sein. En tant que chercheur, après avoir longtemps travaillé sur des questions relatives à l'innovation, notamment au Japon, puis relatives aux technologies de l'information, il se consacre désormais à la dynamique de transformation des systèmes énergétiques.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.