Automobile Divers Mobilité Verte

Tesla : l’avenir de la voiture électrique est-il californien ?

En 2012, la con­som­ma­tion de pét­role aux États-Unis était de 18,5 mil­lions de barils/jour selon l’OCDE, soit 20,7 % de la con­som­ma­tion mon­di­ale, ce qui en fait les plus gros con­som­ma­teurs de la planète ain­si que l’un des prin­ci­paux émet­teurs de gaz à effet de serre (GES). En effet, 40 % de l’or noir qu’ils utilisent sont absorbés par les trans­ports, lesquels représen­tent 30 % des émis­sions de GES du pays. Et près de 20 % de ces émis­sions de GES provi­en­nent des voitures individuelles.

Un con­stat devant lequel Mar­tin Eber­hard n’est pas resté insen­si­ble. Cet ingénieur de Palo Alto, soucieux du réchauf­fe­ment cli­ma­tique et grand cri­tique de la dépen­dance énergé­tique des États-Unis, a en effet décidé de repenser le con­cept de la voiture élec­trique. Con­scient de la place sym­bol­ique qu’occupe l’automobile dans la vie des Améri­cains, il décide alors d’étudier toutes les failles de la voiture élec­trique pour con­va­in­cre enfin les auto­mo­bilistes que ce véhicule respectueux de l’environnement ne con­stitue pas un ersatz de la voiture à essence. Après de nom­breuses études sur l’efficience énergé­tique des dif­férents modes de propul­sion auto­mo­biles, il en déduit que l’électricité est de loin le car­bu­rant le plus effi­cace dans un envi­ron­nement où le développe­ment des éner­gies renou­ve­lables (solaire et éoli­enne notam­ment) rend pos­si­ble l’utilisation d’une élec­tric­ité pro­pre et abondante.

Mar­tin Eber­hard met alors sa stratégie en place. Dans un pre­mier temps, il envis­age d’améliorer le design et les per­for­mances des voitures élec­triques afin de pro­pos­er des voitures de luxe plus désir­ables pour le con­som­ma­teur améri­cain. Dans un sec­ond temps, au vu du suc­cès de ses pre­miers mod­èles, il prévoit de redescen­dre en gamme en pro­posant des voitures des­tinées à un plus large pub­lic. Sur le plan tech­nique, il fait le choix de dot­er ses véhicules élec­triques de bat­ter­ies ion-lithi­um (util­isées notam­ment pour les télé­phones et ordi­na­teurs porta­bles) en rai­son de leur haute autonomie. Le 1er juil­let 2003, la société chargée de dévelop­per et com­mer­cialis­er ses voitures élec­triques est créée à Palo Alto, en plein cœur de la Sil­i­con Val­ley en Cal­i­fornie. Elle prend le nom de « Tes­la Motors », en hom­mage au sci­en­tifique aus­tro-améri­cain Niko­la Tes­la auquel ont doit l’invention du courant alter­natif. En 2004, Mar­tin Eber­hard ren­con­tre Elon Musk, cofon­da­teur de Pay­Pal devenu mil­lion­naire. Il lui pro­pose son plan « 3GEN » : créer une voiture de sport élec­trique de luxe ven­due plus de 100 000 dol­lars, et la com­mer­cialis­er à 2 500 exem­plaires, puis une grande berline élec­trique pour les con­duc­teurs de mar­ques pre­mi­um fab­riquée à 20 000 exem­plaires pour un prix com­pris entre 65 000 et 100 000 dol­lars, et enfin une voiture famil­iale pro­duite à 100 000 exem­plaires et ven­due moins de 30 000 dol­lars. Séduit par ce pro­jet, Elon Musk, qui a ven­du ses parts dans Pay­Pal, investit plusieurs mil­lions de dol­lars dans Tes­la Motors, pour en devenir au final le prési­dent. Le 4 décem­bre 2007, le New York Times rap­porte que, selon le site de Tes­la Motors, son fon­da­teur, Mar­tin Eber­hard, « était passé du con­seil d’administration et de la direc­tion générale à la com­mis­sion con­sul­ta­tive ». Aujourd’hui, pour des raisons incon­nues, Mar­tin Eber­hard ne tra­vaille plus pour Tes­la Motors.

Des pro­duits inédits pour faire mieux, moins cher et plus vite

Après avoir signé avec Lotus (fab­ri­cant de voitures de sport et de com­péti­tion) un parte­nar­i­at tech­nique, Tes­la com­mer­cialise en 2008 sa pre­mière voiture de sport 100 % élec­trique : la Tes­la Road­ster zéro émis­sion. Dotée d’une autonomie de 394 km, il s’agit de la pre­mière auto­mo­bile à utilis­er une bat­terie lithi­um-ion d’une espérance de vie de sept ans et qui se recharge en trois heures et demie à par­tir d’une bat­terie vide. La Tes­la Road­ster fonc­tionne avec un moteur élec­trique à courant alter­natif et à induc­tion refroi­di par air et ali­men­té par un vari­a­teur de fréquence de 375 volts. Elle peut attein­dre une vitesse max­i­mum de 201 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 3,7 sec­on­des. Du jamais vu dans le petit monde austère de l’automobile élec­trique. Récem­ment, l’entreprise a amélioré les car­ac­téris­tiques de la Road­ster afin de ren­dre la voiture encore plus per­for­mante tout en l’adaptant à des cli­mats extrêmes (haute mon­tagne, désert…). Véhicule de luxe sans équiv­a­lent sur le marché auto­mo­bile, la Road­ster a été conçue selon un cahi­er des charges par­ti­c­ulière­ment élevé : écran sept pouces tac­tile mul­ti­fonc­tion, sièges dotés d’un sup­port lom­baire adap­té pour les longs tra­jets, matéri­aux d’isolement acous­tique inté­grés aux roues afin d’étouffer les bruits de la chaussée, etc. À ce jour, Tes­la Motors a ven­du 2 600 exem­plaires de la Road­ster, dépas­sant ses objec­tifs de départ.

En 2011, la Tes­la Mod­el S est dévoilée et rem­porte le titre de « voiture verte de l’année » au salon de l’automobile de New York (devant la Renault Zoé et la Vol­vo plug-in Hybrid). Alors que la crise économique frappe de plein fou­et le con­ti­nent améri­cain, notam­ment dans le secteur auto­mo­bile, Tes­la con­tin­ue son ascen­sion grâce aux crédits « zéro émis­sion » accordés par l’État de Cal­i­fornie pour l’acquisition d’un véhicule élec­trique. La Mod­el S est com­mer­cial­isée en 2012 aux États-Unis, puis un an plus tard en Europe. Elle pro­pose trois types de bat­ter­ies (40 kWh, 60 kWh et 85 kWh) qui se rechar­gent à 50 % de leur capac­ité en seule­ment trente min­utes. Sa vitesse de pointe atteint 210 km/h, avec 4,4 sec­on­des départ arrêté de 0 à 100 km/h grâce à sa bat­terie de 85 kWh (lui con­férant une autonomie allant jusqu’à 502 km). Plus per­for­mante et moins chère que la désor­mais célèbre Road­ster, la Tes­la Mod­el S est une voiture famil­iale visant le marché des class­es moyennes supérieures (elle pro­pose notam­ment une option « enfant » offrant la pos­si­bil­ité d’avoir sept pas­sagers). Dotée des dernières inno­va­tions tech­nologiques, elle pos­sède notam­ment un écran tac­tile de dix-sept pouces faisant office de véri­ta­ble cen­tre de contrôle.

Tes­la Motors a choisi le salon inter­na­tion­al de l’automobile de Détroit aux états-Unis pour présen­ter au pub­lic son troisièmem­o­d­èle 100 % élec­trique, le SUV Mod­el X, dont la mise en pro­duc­tion est atten­due pour 2014. Doté de 7 places grâce à trois rangées de sièges, le Mod­el X partage sa plate-forme avec la berline Mod­el S et sera pro­posé avec trois choix de motori­sa­tions et deux con­fig­u­ra­tions bat­ter­ies (60 ou 85 kWh) affichant des autonomies respec­tives de 370 et 480 km.

En accom­pa­g­ne­ment de la vente de véhicules élec­triques haut de gamme, Tes­la Motors investit égale­ment dans le déploiement de sta­tions de recharge. Une trentaine de sta­tions sont déjà instal­lées aux États-Unis et six en Europe. Par delà le recharge­ment, les sta­tions Tes­la devraient égale­ment per­me­t­tre d’échanger sa bat­terie pour encore plus de rapid­ité (une minute et trente sec­on­des), afin de répon­dre à l’une des prin­ci­pales préoc­cu­pa­tions des util­isa­teurs de véhicules électriques.

Les États de l’ouest des États-Unis sont ceux qui prof­i­tent actuelle­ment le plus des bornes de recharge Tes­la Motors (par­ti­c­ulière­ment le Neva­da et la Cal­i­fornie). Ces bornes fonc­tion­nent prin­ci­pale­ment à par­tir de l’énergie solaire pro­duite grâce à des pan­neaux pho­to­voltaïques instal­lés par l’entreprise SolarCi­ty, prin­ci­pal four­nisseur de sys­tèmes d’énergie solaire aux États-Unis (fondée et con­trôlée par Elon Musk). Ces bornes, appelées « Super­charg­er » sont les sta­tions de recharge élec­trique les plus rapi­des au monde (près de vingt fois plus rapi­des que les sta­tions publiques). D’un coût uni­taire de 500 000 dol­lars, elles devraient voir leur nom­bre tripler dans les prochains mois aux États-Unis, en priv­ilé­giant les aires mét­ro­pol­i­taines. L’objectif de Tes­la Motors : per­me­t­tre à ses clients la tra­ver­sée des États-Unis d’est en ouest sans se préoc­cu­per d’une éventuelle panne d’énergie. Tes­la prévoit en out­re d’étendre son marché au Cana­da et en Europe, et envis­age l’ouverture de con­ces­sions et de cen­tres de ser­vices en Alle­magne, en Islande, en Suisse, aux Pays-Bas, au Lux­em­bourg, au Dane­mark et en France. Des instal­la­tions de bornes « Super­charg­er » sont égale­ment prévues dans ces pays pour inciter les longs tra­jets en Europe de l’Ouest. Tes­la pro­pose un périmètre de 340 km entre le lieu de l’utilisateur et la borne de recharge. Il prévoit le déploiement des « Super­charg­ers » en France d’ici la fin 2014. Tes­la devrait bien­tôt annon­cer une adresse à Paris et dans le Sud du pays.

Tes­la à la con­quête de nou­veaux marchés

Tout sem­ble réus­sir à ce génie de l’automobile « zéro émis­sion ». Pour­tant, un acci­dent de la Mod­el S haut de gamme (Mod­el S per­for­mance plus) le 2 octo­bre 2013 à prox­im­ité de Seat­tle, dans le nord des États-Unis, a suf­fi à faire chuter de près de 10 % la cap­i­tal­i­sa­tion bour­sière de Tes­la Motors, et cela en moins de quar­ante-huit heures. Une perte de trois mil­liards de dol­lars qui illus­tre l’extrême volatil­ité de ce nou­veau marché aux yeux des investis­seurs, qui restent encore scep­tiques quant à l’émergence d’un véri­ta­ble marché de l’automobile élec­trique. Selon Elon Musk, cet inci­dent aurait été provo­qué par un objet métallique au sol qui aurait endom­magé la par­tie avant du véhicule. Le pro­prié­taire de Tes­la Motors pré­cise toute­fois que le sys­tème d’alerte de la voiture a bien fonc­tion­né lors du choc et a per­mis au con­duc­teur de sor­tir sans aucune blessure de cet acci­dent (l’incendie ayant épargné l’habitacle). Et d’ajouter, pour ras­sur­er ses clients, qu’« il ne devrait y avoir aucun doute sur le fait qu’une voiture avec une bat­terie est moins dan­gereuse qu’une voiture con­tenant un réser­voir rem­pli d’un liq­uide haute­ment inflam­ma­ble ». Une affir­ma­tion qui n’a cepen­dant pas con­va­in­cu tous les commentateurs.

En dépit de cet acci­dent, le chiffre d’affaires de Tes­la Motors con­tin­ue de croître. Il était de 413 mil­lions de dol­lars en 2012 et devrait attein­dre 2,2 mil­liards pour 2013, selon les esti­ma­tions du con­struc­teur. Une forte hausse qui s’est accom­pa­g­née de l’envolée de l’action Tes­la Motors (+ 434 % en un an). Avec à la clé une cap­i­tal­i­sa­tion bour­sière dépas­sant de grandes mar­ques his­toriques de l’automobile telles que Fiat et Peugeot-Citroën.

Illus­tra­tion : Tes­la Mod­el S (© Tesla)

[tabs slidertype=“top tabs”] [tab­con­tain­er] [tabtext]FOCUS : La voiture élec­trique, une « vieille » inno­va­tion ?[/tabtext] [/tabcontainer] [tab­con­tent] [tab]Le pre­mier mod­èle de voiture élec­trique fut présen­té en 1881 par Gus­tave Trou­vé, ingénieur de génie, lors de l’Exposition inter­na­tionale d’électricité de Paris. Trois modes de propul­sion exis­taient à cette époque : le moteur à essence Diesel, le moteur élec­trique et le moteur à vapeur. Après un court suc­cès de la voiture élec­trique en Europe et aux États-Unis, la voiture à moteur à com­bustible interne s’est finale­ment imposée comme étant la voiture la plus autonome et la plus rapi­de à rav­i­tailler con­traire­ment à la voiture élec­trique qui néces­si­tait une nuit de recharge et ne dis­po­sait que d’une autonomie d’une cinquan­taine de kilo­mètres avec une vitesse ne dépas­sant pas les 30 km/h.[/tab] [/tabcontent] [/tabs]

À propos de l'auteur

Green Innovation

Green Innovation

Créé en 2013, le magazine GREEN INNOVATION est réalisé par des professionnels passionnés, issus d’horizons variés mais tous spécialistes des questions scientifiques, technologiques et environnementales, et animés du même désir : faire partager un savoir souvent maltraité par les grands médias généralistes, tout en insufflant une vision positive du progrès et de la société.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bienvenue sur Innovation24.news,
le portail d'information dédié à l'innovation et au développement durable des publications de Consilde Media Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions environnementales et publiés dans nos différents magazines.